L’AKP retrouve sa majorité absolue à l’occasion des élections anticipées du 1er novembre 2015

1 KASIM1Le vice-premier ministre Numan Kurtulmuş s’est décidément trompé ! Quelques jours avant les élections anticipées du 1er novembre, il avait annoncé que l’AKP allait retrouver en partie ses électeurs perdus et faire un score supérieur de 7 points à celui de juin dernier. Or, c’est un score supérieur de près de 9 points que son parti a réalisé dimanche soir, à la surprise générale. Avec 49,4%, ce dernier retrouve en effet un résultat proche de celui qui avait été le sien, lors des législatives de 2007 (46,6%) et de 2011 (49,8%). Derrière lui, les kémalistes du CHP progressent légèrement par rapport à juin dernier (25,3 % contre 25,1%), mais ils ne réalisent pas la percée qu’ils avaient espérée. Ce sont les deux autres forces politiques parlementaires qui font les frais de cette nouvelle consultation électorale. Les nationalistes du MHP, grands perdants de ce scrutin, enregistrent un recul de 4,5 points (11,9% contre 16,4%). Le HDP perd près de 2,5 points (10,7 % contre 13,1%), mais reste au-dessus de la barre des 10%, ce qui lui était nécessaire pour demeurer au parlement. Le franchissement de ce seuil fatidique a constitué le suspens du début de la soirée électorale, car si HPD était tombé au-dessous de 10%, il est probable que l’AKP aurait obtenu alors, non seulement une majorité absolue, mais aussi la majorité des deux tiers (367 députés), qui permet de réviser la Constitution.

Un nouveau parlement

Il est intéressant de s’attarder aussi sur la composition du nouveau parlement. Les élections du 1er novembre ont confirmé une structuration autour de quatre partis (AKP, CHP, MHP, HDP), qui prévaut1 KASIM2 depuis les élections de 2007. Toutes les autres forces politiques qui se présentaient (16 au total) font des scores infimes, inférieurs à 1%. L’AKP aura donc une majorité absolue confortable (317 sièges), mais légèrement inférieure à celle (327 sièges) dont il disposait pendant la précédente législature (2011-2015). Il a néanmoins repris 59 sièges par rapport aux élections du 7 juin 2015 (où il avait obtenu 258 sièges). Avec 134 députés, le CHP maintient ses positions (135 sièges en 2011, 132 sièges en juin 2015) et reste la première force d’opposition. Le MHP, qui n’obtient que 40 sièges dans le nouveau parlement, en aura une dizaine de moins qu’au cours de la précédente législature (où il avait 53 députés), mais surtout il a perdu la moitié des députés que lui avait attribués le scrutin du 7 juin (80). De ce fait, bien que crédité d’un score inférieur en voix, le HDP sera désormais le troisième parti dans l’hémicycle. Avec 59 sièges, il perd certes un peu plus du quart des députés obtenus en juin (80), mais son groupe parlementaire double presque par rapport à celui la précédente législature (2011-2015).

Ce nouveau parlement sera par ailleurs moins féminin que celui qui avait été élu en juin (81 femmes contre 95, sur un total de 550 députés). En revanche, la plupart des députés issus de minorités ethnico-religieuses (Arméniens, Roms, Mhallammis, Yazidis, Syriaques) ont réussi à se faire réélire.

Un retour des électeurs vers l’AKP

Une observation géographique détaillée des résultats de dimanche permet de comprendre comment la victoire de l’AKP s’est construite. Dans la plupart des départements anatoliens où il est 1 KASIM3traditionnellement majoritaire, le parti au pouvoir a nettement progressé en voix par rapport au mois de juin, ce qui lui permet de reprendre le plus souvent des sièges au MHP, parfois au HDP. Dans les départements kurdes, l’AKP a reconquis une partie de son électorat et progresse parfois très sensiblement (notamment à Ağrı, Batman, Bitlis, Diyarbakır, Muş, Iğdır, Siirt et Van) par rapport au scrutin de juin dernier, qui avait vu une forte percée du HDP. Ce dernier, qui reste toutefois majoritaire dans la plupart des départements du sud-est, perd deux départements du nord-est gagnés en juin (Kars et Ardahan). L’AKP a donc su reconquérir son électorat le plus nationaliste et une partie de son électorat kurde, séduits en juin par un vote protestataire en faveur du MHP ou du HDP. Le MHP semble avoir payé très cher son attitude particulièrement intransigeante, lorsque la constitution d’un gouvernement de coalition avait été tentée, après les élections de juin. Quant au HDP, il a probablement pâti de la reprise de la guérilla par le PKK et de la multiplication des déclarations d’autonomie des élus kurdes dans le sud-est. Quoi qu’il en soit, on observe aussi que la dynamique retrouvée de l’AKP a réduit à néant le vote islamiste radical. Le Saadet Partisi n’obtient que 0,6%, alors qu’il était à 2% en juin, allié il est vrai aux islamo-nationalistes du BBP, crédité, cette fois-ci, de 0,5%.

Les raisons de succès de l’AKP

Le réflexe du «vote utile» et la recherche de la sécurité ont donc joué à plein dans un pays inquiet pour son avenir, qui aspire à retrouver sa stabilité perdue, mais ce retour vers l’AKP est aussi probablement la réaction d’un électorat auquel le système n’a (une fois de plus) pas offert de véritable alternative. En l’occurrence, on a pu observer à nouveau que le système turc des partis ne favorise pas l’alternance, car il1 KASIM4 consiste en une force à laquelle adhère près de la moitié de l’électorat, et en trois partis d’importance moyenne qui ne peuvent s’entendre pour succéder, le cas échéant, à la formation politique dominante. Lors des élections de juin dernier, la poussée du HDP a été amplifiée par le fait qu’elle laissait entrevoir un revers de l’AKP. Mais, une fois infligé, ce revers n’a pu produire de changement durable. L’AKP, en position d’incontournable parti pivot, a choisi de provoquer de nouvelles élections, plutôt que de consentir à un gouvernement de coalition, dont la formation avait été compromise en outre par les positions peu conciliantes du MHP. Dès lors, en novembre, les partis d’opposition ont surtout fait campagne contre l’AKP, en demandant aux électeurs de sanctionner le parti au pouvoir. Or ceux-ci l’avaient déjà fait au mois de juin. Et compte tenu de la situation d’urgence prévalant, tant au niveau national, qu’au niveau international, ils se demandaient désormais avec angoisse quelle serait la gouvernance de la Turquie, à l’issue de ces nouvelles élections, si l’AKP n’avait pas de majorité absolue.  C’est probablement parce que cette question de la gouvernance s’est posée avec de plus en plus d’insistance que nombre d’électeurs de l’AKP, qui avaient choisi le MHP et le HDP en juin, ont fait le trajet inverse, privilégiant un vote utilitaire à un vote d’opinion. Et ce d’autant plus que le parti majoritaire a quant à lui changé quelque peu son fusil d’épaule. Recep Tayyip Erdoğan s’est moins impliqué dans la campagne électorale, son projet de 1 KASIM5présidentialisation a été mis sous le boisseau, les listes de candidats du parti ont été revues, des promesses économiques et sociales ont été remises en avant et sont apparues crédibles eu égard à un sursaut inattendu de la croissance.

On peut certes se demander pourquoi les sondages n’ont pas perçu cette évolution de l’opinion. A cet égard, plusieurs facteurs d’explication importants sont à prendre en compte : d’abord, la difficulté de conduire des enquêtes d’opinion dans certaines parties du pays (est et sud-est) eu égard au climat qui y régnait ces dernières semaines ; ensuite, le traumatisme qu’a constitué l’attentat de la gare d’Ankara, el 10 octobre et qui a faussé probablement l’expression de certaines opinions ; enfin le fait que cette évolution au sein de l’électorat ait été tardive et soit intervenue en partie à un moment où les sondages n’étaient plus légalement possibles.

Et maintenant…

Il s’agit de voir comment l’AKP va gérer ce succès inattendu. La première voie, celle de la témérité, pourrait amener le parti majoritaire à considérer que cette légitimité renouvelée lui donne un blanc-1 KASIM6seing pour reprendre des réformes contestées et aborder le cas échéant la question kurde en usant de la manière forte. La seconde voie, celle de la sagesse, pourrait l’inciter au contraire à user de méthodes plus consensuelles et à privilégier à nouveau la recherche d’une solution politique pour résoudre la question kurde. Enfin, une troisième voie, celle la routine, risque de s’imposer si l’AKP profite de sa victoire pour s’installer un peu plus solidement au pouvoir, sans pour autant chercher à se remettre en cause et à trouver un nouveau souffle. Il est à craindre alors que les dérives autoritaires des dernières années se poursuivent et avivent un peu plus les conflits au sein de la société turque.

Ces options politiques dépendent aussi de l’évolution institutionnelle du régime. La stratégie de Recep 1 KASIM7Tayyip Erdoğan d’aller à des élections anticipées a certes fonctionné, mais c’est Ahmet Davutoğlu qui l’a mise en œuvre et qui, en étant beaucoup plus présent que lui dans la campagne électorale, a accru son autorité sur le parti. En tout état de cause, il sera difficile au président, au moins dans l’immédiat, de relancer son projet de régime présidentiel, car le parti ne dispose pas de la majorité nécessaire pour faire adopter cette réforme constitutionnelle par le parlement. En revanche, on peut se demander quelle lecture fera Recep Tayyip Erdoğan de la Constitution en vigueur. Continuera-t-il à en avoir une interprétation très présidentialiste, ravalant le premier ministre au rang d’exécutant, ou au contraire, tenant compte de l’inquiétude qu’a provoquée jusqu’au sein de son parti sa trop forte personnalisation antérieure du pouvoir, va-t-il désormais se tenir plus en retrait, en laissant une plus grande marge de manœuvre au chef du gouvernement et en s’en servant, le cas échéant, comme d’un fusible… affaire à suivre.

JM


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Anonyme dit :

    M. Marcou, pourquoi parler sans cesse d’une dérive autoritaire ? Franchement je ne comprends pas et je trouve cela vraiment injuste et honteux vis-à-vis du choix du peuple turc. Il existe en effet une section, au sein de la société turque, qui n’apprécie pas Erdoğan. Et c’est tout à fait normal. En France, personne n’est obligé d’adorer Hollande ou d’aimer Obama aux USA. Mais nous, en tant que turc, on respecte le choix des français et des américains et on n’essaye pas de diaboliser leur leader. Si Erdoğan a encore et encore le soutien de la majorité de son peuple qui le considère comme le leader incontestable après Atatürk, et ce malgré les manipulations de la presse française, pourquoi parler d’une dérive autoritaire ? Si le peuple est satisfait, pourquoi s’en prendre autant à Erdoğan ? Les décisions, parfois radicales mais nécessaires, qu’il a prises n’ont apporté que du bien à la Turquie, que cela plaise ou non aux pays européens et à une minorité turque. Erdoğan est présent sur la scène politique depuis des années et il a toujours été élu démocratiquement mais la presse occidentale oublie la notion de la démocratie quand il s’agit d’un leader musulman et d’un pays en plein développement. La presse occidentale ne doit pas confondre la Turquie avec les pays africains manipulables par la presse occidentale. Les turcs et les kurdes font confiance à leur gouvernement, chose que l’Occident ne veut pas savoir mais c’est la réalité depuis maintenant 13 ans. Je n’ai vu aucun journal français faire preuve de respect envers le choix du peuple turc et kurde et saluer la réussite grandiose d’Erdoğan. Les journaux ou émissions françaises ont commencé sans délai à parler de l’éventuel comportement d’Erdoğan, de savoir ce qu’il va faire pour changer le système, etc… sans parler de sa force politique et du soutien dont il jouit. Pourquoi ne pas vouloir un système présidentiel ou semi-présidentiel en Turquie, alors que ce système existe dans plusieurs pays, en France par exemple. Si le peuple turc veut qu’Erdoğan ou une autre personne devienne président, qui l’en empêchera ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *