Un électorat volatil ? Analyse du vote kurde sur les trois derniers scrutins

"Des millions de voix unanimes contre le terrorisme" tract annonçant le meeting de l'AKP à Istanbul le 20 octobre 2015

« Des millions de voix unanimes contre le terrorisme » tract annonçant le meeting de l’AKP à Istanbul le 20 septembre 2015

La question du vote kurde a été un enjeu fondamental des deux dernières élections législatives turques. En effet, même si l’AKP (Adalet ve Kalkınma Partisi – Parti de la Justice et du Développement) resta le premier parti de Turquie lors du scrutin du 7 juin dernier, la formation islamo-conservatrice perdit alors sa majorité absolue (voir notre édition du 8 juin 2015). Or, cette situation (inédite depuis 2002) avait pour cause le franchissement, par le Parti Démocratique des Peuples (Halkların Demokratik Partisi – HDP), du seuil des 10 % au-delà duquel une organisation partisane peut être représentée à la TBMM (Türkiye Büyük Millet Meclisi, Grande Assemblée Nationale de Turquie) : 13,1 % des électeurs accordèrent alors leurs voix au HDP1 (ce qui lui permit de disposer de 80 sièges au Parlement), tandis que les scores cumulés des candidats pro-kurdes en 2011 (qui s’étaient présentés aux urnes en tant qu’« indépendants ») ne rassemblaient alors que 6,6 % des suffrages exprimés (soit 35 députés). Cette augmentation fut également nette par rapport aux résultats obtenus par cette famille politique durant l’élection présidentielle : le 10 août 2014, Selahattin Demirtaş ne totalisa que 9,8 % des voix. L’augmentation des suffrages exprimés en faveur du HDP est aussi visible si l’on se souvient des scores enregistrés par le mouvement pro-kurde durant les élections locales du 30 mars 2014.

Le scrutin du 1er novembre 2015 fut caractérisé, toutefois, par un recul du Parti Démocratique des Peuples par rapport aux résultats qu’il avait enregistrés le 7 juin dernier : la formation pro-kurde ne totalisa que 10,7 % des voix et n’obtint que 59 députés (soit une baisse de 2,4 points et 21 sièges de moins qu’aux précédentes législatives). Comment expliquer ces brusques fluctuations électorales ?

Vidéo de campagne de l’AKP ciblant particulièrement les villes du Sud-Est

Une relation historiquement tendue entre le « centre » et la « périphérie »

En étudiant l’histoire de la formation des systèmes partisans en Europe de l’Ouest, Seymour M. Lipset et Stein Rokkan ont souligné l’existence de quatre clivages distincts, dont l’un d’entre eux oppose le « centre » à la « périphérie »2. Or, la scène politique turque s’avère être également traversée par un antagonisme de ce type. Depuis la période kémaliste, le Kurde incarne la figure de l’altérité « périphérique » en Turquie. Certes, pendant la guerre d’indépendance, Mustafa Kemal mobilisa un référentiel islamique afin de mobiliser à ses côtés les confréries musulmanes et les tribus kurdes. Toutefois, cette alliance turco-kurde prit fin lorsqu’Atatürk s’engagea (à partir de 1923) en faveur d’un Etat-nation laïc basé sur la « turcité ». Par conséquent, le nouveau régime dut faire face à plusieurs soulèvements kurdes de grande ampleur, notamment la révolte du Sheikh Sait (1925), celle du mont Ararat (1930) et celle de Dersim (1936-1938)3. Toutefois, comme l’avaient relevé jadis Lipset et Rokkan4,

Les conflits territoriaux-culturels ne trouvent […] pas seulement une expression politique dans les mouvements sécessionnistes ou irrédentistes, ils nourrissent aussi la structure générale des clivages de la communauté nationale et influencent non seulement chaque organisation partisane nationale mais aussi et surtout l’ensemble du système d’oppositions et d’alliances partisanes.

La prise en compte de la question kurde par les différents partis islamistes turcs qui se sont succédé illustre la pertinence de cette réflexion.

Les partis islamistes face à la question kurde

En tant que mouvement contestataire à l’égard de l’héritage kémaliste, la mouvance islamiste pouvait potentiellement remettre en cause le traitement officiel de la question kurde. Rappelons que Necmettin Erbakan dût en partie son implantation politique à Konya à son rapprochement avec le milieu kurde local5. En outre, dans les années 1970, le second parti fondé par Erbakan (le Parti du Salut National/Milli Selamet Partisi : 1972-1981) était particulièrement implanté dans les provinces du Sud-Est, où il bénéficiait du soutien local des confréries religieuses6. Ainsi, alors qu’il ne totalisait que 11,8 % des suffrages exprimés lors des élections législatives de 1973, le Parti du Salut National réalisait des percées à plus de 25 % dans certaines provinces kurdes. Puis, pendant le scrutin de 1977, le MSP (qui avait reculé jusqu’à 8,6 % à l’échelon national regroupait encore plus de 20 % des voix dans ces provinces. Cette implantation électorale s’appuyait sur la mise en avant (par ce parti) d’un discours relativement pro-kurde au nom d’une identité musulmane partagée. La même attitude caractérisait le Parti de la Prospérité (Refah Partisi : 1983-1998). Par exemple, dans un rapport rédigé en 1994, Recep Tayyip Erdoğan (alors maire d’Istanbul) déclara que la résolution de la question kurde devait répondre (entre autres) aux impératifs suivants :

Interroger à voix haute l’idéologie officielle, négationniste, basée sur l’assimilation, défendre la nécessité d’abroger toutes les lois interdisant la reconnaissance et le développement de la culture kurde […].

Lors de la campagne pour les élections législatives de 1995, Necmettin Erbakan soutint également qu’en tant que « descendants de Saladin », les Kurdes avaient contribué à reprendre Jérusalem aux Croisés en 1187. Cette attitude relativement ouverte à l’égard des revendications kurdes s’est d’ailleurs poursuivie après la création du Parti de la Vertu (Fazilet Partisi : 1998-2001)7. Or, comme l’explique Yohanan Benhaim8

L’AKP, qui revendique l’héritage du Fazilet de Necmettin Erbakan, […] a ainsi récupéré une partie de l’électorat kurde conservateur et islamiste, et certains cadres issus de cette tradition politique ont participé à l’élaboration de sa politique kurde.

Selon Jenny White, l’actuel Parti de la Justice et du Développement serait porteur d’une nouvelle conception de la nation, caractérisée par une réhabilitation du passé ottoman et par une revalorisation des valeurs islamiques : le « nationalisme musulman »9. Ce nouveau discours national explique aussi la politique d’ouverture à l’égard des Kurdes (au nom d’une foi religieuse commune) précédemment menée par le mouvement islamo-conservateur. Par exemple, l’AKP a autorisé l’enseignement de la langue kurde dans les établissements scolaires privés et publics (en tant qu’option), a légalisé l’usage des lettres W, X  et Q (uniquement utilisées par les kurdophones de Turquie) sur les cartes d’identité et a accordé le droit (pour les villages ayant subi une « turcisation » de leurs noms après le coup d’État de 1980) de retrouver leurs dénominations originelles. En 2009, le pouvoir islamo-conservateur a également autorisé la création d’une chaîne de télévision en kurde, a permis aux candidats aux élections de faire campagne dans cette langue et avait accordé une plus large amnistie aux membres du PKK (Partiya Karkerên Kurdistan – Parti des Travailleurs du Kurdistan)10. En outre, après trois ans de négociations avec Abdullah Öcalan, le gouvernement turc avait obtenu de ce dernier une déclaration exigeant l’arrêt des opérations de guérilla menées par son organisation11. Néanmoins, nous pouvons relever (depuis octobre 2014) un raidissement du discours de l’AKP sur la question kurde, qui (dans un premier temps) ne fut pas sans conséquences sur le plan électoral.

Brochure bilingue turc/kurde donnant la parole aux femmes à travers le pays qui vantent les réalisations de l'AKP depuis son accession au pouvoir en 2002

Brochure bilingue turc/kurde donnant la parole aux femmes à travers le pays qui vantent les réalisations de l’AKP depuis son accession au pouvoir en 2002

Le changement de posture de l’AKP et ses conséquences électorales

Il semblerait que l’on assiste (depuis le siège de Kobanê, ayant eu lieu fin 2014 – voir notre édition du 6 octobre 2014) à une « nationalisation » de la rhétorique du Parti de la Justice et du Développement. Le positionnement ambigu du gouvernement islamo-conservateur lors de cet événement (caractérisé par un certain attentisme) avait sans doute aussi pour objectif de rassurer l’électorat nationaliste, qui aurait vu d’un mauvais œil un soutien officiel des autorités turques aux combattants kurdes. De plus, lors de la campagne pour les élections législatives du 7 juin, Recep Tayyip Erdoğan nia l’existence d’une « question kurde » en Turquie (contrairement à ce qu’il avait affirmé lors du discours qu’il avait prononcé à Diyarbakır, en 2005). Peu de temps avant ce scrutin, le chef de l’État interrompit d’ailleurs les négociations (à Dolmabahçe) entre les autorités turques et le PKK. Le raidissement des relations entre le parti islamo-conservateur et la mouvance pro-kurde fut particulièrement visible suite à l’attentat du 5 juin dernier contre un meeting du HDP à Diyarbakır. Commentant cette attaque, Saruhan Oluç (le co-vice président du Parti Démocratique des Peuples) accusa à mots couverts Recep Tayyip Erdoğan d’être derrière cet attentat :

Nous savons très bien qui a commandité ces attentats, qui parle jour après jour le langage de la haine pour faire monter la tension dans le pays.

En effet, durant la campagne pour les élections législatives du 7 juin, R. T. Erdoğan accusa les leaders du HDP d’être « athées » et S. Demirtaş d’être un « mangeur de porc ». Afin de séduire un électorat nationaliste restant majoritairement fıdèle au MHP (Milliyetçi Hareket Partisi – Parti d’Action Nationaliste), le Parti de la Justice et du Développement semblait donc vouloir adopter une rhétorique plus favorable au « centre ». Ainsi, lors des célébrations de l’Aïd el-Fitr, Recep Tayyip Eroğan critiqua les négociations de Dolmabahçe

Un accord a de la valeur s’il est conçu au Parlement avec un fort soutien. Par ailleurs, il ne peut y avoir de consensus avec ceux qui s’appuient sur une organisation terroriste.

Le mouvement islamo-conservateur paraît ainsi renouer avec certaines tendances nationalistes qu’a pu exprimer occasionnellement l’islamisme turc12. De plus, l’existence d’une porosité entre les électorats respectifs de l’AKP et du MHP (relevée par Ali Çarkoğlu13 ) a pu d’autant plus inciter la formation de R. T. Erdoğan à adopter cette stratégie pro-« centre ».

La campagne menée pour le scrutin du 1er novembre fut également l’occasion pour l’AKP de déployer un discours nationaliste : lors de son meeting du 4 octobre au Zenith de Strasbourg, le président turc affirma son « refus d’abandonner le pays aux vauriens [les combattants du PKK] » et adressa à la mouvance pro-kurde l’avertissement suivant : « Tous ceux qui veulent se détacher de nous, nous […] le leur ferons regretter ». Cette évolution du discours de l’AKP favorisa le rapprochement du parti islamo-conservateur avec certaines figures de la droite nationaliste. Ainsi, Tuğrul Türkeş (l’un des fils d’Alparslan Türkeş, le fondateur du MHP) fut l’un des candidats du Parti de la Justice et du Développement pour la deuxième région d’Ankara. De même, le 9 octobre, le parrain mafieux ultranationaliste Sedat Peker tint à Rize un meeting « condamnant la terreur », au cours duquel il appela à soutenir Recep Tayyip Erdoğan face au PKK. Le jour du scrutin, S. Peker fit d’ailleurs connaître (sur Twitter) son vote en faveur de l’AKP. En outre, relevons que (durant cette campagne) l’éventualité d’une coalition entre l’AKP et le MHP fut plusieurs fois soulevée, notamment par Bayram Özçelik (candidat de l’AKP à Burdur). Soulignons également que, dans les provinces du Sud-Est, cette campagne électorale fut organisée dans un climat d’intense répression policière. Autant d’éléments expliquant les fluctuations ayant caractérisé le vote kurde, retranscrites dans le tableau 1 ci-dessous.

Tableau 1 : Évolutions des votes islamo-conservateur et pro-kurde dans les provinces du Sud-Est, entre le 10 août 2014, le 7 juin 2015 et le 1er novembre 2015.
Provinces Candidats/Partis Élection présidentielle (10/08/2014)* Élections législatives (07/06/2015)* Élections législatives (01/11/2015)**
Diyarbakır Recep Tayyip Erdoğan / AKP 33,5 %*** 14,8 % 22,3 %
Selahattin Demirtaş / HDP 64,2 % 77,7 % 71,2 %
Van Recep Tayyip Erdoğan / AKP 42,6 % 20,1 % 30,7 %
Selahattin Demirtaş / HDP 54,5 % 73,6 % 64,2 %
Hakkari Recep Tayyip Erdoğan / AKP 16,3 % 9,7 % 13,7 %
Selahattin Demirtaş / HDP 81,6 % 84,9 % 81,9 %
Şırnak Recep Tayyip Erdoğan / AKP 14,8 % 9,7 % 12,3 %
Selahattin Demirtaş / HDP 83,2 % 83,8 % 83,6 %
Batman Recep Tayyip Erdoğan / AKP 38 % 18,9 % 29,1 %
Selahattin Demirtaş / HDP 60 % 71,4 % 66,8 %
Siirt Recep Tayyip Erdoğan / AKP 42,4 % 28,7 % 37,2 %
Selahattin Demirtaş / HDP 54,1 % 64,7 % 57,2 %
Muş Recep Tayyip Erdoğan / AKP 35,6 % 24,9 % 34,4 %
Selahattin Demirtaş / HDP 61,2 % 70,2 % 60,6 %
Ağrı Recep Tayyip Erdoğan / AKP 36,4 % 16,6 % 27,7 %
Selahattin Demirtaş / HDP 61,3 % 76,9 % 66,7 %
Mardin Recep Tayyip Erdoğan / AKP 36,6 % 19,9 % 29,7 %
Selahattin Demirtaş / HDP 60,9 % 72,1 % 67 %
Bitlis Recep Tayyip Erdoğan / AKP 52,1 % 31,4 % 44,1 %
Selahattin Demirtaş / HDP 43,7 % 59,4 % 48,6 %
Bingöl Recep Tayyip Erdoğan / AKP 65,5 % 47 % 64,4 %
Selahattin Demirtaş / HDP 30,6 % 40,5 % 29,1 %

* Les résultats électoraux du 10 août 2014 et du 7 juin 2015 proviennent du TUİK.
** Les résultats électoraux du 1er novembre 2015 proviennent de Milliyet.
*** Les scores des partis politiques/candidats sont calculés en pourcentages des suffrages exprimés.

L’on remarque ici une baisse du vote islamo-conservateur (entre août 2014 et juin 2015) dans les provinces du Sud-Est. À l’inverse, nous pouvons constater une montée générale du soutien au mouvement pro-kurde dans ces régions d’Anatolie orientale. L’on relève également un développement du vote HDP dans les fiefs kurdes de l’AKP. Même si le Parti de la Justice et du Développement parvint en tête à Bingöl (le 7 juin dernier), son score baissa de 18,5 points par rapport à celui enregistré par Recep Tayyip Erdoğan le 10 août 2014 (à l’inverse, le HDP gagna 9,9 points par rapport au résultat obtenu par Selahattin Demirtaş). À Bitlis, le recul de l’AKP fut encore plus spectaculaire : alors qu’elle donna la majorité de ses suffrages au Premier ministre sortant durant l’élection présidentielle (52,1 %), cette province se tourna vers le Parti Démocratique des Peuples le 7 juin 2015 (59,4 %). Ainsi, entre les deux scrutins, l’on assista à une érosion du vote islamo-conservateur (qui connut une baisse de 20,7 %) et à une hausse des voix en faveur du mouvement pro-kurde (soit 15,7 %) dans la province de Bitlis.

À l’inverse, les élections législatives du 1er novembre furent caractérisées par un retour du Parti de la Justice et du Développement dans les provinces du Sud-Est (même si, dans la plupart de ces cas, le HDP y resta nettement majoritaire). Par exemple, à Diyarbakır, le mouvement islamo-conservateur gagna 7,5 points entre les deux scrutins. De même, à Van, la percée de l’AKP fut de 10,6 points. À Batman, cette remontée s’éleva à 10,2 points. À Siirt, le Parti de la Justice et du Développement regagna 8,5 points. À Muş, la formation de R. T. Erdoğan progressa de 9,5 points. À Ağrı, 11,1 points de plus furent accordés à l’AKP. À Mardin, le Parti de la Justice et du Développement gagna 9,8 points. À Bitlis, les islamo-conservateurs progressèrent de 12,7 points. C’est toutefois à Bingöl que la remontée de cette formation fut la plus sensible (17,4 points supplémentaires par rapport à juin 2015).

L’électorat kurde conservateur

Comme nous venons de le constater, le déplacement de la rhétorique de l’AKP vers l’axe « centre » du clivage opposant ce dernier à la « périphérie » a conduit à une érosion temporaire du vote islamo-conservateur, dans les provinces majoritairement peuplées de Kurdes, entre l’élection présidentielle du 10 août 2014 et les élections législatives du 7 juin 2015. Toutefois, l’on assista à une remontée du mouvement de R. T. Erdoğan le 1er novembre. En effet, ce parti dispose toujours d’une base électorale potentielle : le vote kurde conservateur14. Les données exposées dans le Tableau 1 montrent qu’entre août 2014 et juin 2015, dans les provinces du Sud-Est, la proportion de voix perdues par le mouvement islamo-conservateur était (à chaque fois) supérieure à la proportion de suffrages gagnés par la formation pro-kurde. Cela signifie que le HDP n’était pas parvenu à séduire tous les déçus kurdes de l’AKP. De même, la progression de l’AKP dans ces provinces révèle l’existence d’un électorat conservateur au sein de la population kurde. Rappelons que

les Kurdes sunnites […] relèvent du rite chafiite, beaucoup plus rigoriste que le rite hanéfite considéré comme plus laxiste de leurs voisins turcs. Par ailleurs l’attachement à l’islam sunnite s’est trouvé renforcé ici par la confrontation historique séculaire avec le chiisme azéri et persan voisin ainsi qu’avec la menace russe.

Or, concernant les questions de société, le Parti Démocratique des Peuples déploie un discours très libéral : ce mouvement se présente comme l’avocat de la cause féministe15, ainsi que comme le défenseur des minorités sexuelles16 et religieuses (notamment des alévis17, des chrétiens18 et des yézidis19 ). Certes, cette rhétorique était déjà présente en juin dernier, mais la montée des tensions dans les provinces du Sud-Est a certainement provoqué une réaffiliation des électeurs kurdes religieux au mouvement islamo-conservateur (par volonté de stabilisation).

"Les femmes à l'assemblée" - "Pour la liberté et l'égalité" - "Les femmes gagneront"

« Les femmes à l’assemblée » – « Pour la liberté et l’égalité » – « Les femmes gagneront ». Brochure du HDP pour la campagne de novembre 2015 ciblant l’électorat féminin

Théoriquement, le Parti de la Félicité (Saadet Partisi – SP) aurait pu récupérer les voix des Kurdes traditionalistes (eu égard au déplacement du discours de l’AKP vers le « centre »), mais son alliance (en juin dernier) avec le Parti de la Grande Unité (Büyük Birlik Partisi – BBP)20 semble l’avoir discrédité auprès de cet électorat21. Ainsi, dans les provinces du Sud-Est où la formation de Mustafa Kamalak parvint à tirer son épingle du jeu en mars 2014, le recul du Saadet fut notable en juin et novembre 2015 (même si son alliance avec le BBP n’avait pas été reconduite lors du scrutin de novembre), comme le montre le tableau 2.

Tableau 2 : Évolutions, entre mars 2014 et juin 2015, des scores enregistrés par le Parti de la Félicité (dans les provinces du Sud-Est où il réalisa ses meilleurs résultats lors des dernières élections locales).
Provinces Scores du Parti de la Félicité
Élections locales (30/03/2014)* Élections législatives(07/06/2015)** Élections législatives(01/11/2015)
Élection des conseillers provinciaux Élection des conseillers municipaux Élection des maires Élection des maires métropolitains
Bingöl 9,3 %*** 13,6 % 14,1 % 1,1 % 0,6 %
Muş 4,2 % 7,7 % 7,5 % 0,8 % 0,4 %
Mardin**** 6,5 % 8,9 % 2,6 % 0,5 % 0,2 %
Bitlis 4,5 % 6 % 4,9 % 0,9 % 0,5 %
Ağrı 4,9 % 4,5 % 4,2 % 0,6 % 0,3 %

* Les résultats des élections du 30 mars 2014 et du 7 juin 2015 proviennent du TUİK.
** Le 7 juin 2015, les candidats du Parti de la Félicité étaient également soutenus par le Parti de la Grande Unité.
*** Les scores des partis politiques sont calculés en pourcentages des suffrages exprimés.
**** Nous ne disposons pas des mêmes données pour Mardin par rapport aux autres provinces de notre échantillon, car (contrairement à ces dernières) Mardin dispose du statut de municipalité métropolitaine.

Le Parti de la Libre Cause (Hür Dava PartisiHüda-Par) aurait aussi pu bénéficier du soutien de la fraction islamiste de l’électorat kurde22. Toutefois, le radicalisme de cette formation semble avoir nuit à son officialisation : parmi les provinces majoritairement peuplées de Kurdes où le Parti de la Libre Cause soutint des candidats (en juin 2015), son score le plus élevé ne s’éleva qu’à 7,6 %23. D’ailleurs, le Hüda-Par renonça à présenter des candidats pour le scrutin du 1er novembre (ce qui a sans doute entraîné un report des voix de ce mouvement vers l’AKP).

Par conséquent, le Parti de la Justice et du Développement a sans doute attiré la fraction religieuse d’un électorat kurde potentiellement dérouté par la rhétorique libérale du HDP sur les questions sociétales (et qui ne pouvait se reporter ni sur le Saadet ni sur le Hüda-Par). En outre, la montée de l’instabilité dans ces régions a certainement réactivé une logique « légitimiste » ayant poussé au vote islamo-conservateur, d’autant plus que les affrontements entre le PKK et la police turque ont des conséquences non négligeables sur le plan économique. D’ailleurs, durant cette campagne, Ahmet Davutoğlu présenta son parti comme le garant d’un futur développement économique du Sud-Est anatolien. La formation de R. T. Erdoğan est donc parvenue à reconquérir aussi bien l’électorat nationaliste (votant habituellement pour le MHP) qu’un électorat kurde traditionaliste aspirant à la fin des tensions dans les provinces du Sud-Est. Cependant, malgré les facteurs précédemment mentionnés, l’avenir politique de ces régions s’avère encore incertain. Comme l’explique Pierre Martin, « L’élection est en vérité un bien curieux objet scientifique, car, afin d’en connaître la véritable nature, il faut souvent attendre les résultats de la suivante »24. Or, Lisel Hintz souligne l’existence d’une polarisation croissante au sein de la scène politique turque, alimentée par la rhétorique de l’AKP. Si ce phénomène continue de s’appuyer sur le clivage opposant le « centre » à la « périphérie », il est probable qu’en dépit de cette remontée (en novembre dernier) du vote islamo-conservateur dans les zones kurdes, le HDP y reste majoritaire. Par contre, si cette polarisation tend à se centrer sur l’enjeu religieux, le Parti de la Justice et du Développement pourrait intensifier sa reconquête électorale des provinces du Sud-Est.

  1. Pendant le scrutin du 7 juin 2015, le HDP se présentait à des élections législatives sous ses propres couleurs pour la première fois. []
  2. LIPSET Seymour M., ROKKAN Stein, Structures de clivages, systèmes de partis et alignement des électeurs : une introduction, Bruxelles, Éditions de l’Université de Bruxelles, 2008 (1ère éd. : 1967), pp. 92-93. []
  3. BOZARSLAN Hamit, Histoire de la Turquie contemporaine, Paris, La Découverte (coll. « Repères »), 2010 (1ère éd. : 2004), p. 39. []
  4. LIPSET Seymour M., ROKKAN Stein, op. cit., pp. 80-81. []
  5. Entretien avec Jean-François Pérouse du 21 juillet 2015. Voir aussi ÇALMUK Fehmi, Erbakan’ın Kürtleri. Milli Görüş’ün Güneydoğu Politikası, Istanbul, Metis Yayınları, 2001, 248 p. []
  6. ATUK Esra, Les partis de “vision nationale” : des partis Janus dans le système politique turc, Thèse de science politique, IEP de Grenoble, 2009, p. 59. []
  7. En témoignent les propos tenus alors par Bahattin Sungur (responsable de l’organisation partisane et conseiller du vice-président de cette formation) : « Notre parti a autant besoin de Sabancı que du citoyen qui parle kurde à Şırnak ». Cité dans ATUK Esra, Les partis de “vision nationale”, op. cit., pp. 294-295. []
  8. Le parcours de Mehmet Metiner est, à cet égard, tout à fait représentatif de cette tendance conservatrice d’une partie de la mouvance kurdiste : d’abord proche des milieux confrériques et du Parti de la Vertu, Metin Metiner devint ensuite l’une des plumes du journal pro-kurde Özgür Gündem, avant de se faire élire député sous les couleurs de l’AKP (entretien avec Jean-François Pérouse du 21 juillet 2015). Citons également le cas de Dengir Mir Mehmet Fırat : actuellement député HDP de Mersin, il fut pourtant l’un des co-fondateurs de l’AKP. []
  9. WHITE Jenny, Muslim Nationalism and the New Turks, Princeton, Princeton University Press (coll. « Princeton Studies in Muslim Politics »), 2013, pp. 7-8. []
  10. WHITE Jenny, op. cit., p. 13. []
  11. Rappelons d’ailleurs que, pendant l’élection présidentielle, le candidat de l’AKP avait mis en valeur le « processus de paix » (qu’il désignait sous l’expression « projet de fraternité ») initié par son gouvernement, ainsi que la loi légalisant les négociations avec le PKK. []
  12. Songeons, par exemple, à la participation de militants islamistes lors des manifestations anti-italiennes et anti-PKK de l’automne 1998. []
  13. ÇARKOĞLU Ali, « Plus ça change, plus c’est la même chose : Consolidation of the AKP Predominance in the March 2014 Local Elections in Turkey », South European Society and Politics, 2014, Vol. 29, N°2, 2009, p. 184. DOI: 10.1080/13608746.2014.939853 []
  14. Rappelons, par exemple, que la plus grande manifestation anti-Charlie Hebdo de Turquie fut organisée à Diyarbakır, où elle rassembla 100 000 personnes. []
  15. Durant la campagne pour les élections législatives du 7 juin 2015, le HDP publia de nombreux tracts relatifs aux droits des femmes, intitulés notamment « Kadınlara sağlık hizmetinde büyük insanlık », « Biz’ler emekçi kadınlarız büyük insanlığı büyütenleriz », « Barajları yıkıyoruz kadınla özgür yaşamı inşa ediyoruz » ou encore « Özgür kadınla – Büyük insanlık ». []
  16. Pendant la campagne pour l’élection présidentielle, les associations LGBT appelèrent d’ailleurs à voter pour Selahattin Demirtaş. []
  17. Un tract du HDP, distribué pendant la campagne pour les élections législatives de juin dernier, était d’ailleurs intitulé « Biz’ler aleviyiz büyük insanlığın gönül teliyiz ». []
  18. Sur les quatre parlementaires chrétiens élus le 7 juin 2015 (et réélus le 1er novembre), deux l’ont été sous les couleurs du HDP : Garo Paylan (député d’Istanbul) et Erol Dora (député de Mardin). []
  19. Les deux députés yézidis élus en juin 2015 étaient membres du HDP : il s’agit de Feleknas Uca (élue à Diyarbakır, reconduite en novembre dernier) et d’Ali Atalan (élu de Batman). []
  20. Issu d’une fraction religieuse du MHP, le BBP déploie un discours nettement pro-« centre » dans le cadre du clivage opposant celui-ci à la « périphérie ». []
  21. L’on assista au même phénomène lors des élections législatives de 1991, lorsque le Parti de la Prospérité s’allia avec le Parti du Travail Nationaliste (Milliyetçi Çalışma Partisi : 1985-1993) : dans les provinces du Sud-Est, la proportion de votes en faveur du Refah s’en trouva diminuée par rapport au scrutin précédent. Voir ATUK Esra, Les partis de “vision nationale”, op. cit., p. 134. []
  22. À Diyarbakır (en mai dernier), ce parti a été capable d’organiser d’importantes manifestations en soutien à l’ancien président égyptien Mohamed Morsi. []
  23. Il s’agissait de l’élection des conseillers municipaux dans la province de Batman. []
  24. MARTIN Pierre, Comprendre les évolutions électorales. La théorie des réalignements revisitée, Paris, Presses de Sciences Po, 2000, p. 437. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *