De Samistal à Cudi : histoires de destructions environnementales et rurales, et de dépossessions

samistal02

Samistal, août 2015. Photo Clémence Scalbert-Yücel

Le mouvement de mobilisation contre ladite « Route verte » – ou Yeşil Yol – va se renforçant depuis le début de l’été 2015 alors que les travaux ont été initiés dans différentes yayla (estives) de la mer Noire orientale à la veille des élections législatives de juin. Le projet est toutefois relativement ancien : il est porté par le ministère du Développement, par l’intermédiaire de l’Administration du DOKAP (Projet de la mer Noire orientale) créée en 2011. La route doit relier les estives des chaînes pontiques sur 8 départements, de l’aéroport de Samsun à l’ouest au poste frontière de Sarp dans le département d’Artvin à l’est, à des altitudes souvent supérieures à 2000 mètres. La route doit s’étendre sur 2600 km (1000 km de route existant doivent être reliés par 1600 km de route à percer ou améliorer)1. Selon les porteurs du projet, cette route devrait permettre le développement du tourisme « durable », autour de 38 centres touristiques2 ; elle a même été récemment présentée comme un Yeşil’e yolculuk (ou « Voyage vers le vert »)3, pendant oriental du Mavi Yolculuk méditerranéen4.

Samistal, août 2015. Photo Clémence Scalbert-Yücel

Samistal, août 2015. Photo Clémence Scalbert-Yücel

Selon ses opposants – habitants, usagers et militants écologistes – la route (qui traverse des zones protégées et parcs naturels, dont le parc naturel des monts Kaçkar créé en 1994) risque de détruire l’environnement et les sites protégés, notamment en ouvrant les estives à l’urbanisation sauvage (on craint que les estives encore protégées connaissent le triste sort de Ayder dans le district de Çamlıhemşin, département de Rize). En outre elle est non planifiée (le bulldozer tranche la montagne où il peut, n’hésitant pas à changer de tracé s’il rencontre trop de résistance), mais sert aussi des desseins cachés : le seul but ne serait pas d’acheminer les touristes, notamment en provenance de la péninsule arabique, tout au long de l’année vers les stations touristiques, mais aussi de transporter des minerais (cuivre et or notamment sont mentionnés)5.

Les travaux de construction qui avaient commencé tout début juin ont cessé en plusieurs lieux, du fait de la mobilisation populaire et des décisions de justice. Les travaux de construction continuaient fin août à Samistal, sous protection policière et militaire. La mobilisation et la veille se poursuivent, portées par la Fırtına İnisyatif, dans une région (Çamlıhemşin-Rize) où les luttes environnementales (contre la construction de centrales hydroélectriques notamment) sont à la fois anciennes et vives.

Samistal, locaux de Fırtına İnisyatif, août 2015. Photo Clémence Scalbert-Yücel

Samistal, locaux de Fırtına İnisyatif, août 2015. Photo Clémence Scalbert-Yücel

Mais la mobilisation contre la construction de la Route verte à Samistal-Çamlıhemşin est aussi à la fois une lutte pour, et qui passe par, la réappropriation d’une terre, d’une culture, et d’un mode de vie (rural). La mobilisation est portée par les usagers des estives, jeunes et moins jeunes, souvent originaires – si ce n’est habitants – de Çamlıhemşin. Ils connaissent souvent les yayla comme leur poche, même si c’est plutôt, en général, en tant que vacanciers et promeneurs. Au moment des luttes de cet été, la question des usages des lieux se fait cruciale. Alors que le DOKAP soulignait que la « Route Verte » permettra de protéger la nature, tout en en faisant usage6, les militants de Samistal proposent des usages alternatifs. Les habitants des maisons et usagers des estives (à Samistal en tout cas) n’ont pas de titre de propriété mais un droit d’usage régulé par la loi 4342 de 1998 sur les pâturages. Cette même loi peut aussi les en déposséder. Pour les mobilisés, protéger les estives et pâturages d’altitude passe par un retour à leur usage traditionnel, soit la reprise de l’élevage, notamment bovin, qui a quasiment disparu depuis maintenant plusieurs décennies7. Un retour à l’usage traditionnel des yayla bloquerait la voie à leur éventuelle privatisation et à leur destruction. Elle permettrait aussi un nouvel ancrage dans la terre pour des populations qui en ont été coupées par l’émigration et l’exode rural, depuis souvent plusieurs générations.

Ce même été, à quelques centaines de kilomètres au sud, les montagnes, elles, brûlent. Après l’attentat de Suruç du 20 juillet 2015 (voir notre édition du 23 juillet 2015), la guerre a repris au Kurdistan (voir notre édition du 20 août 2015) faisant déjà près de 200 morts8. Les bombardements de l’armée turque ne touchent pas seulement les bases du PKK en Irak ou en Turquie mais aussi les forêts et les zones rurales qui ont souffert d’incendies importants depuis la mi-juillet. Selon les données actuellement disponibles, 107 hectares de forêt ont brûlé sur le mont Cudi (département de Şırnak, frontière irakienne) ; plusieurs centaines d’hectares dans celui de Tunceli, à Lice (Diyarbakır) et des incendies sont aussi reportés dans le département de Bingöl et Mardin9. Ce ne sont pas seulement les forêts qui sont endommagées mais aussi les zones rurales, les villages, champs et vergers. On ne dispose pour l’instant de données détaillées que pour le district de Lice (département de Diyarbakır) où les pertes agricoles constatées sont importantes10. Les zones où les incendies sont déclarés sont aussi faites « zones de sécurité », ce qui empêche l’accès aux secours, aux pompiers, et aux missions d’observation et d’enquête11. À la date du 26 août, on comptait 119 « zones de sécurité spéciales » ou « zones temporaires militaires sécurisées » (Geçici Askeri Güvenlikli Bölgesi) dans 15 départements12. Dans ces zones, l’accès aux pâturages et aux ruches13, comme aux villages, est quasiment impossible.

La reprise des combats remet ainsi en question les (politiques de) retour aux villages et détruit une nouvelle fois ce que les habitants avaient commencé à reconstruire. En effet, au Kurdistan, les habitants des villages et usagers des estives en avaient été déjà dépossédés physiquement au cours des années 1990 : selon les chiffres officiels, 833 villages et 2382 hameaux avaient été évacués et brûlés dans 14 provinces des régions de l’est et du sud-est (représentant environ ¼ des implantations rurales)14. Les retours au village (incluant reconstruction des maisons et des infrastructures, achat de bétail, plantation de vergers, etc.) qui avaient eu lieu depuis, parfois dans le cadre de politiques publiques – dans une mesure très limitée, et jusqu’en 2002 –, mais surtout dans le cadre de projets et d’investissements privés (individuels ou familiaux), sont actuellement remis en cause. Les militants écologiques soulignent que la volonté de faire de la région une zone « déshumanisée » et « invivable » s’explique notamment par la présence de ressources énergétiques extrêmement importantes15. Les zones incendiées correspondraient aussi aux zones riches en gaz de schiste16.

Ces deux exemples, aussi différents soient-ils, content des histoires de dépossessions. Ils mettent en évidence, comme le soulignait Sinan Erensu, un phénomène de « déruralisation », alors que les intérêts du monde rural et agricole sont subordonnés à ceux de l’urbain (demande énergétique, tourisme, etc)17. Cette subordination est aussi à la source de nouvelles catastrophes comme les inondations de Hopa le 24 août qui ont fait 8 morts (et encore 3 disparus). Ces deux exemples sont aussi des histoires de luttes (même si les rapports de force sont extrêmement inégaux18 ) pour une réappropriation des lieux, des moyens de production et de sens.

  1. Il est important de noter que, au moins dans les départements d’Artvin et de Rize, de nouvelles routes de terre menant vers certaines yayla ont été percées ces dernières années, en silence, et sans rencontrer de protestation. Ainsi, la route nouvelle conduisant à Samistal a été creusée il y a 3 ans. Maintenant, pour réaliser la « Route verte », il suffit de relier ces routes entre elles. []
  2. DOKAP Eylem Planı (2014-2018). []
  3. “DOKAP Bölge kalkınma idaresi başkanlığı kuruluş gerekçesi, Doğu Karadeniz Turizm Master Plan ve Yeşil yol genel bilgileri Raporu”, 18.07.2015, DOKAP. URL : http://www.dokap.gov.tr/Haberler.aspx?hid=12142 []
  4. Le « Voyage bleu » est un terme apparu dans les années 1950-60 sous les plumes d’Azra Erhat, Halikarnas Balıkçısı et Sabahattin Eyüboğlu. Il renvoie aux voyages maritimes en voilier dans l’Égée et la Méditerranée, et aujourd’hui commercialisés comme tel par l’industrie touristique. []
  5. Deux « veilles » sont organisées dans l’est des chaînes pontiques pendant l’été 2015 : une à Samistal contre la construction de la « route verte », l’autre à Cerattepe contre l’ouverture d’une mine. Le plan d’action du DOKAP contient une brève section relative aux minerais. Voir Tempo Dergisi, août 2015, p.30-43. []
  6. “DOKAP Bölge kalkınma idaresi başkanlığı kuruluş gerekçesi, doğu Karadeniz Turizm Master Plan ve Yeşil yol genel bilgileri Raporu”, 18.07.2015, DOKAP. URL : http://www.dokap.gov.tr/Haberler.aspx?hid=12142 []
  7. “Samistal’da Yeni bir Yaşam Doğuyor”, Yeşil Gazete, 12.08.2015. []
  8. https://bianet.org/bianet/insan-haklari/167241-bugun-baris-gunu-bu-liste-son-olsun []
  9. Temmuz-Agustos 2015’te Kürdistan’daki Orman Yangınlarına ilişkin gözlemler ve Teknik inceleme Raporu. Savaş Stratejisi’nin bir uzantısı olarak orman yangınları. Rapport préparé par le HDP et disponible ici. []
  10. Comme suit, les pertes agricoles encourues par les incendies déclarés le 19 juillet 2015 : 274 hectares de vignes, 20 500 arbres fruitiers, 594 tonnes de paille, 180 tonnes de foin, 10 000 peupliers, 1 hectare de champ de tabac, 1 hectare et demi de terres en maraîchage, 4 maisons de village, 9 cabanons de verger. Source : Amed Ekoloji Meclisi, “29-07-2015 Tarihli Lice Orman Yangınları Gözlem Raporu”. []
  11. “Mezopotomya Ekoloji Hareketi’nden uluslararası delegasyon çağrısı: Türk Ordusu Kürdistan’da Ormanları Yakıyor”, 19.08.2015, www.suhakki.org []
  12. “Özel Güvenlik Bölgeleri’nin İnteraktif Haritası”, Bianet, 26.08.2015. URL: http://bianet.org/bianet/siyaset/167090-ozel-guvenlik-bolgeleri-nin-interaktif-haritasi []
  13. “Çatışma sürdükçe hayvancılık zor!” Milliyet, 23.08.2015, URL : http://www.milliyet.com.tr/catisma-surdukce-hayvancilik-zor–gundem-2106297/ []
  14. Joost Jongerden “Transforming the Countryside: Village Evacuation and Reconstruction as Diffuse Warfare in Kurdistan between 1993 and 2002”, Études Rurales 186, 2010, p. 77-100 et Etten, Jacob van, Joost Jongerden, Hugo J. de Vos, Annemarie Klaasse and Esther C.E. van Hoeve, “Environmental destruction as a counterinsurgency strategy in the Kurdistan region of Turkey”, Geoforum 39, 2008, p. 1786-1797. []
  15. “Ekoloji aktivistleri Diyarbakır’dan ses verdi: Bölge yaşanmaz hale getirilmek isteniyor”, Yeşil Gazete, 21.08.2015, URL : http://yesilgazete.org/blog/2015/08/21/ekoloji-aktivistleri-diyarbakirdan-ses-verdi-bolge-yasanmaz-hale-getirilmek-isteniyor/ []
  16. Voir “Kayagazı çıkartılan alanlar ile yakılan alanlar örtüşüyor”, DIHA, 30.08.2015, URL : http://www.diclenews.org/tr/news/content/view/471987 []
  17. Sinan Erensu, “Problematizing green energy Small hydro plant developments in Turkey”, papier présenté à ESSE Conference, 14-18 juin 2011, Istanbul. URL: https://umn.academia.edu/SinanErens%C3%BC []
  18. Et que les (politiques) de retours aux villages sont actuellement de facto interrompu(e)s. []

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 2 février 2017

    […] vous souhaiter à tous une bonne rentrée, malgré la situation plus que tendue en Turquie et les pluies diluviennes de fin août au nord-est du pays. À l’IFEA, Boursiers de Courte Durée, doctorants, stagiaires et hôtes de passage – comme […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *