Des relations turco-iraniennes fluctuantes depuis 2010, à l’image d’un Moyen Orient de plus en plus chaotique

« Hassan Rouhani » par BotMultichillT — User:Mojtaba Salimi. Sous licence CC BY-SA 3.0 via Wikimedia Commons

Hassan Rohani, président iranien (2013-). Téhéran revient sur le devant la scène internationale par l’accord sur son programme nucléaire et sa lutte contre l’État islamique « Hassan Rouhani » par BotMultichillT — User:Mojtaba Salimi. Sous licence CC BY-SA 3.0 via Wikimedia Commons

Le phénomène des « Printemps arabes » a été le déclencheur d’une nouvelle phase de rivalité entre la Turquie et l’Iran, annonçant de nouveaux retournements de situation dans des relations déjà louvoyantes. Ces deux pays vont chercher à tirer profit de la situation pour accroître leur influence régionale, s’opposant sur les questions syrienne, irakienne et kurde, sans entamer de conflit ouvert, mais modifiant une fois de plus l’équilibre des puissances au Moyen Orient.

L’année 2010 avait pourtant été marquée par des relations prometteuses, notamment sur le sensible dossier du nucléaire iranien, pour lequel la Turquie avait apporté sa médiation entre l’Iran et les pays occidentaux. Avec l’appui du Brésil, Ankara et Téhéran avaient proposé, lors de l’accord tripartite du 17 mai 2010, une alternative à la politique de sanction exercée contre l’Iran (voir notre édition du 24 mai 2010). En outre, la Turquie avait, au grand mécontentement de Washington, refusé de voter ces sanctions à l’ONU, le 9 juin 2010, avant d’émettre des réserves, lors du sommet de l’OTAN à Lisbonne, en novembre 2010 (voir notre édition du 19 novembre 2010), sur l’extension du bouclier antimissile américain1. La Turquie affirmait donc l’autonomie de sa politique étrangère, basée sur la doctrine du « zéro problème avec les voisins » [Komşularla Sıfır Sorun Politikası] du ministre des Affaires étrangères Ahmet Davutoğlu2, et disposait d’un grand prestige au sein du Moyen Orient (cf. notre édition du 25 janvier 2011).

Cependant, sous ces auspices favorables du rapprochement entre deux puissances rivales depuis des siècles (cf. les éditions des 6, 12 et 14 novembre 2012 des Clés du Moyen Orient), les désaccords et les tensions n’étaient jamais bien loin. En effet, Ankara ne souhaitait pas céder à Téhéran son rôle de puissance critique à l’égard d’Israël, permettant ainsi à la Turquie de se concilier les puissances arabes sunnites et d’assurer son statut de puissance régionale. Même si cette opposition demeurait bénigne en comparaison avec ce qui allait suivre, cette volonté turque de se faire le héraut des sunnites contre Israël n’en provoquait déjà pas moins une légère instrumentalisation du clivage religieux puisque l’Iran chiite était implicitement « exclu » de ce conflit.

bachar

Bachar el-Assad, président syrien (2000-), allié de Téhéran, ennemi d’Ankara, et pierre d’achoppement du précédent rapprochement turco-iranien

L’entente de circonstance entre Ankara et Téhéran, centrée sur le dossier nucléaire iranien, aurait pu se poursuivre sans les bouleversements politiques causés par les soulèvements de populations arabes de l’année 2011. C’est notamment la révolte syrienne contre le gouvernement autoritaire de Bachar el-Assad qui va se révéler déterminante dans le retournement des relations turco-iraniennes. Alors que les gouvernements d’Ankara et de Damas maintenaient des relations cordiales, symbolisant la réussite de la politique de bon voisinage turque, les incertitudes politiques et stratégiques découlant de ce qui sera appelé le « Printemps arabe » vont pousser la Turquie à plus de réalisme dans sa politique étrangère. Cela implique le rapprochement avec les alliés occidentaux dont Ankara semblait vouloir s’éloigner l’année précédente, mais également la volte-face du gouvernement turc contre le régime de Damas.

Or, l’Iran craint la chute de Bachar el-Assad, et son remplacement par un pouvoir sunnite, favorable à la Turquie. Outre le fait de perdre un allié, cela rendrait les interventions iraniennes au Proche Orient – surtout au Liban – bien plus difficiles. De son côté, Ankara craint une instrumentalisation de la question kurde au profit de Damas et de Téhéran. Cependant, cette opposition est encore tempérée par les risques d’une opposition sectaire entre chiites et sunnites au Moyen-Orient. Les positions de neutralité, résumé par le « ni amis, ni ennemis » (cf. notre édition du 17 janvier 2012), prévalent donc pour le moment, et Ankara espère d’ailleurs demeurer un médiateur privilégié pour le programme nucléaire iranien. Pourtant, bien que les deux États semblent faire prévaloir des relations qui leur ont été bénéfiques durant la décennie précédente, l’année 2011 a été cruciale. En effet, la politique étrangère turque de bon voisinage a reculé au profit de positions plus réalistes, les relations entre Ankara et Téhéran ont été ébranlées, et la Syrie va se révéler être une pierre d’achoppement dans des relations turco-iraniennes de plus en plus tendues.

C’est justement l’aggravation de la crise syrienne qui va miner ces relations (cf. notre édition du 12 janvier 2013). Soucieuse de ne pas se couper des Occidentaux, Ankara donne son accord pour installer des missiles américains PATRIOT sur le territoire turc, provoquant de vives critiques de la part de Téhéran, qui accuse son voisin de s’être mis au service des États-Unis, voire d’Israël. En retour, la Turquie perd son statut de médiateur privilégié sur le dossier nucléaire iranien, alors qu’elle était au centre du rapprochement entre les deux pays. Les tensions stratégiques ont d’ailleurs des conséquences sur le champ religieux, la Turquie s’érigeant en pilier du « bloc sunnite » face à l’Iran chiite, apportant ainsi une lecture confessionnelle des nouveaux équilibres stratégiques au Moyen Orient. Cette lecture est d’ailleurs alimentée par l’Arabie saoudite, qui cherche à occulter les raisons premières des soulèvements de 2011, à savoir, des revendications sociales et politiques de populations ne supportant plus leurs régimes autoritaires. Des revendications bien plus menaçantes pour le régime monarchique saoudien que pour la République islamique, plus démocratique en apparence.

C’est d’ailleurs l’élection du président Hassan Rohani en 2013, ainsi que les espoirs d’une solution pour le programme nucléaire iranien qui vont permettre d’atténuer les tensions turco-iraniennes (cf. notre édition du 30 décembre 2013). Mais la Turquie ne retrouve pas la position privilégiée qu’elle occupait auparavant, puisqu’elle perd définitivement son rôle de médiateur sur cette question. Ce recul illustre d’ailleurs l’isolement croissant d’Ankara au Moyen Orient, notamment après la chute du régime allié des Frères musulmans en Égypte, et son remplacement par un régime militaire hostile, ce qu’il faut ajouter aux tensions avec la Grèce sur la question chypriote, sans parler des relations glaciales avec Israël. Tout cela dans un contexte régional de plus en plus chaotique, avec l’aggravation de la situation en Syrie, où les djihadistes, tels que le Front islamique ou le Front Al-Nosra, forment les groupes rebelles les plus puissants et surtout, en 2014, suite à l’apparition de l’État islamique en Irak et au Levant – Daesh en arabe – qui cause la déstabilisation de l’Irak.

Une telle fragilité des deux pays permet aux zones kurdes de se développer indépendamment de Bagdad et surtout de Damas, devenant des acteurs à part entière du conflit. Les Kurdes irakiens ayant le soutien d’Ankara, le problème vient surtout de la méfiance du gouvernement turc envers le Parti de l’union démocratique (PYD) kurde syrien, qu’il accuse de soutenir le Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), en lutte armée contre le gouvernement turc depuis 1984. Par conséquent, la Turquie adopte une prudente position de non-interventionnisme – ce qui n’est pas sans rappeler la position kémaliste durant la Seconde guerre mondiale – tout en refusant de soutenir les Kurdes de Syrie assiégés à partir de septembre 2014 par l’État islamique à Kobanê, ville syrienne jouxtant la frontière turque (cf. nos éditions des 6 et 28 octobre 2014). Les relations d’Ankara avec cette organisation salafiste, qui a proclamé le califat sur les territoires qu’il contrôle en Syrie et en Irak en juin 2014, sont d’ailleurs assez ambigües. En effet, la Turquie considérant le régime de Damas et les Kurdes du PYD comme des menaces prioritaires, a souvent été accusée d’une indifférence complaisante envers l’organisation djihadiste, voire de laisser passer la frontière syrienne à des combattants ralliés à l’État islamique, afin de voir tomber le régime de Bachar el-Assad et les zones contrôlées par le PYD. Néanmoins, l’apparition d’un tel acteur a davantage déstabilisé la région, suscitant la création, en août 2014, d’une Coalition arabo-occidentale en Irak et en Syrie visant à mettre fin à son existence, et regroupant les États-Unis, l’Australie, le Canada, les principaux pays européens, l’Arabie saoudite, les Émirats du Golfe, et la Turquie.

Pour pallier à son isolement diplomatique, Ankara est donc membre de cette coalition, malgré ses réticences initiales à s’impliquer réellement dans les efforts de celle-ci, pour ne pas être un « janissaire de l’Occident » (cf. notre édition du 5 janvier 2015). Cela signifie également un rapprochement stratégique plus fort avec l’Iran. En effet, Téhéran effectue son « grand retour » en s’opposant à l’avancée de l’État islamique, devenant ainsi un « acteur indispensable contre Daesh ». Loin d’avoir perdu son statut de puissance régionale, la Turquie ressent pourtant que les années glorieuses de la politique du « zéro problème avec les voisins » appartiennent au passé, et qu’il lui faut faire preuve de plus de réalisme pour récupérer son prestige perdu, ce qui implique de se rapprocher de l’Iran, et de participer davantage aux efforts de la coalition contre l’État islamique. Les récentes frappes aériennes turques en Syrie et en Irak sont certes le signe d’un tournant stratégique d’Ankara, mais sont néanmoins effectuées dans le cadre d’une offensive globale contre le « terrorisme » (cf. notre édition du 9 août 2015). Cela permet à Ankara de légitimer ses bombardements les plus intensifs sur les rebelles kurdes du PKK, ce qui rend les autres acteurs du Moyen Orient, dont l’Iran, fort dubitatifs sur cette évolution.

L'expansion de l'État islamique en Irak et en Syrie depuis 2014 fragilise des pays déjà ébranlés par l'occupation étrangère et la guerre civile © France24

L’expansion de l’Etat islamique en Irak et en Syrie depuis 2014 fragilise des pays déjà ébranlés par l’occupation étrangère et la guerre civile
© France24

En cinq ans de bouleversements régionaux, l’équilibre des deux puissances semble donc être en train de s’inverser. La Turquie, de héraut autoproclamé des « printemps arabes » et médiateur privilégié du dossier nucléaire iranien, est devenue un État diplomatiquement isolé au Moyen Orient ; dont l’économie n’est plus aussi performante, rongé par ses choix contradictoires sur la crise syrienne, et dont les dirigeants, malgré le résultat favorable des dernières élections législatives en novembre 2015, ont subi d’importantes contestations internes. Une évolution, somme toute, presque diamétralement opposée à celle de l’Iran qui, de pays au banc de la communauté internationale et soumis à un embargo des plus écrasants, acquiert un statut d’allié indispensable dans la lutte contre l’État islamique, tout en arrivant à un compromis lui permettant de poursuivre son programme nucléaire3.

La convergence apparente de la Turquie et de l’Iran semble donc obéir à une logique purement centrée sur les intérêts des deux pays à faire face à un adversaire désormais commun, mais aussi et surtout sur des accords économiques permettant à l’Iran de bénéficier de la meilleure intégration de la Turquie au système économique mondial, contre des transferts de ressources hydrocarbures, dont l’Iran est bien mieux doté. Néanmoins, la rivalité turco-iranienne persiste, les deux pays entretenant davantage une relation de voisinage nécessaire, basée sur des intérêts, plutôt qu’une véritable amitié. En somme, la politique régionale de deux États voisins, disposants chacun d’une influence régionale historiquement bien établie, via des vecteurs religieux, culturels ou purement stratégiques, dont ils sont fortement conscients, et qu’ils défendent jalousement depuis des siècles face à ce qu’ils perçoivent réciproquement comme leur « grand rival » au Moyen Orient.

  1. Projet de système défensif des pays membres de l’OTAN, dont le but est de prévenir le risque de prolifération de missiles balistiques dans le voisinage de l’Europe, en associant implicitement l’Iran à cette menace. []
  2. Actuellement Premier ministre, depuis l’élection de son prédécesseur, Recep Tayyip Erdoğan, comme Président de la République turque, en août 2014. []
  3. C’est-à-dire, une limitation du nombre de sites (mines d’uranium, centrale nucléaires, usines d’enrichissement de l’uranium) et du matériel (uranium enrichi et plutonium) nécessaires à la réalisation du programme nucléaire iranien, placés sous contrôle renforcé de l’Agence internationale de l’énergie atomique, contre la levée des sanctions économiques qui pesaient sur l’économie iranienne (notamment les avoirs gelés à l’étranger, représentant près de 150 milliards de dollars). Il ne s’agit plus de démanteler à tout prix le programme nucléaire iranien, mais d’empêcher son développement clandestin à des fins militaires. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *