Nommer la guerre, rêver la paix

Quelques notes suite à une conférence sur le processus de résolution organisée le 12 décembre 2015 par l’Assemblée pour la paix.

rever_paix1

Le 28 février 2015, ce qui sera nommé par la suite « le consensus de Dolmabahçe » marquait l’aboutissement d’un travail de discussions officielles de près de 2 ans entre le PKK et le gouvernement par l’intermédiaire du HDP1. La déclaration en 10 points offrait des bases de travail et de négociation, et le leader du PKK, depuis la prison d’Imralı, annonçait par courrier interposé le prochain désarmement de ses troupes. Rapidement pourtant, la table des discussions a été abandonnée après que le président de la République a déclaré le 15 mars 2015 qu’il n’y avait pas de question kurde en Turquie puis, le 22 mars, qu’il désapprouvait le consensus de Dolmabahçe, depuis que les relations avec le leader du PKK ont été coupées (dernière visite le 5 avril), et avec la reprise des affrontements cet été.

Depuis l’été 2015, après les succès du parti pro-kurde HDP aux élections législatives du 7 juin (voir notre édition du 8 juin 2015), la violence a connu une escalade effrayante, notamment avec les attentats de Suruç du 20 juillet (voir notre édition du 23 juillet 2015). Cette violence, sans précédent depuis les années 1990, n’a pas été stoppée par les élections du 1er novembre qui virent l’AKP regagner la majorité au parlement (voir notre édition du 3 novembre 2015). Les forces armées turques ne combattent plus seulement la guérilla kurde du PKK dans les zones rurales (voir notre édition du 20 août 2015). Elles combattent désormais, accompagnées de la police et des forces spéciales, les insurrections urbaines, menées notamment par le YDG-H (Mouvement de la jeunesse révolutionnaire patriotique). Lors de ces opérations les villes sont placées sous couvre-feu (avec interdiction de sortir de nuit comme de jour). D’après la Fondation turque des droits de l’homme (TİHV), il y a eu entre le 16 août 2015 et le 31 décembre 2015 56 couvre-feux continus et officiellement confirmés dans 17 districts de 7 départements (principalement Diyarbakır, Şırnak, Mardin et Hakkâri).2 Le 8 janvier 2016, la vieille ville de Diyarbakır connaissait le 37e jour de couvre-feu consécutif, Cizre et Silopi le 26e jour.

Cette violence en milieu urbain touche particulièrement les « civils »3. Dans les villes sous couvre-feu, l’eau et l’électricité sont coupées, les malades et les blessés ne peuvent pas se rendre dans les hôpitaux pour se faire soigner, les morts ne peuvent pas être enterrés.4 L’Association des droits de l’homme (İHD) parle de 157 morts civils entre le 24 juillet et le 9 décembre ; la Fondation turque des droits de l’homme (TİHV) parle elle de 162 morts parmi les civils (dernière liste des personnes décédées ici) entre le 16 août 2015 et le 8 janvier 2016. Parmi eux, de nombreux enfants, (44 enfants selon Cumhuriyet du 23 décembre 2015), de nombreuses femmes, ainsi que des personnes âgées. Le gouvernement turc ne nie pas ces pertes civiles, mais il affiche également un nombre conséquent de pertes parmi le PKK (3000, le 31 décembre), chiffres censés légitimer ces opérations dites de « nettoyage » ou « balayage » (temizlik/süpürme operasyonu). Les pertes parmi les forces de sécurité (armée, police, forces spéciales et protecteurs de village) sont aussi fort élevées : on note 204 tués entre le 7 juin et le 22 décembre 2015. Le site de l’armée turque (www.tsk.tr) publie au jour le jour les pertes des forces armées.

Couverture de l'hebdomadaire satirique LeMan du 30/12/2015 "44 enfants tués... Une nouvelle année dans ces conditions n'est pas possible..."

Couverture de l’hebdomadaire satirique LeMan du 30/12/2015
« 44 enfants tués… Une nouvelle année dans ces conditions n’est pas possible… »

Les populations –qui avaient souvent déjà été déplacées durant la guerre dans les années 1990 – doivent abandonner à nouveau leur domicile, poussées par la peur et les conditions intenables, mais aussi, dans certains quartiers, forcées par l’armée. Le 14 décembre 2015, les enseignants des districts de Cizre et Silopi recevaient des SMS des directorats de l’éducation nationale leur indiquant que des formations allaient leur être fournies dans leurs villes d’origine. Beaucoup quittèrent ces districts, laissant 80 000 enfants non scolarisés et les forces armées firent des écoles leurs quartiers généraux. Le même jour 10 000 soldats étaient envoyés dans la région et les habitants appelés à quitter leurs demeures. Le sentiment de terreur et la peur d’une éradication totale et de massacres (katliam) annoncés grandirent. Terreur renouvelée avec les évacuations forcées de certains quartiers à Silopi le 3 janvier 2016 par exemple. Les termes de génocide (soykırım) et de déportation (tehcir) sont omniprésents dans les médias kurdes. Les nombreuses opérations (garde à vue, emprisonnements, menaces diverses, assassinats, etc.) contre les membres des partis pro-kurdes (BDP et HDP) sont, elles, qualifiées de génocide politique (siyasi soykırım) et on parle de génocide culturel (kültürel soykırım) pour dénoncer les destructions du patrimoine dans la vieille ville de Diyarbakır notamment.

Lors de sa première visite en Turquie à la mi-décembre, pour une conférence organisée par l’Assemblée pour la paix (Barış Meclisi), Viçenc Fisas, Directeur de l’école pour la culture de Paix à l’Université de Barcelone et auteur de Dünyada Barış Süreçleri – Kürt Sorunu İçin İpuçları (Processus de paix à travers le monde – pistes pour le problème kurde) publié en 2011, soulignait qu’on en était, en l’absence de discussion, de négociation, de processus, au point zéro du processus de paix ou de résolution5 Au cœur de la violence, chaque partie propose des solutions à sa version du problème. Les solutions avancées de part et d’autres semblent désormais complètement incompatibles.

Du côté gouvernemental, le Sous-secrétariat pour l’ordre public et la sécurité6 serait en train de concocter un master plan de lutte contre le terrorisme. C’est une solution d’abord militaire (comme en ce moment) puis multisectorielle de lutte contre le terrorisme, sans négociation (voir Milliyet du 4 janvier 2016). La situation actuelle est comparée par certains acteurs à la « solution à la Sri lankaise »7 – le modèle Sri lankais étant situé à l’opposé de la recherche de la paix et faisant référence à une solution militaire à un conflit ethno-national. La référence à ce modèle contribue à alimenter les peurs et l’escalade de la violence.

De son côté, le front kurde (DTK, HDP, DBP, HDK)8 appelait à un retour à la table des négociations notamment lors de la conférence de presse jointe donnée à Diyarbakır le 18 décembre 2015. Selma İrmak (co-présidente du DTK) y soulignait qu’on était arrivé à une bifurcation et qu’elle espérait que la voie de la négociation y était encore ouverte. Kamuran Yüksek, co-président du DBP, appelait l’État à abandonner la méthode militaire, et Selahattin Demirtaş, co-président du HDP, soulignait que leur volonté était de retourner à la table des négociations. Quant à Ertuğrul Kürkçü, co-président du HDK, il soulignait que le problème ne pourra pas être résolu en dehors de la sphère politique, sans négociation. Il indiquait que le peuple avait enfin vu « la lumière de la résolution » et que leur travail est de « continuer à faire briller cette lumière ». Il indiquait qu’ils ne sont « absolument pas sans espoir » et appelait toute la société, le gouvernement et l’opposition à fonder, ensemble, la paix.

Cette conférence de presse commune devait préparer le terrain pour le congrès du DTK du 27-28 décembre qui fut conclu avec la publication de la Déclaration à propos des autonomies pour une solution politique (“Özyönetimlerle ilgili siyasi çözüm deklarasyonu”) qui propose une solution basée sur l’autonomie démocratique (projet soutenu par Öcalan de longue date et présent dans les 10 points de Dolmabahçe). Cette déclaration appelle à la réflexion et la discussion autour de 14 points. Mais elle fut reçue comme une déclaration d’autonomie – le Premier ministre refusant ainsi de rencontrer le HDP, le Président de la république soulignant que les pouvoirs attribués aux mairies métropolitaines devaient être réduits et les İl Özel İdaresi réintroduites. Suite à cette déclaration, des démarches sont actuellement en cours pour lever l’immunité parlementaire.

On se trouverait ainsi à la croisée des chemins mais cette période, ou ce point dans le temps, est aussi présentée par certains comme le point de non-retour : soit l’on discute maintenant de la résolution, soit l’on s’engage plus franchement dans plus d’autonomie, unilatéralement.9

On en est donc au point zéro. Et alors que les couvre-feux continuaient et la violence allait croissante dans les villes de l’Est, l’Assemblée pour la paix organisait le 12 décembre une conférence intitulée « Le processus de résolution et les moyens pour dépasser la crise » avec Viçens Fisas, Murat Çelikkan, Yüksel Taşkın, Tarik Çelek. Parler de la paix alors que la guerre s’installait à nouveau ? Comment être positif, croire à la paix, dans une telle situation demandait une personne dans l’audience après l’exposé de Viçens Fisas10. Il donnait alors l’exemple de la Colombie : même quand il n’y avait plus de négociations, il continuait à s’y rendre tous les ans et rencontrer toutes les parties. « Il faut rêver le futur répondit-il. C’est ce qui donne de l’énergie, de l’espoir, du courage. C’est ça mon message de toujours, continue-t-il, la paix est possible ». Et de citer encore l’exemple colombien. Mais la paix ne vient pas par elle-même, elle est à construire ensemble continue-t-il. Message porté également par les autres participants – Murat Çelikkan soulignait que malgré les violences et les difficultés actuelles la paix est la seule solution et proposait pour ceci de faire justice sur les crimes, de faire grandir le bloc pour la paix et la pression sociale en faveur de la paix – ou encore par Ertuğrul Kürkçü le 18 décembre à Diyarbakır.

Un processus de paix, écrit Fisas dans Cease Fire ! Handbook on Peace Processes, n’est pas un moment, un point dans le temps, c’est une série de phases ou d’étapes dans lesquelles tous les acteurs participent à un effort collectif.11 Tous les processus de paix nécessitent un important investissement en temps comme le prouve le nombre d’années qui doivent s’écouler pour qu’un processus soit lancé et porte des fruits.12 Parmi les étapes, des pré-négociations, ou une phase exploratoire dans lesquelles les parties gaugent la volonté et la conviction des différentes parties avant de s’engager dans un processus de négociation proprement dit dans lequel elles devront faire des concessions (p. 20). Et de poursuivre :

Ce moment est décisif car les négociations ont souvent lieu sans la conviction d’une des parties – le gouvernement ou le groupe armé – que ce soit pour gagner du temps, comme une manœuvre distractive pour se réarmer, à travers l’inertie, ou simplement comme un calcul stratégique. Dans ce cas, si les négociations sont initiées, elles sont condamnées à l’échec … en termes de paix ou de confrontation, la déception a un cout très fort (p. 20).

En Turquie, ledit processus de résolution correspondait certainement à cette phase de pré-négociations (elles-mêmes précédées d’Oslo) et la conviction de la volonté de la partie adverse étaient constamment mise en doute. Par ailleurs, les conditions posées pour entrer les négociations (le désarmement et le retrait des troupes du PKK) ne pouvait que le faire échouer par avance (le désarmement n’est jamais une condition mais un des achèvements des négociations – point souligné à plusieurs reprises par Fisas à Istanbul). D’ailleurs, dès le début du processus officiel au printemps 2013, cette question achoppa des deux côtés avec la construction de casernes de haute sécurité dans l’est par l’armée, les kalekol et les remous autour du retrait et du désarmement du coté PKK – Qandil13.

« Un processus de paix c’est aussi savoir revenir au point de départ », écrit Fisas dans Cease-Fire ! Et au point zéro, ce qu’il faut d’abord faire, répétait-il à Istanbul, c’est simplement reconnaître l’existence d’un problème. Il faut donc nommer la guerre pour rêver la paix.

Cette conférence, parmi de multiples initiatives en Turquie, marquait cet effort pour penser – si ce n’est rêver – la paix. La présence de Fisas, elle, marquait – parmi d’autres – l’intérêt et l’importance donnée aux échanges et aux discussions autour des expériences et des modèles divers pour la construction de la paix en Turquie.

  1. Pour les détails du processus de résolution, on peut se référer à la chronologie détaillée réalisée par İrfan Aktan et disponible ici []
  2. Pour le détail des couvre-feux au 1er janvier 2016, voir l’article d’Ayça Söylemez, dans Bianet []
  3. Dans le contexte de guerre urbaine, et de formation de forces d’auto-défense par le mouvement kurde, il est difficile de définir le terme de civils et celui-ci donne lieu à de nombreuses discussions. Ce qui est certain est que la guerre a lieu désormais en zones urbaines densément peuplées. []
  4. Voir le rapport d’Human Rights Watch publié le 22 décembre 2015. []
  5. On peut aussi se référer à l’entretien télévisé donné à IMC TV le 25 décembre 2015 ou le texte qui a servi de base à sa présentation, disponible ici. []
  6. Établi par la loi 5952 du 17 février 2010, le Sous secrétariat a été en charge de l’ouverture démocratique et du processus de résolution. Voir http://www.kdgm.gov.tr  []
  7. http://www.ozgur-gundem.com/haber/152177/ok-sri-lanka-modeli-devrede ; http://www.imctv.com.tr/demirtas-kurdistan-sri-lanka-pkk-de-tamil-kaplanlari-degil/ ; http://www.birgun.net/haber-detay/turkiye-nin-sri-lanka-fantezisi-99571.html. Pour une analyse voir par exemple Mehmes Evin publiée dans Diken le 8 janvier 20169 Soruda Sri Lanka modeli: Silahla bir topluma asla huzur gelmiyor”  []
  8. Le Parti démocratique des peuples (HDP) est le parti pro-kurde actif à l’échelle nationale. Le Parti des régions démocratiques (DBP) est le parti pro-kurde actif essentiellement à l’est et au niveau des municipalités. Le Congrès pour une société démocratique (DTK) rassemble les associations de société civile à l’est et le Congrès démocratique des peuples est son equivalent à l’échelle de la Turquie rassemblant partis, plateformes, initiatives et associations. []
  9. C’est ce qui perce de la conférence de presse du 18 décembre 2015, mais aussi des discours des leaders du KCK (Les propos de Cemil Bayik eux, ne présentent pas d’alternative (entretien pour Le Monde réalisé par Allan Kaval, publié le 24 décembre 2015). []
  10. Le contenu était similaire à celui de ce texte publié en anglais et en turc ici []
  11. p. 10 de la version anglaise. Version turque disponible ici. []
  12. Ceci est noté aussi par Chris Stephenson parlant d’un autre modèle, le modèle irlandais Sur l’investissement en temps : 25 années de l’exemple irlandais []
  13. Sur la question du désarmement et de la sortie (ou non) de la violence dans un contexte de democratisation, on se réferrera à Murat Günes Tezcür “When Democratization Radicalizes?: The Kurdish Nationalist Movement in Turkey,” Journal of Peace Research 47, 6 (2010): 775-89. []

Vous aimerez aussi...

5 réponses

  1. Anonyme dit :

    Madame Yücel,
    Je ne suis pas partisan du conflit des civilisations. Au contraire, je souhaite l’arrêt immédiat des affrontements pour que les habitants de la région du sud et sud-est du pays retrouvent la sérénité. Le PKK donne le plus de mal aux habitants de la région comme nous pouvons le constater. Donc il faut tout d’abord que le PKK abandonne les armes. Même si vous ne voulez pas l’accepter, le PKK (tout comme Daesh ou Al-Nosra) est une organisation terroriste reconnue par de nombreux pays.
    Quelque soit leur nombre, la majorité des Kurdes en Turquie votent l’AKP. Au vu de plusieurs sondages, les prochaines élections n’ont pas l’air d’être positif pour le HDP s’il continue d’être guidé par le PKK.
    Il est urgent de s’écouter comme vous le dites mais à quoi bon écouter ceux qui veulent une division de la Turquie ? Votre article dans lequel vous essayez de dénoncer, parfois implicitement et parfois explicitement, la Turquie dans sa lutte contre le terrorisme en montrant cette lutte comme un massacre des Kurdes, est un exemple typique visant justement à jeter de l’huile sur le feu, à l’instar des quotidiens tels que Cumhuriyet ou Özgür Gündem. Donc il revient à tous de faire un effort…
    Bonne continuation.

  2. Anonyme dit :

    Madame Yücel,
    Je tiens tout d’abord à préciser que je ne suis pas nationaliste. Cependant je me dois d’apporter quelques précisions et de vous poser quelques questions concernant votre article.
    Premièrement, vous devez préciser avec courage que le PKK est une organisation terroriste reconnue également par la France, au péril de changer le sens de votre article…
    Deuxièmement, comment expliqueriez-vous le soutien des Kurdes de la région aux opérations menées par l’armée contre le PKK ? À noter que plus de 13 millions de Kurdes vivent en Turquie, à savoir une population suffisante pouvant permettre au HDP de franchir facilement le seuil électoral. Mais pourquoi les Kurdes ne votent pas le HDP dans ce cas, si ce dernier prétend vraiment défendre la cause des Kurdes?
    D’après un sondage récemment effectué par MAK Danışmanlık (voici le lien) (http://www.mynet.com/haber/politika/mak-danismanliktan-son-secim-anketi-2287256-1), le HDP reste en dessous du seuil électoral. Sachez que c’est son soutien au terrorisme qui le fait perdre de jour en jour, alors que vous essayer de faire croire que le front –soi-disant- kurde serait partisan de la paix ! Pour faire une bonne lecture des événements en Turquie, je vous conseil de lire d’autres sources et non seulement des sources qui vous arrangent telles que Cumhuriyet, Özgür Gündem ou Leman. On sait tous à qui profitent ces publications…
    Troisièmement, comment faire la paix avec une organisation terroriste ? Les paix concernent des États et non des organisations terroristes. Seul un cessez-le-feu avait été possible en effet pendant quelques années avec le PKK qui a abusé du processus et stocké des armes pour reprendre la lutte. Si vous faites la paix avec une organisation terroriste, vous reconnaissez donc sa légitimité. Quel pays ferait une chose pareille ? Les négociations visent à en finir avec le PKK, faute de quoi c’est la lutte armée «légitime» qui prendre le dessus.
    Est-ce que le gouvernement français serait d’accord pour faire la paix avec Daesh ? Une fois la paix conclue, pourrait-il compter sur cette organisation terroriste qui croit représenter les musulmans, tout comme le PKK qui croit représenter les Kurdes, alors que l’on parle de deux organisations terroristes qui déstabilisent les pays et notamment la paix mondiale ? Je ne pense pas…

    La paix a toujours existé entre les Turcs et les Kurdes, chose que vous, généralement l’Occident, ne voulez pas savoir.

    Cordialement.

    • Cher Monsieur,

      Merci pour votre commentaire qui appelle de notre part quelques précisions.
      D’abord nous ne comprenons pas ce que vous entendez par « Occident ». Il convient d’éviter ce genre de catégorie utilisé par les néo-conservateurs des USA partisans du conflit des civilisations, dont vous n’êtes pas pensons-nous. D’ailleurs au sens géo-stratégique la Turquie membre de l’OTAN fait autant si ce n’est plus partie de l’Occident que la France !
      Sur la qualification du PKK, il convient de préciser que ce n’est pas à un article de chercheur d’y procéder. Le faire n’aide pas à progresser dans l’analyse. Comme vous le savez, cette qualification est relative.
      En s’asseyant à la table de Dolmabahçe les parties en cours avaient précisément compris la nécessité de sortir de ces stigmatisations. Nous en venons là à votre dernière question sur l’accord de paix : vous savez bien que depuis rahmetli Özal des négociations périodiques ont lieu au plus haut sommet de l’Etat avec le PKK. Et que l’AKP a eu le courage à partir de 2009 de reprendre ce processus et de le reconnaître publiquement.
      Par ailleurs si nous ne contestons pas que le soutien des Kurdes à l’AKP est important à l’échelle de l’ensemble de la Turquie, vos chiffres sur les Kurdes de Turquie peuvent être discutés (pourquoi 13 millions? Sources, critères retenus de l’identité kurde?). On ne peut fonder scientifiquement une telle assertion.
      Sur le parallèle entre le PKK / DAEŞ permettez-nous de vous dire notre surprise. Soyons sérieux ; ce n’est pas blanchir le PKK dont nous dénonçons aussi les méthodes que d’affirmer cette différence radicale dans la genèse, la légitimité populaire et les répertoires d’action.

      En espérant qu’on sortira un jour de cette polarisation qui interdit de penser autrement que comme s’il fallait à tout prix choisir un camp et se placer dans une grossière et aveuglante logique d’affrontement.

      Il est urgent de s’écouter et de s’entendre sur le diagnostic tout en conservant une attitude posée pour ne pas jeter de l’huile sur le feu par des invectives inutiles.

      Avec notre considération,

      OVIPOT

  1. 4 mai 2016

    […] proclamé l’autogestion (özyönetim) aux forces turques de sécurité (voir notre édition du 11 janvier 2016). De violents affrontements ont laissé un bilan humain extrêmement lourd dont la qualification […]

  2. 1 février 2017

    […] de ces destructions ?  Ce serait oublier l’escalade armée qui, depuis l’automne 2015, étouffe l’est de la Turquie, faisant basculer la région dans un état de siège. Outre l’évidente détresse des populations […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *