L’Azerbaïdjan et les 1ers Jeux européens : S’imposer en Europe sans que l’Europe ne s’impose à lui

adobe-pdfMémoire présenté en 2015 par Blaise LEFEBVRE sous la direction de Jean Marcou en vue de l’obtention du grade de Master II Intégrations et mutations en Méditerranée et au Moyen-Orient à l’Institut d’Études Politiques de Grenoble

Depuis l’arrivée au pouvoir d’Ilham Aliyev, l’Azerbaïdjan promeut par le biais de divers « outils » (puissante modernisation de Bakou, accueil de l’Eurovision etc.) une image renouvelée du pays devant lui permettre de sortir de l’anonymat et de renforcer sa puissance douce.
Or, en décidant d’organiser la première édition des Jeux européens en juin 2015, les autorités en charge de l’évènement ont essayé jusqu’au bout de les inscrire dans cette dynamique afin notamment de séduire ses partenaires européens, alliés stratégiques de l’Azerbaïdjan.
Pour autant, le choix d’accélérer la répression au même moment contre toutes les formes d’oppositions à l’intérieur du pays a rendu incompréhensible auprès de l’Europe l’engagement de l’Azerbaïdjan dans ces Jeux. Pire, ces derniers ont même finalement altéré l’image du pays dans les médias mais aussi son statut privilégié auprès des décideurs politiques européens.

Pour citer cet article : Blaise LEFEBVRE, "L’Azerbaïdjan et les 1ers Jeux européens : S’imposer en Europe sans que l’Europe ne s’impose à lui," in Observatoire de la vie politique turque, 22 février 2016, http://ovipot.hypotheses.org/14219.


Blaise LEFEBVRE

Sciences-Po Grenoble Master Méditerannée et Moyen-Orient

More Posts

Vous aimerez peut être aussi...

1 Réponse

  1. Seslisohbet dit :

    :( thanks

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *