Binali Yıldırım succède à Ahmet Davutoğlu, à la tête de l’AKP

Le vice-président et porte-parole de l’AKP, Ömer Çelik, a donc annoncé, le 19 mai 2016, que Binali Yıldırım, était le candidat officiel à la présidence du parti, pour succéder à Ahmet Davutoğlu. Yıldırım devrait donc être formellement intronisé, lors d’un congrès extraordinaire de l’AKP, au cours du prochain week-end, le 22 mai. Ce même jour, par ailleurs, Ahmet Davutoğlu démissionnera de ses fonctions de premier ministre, et Recep Tayyip Erdoğan appellera son successeur à constituer un nouveau gouvernement, qui devrait être investi par un vote de confiance du parlement, dans le courant de la semaine prochaine.

Un symbole de la politique intérieure de l’AKP

On ne peut pas dire que la désignation de Binali Yıldırım soit une réelle surprise. Celui que l’on décrit comme l’homme du président, avait encore vu son statut de favori s’accroître, au cours des derniers jours, après être arrivé largement en tête d’une consultation des cadres du parti. Si son prédécesseur, Ahmet Davutoğlu, s’était fait connaître par son action à la tête de la diplomatie turque, le nouveau leader de l’AKP est lui un symbole de la politique intérieure du parti majoritaire. Depuis l’arrivée au pouvoir de celui-ci en 2002, il a le plus souvent occupé les fonctions de ministre des transports. Il est donc réputé être un homme d’action, associé de surcroît aux milliers de kilomètres d’autoroute qu’a construits la Turquie au cours de la décennie écoulée, et aux grands travaux qui les ont accompagnés : le Marmaray et l’Avrasya (métro et tunnel routier passant sous le Bosphore), les lignes de TGV, les troisièmes pont et aéroport d’Istanbul (en cours de construction), le pont Osman Gazi dans le golfe d’Izmit… Il s’agit là de réalisations qui illustrent bien sûr la politique de grandeur de la Turquie, exaltée à longueur de discours par Recep Tayyip Erdoğan, mais qui ont aussi une dimension très concrète, dans un pays où les néo-urbains des grandes métropoles ont souvent besoin d’aller rapidement faire un tour au köy (comprendre au village dont on est originaire), pour régler une affaire familiale. Il n’est que de voir comment l’AKP a vanté ses réalisations routières et autoroutières, lors de certaines de ses campagnes électorales.

Né Erzincan en 1955, Binali Yıldırım est lui-même originaire de cette Turquie anatolienne profonde, qui fut longtemps lointaine, et qui a contribué à porter l’AKP au pouvoir, en 2002. Anglophone et francophone, il est aussi, de par sa formation, un homme attiré par la mer, puisqu’ingénieur en construction navale, diplômé de l’Université technique d’Istanbul et de la World Maritime University de Malmoe (Suède). C’est au cours des années 1990 qu’il commence à se faire apprécier de Recep Tayyip Erdoğan, alors que ce dernier est devenu l’étoile montante du parti islamiste Refah, après son élection, en 1994, à la tête de la municipalité d’Istanbul. De 1994 à 2000, Binali Yıldırım dirige, en effet, l’IDO (Istanbul Büyükşehir Belediyesi Deniz Otobüsleri İşletmeleri – La Compagnie des autobus de mer de la Municipalité du Grand Istanbul). Cette entreprise évoque, là encore, des réalisations très concrètes pour les Turcs. Ayant mis sur pied, dans les années 1990, un service d’hydroglisseurs apprécié, accélérant les communications maritimes entre les différents centres d’une ville devenue tentaculaire, elle est aussi connue pour avoir développé par la suite des lignes de ferry, permettant à ses habitants de sortir d’Istanbul par voie maritime, en évitant des axes routiers souvent saturés.

Une carrière politique mouvementée

Avec la création de l’AKP en 2001, Binali Yıldırım entre vraiment en politique. Il sera successivement élu député d’Istanbul en 2002, d’Erzincan en 2007 et d’Izmir en 2011 et 2015. Mais surtout, dès 2002, après la première victoire de l’AKP, il devient ministre des transports et de la communication, poste qui constitue sa principale expérience politique, avant son accession en cours à la tête du parti et du gouvernement.

Le parcours de ce technicien des transports n’a pourtant pas été simple et s’est grippé à plusieurs reprises. En juillet 2004, lors de l’un de ses voyages inauguraux, le nouveau TGV Ankara Istanbul déraille à Pamukova, dans la province de Sakarya, causant la mort de 41 passagers et en blessant près de 80. L’enquête ayant révélé que l’accident a été causé par un excès de vitesse, la responsabilité du ministre de tutelle est mise en cause, mais ce dernier refuse obstinément de démissionner. Un an plus tard, en novembre 2005, une photographie qui le montre, déjeunant séparément de son épouse voilée, dans un restaurant de Samsun, lors d’un repas d’affaires, provoque une tempête de protestations, à une époque où la situation de l’AKP est beaucoup moins établie qu’aujourd’hui. Mais Yıldırım survit à nouveau politiquement et va poursuivre sa carrière, en dépit d’autres secousses périodiques.

En 2013, pourtant, la situation devient beaucoup plus sérieuse. Le grand scandale du 17 décembre 2013, qui rend public le conflit entre l’AKP et le mouvement Gülen, se traduit par l’arrestation d’une quarantaine de proches du gouvernement, dont trois fils de ministre. Finalement, dans la précipitation, le 25 décembre suivant, Recep Tayyip Erdoğan, alors premier ministre, décide de remanier son gouvernement pour calmer l’opinion. Dix ministres sont concernés, dont Binali Yıldırım. Il faut dire que le ministre des transports, aussi en charge de la communication, est directement atteint par les controverses concernant les écoutes téléphoniques et les tentatives d’encadrement des réseaux sociaux. S’ensuit alors une mini traversée du désert et une période de doute. En mars 2014, lors des élections municipales, il ne parvient pas à arracher la mairie d’Izmir au CHP, après une campagne laborieuse, au cours de laquelle lui-même et des membres de sa famille sont accusés de corruption. Recep Tayyip Erdoğan lui garde pourtant sa confiance et lui trouve une position de repli, en en faisant son conseiller pour les transports. Mais toutes ces péripéties l’empêchent sans doute de pouvoir rivaliser avec Ahmet Davutoğlu pour prétendre au leadership du parti, et au poste de chef de gouvernement, après l’élection de son mentor à la présidence de la République, en août 2014. Ce n’est toutefois que partie remise et, tout en rongeant son frein, Binali Yıldırım savonne la planche du nouveau premier ministre en exercice. Ainsi annonce-t-il en décembre 2014 que le président de la République va se remettre à présider les Conseils des ministres, ce qui provoque une polémique tendue à l’intérieur de l’AKP. Yıldırım va devoir néanmoins attendre encore près un an pour finalement retrouver son poste de ministre des transports dans le gouvernement d’Ahmet Davutoğlu, qui suit la victoire de l’AKP, aux élections de novembre 2015. Mais cette fois, il a déjà probablement d’autres ambitions…

JM

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *