L’environnement en 2015

samistal02Le 30 décembre 2015 la fondation TEMA mettait en avant les meilleurs et les pires évènements de 2015 concernant l’environnement en Turquie. Le blog de l’OVIPOT publie ici une traduction-résumé de ce texte, disponible en version turque ici, qui fait écho aux questions soulevées par l’axe de recherche et le séminaire Environnement de l’IFEA1.

Le pire

  • Le tanker pétrolier FPSO Tuiko qui contenait des déchets radioactifs a été conduit dans le port d’Izmir où sont recyclés les navires. L’inspection n’ayant pas conclu à un danger, le navire y a été démantelé.
  • La Turquie a connu des inondations catastrophiques, en particulier à Hopa dans le département d’Artvin en août 2015 (les corps de 3 disparus n’ont toujours pas été retrouvés), mais également dans les départements d’Istanbul, Ankara, Sakarya, Çorum, Antalya et Samsun. Notamment dans la région accidentée de la mer Noire, sensible à l’érosion et aux glissements de terrains, les destructions environnementales (du fait en particulier de la construction de centrales hydro-électriques et de routes) aggrave très fortement les risques et les conséquences des inondations.
  • La construction de la « Route Verte » qui doit relier les estives des montagnes pontiques entre Samsun et Hopa ne menace pas seulement la biodiversité mais aussi la culture de la région de la mer Noire. La région de la mer Noire orientale est l’un des 34 points chauds mondiaux en matière de biodiversité et est directement menacé par cette route (voir notre édition du 3 septembre 2015).
  • Le plus grand procès environnemental de Turquie, le procès Artvin-Cerattepe, a été ouvert cette année avec la plus grande participation civile (plus de 700 plaignants et l’implication de 60 avocats). Ce procès s’oppose à l’ouverture d’une mine d’or par Cengiz Holding, dirigé par un proche du président, dans une région qui est un site naturel important alors que les autorisations avaient étés suspendues en 2014. Différents rapports d’impacts environnementaux avaient été produits, le dernier autorisant finalement la construction.
  • 2015, « l’année sombre du charbon » succède à 2012 qui avait été déclarée « l’année du charbon » avec la planification de l’ouverture de 80 centrales thermiques et la transformation de terres agricoles en zones d’extraction. Dans le bassin de Konya par exemple on projette de convertir 20 000 hectares en mine de charbon, entraînant la destruction de terres agricoles et des ressources en eau. Ainsi il est nécessaire de ne pas considérer la question du charbon uniquement comme une question climatique et énergétique mais de la mettre en relation avec les questions de droits à la terre, à l’eau et à l’alimentation.
  • La moitié de la superficie de la Turquie est menacée par la désertification. Un travail du ministère des eaux et des forêts a permis d’identifier les zones menacées. Les régions les plus menacées sont Konya-Karapınar, Iğdır-Aralık et Urfa-Ceylanpınar, les régions du Lac salé, Ereğli-Karaman, la ligne Urfa-Ceylanpınar-Mardin-Batman et les environs d’Eskişehir sont aussi soumis à des risques forts.
  • Les riches milieux de lagunes, de forêts et lacs côtiers, et de dunes de la région de Demirköy-Kırklareli sont menacés par la construction d’un port. Des menaces similaires pèsent sur les forêts littorales inondées d’İğneada (Kırklareli) où la construction d’une zone industrielle a été planifiée malgré le fait que le site ait été classé parc naturel en 2007. Voir ici le site pour la protection des forêts littorales.

Le meilleur

  • Les jardins de l’Hevsel, les rives du Tigre et la vieille ville de Diyarbakir ont été classés au patrimoine mondial de l’humanité. Sur ces jardins voir les travaux récents de l’IFEA et ses partenaires ici : journées d’études en 2014 et 2015, publication d’un Dossier de l’IFEA et mémoire de DEA de Julien Boucly.
  • La fondation TEMA, le ministère des eaux et forêts et Falım, ont fondé le premier terrain à Çeşme (Izmir), afin de préserver l’arbre à mastic, le mastic ayant été classé sur la liste du patrimoine mondial immatériel de l’humanité de l’UNESCO.
  • Les luttes environnementales locales se poursuivent et connaissent des succès. Ainsi les constructions de la centrale électrique de Çataldere sur la vallée Senoz (Rize), de la carrière de marbre à Ekizce (Antalya), des centrales thermiques de Bursa ou Aliağa-Foça ont été stoppées. L’autorisation de construire 4 centrales thermiques dans le golfe d’Iskenderun a enfin été refusée et les projets de construction de centrales ont été abandonnés à Adana.
  • Le nouveau rapport d’impact environnemental des mines d’extraction de charbon à Konya Karapınar-Karaman Akçaşehir sur 20 000 hectares, produit à la suite de mobilisations de diverses ONG, a finalement émis un avis négatif, n’autorisant pas leur ouverture.
  • L’organisation de la COP 21 a donné lieu aux accords de Paris dont l’objectif est de maintenir l’augmentation de la température mondiale en dessous de 2 degrés Celsius mais fait aussi mention d’efforts pour limiter l’augmentation de la température à 1,5 degré Celsius. Dans ce cadre, il faut donc que la Turquie renonce à la construction de ces 80 centrales thermiques à charbon planifiées. Sur la question du changement climatique, on peut se référer à l’atelier organisé par l’IFEA, Climate Change in Turkey, le 1er Decembre 2015. Programme disponible ici et vidéo conférences ici : Panel 1, Panel 2, Panel 3, Conclusion.
  • La 12e conférence des parties sur la désertification des Nations Unies s’est tenue en octobre à Ankara.
  1. Ce rapport n’est pas le seul. On peut se référer par exemple à celui de Pelin Cengiz disponible ici et ici []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *