Le bilan 2015 de la politique intérieure de la Turquie

Bilan PI 2015-1Sans nul doute, 2015 aura été en Turquie une année de contraste et de contradictions. Après avoir perdu sa majorité absolue, lors des élections législatives de juin, l’AKP l’a reconquise, lors des élections anticipées de novembre. Après avoir été remis sur les rails au printemps, le règlement politique de la question kurde s’est rapidement enlisé pour connaître des développements qui figurent parmi les plus noirs, depuis ceux des années 1980-1990. Au fond, treize ans après l’arrivée au pouvoir de l’AKP, une incontestable aspiration au changement, ou tout au moins à une évolution des orientations gouvernementales, s’est manifestée, mais le système politique a aussi montré ses limites, indiquant que, pour l’instant, il n’y avait pas vraiment d’alternative politique possible. Cette impasse est préoccupante, parce que 2015 a été également une année de violences : assassinats politiques, violences contre les femmes, reprise des affrontements entre le PKK et les forces de sécurité, et bien sûr attentats. Dans ce déchainement d’incertitude et de complexité, les électeurs de Turquie ont fait incontestablement preuve de maturité et de responsabilité. A deux reprises, 85% d’entre eux n’ont pas hésité à se rendre aux urnes. Mais il n’est pas sûr que le système saura tirer le meilleur parti de cet engouement électoral non démenti pour mener à bien les réformes qui s’imposent. A cet égard, la relance du projet de présidentialisation n’est peut-être pas la réponse attendue par ces électeurs assidus.

Des élections de juin…

L’année 2015 s’est ouverte dans le sillage de l’élection de Recep Tayyip Erdoğan à la présidence de la République en août 2014, alors même que le premier chef d’Etat turc, élu au suffrage universel, s’employait à conforter une nouvelle lecture présidentialiste de la Constitution, en dominant l’exécutif de la tête et des épaules, et en se remettant à exercer significativement certains pouvoirs présidentiels tombés en désuétude, comme par exemple la présidence du Conseil des ministres. Dans cette perspective, les élections législatives du mois de juin devaient venir confirmer cette évolution du système, en donnant au chef de l’Etat la majorité nécessaire au parlement pour changer la Constitution, et instaurer un véritable régime présidentiel. Pour atteindre cet objectif, le président n’aBilan PI 2015-2 donc pas ménagé sa peine, partant en campagne, courant les meetings et écumant les plateaux de télévision, comme lorsqu’il était chef de gouvernement, au point d’en éclipser le premier ministre en exercice, Ahmet Davutoğlu. Las ! Rapidement il a fallu remiser les scénarios de nouvelles conquêtes annoncés, pour leur substituer une posture plus pragmatique de défense des acquis de plus d’une décennie de gouvernement de l’AKP ; une entreprise d’autant plus difficile au moment où ce gouvernement et ce parti devaient composer avec un sérieux scepticisme ambiant, découlant d’une situation économique moins favorable, de l’inquiétude suscitée par la crise syrienne, de l’incompréhension provoquée par les hauts et les bas du « processus de paix » avec les Kurdes, et d’une réelle méfiance à l’égard du projet de présidentialisation du régime. Si bien qu’au soir du 7 juin 2015, l’impensable scénario était devenu réalité : avec 40,86% des voix et 258 députés, l’AKP connaissait le premier revers électoral important de son histoire, en perdant la majorité absolue qui lui avait permis de gouverner seul depuis 2002. Loin d’être la conséquence d’un succès du principal parti d’opposition, le CHP (stationnaire à 24,94% et 132 sièges), le résultat de juin est avant tout du aux poussées des deux frères ennemis de l’hémicycle parlementaire turc : les nationalistes du MHP (16,28% et 80 sièges) et les Kurdes du HDP (13,11% et 80 sièges). Sur fond de mécontentement ambiant et d’usure, l’AKP a ainsi perdu les franges les plus nationalistes de son électorat, sans pour autant parvenir à conserver l’ampleur de son influence, au sein de son électorat kurde (cf. notre édition du juin 2015).

… aux élections de novembre

Dans la mesure où le score des législatives de juin est d’emblée apparu comme un échec personnel pour Recep Tayyip Erdoğan, les chances de l’inverser paraissaient ténues, tous les sondages de l’été semblant annoncer, pour les élections anticipées à venir, la confirmation des tendances de juin. La surprise des résultats de novembre n’en a été ainsi que plus forte. Toutefois, ces résultats s’expliquent et confortent des phénomènes, par ailleurs, déjà observés.

Le premier facteur est sans doute celui du contexte, pas seulement le contexte qui a suivi, en juillet, l’attentat de Suruç et la reprise de la guérilla par le PKK, mais surtout celui de la situation délétère qui a prévalu à partir du mois de septembre, avec les dérapages des manifestations nationalistes et la tragédie de la gare d’Ankara, à un moment où, de surcroît, plus aucune enquête d’opinion n’était Bilan PI 2015-3réalisée et où la campagne électorale s’était quasiment arrêtée. Dans ce moment d’urgence et d’incertitude, l’impuissance de l’opposition à proposer une alternative gouvernementale crédible a sans doute pesé dans le résultat du 1er novembre. Ce n’est pas un hasard si c’est le MHP qui a été le premier perdant du second scrutin, quand on se souvient que cette formation s’était ostensiblement employée à faire échouer les chances d’un gouvernement de coalition, en juin-juillet. Mais il est vrai aussi que l’AKP a su tirer parti de cet état d’instabilité, en se posant en parti de «l’ordre» dans une situation de crise, c’est-à-dire en prenant la posture d’une formation pour laquelle on se met à voter plus par raison que par conviction profonde. Il reste que l’AKP, finalement majoritaire, n’a pas seulement subi la conjoncture pour la tourner à son profit, il a su également reprendre des initiatives, dans les derniers jours de la campagne, et changer de pied au moment même où ses principaux adversaires croyaient l’affaire entendue. En l’occurrence, Ahmet Davutoğlu a joué les maîtres d’œuvre, remisant sous le boisseau les polémiques du débat sur la présidentialisation, reprenant au président la direction de la campagne électorale, redonnant la priorité aux questions économiques et sociales les plus pragmatiques en les accompagnant d’alléchantes promesses (hausse du SMIC notamment), et pour finir ramenant sur le devant de la scène un certain nombre de vieilles gloires consensuelles, ostracisées par le président, au profit de quelques jeunes pousses incertaines, lors de la précédente élection. Si le revers de juin fut celui de Recep Tayyip Erdoğan, la victoire de novembre fut ainsi celle d’Ahmet Davutoğlu (cf. notre édition du 3 novembre 2015).

Les nouveaux développements de la question kurde

Il reste que plus que jamais l’AKP se retrouve aujourd’hui en charge du règlement de problèmes cruciaux pour l’avenir de la Turquie, à commencer par la question kurde. Celle-ci a vécu au cours de 2015 une situation tout aussi chaotique et contrastée que la vie publique turque en général.Bilan PI 2015-4 Commencée sous les auspices d’une relance du «processus de paix», l’année se termine par une situation de déstabilisation d’une gravité rarement atteinte, dans certaines zones du sud-est du pays. Or, le 28 février dernier, le vice-premier ministre Yalçın Akdoğan, conjointement avec 3 députés du HDP (Sırrı Süreyya Önder, Pervin Buldan et Idris Baluken), avait solennellement ravivé le «processus de paix», sur la base d’une feuille de route en dix points (cf. notre édition du 2 mars 2015). Un mois plus tard, à l’occasion de la fête de Newroz-Nevruz, Abdullah Öcalan avait de nouveau prononcé un discours historique, faisant écho à celui de 2013, confirmant le cessez-le-feu, mais appelant aussi, cette fois, le PKK à tenir un congrès pour envisager son désarmement. Cette relance n’a pourtant pas eu l’aval de Recep Tayyip Erdoğan et a même profondément divisé l’AKP, en pleine campagne électorale (cf. notre édition du 27 mars 2015). Gelé une fois de plus en raison d’impératifs politiques immédiats, «le processus de paix» n’a pas résisté à l’attentat de Suruç, dont les tendances les plus dures du PKK ont rendu responsable le gouvernement, avant de reprendre une lutte armée de grande ampleur dans le sud-est du pays, tandis que le gouvernement ripostait en déclarant la guerre au « terrorisme », qu’il soit kurde ou djihadiste. Bilan PI 2015-5Mais, après plusieurs semaines de relance d’activités traditionnelles de guérilla (accrochages, attentats contre des policiers ou des militaires), cet état d’instabilité, que le pays avait déjà connu par le passé, a pris une forme nouvelle, avec l’apparition de zones urbaines d’affrontements amenant à l’instauration de couvre-feux plus ou moins longs. Proclamé la première fois, le 16 août à Varto (province de Van), le statut de couvre-feu a depuis affecté 20 quartiers de 7 villes, pour un total de 253 jours, provoquant l’exode de près de 100 000 personnes, chassées de leurs foyers par de véritables scènes de combat. Ainsi, au début du mois de septembre, Cizre, une ville de 75 000 habitants dans la province de Şırnak, a connu huit jours d’affrontements et de couvre-feu, particulièrement durs, et elle commence l’année 2016 à nouveau en état de couvre-feu, comme d’ailleurs Silopi, une autre ville de la même province, tandis que, par ailleurs, le quartier de Sur, dans le centre historique de Diyarbakır, vit aussi dans cette situation, depuis plus d’un mois.

La question kurde s’est donc considérablement complexifiée pour le gouvernement. Sur le plan extérieur, les Kurdes du PYD ont conforté leurs positions dans le nord de la Syrie, mais il est vrai que le gouvernement turc conserve le soutien du gouvernement régional kurde d’Irak du nord, très inquiet de la présence du PKK dans sa zone d’influence, et méfiant à l’égard du renforcement du PYD en Syrie. Sur le plan intérieur, au nouveau tour pris par l’activisme du PKK, que nous venons d’évoquer, s’ajoute la forte présence dans le système du HDP, qui a conservé 59 députés au parlement, malgré son recul des élections de novembre. Dans un tel contexte que choisira de faire finalement le gouvernement d’Ahmet Davutoğlu : relancer le «processus de paix» au risque de prêter le flanc aux critiques des nationalistes et d’être accusé de faiblesse, ou user de la manière forte au risque d’embraser un peu plus des zones devenues particulièrement sensibles dans le sud-est du pays ?

Une année marquée par la violence
La violence n’a pas affecté que le sud-est de la Turquie. Le début de l’année 2015 a été marqué notammentBilan PI 2015-6 par le meurtre d’Özgecan Aslan (cf. notre édition du 19 février 2015), une jeune étudiante de Mersin, agressée par un chauffeur de minibus, qui a tenté de la violer et l’a finalement tuée avant d’essayer de faire disparaître son corps, en le brûlant avec l’aide de deux complices. Ce fait divers, particulièrement brutal et odieux, a ravivé de façon significative les mouvements dénonçant les violences faites aux femmes, et a généré un véritable phénomène de deuil protestataire dans le pays. Lors des funérailles de la victime, en effet, des femmes ont ostensiblement décidé de porter le cercueil de celle-ci, sans tenir compte des rappels à l’ordre de l’imam, leur demandant de se tenir à l’écart, comme le veut la tradition religieuse. Par la suite, à Istanbul, on a vu des hommes en jupe manifester à plusieurs reprises leur solidarité aux mouvements de femmes qui s’exprimaient alors.

Bilan PI 2015-7La violence politique n’a pas été non plus malheureusement en reste. Pris en otage par des activistes de l’organisation d’extrême-gauche DHKP-C, dans le palais de justice de Çağlayan le procureur Mehmet Kiraz, en charge d’instruire l’enquête sur la mort de Berkin Elvan (l’une des victimes de la répression des événements de Gezi), a été tué lors de l’assaut donné par les forces de sécurité. Ce nouveau drame a provoqué des polémiques abondantes, portant sur la liberté de la presse (certains médias ayant été accusés d’avoir contrevenu à la loi en publiant des photos du procureur menacé par ses ravisseurs), mais aussi sur l’indépendance des magistrats (qui ont contesté les fouilles renforcées dont ils ont été l’objet, après l’attentat, l’un des preneurs d’otage ayant utilisé un costume judiciaire pour s’introduire dans les lieux).

A la fin de l’année 2015, la Turquie a aussi renoué avec les assassinats politiques, avec la mort du bâtonnierBilan PI 2015-8 de Diyarbakır, Tahir Elçi, survenue lors d’une fusillade, dans des conditions encore mal élucidées. Il y a fort à parier que cette personnalité modérée, qui avait consacré sa vie à la défense des droits de l’homme dans les zones kurdes, dérangeait beaucoup de monde. Fin octobre et fin décembre, par ailleurs, des journalistes syriens réfugiés en Turquie, qui étaient menacés par les djihadistes, ont été assassinés, notamment Naji al Jarf, connu pour avoir récemment tourné un documentaire dénonçant le mode de gouvernement de l’Etat islamique.

Bilan PI 2015-9Mais les violences les plus graves commises en 2015 resteront celles des attentats de Diyarbakır, de Suruç et d’Ankara, qui ont visé principalement les Kurdes et qui ont probablement été le fait de Daech, même s’ils n’ont pas été revendiqués jusqu’à présent. Le premier, commis le 5 juin, lors du dernier meeting de campagne du HDP, a fait 3 morts. Le second, survenu le 20 juillet, a dévasté un centre culturel qui abritait des jeunes qui souhaitaient aider à la reconstruction de la ville kurde syrienne de Kobanê. Il s’est soldé par 33 victimes. Le dernier a frappé une manifestation du HDP à Ankara, tuant 103 personnes. C’est, à ce jour, l’attentat le plus meurtrier jamais commis en Turquie (cf. notre édition du 11 octobre 2015).

Les libertés sur la sellette…

Bilan PI 2015-10Le rapport d’évaluation annuel rendu par la Commission européenne, en novembre dernier, pour apprécier les progrès de la candidature de la Turquie, a été l’un des plus sévères jamais publié depuis 1997. Il dénonce tout particulièrement des régressions en matière d’Etat de droit et de liberté d’expression. Si, au cours des deux dernières années, la liberté de l’usage d’internet et des réseaux sociaux avait été souvent remise en cause, cette année, c’est celle de la presse et des médias qui a été en permanence sur la sellette. Alors que le ton et le contenu de la presse turque reste plus libre que dans la plupart des pays voisins, force est de constater que, ces derniers temps, et particulièrement en 2015, les journalistes ont dû affronter dans ce pays des pressions de plus en plus graves : engagements de poursuites pénales pour des écrits ou des tweets jugés souvent abusivement diffamatoires, mensongers ou insultants (notamment à l’égard de la personne du président), menaces diverses… L’Association turque des journalistes (TGC – Türkiye Gazeteci Cemityeti) estime qu’en 2015, près de 500 journalistes ont été licenciés que 70 d’entre eux ont fait l’objet de violences physiques…

Rappelons, à cet égard, quelques faits significatifs, qui ont marqué l’année qui vient de s’achever. En juillet 2015, après l’attentat de Suruç, le célèbre éditorialiste de Milliyet, Kadri Gürsel, a été licencié pour avoirBilan PI 2015-11 envoyé un tweet où il mettait en cause la responsabilité du chef de l’Etat, dans le développement de Daech sur le territoire turc. Accusé d’ailleurs, peu après, d’avoir mal rendu compte de propos du président concernant la reprise de la guérilla dans le sud-est, le quotidien Hürriyet a vu son siège «caillassé» à deux reprises, en septembre, par des militants de l’AKP, parmi lesquels se trouvait un député de cette formation. Quelques jours plus tard, un éditorialiste de ce même journal, Ahmet Hakan, a été agressé devant son domicile par un groupe d’individus où figuraient trois militants de l’AKP, finalement exclus du parti, peu après. Plusieurs journalistes étrangers ont connu, par ailleurs, des entraves à l’exercice de leur métier. C’est le cas, entre autres, de la Néerlandaise Frederike Geerdink, spécialiste de la question kurde qui, arrêtée une première fois, en janvier, avant de faire l’objet d’un non-lieu, au printemps, a de nouveau été appréhendée, en septembre, pour être, cette fois, expulsée.

Les journalistes liés au mouvement Gülen ont également été l’objet de nombreuses mesures d’intimidation, tandis que la lutte contre «la structure parallèle» continuait à entrainer une épuration Bilan PI 2015-12importante dans la police et la justice, et qu’un procès par contumace de Fethullah Gülen doit se tenir, en Turquie, au début de l’année 2016. Le groupe médiatique Koza İpek, appartenant à la confrérie, cible de harcèlements fiscaux et judiciaires, au cours du premier semestre 2015, a été mis sous la coupe d’un administrateur provisoire, avant de faire l’objet, à la fin du mois d’octobre, d’une descente de police, qui a brutalement interrompu ses deux chaines de télévision (Bügun TV et Kanaltürk TV), et confisqué ses deux journaux (Bugün et Millet). Les éditorialistes de Zaman et de Today’s Zaman, Ekrem Dumanlı et Bülent Keneş, les journalistes de Taraf, Mehmet Baransu et Murat Sevki Çoban, font également l’objet de poursuites. Mais le cas qui polarise toute l’attention désormais est celui des journalistes du quotidien kémaliste, Cumhuriyet, Can Dundar et Erdem Gül, en prison depuis la fin du mois de novembre 2015, pour avoir publié un reportage, des photos et des vidéos, sur «l’affaire des camions du MİT», pendant la campagne des législatives de juin dernier. Rappelons que cette affaire concerne des camions appartenant aux service de renseignement turcs (le MİT), qui transportaient des armes et des munitions, alors qu’ils étaient sensés convoyer une cargaison humanitaire en Syrie. Les gendarmes, qui ont arrêté ces véhicules en janvier 2014, et les procureurs qui avaient commencé à instruire cette affaire, font d’ailleurs l’objet de poursuites, depuis le début de cette année, certains d’entre eux étant même sous les verrous.

La relance du projet de présidentialisation du système

Après le revers de l’AKP, lors des législatives de juin, on le croyait enterré ! Et pourtant le projet de présidentialisation n’a pas tardé à renaître de ses cendres. Au lendemain de sa victoire aux électionsBilan PI 2015-13 anticipées de novembre, le premier ministre Ahmet Davutoğlu avait cependant affirmé que ce n’était plus une priorité, et que ce qui était désormais à l’ordre du jour, c’était « de résoudre les problèmes les plus urgents.» («la raison pour laquelle 49,5% de nos citoyens ont voté pour nous», précisait-il d’ailleurs). Sage résolution, eu égard à l’ampleur des problèmes évoqués précédemment ! Il est vrai qu’au cours des deux derniers mois de l’année, Recep Tayyip Erdoğan a laissé plus de marge de manœuvre à son premier ministre qu’il ne l’avait fait au cours des mois qui avaient suivi son élection à la présidence. Certains observateurs (voire certains acteurs politiques, comme le nouveau speaker du parlement, İsmail Kahraman) ont ainsi évoqué l’apparition d’une dyarchie au sommet de l’Etat. Mais c’est en mettant en exergue cette situation, et les risques qu’elle présenterait pour le système, que le président a ramené la question présidentielle au cœur des débats, en faisant, le 4 décembre notamment, la promotion d’un semi-présidentialisme à la française. Dès lors, on en est revenu à un projet de régime présidentiel supposant une réécriture de la constitution.

Le premier problème à résoudre, toutefois, pour le président, est bien celui de la manière d’agir, car en l’état actuel du rapport de force dans l’hémicycle parlementaire, l’AKP avec 312 députés ne dispose pas des 330 sièges qui lui permettrait de soumettre le projet à référendum, et encore moins des 367 voix, qui autoriseraient l’assemblée à réviser seule la Constitution.

Instruits par les expériences des débuts de la Cinquième République, les Français savent qu’un passage en force dans ce type de situation n’est pas à exclure, et d’ailleurs, le premier intéressé y a déjà pensé lui-Bilan PI 2015-14même, en avançant l’idée, le 14 décembre, d’un double référendum, dont la première question porterait sur la nécessité de refaire la Constitution, et la seconde sur la possibilité de créer un régime présidentiel. Mais, cette proposition a provoqué une levée de boucliers dans de nombreux secteurs de la société, et il n’est pas sûr que le promoteur d’une telle consultation électorale puisse donc compter sur un succès in fine. Ainsi, il semble que l’on en soit revenu à une logique plus consensuelle. A la fin de l’année, Ahmet Davutoğlu s’est ainsi lancé dans une consultation des forces politiques parlementaires. Mais l’affaire semble mal engagée. Ayant rencontré le 30 décembre 2015 et le 4 janvier suivant, successivement les leaders du CHP et du MHP, il a obtenu leur accord pour l’élaboration d’une nouvelle constitution, mais pas leur aval, pour que celle-ci instaure un régime présidentiel. Le HDP, en outre, a été d’emblée exclu de ce processus. Entretemps, au retour d’un voyage en Arabie Saoudite, le 1er janvier, Recep Tayyip Erdoğan a évoqué l’organisation de conférences destinées à populariser le projet dans la société civile ; une procédure qui rappelle les initiatives prises pour lancer l’élaboration d’une nouvelle constitution au cours de la précédente législature, mais qui, selon certains observateurs, révèlerait aussi le peu d’enthousiasme que susciterait dans l’opinion le relance du projet de présidentialisation.

Vous l’aurez compris, alors que nous parlons déjà de 2016, chères lectrices et chers lecteurs, la suite de cette histoire va s’écrire dans les prochains mois, et nous espérons que vous serez nombreuses et nombreux à la découvrir dans nos colonnes. Merci pour votre fidélité en tout cas et surtout bonne année à vous !

JM


Vous aimerez aussi...

3 réponses

  1. Anonyme dit :

    Monsieur Marcou, vous précisez que 85% des électeurs se sont rendu aux urnes, alors pourquoi ne pas parler de la victoire de la démocratie turque tout simplement, plutôt que d’évoquer un revers ou une victoire pour Erdoğan ou Davutoğlu ou autres personnes. N’est-ce pas la volonté nationale qui prime ?
    Mince, j’avais oublié que la démocratie n’existait pas dans un pays musulman, autant pour moi…

    Vous savez, les gens qui font le plus de mal à la Turquie, ce sont ceux qui disent que le PKK n’est pas une organisation terroriste, en premier lieux les députés du HDP.

    Bonne année à vous aussi.

    • Jean Marcou dit :

      Je crois que vous n’avez pas bien compris le sens de mon propos. En évoquant ce taux de participation, je souhaitais d’abord mettre en valeur le civisme des électeurs et non le résultat de l’une ou l’autre élection. Ce civisme est indiscutablement un acquis démocratique en Turquie, qui mérite d’être salué au regard des taux de participation enregistrés lors de certaines consultations électorales, en Europe (par exemple en France, lors des dernières élections régionales) ou au Proche-Orient (par exemple en Égypte, lors des dernières élections législatives).
      JM

  1. 2 mai 2016

    […] du conflit et aux difficultés rencontrées pour former un gouvernement (voir notre édition du 6 janvier 2016). En outre, la création du HDP et la stratégie de participation aux élections législatives en […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *