La mise en place de projets culturels et artistiques turco-arméniens: un moyen de médiation nécessaire dans le cadre du processus de normalisation des relations entre les deux pays

adobe-pdfMémoire présenté en 2015 par Marina SOTO sous la direction de Gérard Groc en vue de l’obtention du grade de Master de Négociation Internationale et Interculturelle SPÉCIALITÉ « Systèmes Nationaux d’Information » Aire culturelle : Turquie à l’Université Aix-Marseille.

La Turquie et l’Arménie sont deux pays voisins, situés sur la péninsule anatolienne, au croisement entre l’Europe, le Moyen-Orient, et l’Asie mineure. Les peuples turcs et arméniens, qui possèdent chacun une histoire, une langue et une origine ethnique propres, ont plusieurs siècles d’histoire commune : ils appartenaient tout deux à l’Empire ottoman avant sa dislocation à la fin de la Première Guerre mondiale, et ont cohabité pendant des siècles sous l’égide de l’Empire. Pourtant, la République d’Arménie et la République de Turquie n’entretiennent aujourd’hui aucune relation diplomatique. L’étendue de la frontière entre les deux pays est entièrement fermée, et les populations, même celles habitant dans les zones frontalières, ont très peu de contact entre elles. Cette absence de contact a mené, au fil du temps et des politiques mises en place par les gouvernements, à des situations discriminatoires parfois extrêmes, ces dernières étant attisées par les stéréotypes et idées reçues.

Cet état des lieux de la situation met en exergue le blocage des relations, dont les enjeux divergent pour chacune des deux parties. On constate alors à quel point des problématiques politiques ont affecté la population, qui développe certaines formes de racisme et des préjugés. Le « choc des civilisations » décrit par Samuel Huntington paraît inévitable en l’absence d’un élément permettant de résoudre la situation : la mise en place de véritables relations interculturelles. Ces relations interculturelles se traduisent de différentes façons, et peuvent se baser sur des éléments éducatifs, mais aussi artistiques. Ces considérations soulèvent alors la question du rôle de la culture et des arts dans ce blocage des relations, au point de se demander en quoi la mise en place de projets artistiques et culturels pourrait être nécessaire au processus de normalisation des relations entre la Turquie et l’Arménie, et entre les Turcs et les Arméniens

Une réponse à cette problématique est proposée à travers l’étude, dans un premier temps, des raisons géostratégiques – au niveau étatique- et psychologiques – au niveau de la population – du blocage des relations entre la Turquie et l’Arménie. Cette partie tentera donc d’analyser les raisons les plus profondes ayant mené à la situation actuelle qui est celle de l’absence de relations diplomatiques.
La seconde partie s’attaquera ensuite aux différents processus de rapprochement ou de négociation mis en place pour tenter de remédier à cette absence de relations diplomatiques, et les résultats apportés par chacune de ces tentatives. Le tout menant alors à une réflexion sur la diplomatie dite de la « deuxième voie », son fonctionnement et ses modes d’application.
Enfin, la troisième et dernière partie sera dédiée à la concrétisation de cette « diplomatie de la deuxième voie », mise en place à l’aide de projets culturels et artistiques. L’étude de ces projets se fera à travers des entretiens réalisés avec plusieurs coordinateurs de projets d’organisations et associations turques œuvrant en ce sens, des participants à ces projets, ainsi que des artistes. Cette étude se basera donc principalement sur les initiatives de rapprochement mises en place en Turquie, et notamment par la Fondation Hrant Dink et par Anadolu Kültür. Ces deux organisations non-gouvernementales basées à Istanbul travaillent à la mise en œuvre de projets culturels en faveur de la normalisation des relations entre les deux pays. Les projets sont divers, et touchent à des domaines très variés : les arts, mais également les sciences, l’environnement, les droits de l’Homme, la liberté de la presse, les affaires, etc.

Pour citer cet article : Marina Soto, "La mise en place de projets culturels et artistiques turco-arméniens: un moyen de médiation nécessaire dans le cadre du processus de normalisation des relations entre les deux pays," in Observatoire de la vie politique turque, 16 février 2016, http://ovipot.hypotheses.org/14215.


Marina Soto

Diplômée de Master de Négociation Internationale et Interculturelle SPÉCIALITÉ « Systèmes Nationaux d’Information» Aire culturelle : Turquie - Université Aix-Marseille

More Posts

Vous aimerez peut être aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *