Istanbul : d’un sommet humanitaire à un sommet présidentiel

Le premier sommet humanitaire de l’ONU qui s’est tenu, les 23 et 24 mai 2016, à Istanbul est sans doute un événement international inédit et symbolique des nouvelles crises que vit le monde d’aujourd’hui. Mais ses organisateurs n’avaient probablement pas prévu qu’il deviendrait une caisse de résonnance des derniers développements de la vie politique turque. En s’ouvrant, en effet, au lendemain du congrès extraordinaire de l’AKP (qui a porté Binali Yıldırım à la tête du parti au pouvoir), d’une part, et du vote par le parlement d’une réforme facilitant une levée des immunités parlementaires (qui pourrait conduire une partie des députés kurdes derrière les barreaux), d’autre part, cette manifestation internationale offrait aussi au président, Recep Tayyip Erdoğan, la tribune adéquate lui permettant de célébrer le triomphe en cours de la présidentialisation en Turquie. Même supplanté par le président, l’ex-premier ministre et ancien chef de la diplomatie turque, Ahmet Davutoğlu, aurait sans doute osé s’exprimer, lors d’un tel sommet, s’il avait été encore en fonctions. Son successeur, Binali Yıldırım a été manifestement tenu à l’écart, non sans avoir dû retarder, en outre, l’annonce de la composition de son gouvernement, pour ne pas faire de l’ombre à l’événement. Décidément la Turquie est déjà un régime présidentiel, et pour ceux qui en douteraient encore, le chef de l’Etat a pu non seulement faire étalage de sa suprématie politique, mais encore mettre en exergue les nouveaux arguments dont il dispose vis-à-vis de ses principaux partenaires internationaux.

L’ONU et l’UE, premières cibles de Recep Tayyip Erdoğan

De fait, si dans son discours d’ouverture, Recep Tayyip Erdoğan n’a pas hésité à s’en prendre à l’ONU, pourtant organisatrice du sommet humanitaire en question, en critiquant, dans une posture devenue habituelle, le Conseil de sécurité, et en expliquant que « le monde ne pouvait se résumer à cinq pays », c’est surtout pour se poser, sur la scène internationale, en défenseur des «oubliés» du système international, les pays émergents, les pays musulmans, voire les pays tiers. L’ambition peut paraître quelque peu téméraire, au moment où le président turc a perdu de sa superbe au Moyen-Orient, mais elle n’est probablement pas sans lien avec les atouts importants, qu’il a retrouvés, ces derniers temps, face à l’Europe et aux Etats-Unis.

Ce n’est pas un hasard si l’autre personnalité en vue de ce sommet aura été Angela Merkel, venue en réalité, à Istanbul, pour essayer de sortir l’accord turco-européen sur les migrations de l’ornière dans laquelle il est tombé, suite au refus d’Ankara de modifier sa législation de lutte contre le « terrorisme ». Cette exigence est en effet l’ultime condition posée par l’Union européenne (UE) pour supprimer les visas que doivent obtenir les ressortissants turcs se rendant dans l’espace Schengen (cf. notre édition du 16 mai 2016). Dès le premier jour du sommet, une volonté de conciliation a pourtant semblé prévaloir. Lors d’une rencontre bilatérale en marge, le président turc et la chancelière allemande sont tombés d’accord pour poursuivre les pourparlers sur la levée des visas, qui s’étaient grippés au cours des semaines précédentes. Mais le second jour, les dirigeants turcs ont fait sentir leur force, en martelant que la continuation de l’accord du 18 mars, qui a permis d’enrayer les flux migratoires vers les îles grecques, dépendrait de la suppression effective des visas par l’UE. « Ce n’est pas un bluff ou une menace, nous mettrons effectivement un terme à tous les accords qui ont été signés, y compris ceux prévoyant la réadmission, si vous ne tenez pas parole», a déclaré le ministre turc des affaires étrangères, Mevlüt Çavuşoğlu, en estimant qu’en l’occurrence, l’UE manquait de «réalisme». Recep Tayyip Erdoğan en personne n’a pas hésité à faire écho à cette mise en garde, en rappelant de surcroît que l’UE n’avait pas encore commencé à s’acquitter des sommes qu’elle avait promises à la Turquie pour l’aider à faire face aux coûts d’accueil des réfugiés. Les Européens se retrouvent ainsi dans une position de faiblesse vis-à-vis d’Ankara, et du coup, contrairement à ce qui avait été annoncé par son entourage, on n’a peu vu Angela Merkel, exprimer son inquiétude à l’égard de la dégradation de la situation des droits de l’homme et des libertés en Turquie. Ce sont en fait surtout les co-présidents du HDP, Figen Yüksekdağ et Selahattin Demirtaş, qui ont appelé le secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon, et les participants du sommet «à faire jouer les mécanismes internationaux pour répondre aux violations alarmantes des droits universels de l’homme et du droit humanitaire, à l’intérieur et hors de la Turquie».

Les sympathies kurdes des Américains « dans le collimateur »

Si, ces derniers jours, la Turquie a réussi à mettre à profit son aptitude à enrayer les flux migratoires vers la Grèce, pour durcir ses négociations avec les Européens, en ce qui concerne la levée des visas, elle a parallèlement, usé de la position qu’elle occupe désormais dans la lutte contre Daech, pour restaurer sa relation avec les Américains. Depuis les attentats des derniers mois et le bombardement de la ville de Kilis, Ankara a riposté, en multipliant les opérations contre l’organisation djihadiste (raids de police contre des cellules dormantes en territoire turc, frappes aériennes ou d’artillerie et même actions au sol de commandos dans les zones frontalières). Il n’aura échappé à personne que, dans la nouvelle «guerre» qu’ils ont déclarée à l’Etat islamique, les dirigeants turcs, à commencer par Recep Tayyip Erdoğan, revendiquent désormais le premier rôle et entendent donc concurrencer sur l’échiquier complexe des conflits qui se déroulent sur leur frontière méridionale, la place centrale acquise par les Kurdes syriens. Ainsi, a-t-on pu observer qu’à la vieille du sommet humanitaire qui se tenait à Istanbul, le général américain Joseph Votel, qui est à la tête du US Central Command (zone militaire américaine du Moyen-Orient), est arrivé à Ankara, venant de… Kobanê, où il avait rencontré les dirigeants kurdes du PYD. De façon plus générale, il s’agit pour le gouvernement turc de lier la lutte contre Daech à celle menée contre le PKK, en l’englobant dans un vocable que les Américains connaissent bien, et qui peut se résumer à celui « d’une lutte globale contre le terrorisme ». Cette démarche permet en fait de faire d’une pierre deux coups, en dénonçant à la fois la relation privilégiée que les Américains entretiennent avec le PYD et l’exigence européenne de révision de la législation turque sur le terrorisme. Même si les arguments de la Turquie vis-à-vis de Washington sont actuellement moins prégnants que ceux dont elle dispose à l’égard de l’UE, il ne faut jamais oublier que, depuis la guerre froide, Ankara a toujours su, quand il le fallait, tirer le meilleur parti de sa position stratégique auprès de son allié américain.

Des contre-pouvoirs affaiblis

À cette position de force présidentielle au niveau international semble correspondre une situation similaire sur le plan national. Après un congrès extraordinaire qui lui a permis de réduire les derniers îlots de dissidence au sein de l’AKP, le président turc dispose d’un appareil partisan à sa dévotion et d’un premier ministre ayant fait de l’instauration d’un régime présidentiel sa priorité affirmée. Il reste bien sûr à trouver la procédure qui permettra de changer de constitution. Mais force est de constater que, dans un climat de tensions et de polarisation où l’on peut s’attendre à tout, les contre-pouvoirs potentiels sont terriblement affaiblis. Les nationalistes vivent à l’heure actuelle des dissensions internes qui pourraient être fatales à leur parti. Les kémalistes se sont divisés sur la levée des immunités parlementaires, hésitant entre une tentation naturelle de résister et la peur d’être accusés de complicité avec le «terrorisme». Quant aux députés du HDP, désormais sans protection immunitaire, ils pourraient bien être les premières victimes de la nouvelle ère politique, qui est en train de s’ouvrir.

Il reste qu’en dépit de la démonstration de force présidentielle de ce sommet humanitaire de l’ONU, la Turquie est aujourd’hui fragilisée par plus de dix mois de guerre civile larvée dans les départements kurdes. Cette situation à laquelle s’ajoute une instabilité régionale durable générant d’importants flux de réfugiés et des rivalités de voisinage (avec la Russie notamment) a d’ors et déjà des conséquences spectaculaires sur certains secteurs de l’économie nationale, comme le tourisme. Il est vrai que la Turquie n’a pas une économie de rentes, mais la présidentialisation de son système politique, loin de parvenir à la stabilisation annoncée, pourrait aussi exacerber dangereusement la polarisation qui s’est aiguisée, au cours des derniers mois.

JM

 


1 réponse

  1. Néhémie dit :

    Dans l’avant-dernier paragraphe : « Quant aux députés du PYD, désormais sans protection immunitaire », j’imagine qu’il s’agit d’un lapsus avec HDP, qui pourrait être drôlement interprété …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *