Turquie-Etats-Unis : le désamour appelé à se poursuivre et à s’approfondir

Décidément les relations turco-américaines ne seront jamais simples. Dans le contexte actuel d’instabilité régionale où tout aurait dû pourtant pousser les deux alliés au rapprochement, la défiance reste de mise. Il faut dire que les initiatives malheureuses et les événements s’enchainent, pour œuvrer au maintien des malentendus et des désaccords.

Le flop du déplacement de Recep Tayyip Erdoğan aux Etats-Unis pour assister aux funérailles de Mohamed Ali

La disparition de Mohamed Ali a fourni une nouvelle occasion, à Recep Tayyip Erdoğan, de se rendre aux Etats-Unis, mais cette visite a été encore plus difficile que la précédente ; celle qu’il avait effectuée, fin mars-début avril, pour assister au sommet sur la sécurité nucléaire à Washington, et au cours de laquelle Barack Obama n’avait accepté une rencontre bilatérale avec lui qu’après moult tergiversations. Cette fois pourtant, le président turc paraissait devoir être dans son avantage. Depuis sa venue à Istanbul, en 1976, où il avait été accueilli par Necmettin Erbakan, le fondateur de l’islamisme turc, avant d’aller prier à la mosquée de Sultanahmet, Mohamed Ali était une personnalité connue et aimée des Turcs. Aller aux funérailles du boxeur de légende permettait ainsi au chef de l’Etat turc de faire d’une pierre deux coups : raviver la sympathie de l’opinion publique, toutes tendances confondues, pour ce champion musulman admiré, d’une part, se poser en représentant du monde musulman, sur le territoire même des Etats-Unis, lors d’une cérémonie à laquelle devait également participer le roi Abdallah de Jordanie, d’autre part. Avant son départ, Recep Tayyip Erdoğan avait d’ailleurs fait vibrer une fibre néo-tiers-mondiste, dont il n’use qu’en certaine occasion, comme par exemple lors de ses voyages en Afrique, en rappelant que « Mohamed Ali boxait pour ceux qui souffraient. »

La famille du boxeur et les organisateurs des funérailles ne l’ont pourtant pas entendu de cette oreille. Alertés par les polémiques qui avaient envahi les réseaux sociaux, ils se sont employés en effet à neutraliser les risques d’instrumentalisation politique des cérémonies. Dès lors, le président turc, qui était accompagné entre autres par le président du Diyanet, Mehmet Görmez, n’a été autorisé, ni à prendre la parole pour lire un passage du Coran, ni à déposer une étoffe consacrée sur le cercueil du défunt. Pour couronner le tout, un accrochage a eu lieu entre la garde rapprochée du président et les services de sécurité américains. Du coup, après avoir participé, le 9 juin, aux prières dites en la mémoire du boxeur et à un iftar, Recep Tayyip Erdoğan manifestement vexé, a décidé subitement d’écourter son séjour et de ne pas assister, le 10 juin, à l’enterrement lui-même, en estimant que l’événement n’avait plus « aucune dimension religieuse » et que sa présence n’y était « pas nécessaire ».

Le président turc déçu par Obama

Cette nouvelle déconvenue américaine a-t-elle incité le président turc à dire, dans l’avion qui le ramenait en Turquie, sa déception sur la présidence Obama, au moment où elle touche à son terme ? Toujours est-il que, lors de ce retour, s’ouvrant à des journalistes qui l’interrogeaient sur l’état des relations turco-américaines, il a déclaré : « Nous avions de grandes espérances quand M. Obama a décidé de faire de la Turquie son premier pays visité, après sa prise de fonctions… Malheureusement nos attentes ont été déçues. » Si Recep Tayyip Erdoğan convient que l’impasse de la crise syrienne ne peut être mise au débit du seul président américain, il reproche pêle-mêle à celui-ci, de n’avoir retiré ses troupes d’Irak que pour les transférer en Afghanistan, d’avoir échoué à fermer Guantanamo ou de n’avoir pas été assez présent en Syrie et en Irak. Même les relations économiques sont un échec, selon le président turc, alors qu’Ankara avait proposé à Washington de faire d’un partenariat stratégique, un « partenariat modèle ». Mais, dans cette liste interminable, le grief suprême est probablement celui qui préoccupe le plus à l’heure actuelle le fondateur de l’AKP, à savoir encore et toujours le soutien américain aux Kurdes syriens du PYD, et à leur branche militaire, les YPG. Rappelant les photos qui ont montré récemment des commandos américains, combattant aux côtés des YPG en Syrie, et arborant même certains de leurs insignes, le chef de l’Etat turc s’est écrié : « ce genre de choses nous exaspèrent. » Recep Tayyip Erdoğan a expliqué que de tels événements avivaient le ressentiment à l’égard des Etats-Unis, dans son pays. Il a dit espérer que Barack Obama tiendrait compte des observations de son allié de l’OTAN, même dans ses derniers mois d’exercice, et qu’il cesserait d’apporter son soutien à ceux qui, selon lui, menacent la Turquie, sur sa frontière méridionale.

Sous l’amertume présidentielle, les derniers développements du conflit syrien

L’amertume de Recep Tayyip Erdoğan, quant à son évaluation de la présidence Obama, sont sans doute à mettre en relation avec des événements beaucoup plus immédiats : les derniers développements des opérations militaires qui se déroulent sur la rive occidentale de l’Euphrate, à Manbij, où les Forces démocratiques syriennes, composées de rebelles syriens arabes et de membres des YPG kurdes, appuyés par des frappes aériennes américaines, ont encerclé les forces de Daech, et sont en train de couper le califat djihadiste autoproclamé de la frontière turque. La bataille de Manbij préfigure donc déjà une nouvelle victoire du PYD. Elle va en outre transformer la frontière syrienne de la Turquie en une frontière principalement kurde.

Quand on se souvient que, depuis l’année dernière, Ankara a fait de la rive occidentale de l’Euphrate « une ligne rouge » à ne pas franchir pour les Kurdes du PYD, on mesure l’évolution de la situation sur le terrain, car désormais, les YPG ont bien franchi cette ligne fatidique, et se trouvent sur la rive occidentale de l’Euphrate. Le 7 juin, prenant les devants, le ministre turc des affaires étrangères, Mevlüt Çavusoğlu, a expliqué que ce franchissement avait été accepté, eu égard à la nécessité de la lutte contre Daech, mais que les Etats-Unis s’étaient engagés à ne pas permettre un maintien des forces kurdes sur ces positions, à l’issue des combats.

Quoi qu’il en soit, la défaite annoncée de Daech à Manbij paraît bien conforter le succès de la stratégie américaine déployée pour combattre l’organisation djihadiste, depuis la bataille de Kobane, à l’automne 2014. Sans s’engager militairement sur le terrain (à l’exception des forces spéciales limitées envoyées pour appuyer l’offensive en cours, ces dernières semaines), les Etats-Unis ont apporté, au grand dam de la Turquie, un soutien décisif (par des frappes aériennes et des livraisons d’armements) aux Kurdes du PYD. Ces deux derniers mois, Ankara a certes tenté de changer la donne, en intensifiant ses opérations contre Daech, et en menant même une opération transfrontalière limitée. Le 8 mai dernier, évoquant le sort de la ville turque de Kilis, régulièrement atteinte par des tirs parfois meurtriers de l’Etat islamique, Recep Tayyip Erdoğan, se plaignait d’être laissé seul face à la menace djihadiste. Dès lors, il s’est employé à convaincre les Etats-Unis qu’il pouvait devenir leur meilleure arme contre Daech, pour peu qu’ils mettent un terme à leur alliance avec le PYD. Mais cette position paradoxale et cette nouvelle guerre turque contre l’Etat islamique sont apparues peu crédibles, au moment où la stratégie américaine commençait à porter ses fruits. Il est probable que les Etats-Unis veilleront à ménager leur allié turc au bout du compte, mais le poids de la Turquie dans le conflit syrien n’en sera pas moins amoindri, et les rancœurs mutuelles risquent de s’accroître encore un peu plus.

 JM

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *