Guerre Cemaat-gouvernement : rapport d’évaluation des dégâts 1

Cette série d’articles, débutée par Ruşen Çakır au lendemain de l’énorme opération anti-corruption du 17 décembre 2013, retrace pas à pas la guerre opposant ces deux anciens alliés et les chamboulements qu’elle entraîne dans son sillage.
Ruşen Çakır est un des meilleurs spécialistes de l’islam politique en Turquie. La traduction des articles a été réalisée par nos soins avec l’aimable autorisation de l’auteur que nous remercions ici chaleureusement.

L’article original a paru dans le quotidien Vatan le 20 décembre 2013 sous le titre “Cemaat-hükümet savaşı: Hasar tespit raporu-1”.
Il est disponible sur le site de l’auteur.

Traduction : Isabelle Gilles

Rusen-cakir-2014Recep Tayyip Erdoğan et Fethullah Gülen… Combien de crises ces deux hommes les plus puissants de Turquie, les mouvances qui leurs sont associées ou les processus qu’ils ont mis en branle ont causé ; combien de troubles dont le pays a fait les frais juste parce qu’ils ont dérangé le système au pouvoir. C’est probablement sous les auspices de ce destin commun qu’ils s’allièrent voici environ 7 ans et collaborèrent à neutraliser la tutelle militaire. Mais au lendemain de cette victoire, c’est dans leurs propres rangs qu’ils se sont livrés à une lutte de pouvoir. Une lutte d’une ampleur inédite chez nous qui voit la confrérie Gülen confrontée pour la première fois de son histoire à la menace de fermeture de sa poule aux œufs d’or que sont les dershane1. En représailles, le pouvoir AKP s’est vu porter le plus grand coup de son histoire en son point le plus sensible qu’est la corruption financière. Dans cet article, je voudrais faire le point sur la situation et les dégâts de cette bataille rangée entre la Cemaat et le gouvernement. Si cette guerre devait se prolonger, j’envisage de faire périodiquement un état des lieux.

Blessé grave : le gouvernement

Le gouvernement a sans discussion possible été gravement touché par l’opération du 17 décembre (voir notre édition du 18 décembre 2013), et ce en plusieurs aspects :

  1. Avant tout, bien entendu, vient l’aspect corruption. Que d’un seul coup 4 ministres se retrouvent impliqués dans une vaste affaire de corruption était en soi suffisant pour mettre à mal le gouvernement. Le fait que ce scandale éclate à la veille des élections locales peut laisser présager des dégâts plus profonds.
  2. Le fait qu’aucun de ces ministres, tout du moins à l’heure où j’écris ces lignes [ndt. le 20/12/2013], ne puisse défendre sa réputation ou celle de son fils sans aller à l’encontre de l’opinion publique contribue à l’érosion de l’AKP.
  3. Ni le gouvernement, ni les médias qu’il contrôle n’ont pu collaborer à développer un contre-argument de nature à neutraliser ces allégations. Les accusations de « connivences extérieures » ou de « jeter le discrédit sur la classe politique » n’ont pu (et ne pourront en aucun cas) amoindrir l’impact d’une si vaste enquête.
  4. Par-dessus le marché, le gouvernement est, comme je l’écrivais hier, tombé dans le piège des mutations intempestives d’une bonne partie des responsables de l’enquête. Ce faisant, il a montré d’une part à quel point il était acculé et a créé d’autre part l’impresssion qu’il veut empêcher que l’enquête soit menée à son terme.
  5. Comme au bon vieux temps, l’opération du 17 décembre aura été un grand choc pour les membres de l’AKP qui se vantaient non seulement de leur longévité aux affaires mais se targuaient également d’incarner l’État. Les accusations sur l’existence d’une « organisation illégale au sein de l’État » du vice-premier ministre Bülent Arınç suivies de la rage du premier ministre Recep Tayyip Erdoğan lorsqu’il parle d’un « État dans l’État » et du sort qui leur est réservé sont pour la Turquie le signe d’une nouvelle époque. Le vaste remaniement ministériel attendu pour la semaine prochaine (voir notre édition du 26 décembre 2013) en sera vraisemblablement le commencement.

La Cemaat solide sur ses pieds

La confrérie Gülen tient, on peut le dire, solidement debout depuis le 17 décembre ; on peut même dire qu’elle a presque entièrement surmonté les revers essuyés lors de la crise des dershane. Mais le processus se poursuit. Jusqu’à présent, hormis quelques dessaiisissements de hauts fonctionnaires de police, nous n’avons pas été témoins de la vengeance du gouvernement. Mais il est possible qu’en représailles une opération d’un envergure similaire à celle du 17 décembre prenne pour cible les membre de « l’aile non civile » de la Cemaat qui subsistent au sein de la bureaucratie.

En fait, à bien y regarder, ce projet visant à « écarter les cadres gülenistes de l’État » est dans l’air depuis longtemps et il est probable que la Cemaat a pris ses précautions. Mais il y a un autre risque plus grand pour le mouvement Gülen : que le gouvernement prenne des mesures pour briser l’aile civile, ou tout du moins l’affaiblir comme l’illustre l’affaire des dershane.

Tour d’ivoire

Un élément important est à rappeler : durant les processus tels Ergenekon et Balyoz le gouvernement et la Cemaat ont agi de concert en appliquant la maxime « la neutralité n’est pas une opinion »2 et ont peint à leur guise le monde en noir et blanc sans possibilité de nuances intermédiaires.

Maintenant que ces deux factions sont en guerre, elles cherchent des tiers pour livrer bataille à leurs côtés. Si quelques individus désireux d’en découdre avec la Cemaat vont rejoindre les rangs du gouvernement ou à l’inverse ceux de la Cemaat en raison de leur ressentiment envers le gouvernement/Erdoğan, la majorité est fort aise d’observer de loin les péripéties à l’abri de sa tour d’ivoire.

  1. établissements privés de type boîtes à bac []
  2. l’original en turc “taraf olmayan bertaraf olur”, prononcé à plusieurs reprises par le premier ministre à l’adresse du TÜSİAD pour inciter l’organisation patronale à se prononcer en faveur du référendum du 12 septembre rappelle les années 70 où chacun était sommé de choisir son camp et est aussi le sous-titre du mensuel Taraf édité par le groupe islamiste terroriste IBDA-C dans les années 90. []

Ruşen Çakır

Ruşen Çakır est un journaliste né en 1962 à Hopa diplômé du Lycée de Galatasaray. Entre février 1981-août 1982, il est détenu aux prisons militaires de Hasdal et de Metris. Il interrompt ses études supérieures à l’Université du Bosphore et travaille pour différents revues et quotidiens (par ordre chronologique : Tempo, Cumhuriyet, Milliyet et Vatan, et les chaînes de télévision CNN Türk et NTV). Il a dirigé le Programme “Démocratie, Société civile et Monde islamique” à TESEV (Fondation turque des études économiques et sociales). Depuis le 20 octore 2014, il écrit ses articles dans le quotidien Habertürk. Francophone et anglophone, Çakır a participé à de nombreuses conférences en Turquie et à l’étranger. Il a enseigné sur “La pensée politique islamique contemporaine et la Turquie” à l’Université de Marmara, et sur “l’Islam, la démocratie et la société civile” à l’Université de Buffalo dans l’État de New York. Il est membre de l’Association de Galatasaraylılar et du Club de Galatasaray, et siège au Conseil d’Açık Toplum Vakfı (Open Society).

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Vous aimerez aussi...

4 réponses

  1. 11 août 2016

    […] pris la plume au sujet de la guerre opposant Fethullah Gülen au gouvernement les 20, 26 et 29 décembre derniers. J’étais parvenu à la conclusion que le gouvernement avait été […]

  2. 11 août 2016

    […] mon article de vendredi où je dressais un premier état des dommages de la guerre Cemaat-gouvernement, j’en arrivais à la conclusion que le gouvernement était le […]

  3. 12 août 2016

    […] publié mon premier rapport concernant la guerre opposant la Cemaat au gouvernement le 20 décembre 2013 et le quatrième, dernier en date, le 10 janvier […]

  4. 16 août 2016

    […] anti-corruption du 17 décembre 2013. J’ai réalisé le premier rapport de cette série le 20 décembre 2013. Le dernier à ce jour remonte au 21 […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *