La communauté djaféri à Istanbul

adobe-pdfRapport de stage rédigé à l’automne 2015 par Marie COURRAUD 

La communauté chiite d’Istanbul est très largement issue d’une migration de populations azéries provenant du nord-est du pays (régions de Kars et Iğdır). Ces groupes se sont installés à Istanbul suite à deux grandes vagues migratoires en 1950-60 et 1980-90. En parallèle existe une communauté chiite iranienne, présente de façon vivace depuis le XIXe siècle jusqu’au début du XXe, mais qui ne représente aujourd’hui qu’un faible et discret pourcentage. Ces deux communautés, iranienne et azérie, vivent de façon indépendantes l’une de l’autre, sans véritables contacts.
Comment s’est structurée cette communauté suite à sa migration récente ? Quels sont ses rapports au régime ? Comment se distingue-t-elle de l’empreinte chiite irakienne et surtout iranienne ? Quelles sont ses principales caractéristiques ? Ces questionnements ont guidé cette enquête exploratoire menée à l’occasion d’un stage de deux mois au sein de l’Institut Français d’Études Anatoliennes (IFEA).

Pour citer cet article : Marie Courraud, "La communauté djaféri à Istanbul," in Observatoire de la vie politique turque, 14 janvier 2016, http://ovipot.hypotheses.org/14199.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *