Le nouveau gouvernement turc de Binali Yıldırım passé au crible

Faut-il encore s’intéresser à la composition d’un gouvernement dans un régime appelé à se présidentialiser et à supprimer peut-être cette instance collégiale caractéristique du régime parlementaire ? Quelle que soit la future configuration institutionnelle qui sera retenue, une chose est sûre : l’équipe du nouveau premier ministre, Binali Yıldırım, a été conçue pour servir le chef de l’Etat et ses desseins de réforme constitutionnelle. Dans cette perspective, savoir qui a disparu, qui est resté ou qui est arrivé, permet de cerner la configuration d’une équipe qui est déjà probablement déjà plus présidentielle que gouvernementale.

Ceux qui ont disparu

Beaucoup de départs étaient attendus. Le changement n’est pourtant pas aussi prégnant qu’on aurait pu le croire dans ce nouveau gouvernement. Près des deux tiers des ministres du précédent gouvernement Davutoğlu retrouvent en fait un poste, et parfois le même ! Le renouvellement n’affecte dès lors qu’une dizaine de ministères, dont les titulaires ont été remerciés en raison, soit de leur insignifiance, soit d’une fidélité politique jugée insuffisante. À côté de ceux de Mahir Ünal, Mehmet Müezzinoğlu, Sema Ramazanoğlu, Mustafa Elitaş, Cevdet Yılmaz, Fatma Güldemek Sarı, le départ de Volkan Bozkır, ex-ministre des affaires européennes et diplomate de carrière trop lié à l’ancien establishment laïque, n’est ainsi pas pour surprendre. Ses efforts des dernières semaines pour durcir le ton à l’égard de l’Union européenne, dans les négociations de mise en œuvre des accords signés pour résoudre la crise migratoire, n’auront manifestement pas suffi.

En réalité, la seule vraie surprise, au sein des partants, est la présence de Yalçın Akdoğan. Fidèle de la première heure et conseiller de Recep Tayyip Erdoğan, alors que celui-ci était premier ministre, il s’était fait connaître en 2004, en rédigeant le célèbre essai Muafazakar Demokrasi (La démocratie conservatrice), qui tentait de caractériser politiquement l’AKP post-islamiste et d’en faire le symbole de «l’islamisme converti à la démocratie». En 2014, il avait accédé directement aux fonctions de vice-premier ministre dans le premier gouvernement d’Ahmet Davutoğlu, après l’élection à la présidence de la République de son mentor. Devenu même premier vice-premier ministre dans le dernier gouvernement Davutoğlu (investi en novembre 2015), à aucun moment il n’a paru tenté de prendre le parti de l’ancien chef de la diplomatie turque, lors des accrochages qui ont émaillé la relation tumultueuse que celui-ci a pu avoir avec Recep Tayyip Erdoğan. Qu’a donc fait Yalçın Akdoğan pour mériter un tel sort ? Tout bien pesé, son point faible n’était pas un tort mais une «tare», en l’occurrence insurmontable, celle d’avoir été «monsieur question kurde» dans les gouvernements précédents. L’image de Yalçın Akdoğan est, en effet, à jamais marquée par son action dans ce domaine (la fameuse rencontre de Dolmabahçe, le 28 février 2015), à une époque où le chef de l’Etat et le parti au pouvoir défendaient, à la différence d’aujourd’hui, l’idée que l’on pouvait résoudre politiquement la question kurde et que l’on devait négocier avec le leader emprisonné du PKK, Abdullah  Öcalan. O tempora o mores ! Autant dire que, dans le contexte actuel, Akdoğan est devenue, probablement à son corps défendant, l’incarnation vivante des contradictions récentes de l’AKP sur la question kurde. On comprend mieux dès lors que sa «khrouchtchevisation» ait pu s’imposer aux nouveaux dirigeants turcs, en dépit de ses états de service.

Bien que cela ne concerne pas directement la composition du gouvernement à proprement parler, une autre victime expiatoire des réajustements en cours pourrait bien être Hakan Fidan, le chef du MİT (Milli İstihbarat Teşkilatı), les services turcs de renseignement. Il a été très exposé lui aussi dans le processus de paix avec les Kurdes (notamment à ses débuts), et il est par ailleurs entré en disgrâce, lorsqu’il a tenté de se lancer dans une carrière politique, en se présentant aux élections législatives de juin 2015, contre l’avis de Recep Tayyip Erdoğan, qui l’avait finalement forcé à revenir à la tête du MİT, mais pour mieux lui faire sentir probablement, le moment venu, les conséquences de son inconduite…

Ceux qui sont restés.

Il s’agit tout d’abord des «incontournables» qui ont su se rendre difficiles à remplacer dans leur secteur d’intervention, comme Efkan Ala à l’Intérieur, Bekir Bozdağ à la Justice, Mevlüt Çavusoğlu aux Affaires étrangères, Naci Akbal aux Finances, Faruk Çelik à l’Agriculture ou encore de Süleyman Soylu au Travail. Il s’agit ensuite de «barons» du parti ou de personnalités politiques qui, quoi qu’il en soit, devaient trouver leur place dans la nouvelle équipe : Numan Kurtulmuş qui reste vice-premier ministre et porte-parole du gouvernement, Berat Albayrak (l’un des gendres du président) qui demeure à l ‘Énergie, Ömer Çelik, présenté comme l’une des têtes pensantes de l’AKP qui quitte la culture pour les affaires européennes, ou İsmet Yılmaz, qui est passé de façon surprenante de la Défense à l’Education, d’où il a chassé Nabi Avcı, reclassé.. à la Culture. Il s’agit encore des «miraculés d’une ère révolue» que l’on avait déjà mis au placard, mais qui donnent le change, en étant placés aux côtés des fidèles d’Erdoğan : Mehmet Şimşek, reconduit au poste de vice-premier ministre, parce que sa présence rassure les milieux d’affaires et les investisseurs, Lutfi Elvan, un proche d’Ahmet Davutoğlu qui, lui, perd son poste de vice-premier ministre, pour devenir ministre du développement. Il s’agit enfin du cas particulier de Tuğrul Türkeş, un transfuge du parti nationaliste MHP (au demeurant fils d’Alparslan Türkeş, le fondateur de ce parti), rallié au gouvernement intérimaire d’Ahmet Davutoğlu (en tant que vice-premier ministre), l’an passé après les élections du mois juin 2015, sans l’accord de sa formation politique, qui pour cela l’a exclu. Au moment où le MHP est en pleine déconfiture, le parcours de Türkeş, demeuré vice-premier ministre, pourrait donner des idées à certains membres du parti nationaliste, ce qui permettrait à l’AKP, qui sait, de trouver des voix supplémentaires au parlement, pour faire avancer son projet de nouvelle constitution.

Ceux et celle qui arrivent

Compte tenu de la permanence que nous observions, les arrivées ne sont donc pas si nombreuses, mais elles sont politiquement symboliques, consacrant des fondateurs de l’AKP, comme les nouveaux vice-premiers ministres, Nurettin Canıklı ou Veysi Kaynak. Le positionnement notamment de Canıklı qui arrive juste derrière le premier ministre, Binali Yıldırım, est significative de la politique économique à venir du gouvernement. Depuis le remplacement récent d’Erdem Başcı, l’ex-gouverneur de la Banque centrale de Turquie, qui avait été l’un des (derniers) contradicteurs de Recep Tayyip Erdoğan, notamment lorsqu’il prônait le maintien de taux d’intérêt élevés, on a vu ces taux baisser significativement. La nomination de Nurettin Canıklı qui, plus que Mehmet Şimşek, sera en charge des questions économiques, pourrait donc être le signe de l’avènement d’une politique économique plus idéologique et en tout cas plus conforme aux convictions de Recep Tayyip Erdoğan, impatient de favoriser une relance de la consommation, pour les raisons politiques et sociales que l’on peut imaginer. On note aussi la nomination au ministère des transports, d’Ahmet Arslan, un clone de Binali Yıldırım, ayant un profil d’ingénieur de la marine comparable, et celle de Fatma Betül Sayan Kaya, une proche des cercles dirigeants présidentiels, au ministère des affaires sociales et familiales. Elle sera la seule femme du gouvernement Yıldırım, alors que le précédent gouvernement d’Ahmet Davutoğlu en comptait deux… Quant au nombre de femmes ministres, la nouvelle ère politique qui s’ouvre en Turquie, ne paraît donc pas vouloir se distinguer franchement des précédentes !

JM


2 réponses

  1. JEROME RİO dit :

    Mr Marcou excellente synthese et analyse, comme d’habitude. Auriez-vous la possibilité de faire une note sur les grandes lignes du programme des mois a venir annoncé par Yıldırım ? Devons-nous attendre a des réformes économiques et sociales majeures ou bien l’action du gouvernement sera-t-elle tournée vers la levée de l’immunité de certains parlementaires et la réforme constitutionnelle ?

  1. 22 juin 2016

    […] de Gezi, Recep Tayyip Erdoğan, en nommant Binali Yıldırım au poste de premier ministre (cf. notre édition du 27 mai 2016), il y a un mois, entend manifestement ouvrir une nouvelle ère politique. Dans une logique de […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *