Turquie : des élections à haut risque dans un contexte de tensions extrêmes.

élections à haut risque1Le 8 septembre dernier, leader du CHP, Kemal Kılıçdaroğlu a estimé que son pays traversait actuellement une période périlleuse, constituant à terme un véritable défi pour sa stabilité politique et «sociétale». Rappelant que les affrontements qui opposent les forces de sécurité turques (armée, police) aux rebelles du PKK, ont fait, depuis la mi-juillet, de très nombreuses victimes, il a surtout voulu lancer un appel au calme, suite aux incidents d’un nouveau type, observés au cours des derniers jours, à travers toute la Turquie. Il est significatif que cet appel de Kemal Kılıçdaroğlu ait recoupé ceux lancés par les principaux leaders politiques, même par des personnalités «clivantes», comme le président de la République, Recep Tayyip Erdoğan, et comme le chef du MHP, Devlet Bahçeli. Il faut dire que le regain de violence récemment observé, est porteur de facteurs de divisions et de ruptures graves, et survient dans un moment d’incertitude politique générale, le pays n’ayant qu’un gouvernement intérimaire et se préparant à élections anticipées à haut risque.

L’intensification de la violence dans le sud-est et le calvaire de Cizre

Dans le sillage de l’attentat de Suruç, le 20 juillet dernier (cf. article Jean-François Pérouse 23 juillet 2015), on a assisté à la reprise d’affrontements armés réguliers entre le PKK et les forces de sécurité turques, consistant en des attentats ou des embuscadesélections à haut risque2 de l’organisation rebelle, et en des opérations de quadrillage ou de représailles plus ou moins importantes, menées par les forces turques. Cette violence latente se traduit, chaque jour depuis, par son lot de victimes militaires, policières et rebelles, mais également civiles. Au départ, cette situation semblait faire renouer la Turquie avec des périodes comparables, vécues au cours des trente dernières années, pas seulement dans les années 1990, mais également plus récemment, en 2011-2012, lorsque le cessez-le-feu avait été rompu, après l’échec de « l’ouverture démocratique » et celui du « processus d’Oslo » (les deux premières tentatives de règlement politique de la question kurde par le gouvernement de l’AKP). Toutefois, depuis le début du mois de septembre, sont apparus les signes d’une déstabilisation beaucoup plus profonde. L’embuscade de Dağlıca (dans la province de Hakkari), qui a fait au moins 16 morts et 6 blessés, le 6 septembre, dans les rangs de l’armée turque, constitue à cet égard un tournant, parce qu’il s’agit de l’opération la plus meurtrière enregistrée depuis la reprise des affrontements. Mais cette intensification s’accompagne de phénomènes de plus en plus inquiétants dans le sud-est, où tendent à se élections à haut risque3créer des zones de non-droit, dans lesquelles les populations civiles sont particulièrement exposées. Ce qui s’est passé, depuis le 4 septembre dernier, à Cizre (dans la province de Şırnak), théâtre d’affrontements entre le PKK et l’armée dont des civils (notamment des enfants) ont été les premières victimes, est révélateur. Cette ville de 100 000 habitants a été coupée du monde, privée de téléphone et d’Internet, mais aussi parfois des services les plus élémentaires (eau, électricité, services hospitaliers et funéraires, voire ravitaillement). Pendant 9 jours, un couvre-feu et un véritable blocus ont été ainsi imposés à cette ville, et n’ont été levés qu’au matin du 12 septembre par le gouverneur de la province de Şırnak. Le HDP a cependant tenté de rompre l’isolement imposé, en dépêchant sur la zone une délégation officielle, composée de responsables, de députés du parti, d’élus locaux, et même des deux ministres kurdes du gouvernement intérimaire. Cette délégation s’est vue interdire l’accès au site, mais elle a attiré l’attention des médias et de l’opinion sur le sort de Cizre, évitant probablement une militarisation pure et simple de la situation et favorisant peut-être un retour au calme.

L’apparition d’autres types de violences

Le développement de la violence n’est pourtant plus localisé au sud-est de la Turquie. Depuis quelques jours, il tend à affecter l’ensemble du pays. Le 6 septembre, quelques centaines de manifestants proches de l’AKP, épaulés par des militants, voire par certains élections à haut risque4élus de ce parti, ont attaqué le siège du quotidien Hürriyet, auquel il reprochait d’avoir interprété de façon tendancieuse la réaction de Recep Tayyip Erdoğan à l’attentat de Dağlıca. Le surlendemain, Hürriyet a été de nouveau l’objet de violences. Et le 9 septembre, c’est le journal Sabah qui a essuyé des jets de pierres, venant cette fois d’une manifestation nationaliste, défilant entre Mecidiyeköy et Beşiktas, à Istanbul. Alors qu’au cours des dernières années, la liberté de la presse a souvent été mise à mal en Turquie, ces événements interviennent dans le contexte de l’arrestation de plusieurs journalistes étrangers, accusés de «complicité avec le terrorisme». Deux journalistes britanniques de VICE news (Jake Hanrahan et son cameraman Philip Pendlebury), ont été expulsés le 7 septembre. Leur consœur néerlandaise, Frederike Geerdink, arrêtée puis relâchée une première fois, il y a quelques semaines, a finalement connu le même sort, le 9 septembre. Tous ces événements mettent en lumière un autre facteur de tension : l’énervement des milieux proches du parti au pouvoir, qui redoutent un nouveau revers lors des prochaines élections et sur-réagissent à tout ce qui paraît dommageable au maintien de leur influence. Plus généralement, ciblant la presse et les médias, ces événements peuvent aussi favoriser l’essor d’une certaine d’opacité de l’information, dans un pays où les journalistes ont de plus en plus de mal à faire leur travail.

Mais les développements les plus inquiétants de cette intensification de la violence sont sans nul doute les débordements auxquels ont donné lieu des manifestations nationalistes dans de nombreuses villes de Turquie. Organisés pour protester contre le « terrorisme », ces défilés ont souvent dégénéré, donnant lieu au « caillassage » systématique des permanences du HDP ou à l’agression physique de citoyens en raison de leurs origines kurdes ou supposées telles. Le 8 septembre, à Kumluova (dans la province de Muğla), un homme accusé d’avoir des liens avec le PKK, a été forcé élections à haut risque5d’embrasser publiquement un buste d’Atatürk, après avoir été molesté. Le même jour, à Muratpaşa (dans la province d’Adana), après avoir attaqué un siège du HDP, des groupes nationalistes s’en sont pris à un passant suspecté d’être kurde, parce qu’il avait le teint mat. Il s’est avéré au bout du compte que l’homme en question, sauvé du lynchage par la gendarmerie, était lui-même un militant nationaliste, originaire du sud-ouest du pays. Ce type de débordements est d’autant plus préoccupant qu’il confirme une tendance observée, il y a peu de temps, au début de l’été. Alors que les autorités turques s’inquiétaient du sort de la communauté ouïghour, pendant le ramadan, en Chine, des manifestations nationalistes s’en étaient prises à des intérêts chinois en Turquie, ciblant malencontreusement un groupe de touristes coréens à Istanbul et vandalisant un restaurant chinois dont (ironie du sort) le propriétaire était turc et le cuisinier… ouïghour. En tout état de cause, les événements des derniers jours confirment l’extrême nervosité des organisations d’extrême droite et la renaissance d’un activisme nationaliste urbain qui, prenant prétexte des derniers développements de la question kurde, n’hésite pas à franchir le pas de l’illégalité, en recourant sans complexe à divers types de voies de fait.

Les perspectives incertaines des élections du 1er novembre

Dans un tel contexte, beaucoup s’inquiètent pour le bon déroulement des élections le 1er novembre prochain. Cette inquiétude génère en l’occurrence un dilemme : le climat actuel de violence n’est bien sûr pas favorable à la tenue des élections programmées ,élections à haut risque6 mais il reste que la Turquie a besoin de ce scrutin pour pouvoir enfin disposer d’un gouvernement légitime. Le constat d’échec de la constitution d’un gouvernement de coalition, le 23 août dernier, a débouché sur l’annonce de législatives anticipées et sur la mise en place d’un gouvernement intérimaire pour gérer le pays jusqu’au 1er novembre, date des ces élections. Théoriquement, ce gouvernement, qui a tenu son premier conseil des ministres le 1er septembre (photo à droite), aurait du rassembler tous les partis représentés au parlement, mais le CHP et le MHP ayant refusé d’en faire partie, l’équipe ministérielle, dirigée par Ahmet Davutoğlu, est finalement composée de députés de l’AKP (très majoritairement), d’un dissident exclu du MHP, Tuğrul Türkeş (le fils d’Alparslan Türkeş, le père fondateur de l’extrême droite turque) et de deux représentants du HDP (Ali Haydar Konca, ministre des affaires européennes et Müslüm Doğan, ministre du développement).

Tout le problème est ici néanmoins que les élections du 1er novembre prochain risquent de ne pas clarifier vraiment la situation politique, car les premiers sondages semblent indiquer que leurs résultats pourraient être proches de ceux du scrutin du 7 juin dernier. Le 26 août, un sondage de l’Institut MetroPoll donnait l’AKP à 41,7%, le CHP à 25,5%, le MHP à 15,7%, HDP à 14,7%, plusieurs autres enquêtes d’opinion confortant ces estimations, en montrant que si le CHP et le HDP progressaient, le MHP stagnait et que élections à haut risque8surtout l’AKP ne décollait pas. D’autres études réalisées, au même moment, ont montré que les Turcs attribuaient très majoritairement la responsabilité de l’échec du gouvernement de coalition à Recep Tayyip Erdoğan en personne, et qu’ils restaient fortement hostiles à l’instauration d’un régime présidentiel.

Il est vrai que ces investigations ont été réalisées avant les événements de Cizre, mais l’on a pu relever, ces derniers jours, un certain nombre de déclarations politiques significatives, qui montrent que la classe politique turque commence à se préparer à une réédition des résultats du 7 juin. Le 6 septembre, Recep Tayyip Erdoğan, tout en excluant l’idée d’un report des élections législatives anticipées en raison des violences actuelles, s’est montré pour la première fois ouvert à l’idée d’un gouvernement de coalition, si le résultat du scrutin ne permet pas de constituer à un gouvernement monocolore. Le 9 septembre, revenant sur l’attaque du quotidien Hürriyet, Selahattin Demirtaş a appelé les militants et sympathisants de l’AKP à la modération, en expliquant que leur parti est probablement condamné au dialogue, car il a peu de chances d’obtenir, le 1er novembre, une majorité absolue lui permettant de gouverner seul.

JM

 Retrouvez sur FRANCE INTER, l’émission « Un jour dans le monde » de Nicolas Demorand, « La Turquie plonge dans une crise sécuritaire et politique », avec Jérôme Gallion et Jean Marcou, le 25 août 2015


Vous aimerez aussi...

3 réponses

  1. Anonyme dit :

    M. Marcou, vous aussi, comme la plupart des européens, n’avez pas le courage de préciser que le PKK est une organisation terroriste reconnue même par la France. Vous avez honte ou peur, je ne sais pas, de dire que les membres du PKK sont des «terroristes» et non des «rebelles». Ce n’est pas la peine de redorer le blason du PKK. À lire votre article, on a nettement l’impression que c’est le gouvernement qui est à l’origine des événements en Turquie. Selon vous, le PKK semble être le gentil et les forces de l’ordre le méchant… Les Turcs savent très bien que la presse occidentale a toujours cherché et cherche toujours à critiquer la Turquie même pendant les moments où le processus de paix avançait normalement et à légitimer les actes terroristes du PKK.
    Les pertes civiles sont causées par le PKK. Le couvre-feu a justement pour but d’éviter les pertes civiles. Si la population de la région du sud-est veut vraiment que le terrorisme soit éradiqué de la région, il faut bien qu’elle prenne ses distances du PKK. Vous essayez de faire croire que le couvre-feu a duré une éternité. Pourquoi n’écrivez-vous pas les cris des habitants de Cizre qui maudissent le PKK en raison de leur action et menace ? Arrêtez de tout mettre sur le dos du gouvernement et notamment d’Erdoğan. La Turquie accueille plus de 2 millions de réfugiés syriens composés majoritairement d’arabes et de kurdes. Mais la presse occidentale ne se lasse pas de manipuler les esprits en disant que la Turquie massacre les Kurdes. Quelle sottise ! C’est la Turquie qui a accueilli les centaines de Kurdes venus de Kobané. Des dizaines de milliers de Kurdes vivent dans les grandes villes. Pourquoi personne ne sent prend à eux alors ? Il existe des ministres Kurdes même au sein de l’AKP, à l’instar de Mehmet Şimşek, ministre des Finances. Turgut Özal, huitième président de la République de Turquie, était Kurde aussi. Les Kurdes de Turquie ont absolument les mêmes droits que les Turcs et personne ne peut prétendre le contraire. Le PKK ne représente absolument pas les Kurdes. Si c’était le cas, comment expliquer la présence d’agents secrets au sein du PKK, comme l’allemand Kevin Joachim qui a été tué. Pourquoi cette organisation terroriste n’était-elle pas seulement composée de Kurdes, si elle prétend défendre la cause des Kurdes ? Regardez cette vidéo en français et dites moi sincèrement pourquoi l’Occident soutien le PKK, mais sincèrement… : https://www.youtube.com/watch?v=kytEI3d-NAs

    • Jean Marcou dit :

      Bonjour et tout d’abord merci de lire fidèlement mes articles et d’alimenter le débat, même si je trouve vos reproches injustes et vos arguments souvent peu convaincants.
      1- Tout le monde sait bien que le PPK est sur les listes européenne et américaine des organisations terroristes, inutile de le répéter chaque fois que l’on parle du PKK. Toutefois, user du mot « terrorisme » de façon générale est en sciences sociales toujours très problématique, car le terme est utilisé de façon hasardeuse par de multiples acteurs, soit de manière officielle par des gouvernants ou des administrateurs, soit de façon partisane par des responsables politiques, y compris d’ailleurs les dirigeants du PKK qui accusent parfois les dirigeants turcs de pratiquer un « terrorisme d’Etat ». C’est la raison pour laquelle, la plupart des travaux universitaires, quelle que soit l’opinion qu’ils développent, préfèrent parler de « rebelles ». Ce terme plus neutre désigne une activité qui se dresse contre l’ordre et la légalité existants, y compris par des moyens qui peuvent être violents, voire chercher à créer un climat de terreur.
      2- Je ne pense pas qu’il y ait de gentils Kurdes et de méchants Turcs, comme vous le laissez entendre. Si la situation était aussi caricaturale, il n’y aurait pas matière à se poser tant de questions. La situation est infiniment plus complexe : il suffit d’observer les dissensions existant actuellement entre le HDP et le PKK ou les désaccords au sein même de l’AKP sur les manifestations qui ont visé Hürriyet. Des observations similaires pourraient être faites à propos du CHP ou du MHP. Il est surprenant de voir que vous-même, dans votre message d’ailleurs, êtes conscient de cette complexité, puisque parlant du sud-est, vous évoquez « des habitants de Cizre qui maudissent le PKK » et « une population » qui doit prendre « ses distances avec le PKK »…
      3- Vous rappelez que les Kurdes bénéficient de la citoyenneté et qu’ils ont les mêmes droits, en évoquant les origines kurdes de nombre d’hommes politiques de renom. Juridiquement tout cela est vrai et je vous mets au défit de trouver une seule phrase de ma part qui le nierait. Il n’empêche qu’il y a bien un « problème kurde » en Turquie. Vous le laissez vous-mêmes entendre précédemment et plus officiellement, je vous rappelle que Recep Tayyip Erdoğan, en personne, l’a reconnu en 2005 à Diyarbakır. Reconnaissez que les gouvernements de l’AKP n’auraient pas engagé de multiples tentatives de règlement depuis 2009, si ce « problème » était une pure fiction inventée par la presse occidentale…
      4- « Arrêtez de tout mettre sur le dos du gouvernement et notamment d’Erdoğan », dites-vous. Là encore telle n’est pas mon opinion, ce serait trop facile. Il est bien évident que ce n’est pas l’AKP qui est à l’origine la « crise syrienne » ou la « question kurde ». Mais ce qui me frappe actuellement c’est de voir que beaucoup de Turcs ont tendance justement à « tout mettre sur le dos » de l’AKP. J’ai été notamment très surpris par les réactions des familles lors des funérailles de soldats, car ce type de réaction est extrêmement nouvelle et est donc bien liée au contexte politique actuel. Il n’est donc pas étonnant que l’on s’y intéresse et que l’on essaye d’analyser cette situation.
      5- J’ai déjà vu le reportage d’Arte dont vous m’avez envoyé le lien. En premier lieu, ce reportage n’a pas été tourné en Turquie mais en Syrie, il a été tourné au sein de forces du PYD syrien qui affrontent en l’occurrence des forces de l’Etat islamique. En second lieu, puisque vous me demandez d’être sincère, je vous dis sincèrement que ce reportage ne prouve absolument rien. Cet Américain et ce Français engagés aux côtés du PYD ne représentent pas leur pays ou leur gouvernement. Ce sont des engagements individuels et, à cet égard, il y a malheureusement probablement autant si ce n’est plus de Français ou d’Américains engagés dans les rangs de Daech… En outre, en dépit des liens qui existent entre le PYD et le PKK, il est peu probable que cet Américain et ce Français accepteraient de passer la frontière et d’aller affronter l’armée turque aux côtés du PKK. Certes, une coalition internationale dirigée par les Américains, et à laquelle la Turquie s’est ralliée d’ailleurs, bombarde actuellement Daech. Si elle ne l’avait pas fait les zones kurdes de Syrie seraient peut-être tombées et je suis pas sûr que cela aurait été dans l’intérêt de la Turquie. En tout cas, ce n’est pas ce que pensent les Turcs eux-mêmes, puisque des sondages récents ont montré que majoritairement ils considéraient Daech comme une menace plus importante pour eux que les Kurdes (même d’ailleurs quand ils sont des électeurs de l’AKP et du MHP)
      6- Enfin pour terminer sur une touche positive qui nous réunira peut-être, en ce qui concerne le problème des réfugiés, relisez mes articles… je n’ai jamais trouvé rien à redire à l’accueil que leur a réservé la Turquie. Je n’ai d’ailleurs pas évoqué que l’accueil des réfugiés syriens dans l’ensemble, mais aussi celui des réfugiés kurdes, au moment du siège de Kobanê.
      J’espère que tout cela vous incitera à continuer à me lire,
      Bien cordialement, JM

      • Anonyme dit :

        Monsieur Marcou, rassurez-vous, vos critiques ne n’empêcheront pas de continuer à lire vos articles. Je voudrais, à mon tour et si vous me le permettez, vous répondre:
        1- Vous dites «tout le monde sait que le PKK est sur la liste des organisations terroristes». J’aurais souhaité que ce soit le cas… Lorsque je lis les commentaires des français sur les réseaux sociaux, ils ont l’impression que le PKK est le seul protecteur ou représentant des Kurdes. Je pense que la presse française trompe tendancieusement l’opinion publique française. La plupart des journaux français tels que Le Monde ou Le Figaro n’emploie pratiquement jamais l’adjectif «terroriste» pour désigner le PKK mais lorsqu’il s’agit de Daesh, qui est bel et bien sur la liste des organisations terroristes, la presse française n’hésite pourtant pas à souligner que celui est une organisation terroriste «islamiste!». Lorsque l’Islam est prononcé, hop l’Occident ne rate pas l’occasion pour mettre l’étiquette «terroriste». On ne peut pas être «neutre» face aux terrorismes M. Marcou et les sciences sociales ne seront être suffisantes pour expliquer les actes lâches du PKK, ni du Daesh, ni des autres organisations terroristes qui salissent l’essence de l’Islam en croyant agir au nom de la religion. Comment croire aux dirigeants du PKK qui prétendent que la Turquie pratique un «terrorisme d’État» ?! On ne peut que rire à cette assertion vu que l’État est obligé de prendre des mesures pour lutter contre le terrorisme, peu importe comment les dirigeants du PKK qualifient ces mesures. Vous préférez croire à un gouvernement légal ou à une organisation illégale ? En résumé, il n’est pas «inutile» de répéter que le PKK est purement et officiellement une organisation terroriste qui ne se contente pas de créer un climat de terreur mais qui tue en même temps des enfants, il faut écrire ce qui est, c’est la moindre des choses.
        2- Je ne parle pas de gentils Kurdes et de méchants Turcs. Les deux peuvent être gentils ou méchants en fonction de leur action. Ce n’est pas la question. Je dis juste que les habitants de la région au sud et sud-est du pays souffrent atrocement des actions du PKK mais que la presse occidentale n’en parle jamais. Des dizaines de projets dans cette région ont du être suspendus, voire annulés, en raison des actes terroristes du PKK. Quel journal français en parle ? Dites moi simplement pourquoi le PKK brûle les ambulances ou les engins de travail qui sont pourtant destinés à servir les habitants de la région ? Pourquoi la presse occidentale n’en parle jamais ? Et quand je dis que les habitants de la région doivent prendre ses distances, c’est qu’ils doivent dénoncer les actes du PKK, être courageux et sortir de la pression de cette organisation terroriste qui n’hésite pas enlever leurs enfants pour les emmener au maquis.
        3- Les Kurdes bénéficient de beaucoup de chose en effet et je ne dis pas que vous le niez. Mais j’essaye de dire encore que la presse occidentale tente de présenter les Kurdes de Turquie comme étant un peuple opprimé par le gouvernement turc, alors qu’ils peuvent accéder à des postes très importants. Je n’ai pas dit que la presse occidentale avait inventé la question kurde. Reconnaissez que le gouvernement tente de la régler depuis un certain temps. Mais la presse occidentale ne parle jamais de la résolution du gouvernement en évoquant les droits accordés aux Kurdes. La question kurde a partiellement été soulagée par ces droits (cours optionnel à l’école, propagande en langue maternelle, etc…). Mais cette même presse ne se lasse pas de dire que le gouvernement turc réprime les Kurdes. Le PKK, avec le soutien de certains pays notamment l’Allemagne, a abusé du processus et la «question kurde» s’est alors transformé en «question du terrorisme». La presse occidentale ne fait toujours pas – consciemment – la différence entre Kurdes et terroristes du PKK. La Turquie lutte contre le PKK et non contre les Kurdes…
        4- Les réactions des familles sont naturelles et émotionnelles mais pas nouvelles. Ce n’est pas chose facile de perdre un membre de la famille. Mais là encore, pourquoi n’accuse-t-on pas le PKK qui à l’origine des réactions, plutôt que de s’en prendre à Erdoğan qui a fait de tout son possible pour faire durer le processus de paix malgré les réactions des ultranationalistes?
        5- Que ce soit en Syrie ou ailleurs, la participation des étrangers au sein du PYD ou du PKK montre à quel point ces organisations terroristes, colorées par la presse occidentale, obtiennent le soutien des pays tiers qui envoient leur agent non pas pour combattre mais pour former les terroristes sur place.
        6- M. Marcou, rappelez-vous; le HDP a incité ses partisans à affluer dans les rues pour protester contre les événements de Kobané. Près de 50 personnes sont morts à cause de l’appel de Demirtaş. Là encore, la presse occidentale a soutenu Demirtaş et s’en est pris à la Turquie comme si elle était le responsable des événements à Kobané. Et là encore, l’accueil en Turquie des habitants de Kobané n’a pas été couvert intentionnellement par la presse occidentale.

        En résumé : la propagande antiturque dans les médias occidentaux, notamment français, est juste hallucinante et grossière. Cela nous rappelle la propagande anti-ottomane des puissances occidentales au XVI et XVIIème siècle qui avaient créé une nouvel «axe du mal» fictif pour mieux imposer leur agenda politico-idéologique et leur domination économique. On a l’impression de revivre l’épisode de la «Sainte Ligue». L’histoire nous aide à mieux comprendre le présent…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *