Recep Tayyip Erdoğan repart en campagne

Discours Rize1Les propos tenus par Recep Tayyip Erdoğan, le 14 août 2015, dans sa province natale de Rize, ressemblent fort à une déclaration d’entrée en campagne. Alors même que les négociations entre l’AKP et le CHP pour mettre sur pied un gouvernement de «grande coalition» ont échoué, et que des élections anticipées paraissent désormais inévitables, le chef de l’Etat a en effet déclaré :

«Il y a un président qui a de facto des pouvoirs dans ce pays, pas un président symbolique. Le président doit remplir ses devoirs directement envers la nation, mais avec son autorité propre. Que vous le vouliez ou non, le régime turc a changé… maintenant ce qu’il faut faire, c’est s’adapter à cette situation de fait et l’inscrire juridiquement dans le cadre de la Constitution.»

Les partis d’opposition ont vu dans ce discours une illustration de plus de ce que certains commentateurs appellent désormais le «coup d’Etat civil», Recep Tayyip Erdoğan essayant d’imposer une présidentialisation des institutions, qui n’est pas en conformité avec la Constitution, alors même que son parti n’a plus de majorité pour gouverner.

Comment Erdoğan s’est employé à surmonter son revers du 7 juin dernier

Cette déclaration particulièrement offensive marque nettement toutefois le retour du président dans la bataille et les polémiques de la vie politique nationale. Anéanti par les résultats des élections législatives du 7 juin dernier, qui l’ont vu disparaître, pendant quatre jours, de la scène médiatique turque, Recep TayyipDiscours Rize2 Erdoğan a progressivement refait surface, au cours des deux derniers mois. Pour ce faire, il s’est appuyé d’abord sur ses compétences en matière de politique étrangère. Peu après les élections législatives, il s’est rendu en Azerbaïdjan pour assister à l’ouverture des premiers Jeux européens de Bakou (voir nos éditions des 8, 10 et 12 juin 2015 sur Dipnot), et avoir en marge de l’événement une rencontre avec Vladimir Poutine. Il n’a pas manqué non plus, le 20 juillet, les cérémonies du 41e anniversaire de la fondation de la République turque de Chypre du nord, et n’a pas reporté, dix jours plus tard, un voyage officiel en Chine, en dépit des tensions provoquées par la situation des Ouïghours, pendant le dernier ramadan. Entretemps, les événements survenus dans le sillage de l’attentat de Suruç ont propulsé le président au premier plan de l’actualité internationale : conversation téléphonique avec Barack Obama pour annoncer l’ouverture de la base d’Incirlik aux avions de la coalition engagés contre Daech, contacts avec de nombreux leaders politiques européens et moyen-orientaux pour expliquer les nouvelles orientations stratégiques de la Turquie ainsi que l’équation complexe de frappes aériennes menées concomitamment contre le PKK et contre l’Etat islamique.

Sur le plan intérieur, le président s’est d’abord fait plus discret. Tandis que les partis d’opposition savouraient le premier revers de l’AKP et faisaient connaître leurs exigences, le président s’est en fait surtout employé à retarder la nomination Discours Rize3d’un premier ministre, chargé de constituer un gouvernement de coalition. Alors même que le nouveau parlement s’est réuni, dès le 23 juin, et que beaucoup annonçaient une nomination du chef de gouvernement, avant la fin du mois de juin, il a fallu attendre le 9 juillet pour qu’Ahmet Davutoğlu soit finalement désigné. Parallèlement, la survenance du ramadan a permis de maintenir de ce faux rythme politique, le président saisissant en outre l’opportunité des iftars pour continuer à se faire entendre, et même parfois à hausser le ton. Ainsi le 14 juillet, lors de l’iftar de la TÜMSIAD, Recep Tayyip Erdoğan ose-t-il pour la première fois poser des conditions à la formation d’un gouvernement de coalition, en annonçant que celui-ci ne devra pas toucher aux grands projets qu’il a lancés récemment, notamment le 3e pont sur le Bosphore et le 3e aéroport à Istanbul. L’attentat de Suruç (voir notre édition du 23 juillet 2015) et ses suites achèvent de faire entrer cette période d’intérim dans l’ambiguïté la plus totale, puisqu’ils donnent des responsabilités majeures à un gouvernement qui n’est théoriquement chargé que d’expédier les affaires courantes. Mais cette situation profite aussi à un président qui est en train de redresser la tête et qui a pu continuer en fait à exercer un leadership sur ce gouvernement, bien que celui-ci ne dispose plus d’une majorité au parlement.

L’échec de la constitution d’un gouvernement de coalition et ses conséquences

Dans un tel contexte, les tentatives qui ont lieu pour mettre sur pied un gouvernement de coalition apparaissent comme une sorte d’exercice obligé ayant peu de chances d’aboutir. Sur le fond en effet, les positions politiques des différentes formations concernées sont très éloignées. L’AKP et l’opposition sont en désaccord sur presque tous les sujets cruciaux : l’évolution du régime politique (parlementarisme ou présidentialisation), la poursuite du processus de paix avecDiscours Rize4 les Kurdes (et la procédure qui doit être la sienne), les questions économiques et sociales, la réforme de l’éducation… Sur le plan tactique, aucun parti d’opposition n’a en réalité ni l’envie, ni un intérêt quelconque à gouverner avec l’AKP. Le MHP est allé jusqu’à demander la réouverture des affaires de corruption de décembre 2013 et l’abandon de son palais présidentiel par Recep Tayyip Erdoğan, plaçant ainsi la barre très haut pour accepter d’entrer dans une éventuelle coalition parlementaire avec le parti au pouvoir. Le CHP s’est montré plus conciliant, afin de rendre l’AKP responsable de l’échec des pourparlers que les deux formations ont conduits. Le MHP et le HDP auraient eu sans doute intérêt à voir une «grande coalition» AKP-CHP se constituer, car cela leur aurait permis de renforcer leur position de formations d’opposition. Mais le parti au pouvoir, sous l’influence du président, ne tient pas, quoi qu’il advienne, à voir s’établir un gouvernement de coalition qui sonnerait le glas de la logique présidentialiste, qui domine le fonctionnement du système politique turc, depuis la dernière élection présidentielle.

Reste à savoir comment les différentes formations vont expliquer l’échec de la coalition et donc la réponse négative donnée par le système au vote des électeurs, Discours Rize5le 7 juin 2015. Car ceux-ci avaient manifestement souhaité ne plus voir l’AKP gouverner seul. Si les partis d’opposition vont faire valoir que toute coalition était de toute façon vouée à l’échec, parce que Recep Tayyip Erdoğan veut coûte que coûte retrouver la plénitude de ses pouvoirs et relancer son projet de présidentialisation, en provoquant la tenue d’une nouvelle élection victorieuse, le président pour sa part a déjà commencé à expliquer, le 14 août, à Rize, que la situation de la Turquie est grave et qu’il lui faut un gouvernement solide. Il essayera sûrement de tirer en outre argument de l’échec des tentatives de coalition, pour montrer que le système parlementaire ne fonctionne pas, et que seul un régime présidentiel peut assurer la stabilité du pays. Il s’agira ainsi pour lui de persuader l’opinion que les élections du 7 juin n’ont été qu’un intermède, et que, le pays ayant désormais besoin d’un système fort, la marche à la présidentialisation doit reprendre, sous sa direction.

Les incertitudes de l’agenda politique à venir

Pourtant la voie vers des élections anticipées n’est pas encore entièrement dégagée. Après l’échec des négociations avec le CHP, le 13 août dernier, Ahmet DavutoğluDiscours Rize6 s’est à nouveau tourné vers le MHP. Mais la réunion qu’il a eue, le 17 août, avec le leader de la formation nationaliste, Devlet Bahçeli, a débouché sur un échec. Non seulement le MHP a maintenu ses exigences les plus rigoureuses (abandon notamment du processus de paix avec les Kurdes), mais il a exclu un soutien de sa part à un gouvernement AKP minoritaire, qui permettrait à Ahmet Davutoğlu de se maintenir jusqu’aux prochaines législatives anticipées. Alors que le délai court encore jusqu’au 23 août pour tenter de former un gouvernement de coalition, le CHP a demandé à ce que son leader, Kemal Kılıçdaroğlu soit appelé par le président à tenter sa chance, et à ce que Ahmet Davutoglu soit déchargé de cette responsabilité. Pourtant, à l’issue de ses dernières négociations malheureuses avec le MHP, le premier ministre n’a pas été très clair ce qu’il doit advenir désormais. Il est vrai que sa situation politique est désormais complexe : chef d’un gouvernement intérimaire, il est en train d’échouer à constituer un gouvernement de coalition…

En dépit de l’opacité des perspectives immédiates, Ahmet Davutoğlu, entend bien rester à la tête du gouvernement jusqu’aux prochaines élections. Par la même Discours Rize7occasion, il aimerait surtout organiser le prochain congrès de l’AKP au mois de septembre, c’est-à-dire avant la tenue d’un scrutin qui ne pourra pas avoir lieu avant la fin du mois d’octobre. Cela lui permettrait de renouveler les cadres du parti et de conserver son leadership sur ce dernier ; et ce quoiqu’il advienne lors des prochaines législatives anticipées. Ce scénario n’emporte pourtant pas l’assentiment général, car un certain nombre de dirigeants aux dents longues préféreraient que le congrès en question se tienne après le scrutin. Le maintien de Davutoğlu à la tête du parti dépendrait alors des résultats électoraux de l’AKP. A cette incertitude sur la date du congrès s’ajoute la revendication d’une annulation de la règle des 3 mandats, qui conditionne l’avenir politique de beaucoup de cadres anciens de l’AKP. Il est probable que c’est le Recep Tayyip Erdoğan en personne qui tranchera ces sujets épineux, au moment où son discours de Rize annonce une reprise du projet de présidentialisation et une personnalisation très forte de la prochaine campagne électorale.

JM


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *