La diplomatie turque bousculée par les suites stratégiques des attentats de Paris

suites stratégiques1Les attentats du 13 novembre à Paris ont manifestement fait bouger les lignes géopolitiques de la crise syrienne, et risquent de contraindre la diplomatie turque à sortir des ambiguïtés dans lesquelles elle a trop souvent paru se complaire, même depuis qu’elle a décidé de frapper Daech, en Syrie et en Irak, l’été dernier. Paradoxalement, le 16 novembre, au moment même où, au sommet du G-20 Antalya, le président Erdoğan appelait à l’union contre le terrorisme, le président Hollande, absent dudit sommet pour les raisons que l’on sait, désignait l’Etat islamique, dans son discours devant le parlement français réuni en Congrès, comme l’ennemi numéro un dans la crise syrienne, expliquant qu’il ne s’agissait plus «de contenir» mais «de détruire cette organisation». Par ailleurs, alors qu’au même sommet du G20, le président Obama excluait une fois de plus toute action au sol en Syrie, en annonçant que la lutte contre Daech prendrait du temps avant d’aboutir, son homologue français à Versailles, regrettant que la communauté internationale «soit divisée et incohérente», annonçait son intention de rencontrer le président Poutine, afin d’unir les efforts des deux coalitions qui se sont formées contre l’Etat islamique au cours de l’année écoulée, et d’atteindre enfin «un résultat qui pour l’instant est encore renvoyé à trop longtemps».

L’intensification de l’intervention russe en Syrie

Le revirement de Paris a été immédiatement suivi d’effets sur le terrain. Les frappes de chasseurs-bombardiers français en Syrie, commencées la veille, se sont poursuivies le lendemain, tandis que le Charles de Gaulle appareillait pour la Méditerranée orientale, le 18 novembre, afin de tripler les capacités d’action de l’aviation française sur le théâtre des opérations. Mais surtout, dès le 17 novembre, le président russe, après une conversation téléphonique avec son homologue français, a donné l’ordre à ses navires présents en Méditerranée orientale d’entrer en contact avec le porte-avions français dès qu’il croiserait dans la zone. La décision française de riposter aux attentats de Paris croise en réalité fort opportunément le désir du président

suites stratégiques2 russe de répondre à l’attentat qui a frappé, le 31 octobre, un avion de touristes russes au-dessus du Sinaï, faisant 224 victimes. Dès lors, les bombardements russes sur la Syrie se sont rapidement intensifiés dans des proportions jamais atteintes jusqu’à présent. On sait que, depuis que la Russie a décidé d’intervenir pour soutenir le régime de Damas, les bombardements qu’elle conduit, comme les moyens qu’elle met en œuvre, sont d’une densité nettement supérieure à ceux déployés par les Occidentaux. Loin de se démentir, cette tendance s’est confirmée au cours des derniers jours. Ainsi, le 17 novembre, outre les 69 avions dont elle dispose en Syrie, la Russie a décidé d’engager des bombardiers stratégiques à long rayon d’action décollant de bases russes. Le 20 novembre, ce sont à nouveau des missiles de croisière, tirés à partir de la mer Caspienne et transitant par l’espace aérien iranien (fait qui mérite d’être signalé, quand on connaît l’attachement de l’Iran à la sanctuarisation de son territoire), qui ont été utilisés par Moscou. Cette nouvelle campagne ambitionne de cibler le «portefeuille» de Daech, en s’en prenant aux norias de camions citernes qui transportent et exportent le pétrole de l’organisation djihadiste ; un type d’action à laquelle la coalition occidentale avait répugné jusqu’à présent par peur des dommages collatéraux, mais qui est une suite logique au discours de Vladimir suites stratégiques3Poutine à Antalya. Lors du sommet du G-20, le président russe a en effet appelé à assécher les moyens de financement de l’Etat islamique, en rappelant qu’il provenait de 40 pays dans le monde, y compris de pays du G-20, par une remarque incidente qui désignait implicitement l’Arabie Saoudite et la Turquie.

Il est sûr que pour mener cette nouvelle campagne de frappes, la Russie ne prend pas de gants, et qu’elle en profite pour continuer à s’attaquer non seulement à l’Etat islamique, mais aussi à des positions tenues par l’Armée Syrienne Libre (ASL). Un communiqué de Médecins sans frontières a en particulier fait état de bombardements dans la Ghouta orientale contre des hôpitaux auxquels l’ONG apporte son soutien. Pour sa part, le 20 novembre, la Turquie a condamné le bombardement d’un village turkmène qui aurait fait une quarantaine de blessés, et convoqué l’ambassadeur de la Fédération de Russie à Ankara. Ahmet Davutoğlu, le premier ministre turc, a expliqué que la lutte contre le terrorisme ne devait pas servir de prétexte pour frapper l’opposition syrienne modérée en Syrie, et l’on observe que, de Kuala Lumpur où il participait au sommet de l’Association des nations de l’Asie du sud-est, Barack Obama a lui aussi souhaité que la Russie concentre ses frappes sur l’Etat islamique.

Le départ de Bachar el-Assad désormais éludé

En Turquie, la presse pro-gouvernementale souligne donc toutes les dernières déclarations du président américain qui rappellent la nécessité de cibler Daech, et semble espérer que les Etats-Unis pèseront de toutsuites stratégiques4 leur poids pour contenir la puissance russe, actuellement à la manœuvre au Proche-Orient. Le problème ne concerne pas seulement les bombardements en cours, mais aussi l’élaboration d’une sortie de la crise syrienne qu’Américains, Russes, Chinois, Européens et pays du Moyen-Orient ont essayé laborieusement d’imaginer dernièrement à Vienne. Le 14 novembre, lors de leur ultime rencontre dans la capitale autrichienne, l’ensemble des protagonistes ont fini par tomber d’accord sur une feuille de route prévoyant l’organisation d’élections en Syrie à échéance de 18 mois, mais en ce qui concerne le sort à réserver à l’actuel président syrien, ils restent à première vue sur des positions diamétralement opposées. Américains, Européens et Turcs estiment qu’aucune solution ne pourra intervenir si Bachar el-Assad se maintient, alors que les Russes et leurs alliés iraniens et chinois continuent d’apporter leur soutien au régime de Damas.

Au grand dam de la Turquie, toutefois, cette opposition ne semble pourtant plus réellement insurmontable dans le contexte actuel. Comme ils avaient accepté le retour de la Russie sur la scène moyen-orientale à l’automne 2013, lorsque la Syrie avait utilisé des armes chimiques, les Etats-Unis ont finalement consenti à ce que Moscou s’implique militairement dans la crise syrienne depuis septembre dernier. Le contexte actuel suites stratégiquessemble accélérer ce rapprochement des points de vue, le chef de la diplomatie russe, Sergueï Lavrov ayant estimé, le 19 novembre, que les attentats de Paris avaient aidé les Occidentaux à comprendre que la priorité n’était pas de renverser Assad, mais de combattre l’Etat islamique ; une opinion également exprimée par François Hollande dans son discours de Versailles. Pour sa part, réagissant aux dernières propositions de Vienne, dans une interview à la chaine italienne RAI Uno, Bachar el Assad a estimé que le délai de 18 mois pour élaborer une nouvelle constitution et organiser une consultation électorale en Syrie, ne pourrait commencer à courir qu’une fois que l’on aurait définitivement défait le terrorisme. Le maintien du régime de Damas semble donc acquis pour un certain temps, et les moyens de la Turquie pour peser sur le règlement de la crise syrienne apparaissent désormais réduits.

La Turquie dans une situation stratégique inconfortable

En réalité, plus on la dissèque, plus la situation de la Turquie est, au regard de la crise syrienne, complexe. Depuis la mi-octobre, à la suite de l’attentat de la gare d’Ankara (cf. notre édition du 11 octobre 2015), le gouvernement turc s’est employé à démanteler les cellules de l’Etat islamique qui s’étaient implantées sur son territoire, en conduisant desuites stratégiques6 nombreux raids policiers. Les attentats de Paris vont sans doute le conduire à intensifier ce type d’opérations, en coordination avec les polices européennes. Le 21 novembre d’ailleurs, un homme de 26 ans venu de Belgique et suspecté d’avoir participé aux repérages des sites parisiens où ont eu lieu les attentats du 13 novembre dernier, a été appréhendé à Antalya, après avoir été pris en filature depuis son arrivée sur le sol turc.

En dépit de cette convergence d’intérêts sur le plan sécuritaire, la position d’Ankara à l’égard de ses alliés reste des plus inconfortables sur le plan stratégique. En effet, bien que depuis le mois de juillet, elle ait accepté suites stratégiques7d’ouvrir sa base d’İncirlik à la coalition internationale qui bombarde Daech en Syrie et en Irak, la Turquie a peu participé concrètement aux opérations aériennes contre l’organisation djihadiste. Elle craint que ces dernières ne favorisent les Kurdes syriens, proches du PKK, en modifiant le rapport de force sur le terrain. Car si elle a salué récemment la reprise du Sinjar par ses alliés kurdes irakiens, elle s’inquiète en revanche des gains territoriaux récents des Kurdes syriens, et ne cesse de les mettre en garde, depuis la fin du mois d’octobre, contre la tentation de prendre pied sur la rive occidentale de l’Euphrate qu’elle considère comme une terre principalement arabe et turkmène. Si les Kurdes syriens y parviennent, néanmoins, les différentes zones du Rojava achèveront de faire leurs jonctions, et la frontière méridionale de la Turquie deviendra pour l’essentiel une frontière kurde sur près mille kilomètres allant d’Efrin à l’Iran. L’offensive en cours contre l’Etat islamique risque d’accélérer la réalisation de ce scénario qui inquiète Ankara depuis 2012. Elle peut aussi amener la Turquie à devoir s’engager plus franchement aux côtés de ses alliés occidentaux. John Kerry a ainsi annoncé le 17 novembre que les Etats-Unis et la Turquie allaient apporter une couverture aérienne à l’ASL pour chasser l’Etat islamique des zones frontalières du nord-ouest de la Syrie où les organisations djihadistes mènent de longue date des opérations de contrebande juteuses. Le dossier des réfugiés, négocié actuellement avec l’UE, risque aussi d’être affecté par les attentats de Paris. Alors même que la Turquie était en position de force pour faire valoir ses revendications en la matière, en tirant parti notamment des contradictions européennes sur le plan humanitaire, elle aura désormais à composer en l’occurrence avec un argument sécuritaire de poids.

Au bout du compte la position régionale d’Ankara est plus que jamais difficile. Face à la Russie et l’Iran à l’offensive en Irak et en Syrie, les moyens de la Turquie de peser sur le règlement de la crise syrienne sont désormais réduits. Elle aurait ainsi besoin de resserrer ses liens avec ses alliés occidentaux, mais sa propre lecture de la crise syrienne, les convergences et les inimitiés de voisinage dans lesquelles elle s’est laissée entrainer, le fait qu’elle ne se soit jamais pleinement intégrée dans la coalition internationale agissant contre Daech, handicapent sa relation avec les Américains et les Européens, à un moment crucial.

JM


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Bernard CORNUT dit :

    Vers le milieu de son article Jean MARCOU écrit « lorsque la Syrie avait utilisé des armes chimiques ». Même s’il pourrait plaider que le terme Syrie est imprécis, c’est le gouvernement en place qu’il désigne comme l’a toujours fait le gouvernement français , et tous les grands media, sans preuves consistantes, alors que la manipulation criminelle de groupes mercenaires armés et des services (séoudiens et turcs au moins) a été démontée et démontrée avec précision, par moi-même dès octobre 2013, par des juristes et militants turcs en décembre 2013 et bien d’autres aux USA et au Canada, et qu’une synthèse documentée de près de 50 pages et 100 références a été publiée à mi 2015 sur un site suisse: http://arretsurinfo.ch/synthese-sur-lattaque-a-larme-chimique-en-syrie-le-21-aout-2013/
    Il est essentiel de dire haut et fort aux opinions publiques que plusieurs manipulations ont été arrangées par des groupes mercenaires armés pour tenter de déclencher une intervention massive des USA, des Britanniques et de la France en attribuant faussement au « régime syrien » de grands massacres commis en fait par ces groupes mercenaires armés. A Jisr ech Choughour en juin 2011, près de Houla le 25 mai 2012 et dans la Ghouta Est par attaques chimiques le 21 août 2013. Fabius et Hollande se sont fait rouler, abuser, mystifier, manipuler. Mais ils sont entièrement responsables de leur pré-conditionnement et de leur orgueil les empêchant de reconnaître leurs erreurs. En fait ils ont ainsi engager la responsabilité de la France dans la prolongation du conflit, des destructions et des morts de tous côtés en Syrie. Ils ont fait encourir à la France l’obligation d’assumer un jour des réparations quand la vérité sera mieux connue et la Syrie entendue.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *