Le départ d’Ahmet Davutoğlu sonne le glas du régime parlementaire en Turquie

Au revoir DavutLe 4 mai au soir, à l’issue d’une rencontre avec Recep Tayyip Erdoğan, qui n’a pas donné lieu à un communiqué, Ahmet Davutoğlu a fait savoir qu’il quittait la présidence de l’AKP, et donc qu’il abandonnait ses fonctions de premier ministre. Cette décision fait suite à plusieurs jours de rumeurs insistantes, évoquant la démission du chef du gouvernement turc, suite à des remous internes au sein de l’AKP. Le 29 avril dernier, en effet, le comité central du parti avait décidé d’enlever à Ahmet Davutoğlu (et de reprendre donc) le pouvoir de nommer ses cadres locaux et provinciaux. D’après les statuts de la formation au pouvoir, cette compétence appartient, certes, au comité central en question, mais, en 2002, le leader du parti (à l’époque Recep Tayyip Erdoğan) s’était octroyé cette faculté, et en 2014 Ahmet Davutoğlu en avait logiquement héritée. La spoliation dont le premier ministre a été victime, fin avril, et qu’il a qualifiée de «peu amicale», montre à quel point l’autorité du premier ministre sur sa majorité est précaire, le président de la République en personne (premier ministre pendant 11 ans) n’ayant jamais cessé, dans les faits, de tenir en main les rênes du parti. Dès lors, pour en finir, Ahmet Davutoğlu a annoncé qu’un congrès extraordinaire de l’AKP se tiendrait, le 22 mai prochain, pour lui élire un successeur.

Une diarchie incertaine au sommet de l’Etat

En réalité, depuis que Recep Tayyip Erdoğan a été élu président au suffrage universel, sa relation avec son premier ministre n’a jamais été claire. Il est vrai que c’est Erdoğan qui a choisi Davutoğlu, pour lui succéder à la tête du parti et du gouvernement. Au cours de la deuxième quinzaine d’août 2014, après sa victoire au premier tour de la présidentielle, s’abstenant de démissionner de ses fonctions de premier ministre sortant, avant d’être intronisé officiellement, Recep Tayyip Erdoğan avait habilement mis hors jeu un autre rival potentiel, le président sortant Abdullah Gül. Et, au soir de son investiture au sommet de l’Etat, il n’avait eu qu’à appeler son ancien ministre des affaires étrangères à la tête du gouvernement, celui-ci ayant été élu à la présidence de l’AKP, quelques jours plus tôt. De toute évidence, ce processus a constitué le premier pas d’une présidentialisation du régime politique turc. De parlementaire, celui-ci s’est mis à suivre une dérive semi-présidentielle accentuée, et les rapports entre les deux têtes de l’exécutif sont devenus de plus en plus illisibles.

Dès janvier 2015, Ahmet Davutoğlu a ainsi mal accepté que le président de la République se remette à présider les conseils des ministres. Cette compétence est certes inscrite dans la Constitution, mais les prédécesseurs de Recep Tayyip Erdoğan (gagnés par la logique parlementaire du système) l’avaient délaissée. Par la suite, les deux hommes sont entrés en désaccord sur la relance du processus de paix pour résoudre la question kurde. Initiée en février 2015, cette relance fut brutalement interrompue, quelques jours plus tard par le chef de l’Etat ; ce qui provoqua d’ailleurs des polémiques à l’intérieur même du parti, notamment entre le vice-premier ministre, Bülent Arınç, et l’imprévisible maire d’Ankara, Melih Gökşek, le premier s’interrogeant en particulier sur la capacité du président à agir de la sorte, dans un régime constitutionnellement parlementaire où théoriquement le premier ministre gouverne. Autre indice de désaccord entre le président et le premier ministre : l’inscription laborieuse dans le programme du parti, pour les élections législatives du 7 juin 2015, de la réforme constitutionnelle visant à établir un régime présidentiel (chère à Erdoğan comme l’on sait, mais moins au goût, semble-t-il, de Davutoğlu). Cette inscription finalement réalisée amenait en fait le premier ministre sortant à expliquer qu’il faisait campagne pour l’instauration d’un régime où ses pouvoirs seraient amoindris face à ceux du président ! Mais c’est la conduite de la campagne électorale pour les législatives de juin 2015 qui illustra le mieux le positionnement antagonique des deux hommes : Recep Tayyip Erdoğan volant de meetings en meetings comme un premier ministre, tandis qu’Ahmet Davutoğlu, éclipsé, se retrouvait marginalisé, sous les sarcasmes des leaders de l’opposition.

La fin annoncée du régime parlementaire

Le revers de l’AKP lors des élections du 7 juin 2015, qui fut avant tout une défaite d’Erdoğan, rendit un peu d’espace au premier ministre. C’est lui qui se remit à occuper le devant de la scène, alors que le président, assommé dans un premier temps par le mauvais résultat de l’AKP, allait disparaître des écrans t des plateaux pendant plusieurs jours. Surtout c’est Ahmet Davutoğlu qui allait finalement mener le parti à la victoire, lors des élections anticipées du 1er novembre 2015, après avoir mis le projet de régime de régime présidentiel en sourdine, et appelé à la rescousse des cadres populaires de l’AKP, évincés par Erdoğan, lors de l’élection précédente.

Ce rééquilibrage des relations entre les deux hommes n’aura guère tenu plus de six mois, car le président a inexorablement repris l’ascendant sur le premier ministre, particulièrement au cours des dernières semaines où l’on a bien senti une nette différence d’appréciation sur la question kurde et sur les négociations conduites avec l’Union européenne à propos de la crise des réfugiés. En réalité, ce que consacre d’abord la démission d’Ahmet Davutoğlu, c’est bien ce changement de régime que vit la Turquie, depuis deux ans. Commentant cette nouvelle péripétie, Kemal Kılıçdaroğlu, le président du CHP, a déclaré : «La démission de Davutoğlu ne doit pas être considérée comme une affaire interne à l’AKP ; tous les partisans de la démocratie doivent résister à ce qui est un coup d’Etat du palais (présidentiel).» Pour sa part, le co-leader du HDP, Selhattin Demirtaş, s’est étonné qu’Ahmet Davutoğlu ait été «élu par le peuple» et que «quelqu’un au palais présidentiel» puisse prétendre gérer le pays à sa place, concluant, là encore : «cela s’appelle un coup d’Etat». Cette dérive présidentialiste était pourtant annoncée, car elle avait été au cœur des débats, dès la campagne pour les élections présidentielles. À longueur de meetings, Recep Tayyip Erdoğan, avait alors expliqué qu’il ne se présentait pas à la présidence pour «partir à la retraite», pour jouer les «arbitres» ou pour devenir un «pot de fleurs», en bref pour se contenter d’être un chef d’Etat de régime parlementaire, exerçant une magistrature d’influence, mais laissant la responsabilité du gouvernement du pays au premier ministre. Fort de la légitimité de son élection au suffrage universel (pour la première fois dans l’histoire de la République), le nouveau président a fait de la Constitution, une lecture semi-présidentielle, reprenant certains pouvoirs tombés en désuétude, tout en exerçant une autorité inédite sur le chef du gouvernement.

Une reprise en main du parti par le président

Cette nouvelle lecture des institutions s’est accompagnée d’une reprise en main du parti qu’Erdoğan avait annoncée aussi avant l’élection présidentielle. Alors même que beaucoup de ses compagnons de route des débuts, élus pour la première fois en 2002, ne pouvaient après 3 mandats parlementaires en briguer un quatrième (selon les statuts du parti), le président en avait profité pour se livrer à «une grande lessive», lui permettant de renouveler les cadres, c’est-à-dire de faire éclore une génération de nouveaux responsables, dévoués à sa personne, et convaincus de la nécessité de changer de régime. Ce processus a ainsi mis sur la touche plusieurs acteurs talentueux du parti, comme par exemple le «tsar de l’économie turque», Ali Babacan. Babacan, Gül, et aujourd’hui Davutoğlu, la liste des «cadavres» s’allonge, et il faut y ajouter celle provoquée, depuis 2013, par le conflit ouvert avec le mouvement Gülen, qui fut l’un des vecteurs de l’investissement du pouvoir d’Etat par l’AKP. Le président paraît engagé dans une fuite en avant dont l’issue, la présidentialisation du régime par une réécriture de la Constitution, risque de faire tanguer dangereusement encore le parti et le parlement. On comprend que l’un des conseillers présidentiels, Cemil Ertem, ait prudemment annoncé que la démission de Davutoğlu n’entrainerait pas d’élections anticipées. Reste à savoir qui remplacera le premier ministre sortant : Binali Yıldırım, le ministre des transports, présenté comme le principal rival de Davutoğlu au sein du parti, mais par ailleurs candidat malheureux à la mairie d’Izmir en 2014 ? Même si le président opte pour un technicien comme Yalçın Akdoğan ou pour une personnalité plus politique comme Numan Kurtulmuş, il risque d’avoir du mal à maintenir la cohésion d’un parti, entamée par des choix qui ont ruiné l’image internationale de la Turquie au cours des 5 dernières années, alors même que celle-ci plongeait dans l’instabilité avec les coups portés à la liberté d’expression et la reprise de la guérilla kurde dans le sud-est. Dans un pays où l’alternance politique est en panne, entre autres du fait de la domination trop large de l’un des partis du système, la perte de sa suprématie par ce dernier peut venir de ses divisions internes. Dans le champ de ruines de ces derniers jours, Ahmet Davutoğlu a donné pourtant un dernier gage de fidélité à celui qui l’a nommé ministre des affaires étrangères en 2009, puis premier ministre cinq ans plus tard. Il n’a pas hésité à appeler le parti à demeurer uni, en jurant qu’il resterait l’ami du président «jusqu’à son dernier souffle.» ; un témoignage d’abnégation qui a fait rebondir les marchés et la livre turque, en berne depuis sa démission, mais qui ne suffira pas à ramener la sérénité au sein d’un pays en crise fatigué par les tensions et la polarisation incessante.

JM

Voir aussi sur le sujet, cet autre article : « Départ d’Ahmet Davutoğlu, une nouvelle étape vers la présidentialisation du système politique turc » sur Diploweb, le 12 mai 2016


1 réponse

  1. Anonyme dit :

    Monsieur Marcou,
    Votre article est presque pertinent.
    Mais pourquoi ne pas parler simplement et directement de la victoire de la démocratie turque, plutôt que d’essayer d’attribuer la défaite ou la victoire à telle où telle personne ? Pourquoi oublie-t-on subitement la notion de la démocratie lorsqu’il s’agit de la Turquie ? La réponse est extrêmement simple: bien qu’élu au suffrage universel (!), Erdoğan n’est pas un leader désiré par l’Europe pour des raisons politiques et d’intérêts dans la région.
    Je tiens à préciser que l’électorat turc vote l’AKP pour montrer son soutien à Erdoğan. Il n’y a pas d’autre explication. Davutoğlu s’est sacrifié pour une cause, celle de faire de la Turquie l’une des 10 puissances économiques mondiale d’ici 2023, ceci étant possible avec un changement de régime. Si le peuple veut un tel changement, pourquoi contester ? Vous ne croyez tout de même pas que les Turcs suivent Erdoğan à l’aveuglette ?! C’est l’avenir de la République de Turquie qui est en jeu et non celui d’Erdoğan, celui-ci étant éphémère. Je ne sais pas si vous le savez mais les Turcs pensent qu’Erdoğan fait désormais parti des leaders incontournables de la Turquie, après Atatürk et Abdülhamid II, qui avaient jadis rencontré des tas de problèmes comme aujourd’hui.
    Dernièrement, il est vrai que la Turquie est un pays fatigué, en particulier de l’attitude hypocrite de l’Occident qui fait semblant de lutter contre le terrorisme, alors que le PKK continue de tuer des personnes civiles notamment Kurdes avec des armes qui leur sont fournis par les pays européens.
    Le peuple Turc s’est réveillé M. Marcou, et Erdoğan a joué et joue encore un rôle très important dans ce réveil et c’est pourquoi il a le soutien de tout un peuple, chose que certains entourages ne veulent savoir. Les problèmes politiques existent dans tous les pays mais l’essentiel c’est de mettre en avant l’existence de la démocratie. J’espère qu’un jour vous ferez preuve de respect envers le choix du peuple turc et que vous ferez allusion à la victoire de la démocratie turque.
    Cordialement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *