La Turquie frappée par l’attentat le plus meurtrier de son histoire

Gare Ankara1Deux bombes ont explosé, le 10 octobre au matin, peu après 10 heures, devant la gare centrale à Ankara, où une manifestation «pour la paix», protestant contre la reprise des affrontements entre les forces de sécurité et le PKK, était en train de se rassembler, à l’appel d’associations et de syndicats (KESK, DISK, TTB, TMMOB…). Une forte participation du HDP était aussi attendue. Le dernier bilan officiel fait état de plus de 95 morts et de près de 250 blessés, certains d’entre eux étant dans un état désespéré. Les autorités turques et une série de témoignages évoquent un attentat-suicide, qui aurait été réalisé par deux personnes. Mais cette hypothèse, plausible, doit encore être confirmée par l’enquête.

Le 11 octobre, des manifestations en hommage aux victimes se sont tenues à Ankara, dans plusieurs villes de Turquie ainsi que dans un certain nombre de villes européennes. Initiées par les organisateurs de la manifestation frappée la veille, elles ont le plus souvent mis en cause le gouvernement, l’accusant de négligence, voire de complicité. Ce drame frappe la Turquie 20 jours avant les élections anticipées du 1er novembre, dégradant encore un climat politique passablement tendu (cf. notre édition du 12 septembre 2015).

Trois jours de deuil national

L’attentat de la gare d’Ankara est à ce jour le plus meurtrier qu’ait connu la Turquie, dépassant largement par sa violence et son bilan, les actes du même genre, commis au cours des deux dernières décennies dans ce pays, en particulier : le double attentat-suicide d’Istanbul des 15 et 20 novembre 2003 (57 morts) conduit par les membres d’un groupuscule turc proche d’Al Qaeda (jugés et condamnés) ; l’attentat de Reyhanlı (notre édition du 15 mai 2013), sur la frontière turco-syrienne, le 11 mai 2013 (52 morts), dont les auteurs n’ont pas été identifiés (les suspicions s’étant principalement portées sur les services de Bachar el-Assad, les organisations djihadistes syriennes et les Acilciler, une organisation turque marxiste instrumentalisée par le régime syrien) ; et l’attentat-suicide de Suruç (cf. Article Jean-François Pérouse du 23 juillet 2015)  du 20 juillet 2015 (33 morts), dont la responsabilité n’a pas été officiellement établie, mais pour lequel de fortes présomptions pèsent sur des milieux proches de l’Etat islamique.Gare Ankara2 Par ailleurs, on se souvient qu’une double explosion s’était produite, à Diyarbakır, le 5 juin 2015, deux jours avant les précédentes élections législatives, lors d’un meeting électoral du HDP, faisant 4 morts et de nombreux blessés.

Réagissant à ce qui s’est passé à Ankara, le premier ministre, Ahmet Davutoğlu, a décrété un deuil national de 3 jours, en hommage aux victimes, mais également dédié aux membres des forces de sécurité turques qui ont péri depuis la reprise des violences dans le sud-est, en juillet dernier. Quant aux auteurs possibles de l’attentat, le chef du gouvernement turc a estimé que, seules certaines organisations avaient la capacité de conduire une telle opération, évoquant explicitement les djihadistes de l’Etat islamique, le PPK, mais aussi le DHKP-C (un groupe d’extrême-gauche radical, auteur de plusieurs attaques, de moindre envergure, notamment contre les représentations américaines, la justice ou la police turques) et le MLKP (un groupe marxiste-léniniste, moins influent que le DHKP-C).

Un appel à l’union nationale diversement accueilli

Le HDP a, quant à lui, pointé du doigt l’Etat islamique, en observant que le mode opératoire des attentats de Diyarbakır et de Suruç était proche de celui de l’attentat d’Ankara. C’est aussi une double explosion qui avait frappé le meeting électoral du HDP à Diyarbakır, en juin dernier. Par ailleurs, le matériel utilisé à Ankara (une sorte de bombe à fragmentation, composée de TNT et de billes de métal) serait apparemment similaire à celui utilisé précédemment à Suruç. Mais le co-leader du parti kurde, Selahattin Demirtaş a également évoqué une responsabilité du gouvernement, parlant notamment «d’un Etat meurtrier qui s’est transformé en mafia». Le gouvernement a rejeté ces accusations et s’est dit prêt à diligenter une enquête. Mais dans la mesure où l’Etat islamique apparaît comme l’un des auteurs présumés de l’attentat, la position du gouvernement ne peut qu’être inconfortable, car de nouveau sont évoqués la témérité de sa politique syrienne et les liens ambigus qu’il a entretenus avec les organisations djihadistes. C’est la raison pour laquelle, Ahmet Davutoğlu, après avoir qualifié l’attentat «de crime contre l’humanité», s’est employé à sortir de l’ornière, en appelant à l’unité nationale et en estimant qu’était visé en l’occurrence, non «un groupe en particulier ou les citoyens qui participaient à la manifestation», mais le peuple dans son ensemble. Dans un esprit de rassemblement, il a souhaité rencontrer les responsables des principaux partis politiques. Cette initiative a cependant tourné court. Après avoir exclu de ces rencontres le HDP, en raison des accusations formulées par Selahattin Demirtaş à l’encontre de son gouvernement, Ahmet Davutoğlu a en effet essuyé un refus des nationalistes du MHP. Seul Kemal Kılıçdaroğlu a répondu favorablement à son invitation, non sans avoir souligné que l’implication excessive du gouvernement de Gare Ankara3l’AKP au Moyen-Orient était en train d’avoir des effets collatéraux terribles. En outre, à l’issue de la rencontre qu’il a eue avec le premier ministre, le leader kémaliste a regretté que le HDP n’ait pas été invité comme lui et déclaré qu’il avait réclamé la démission du ministre de l’Intérieur et celle du ministre de la justice, parce qu’ils auraient pêché par négligence dans l’encadrement d’une manifestation autorisée.

La responsabilité du ministère de l’Intérieur a été évoquée, le jour même de l’attentat, provoquant des appels à la démission du ministre que ce dernier a toutefois exclu, en justifiant l’action de ses services. Le leader du CHP a donc repris à son compte ces critiques, en soulignant que les mesures de sécurité (installation de check-points et organisation de fouilles) ont avant tout concerné la place Sıhhiye sur laquelle devait se tenir la manifestation, mais pas son point de rassemblement préalable où l’attentat s’est produit. Une certaine confusion a de surcroît régné peu après l’attentat. La police a tiré en l’air pour disperser la foule et isoler le lieu de la double explosion, ce qui a provoqué une réaction hostile des manifestants. D’autres témoignages soulignent que les explosions se sont produites à l’endroit où les militants du HDP étaient en train de converger.

Un effet limité de la violence sur le résultat des prochaines élections ?

Cet attentat intervient 20 jours avant les élections anticipées du 1er novembre, conséquence de l’incapacité à constituer un gouvernement de coalition à l’issue des élections législatives du 7 juin. Il s’inscrit dans le contexte d’instabilité qui prévaut en Turquie depuis l’attentat de Suruç du 20 juillet dernier, et la reprise consécutive des confrontations armées avec le PKK dans le sud-est du pays. Mais, au cours des dernières semaines, notamment à partir du mois de septembre, on a pu aussi observer que la violence a eu tendance à se développer et à se diversifier dans ce pays avec : l’apparition de zones kurdes d’insurrection soumises pendant plusieurs jours à un couvre-feu (comme Cizre) ; la survenance de manifestations nationalistes suivies de violences urbaines frappant principalement les permanences du HDP ; enfin, les attaques répétées et multiformes contre le journal Hürriyet par des militants de l’AKP, (ceux qui ont récemment agressé l’éditorialiste, Ahmet Hakan, ayant été exclus du parti).

L’attentat aveugle de la gare d’Ankara constitue toutefois le franchissement d’un nouveau seuil dans ce recours à la violence. Fait pour tuer, il vise manifestement à créer un climat de terreur. Beaucoup de gens au cours des dernières semaines ont eu tendance à user de la violence, mais qui a décidé d’entrer, le 10 octobre, dans cette logique délibérée de la déstabilisation ? Il est probable qu’on aura du mal à répondre à cetteGare Ankara4 question et l’incertitude qui entoure cet attentat ne fait qu’accroître l’inquiétude qui prévaut et qui va empreindre aussi le déroulement du scrutin du 1er novembre.

A cela s’ajoutent les derniers développements de la crise syrienne et l’implication de plus en plus forte de la Russie aux côtés du régime de Bachar el Assad. Les frappes russes en Syrie, les violations de l’espace aérien turc au cours des derniers jours, l’usage de missiles tirés à partir de navires croisant sur la mer Caspienne et le nouvel afflux de réfugiés que ces opérations risquent de provoquer, sont autant de sujet d’inquiétude pour une opinion publique turque qui redoute d’être entrainée à son corps défendant dans un conflit redoutable. Cette situation géopolitique quelque peu angoissante, comme les violences survenues depuis l’été dernier n’ont pourtant pas ébranlé les convictions des électeurs turcs. La plupart des sondages ont annoncé jusqu’à présent invariablement un résultat proche de celui des élections du 7 juin. Et il ne semble pas que l’attentat de la gare d’Ankara doive en l’occurrence véritablement changer la donne…

JM


Vous aimerez aussi...

6 réponses

  1. Anonyme dit :

    Ainsi vous ne publiez plus les commentaires qui vous irritent !!! C’est dommage pour la liberté d’expression que vous -soi-disant- défendez…

    • Jean Marcou dit :

      Si mais vous êtes tellement prolixe ces derniers jours que j’ai du mal à suivre!!!

      • Anonyme dit :

        Je ne fais que répondre à vos commentaires dans un ordre chronologique comme vous l’avez fait. Et vous m’accusez d’être prolixe. Quel dommage ! Je tiens quand même à vous remercier pour avoir publié mes commentaires.
        Ne laissez place à aucun sous-entendu dans vos articles et je vous promets de ne plus vous écrire. Ne prenez pas mal M. Marcou, je me plains seulement de l’attitude de la presse occidentale qui n’écrit pas la réalité et qui influence tendancieusement la communauté française. Et vous faites aussi partie de cette équipe malheureusement…

  2. Anonyme dit :

    Il s’agit d’un nouvel attentat qui a pour objectif, une nouvelle fois, d’affaiblir le gouvernement. C’est une évidence qui saute aux yeux, vu que la plupart des attentats ont toujours eu lieu à la veille des élections pour réduire les voix de l’AKP et augmenter ceux de l’opposition notamment du HDP. Est-ce une coïncidence ? Je n’y crois absolument pas. Et le HDP qui joue toujours les opprimés ! C’est incroyable. Demirtaş ose accuser sans scrupule l’État d’être «meurtrier» avant même que les investigations aboutissent. L’État est bien entendu responsable de la sécurité de tous ses citoyens mais l’accuser de complicité n’est pas plausible. Par ailleurs, il est triste de voir l’opinion publique française croire aux propos de Demirtaş. Je reviens malheureusement sur la partialité de la presse française qui ne fait que manipuler et désinformer l’opinion publique. Imaginez un peu Demirtaş accuser l’Elysée d’être le responsable de l’attaque terroriste qui a visé Charlie Hebdo. Ça vous fait rire non ?! On assiste aujourd’hui au même scénario auquel personne ne croit en Turquie à part les pro-PKK et les organisations marxistes. La double explosion qui s’est produite à Diyarbakır a pourtant profité au HDP qui a joué les victimes et dépassé le seuil des 10% en pleurnichant. Pourquoi les attentats ont généralement lieu pendant les rassemblements des pro-HDP ? Pourquoi les explosions ont toujours eu lieu avant l’arrivée sur les lieux des députés du HDP ? S’il y a des complices c’est bel et bien ces députés qui se rendent sur les lieux après les événements, tout comme les assassins qui retournent toujours sur les lieux du crime…

  1. 19 juillet 2016

    […] Jean Marcou, « La Turquie frappée par l’attentat le plus meurtrier de son histoire », http://ovipot.hypotheses.org/13909, […]

  2. 26 janvier 2017

    […] du 23 juillet 2015), de la gare d’Ankara (102 morts, le 10 octobre 2015, voir notre édition du 11 octobre 2015), de l’aéroport d’Istanbul (45 morts, le 28 juin 2016), de Gaziantep (57 morts, le 20 août […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *