Quand Recep Tayyip Erdoğan reparle de la destruction de Gezi Parkı

Gezi againLe 18 juin, lors d’une conférence à Istanbul, Recep Tayyip Erdoğan a de nouveau évoqué l’aménagement de la place Taksim, une question en suspens depuis les manifestations de plusieurs semaines qu’avait provoquées, il y a trois ans, le projet prévoyant la destruction de la promenade de Gezi, et la reconstruction d’une caserne ottomane, rasée au début de la période républicaine. «L’un des sujets sur lequel nous devons être courageux, c’est la question de Gezi Parkı, à Taksim. Je le dis une nouvelle fois : nous reconstruirons ce bâtiment historique à cet endroit», a déclaré le président de la République, en présentant la relance de ce projet contesté, comme une volonté de réconcilier les Turcs avec leur Histoire.

La disparition de Gezi Parkı à nouveau programmée ?

Recep Tayyip Erdoğan est donc revenu sur ce projet, qui prétend édifier une copie conforme de la fameuse caserne ottomane d’artillerie Hallil Pacha, en lieux et place de la promenade de Gezi, mais sans indiquer s’il envisageait toujours d’y installer un mall commercial, comme le plan initial le prévoyait. Le chef de l’Etat turc a néanmoins mentionné la création d’un musée, non sans égratigner au passage ses alliés occidentaux, avec lesquels il est en conflit actuellement sur plusieurs questions sensibles. Alors que le Bundestag vient d’adopter, comme l’avait fait, il y a déjà un certain temps, l’Assemblée nationale française, une résolution reconnaissant le génocide arménien, et que par ailleurs, les Etats-Unis continuent de soutenir en Syrie, les Kurdes du PYD, Recep Tayyip Erdoğan a annoncé que le musée en question montrerait les zones sombres du passé de l’Allemagne, de la France ou des Etats-Unis, et qu’il rassurerait les Turcs sur la clarté de leur Histoire. Tout un programme donc qui s’accompagnera de la destruction de l’AKM (Atatürk Kültür Merkezi – Centre culturel Atatürk, en fait l’ancien opéra d’Istanbul) pour permettre l’édification du plus grand opéra d’Europe et d’une mosquée, de style ottoman, bien sûr. Mais le président a intégré la relance de ce réaménagement urbain dans un contexte politique beaucoup plus large, qui est celui d’une véritable restructuration de l’ancienne capitale ottomane, pour effacer les traces de l’urbanisation républicaine : « L’un des plus importants problèmes à Istanbul, c’est le programme d’urbanisation qui a commencé dans les années 1930 ; il manquait d’esthétisme et de culture, et n’a pas été fidèle au développement historique de la ville. Tout particulièrement, ce qui est arrivé dans les années 1960 et 1970 a été une tragédie. Il est toujours important de revenir sur ses erreurs. Mieux vaut tard que jamais ». Après avoir légitimé ses projets par l’Histoire, le président leur a donné une tonalité plus contemporaine, en exposant aussi son désir de faire disparaître, à Istanbul, un habitat informel «où des vaches sont parfois encore élevées», et un habitat illégal construit sans tenir compte des normes de sécurité. Ce grand écart entre l’Histoire et des préoccupations plus contemporaines s’emploie de toute évidence à banaliser une reconfiguration du paysage urbain dont l’inspiration politique, voire idéologique, ne trompent personne, d’autant plus qu’une logique similaire est actuellement à l’œuvre dans le sud-est du pays pour reconstruire, ou plus exactement restructurer, les zones urbaines kurdes détruites pendant les affrontements qui s’y sont déroulés depuis l’été dernier. Dans un tel contexte, on peut se demander comment sera accueillie l’annonce de la relance de l’aménagement de la place Taksim, surtout si elle est suivie par un passage à l’acte.

Trois semaines de manifestations qui ébranlèrent la Turquie…

Fin mai, début juin 2013 (cf. notre édition du 1er juin 2013), le même projet (plus commercial et moins historique) avait été à l’origine du déclenchement des «événements de Gezi», un mouvement de protestation qui avaient duré de nombreuses semaines, et affecté près de 80 villes en Turquie. Le risque de destruction pesant sur Gezi Parkı avait cristallisé les craintes d’une partie de l’opinion à l’égard d’un gouvernement de l’AKP, suspecté de vouloir s’immiscer dans les modes de vie des gens, en cherchant notamment à reconfigurer leurs cadres spatiaux d’existence. A l’instar de la place de la Perle à Manama, de Tahrir au Caire, ou de la Puerta del sol à Madrid, Taksim et d’autres lieux symboliques en Turquie (le parc de Kuğulu à Ankara, par exemple) étaient ainsi devenus le théâtre de communes libres, donnant lieu, non seulement à une occupation permanente, mais aussi à de multiples activités (concerts, actions d’entraide et de solidarité, débats publics…). L’évacuation de la place Taksim et du campement de Gezi Parkı, à la mi-juin, ne mettra pas un terme à une effervescence qui devait durer tout l’été 2013, et favoriser un accroissement de la polarisation entre les pro-AKP et les différents secteurs de la contestation. L’année suivante, pourtant, le parti au pouvoir allait donner l’impression d’avoir repris la situation en main, en triomphant lors des élections locales en mars, et en voyant son leader élu à la présidence de la République, cinq mois plus tard. Mais les élections législatives de l’année 2015 (notamment celles de juin qui virent l’AKP perdre sa majorité absolue) montrèrent que la sérénité retrouvée du parti de Recep Tayyip Erdoğan était en réalité beaucoup plus précaire qu’on ne pouvait le penser. Signe probable de cette état d’anxiété et d’incertitude : depuis les mémorables semaines de protestation et d’occupation, en dépit du réaménagement routier et piétonnier de la place Taksim, la promenade de Gezi et l’AKM sont restés intacts, à l’état de friche, comme si le gouvernement craignait de raviver la flamme de la révolte, en touchant à des lieux devenus emblématiques.

Du réaménagement urbain au réaménagement politique…

La relance verbale des projets contestés intervient à un moment que beaucoup s’accordent à considérer comme crucial en Turquie. Après s’être défait de ses anciens compagnons de route (Abdullah Gül et Ahmet Davutoğlu, notamment), qui s’étaient montrés plus conciliants d’ailleurs dans la gestion des événements de Gezi, Recep Tayyip Erdoğan, en nommant Binali Yıldırım au poste de premier ministre (cf. notre édition du 27 mai 2016), il y a un mois, entend manifestement ouvrir une nouvelle ère politique. Dans une logique de présidentialisation et de centralisation du pouvoir, le nouveau chef de gouvernement doit désormais concentrer ses efforts sur la réécriture la Constitution, afin de doter la Turquie d’un régime présidentiel. Mais on sait qu’il est aussi et surtout l’homme des grands travaux du régime, fortement occupé actuellement par l’ouverture prochaine du troisième pont sur le Bosphore, par l’achèvement du chantier de la grande mosquée de Çamlica ou par la construction du nouvel aéroport d’Istanbul. Ces trois chantiers sont révélateurs de l’immense restructuration territorial et paysagère que vit actuellement le pays, et ils s’accompagnent à Istanbul de la généralisation d’une restructuration urbaine plus ordinaire (kentsel dönüşüm), qui affecte la plupart des quartiers la ville, sous des prétextes variés (embellissement, mise en conformité avec les normes sismiques…). Ce phénomène est sans doute le produit du développement économique vécu par le pays au cours des deux dernières décennies, mais il est aussi pénétré par des préoccupations politiques évidentes, qui le plus souvent s’attachent à gommer l’histoire républicaine de la Turquie et à restaurer un passé ottoman exalté et instrumentalisé pour des besoins électoraux immédiats.

Reste à savoir quels effets est susceptible de produire l’achèvement du réaménagement de la place Taksim. Après avoir retrouvé sa majorité absolue, à la faveur des élections législatives anticipées de novembre dernier, l’AKP est à la recherche de la procédure qui lui permettra de faire adopter une nouvelle constitution. Dans la situation extrêmement tendue qui découle de la reprise de la guérilla dans le Kurdistan, de la proximité du conflit syrien et de la multiplication des attentats à Ankara et à Istanbul, Recep Tayyip Erdoğan se pose en homme providentiel et en chef incontesté (Reis) d’une Turquie qui aspire à la sécurité. Est-ce à dire que le contexte a définitivement changé et qu’il favorise l’isolement et le découragement des secteurs de la société qui s’étaient mobilisés au moment de Gezi ? Le troisième anniversaire du mouvement à la fin du mois de mai n’a pas donné lieu à une mobilisation importante, et il est vrai que la dénonciation itérative du « terrorisme », les atteintes à la liberté de la presse, l’usage excessif des inculpations pour « insulte au président », tendent à diaboliser dans ce pays (comme dans d’autres) tous les phénomènes de protestation, et pour tout dire à répandre une logique d’intimidation dissuasive. Il n’en demeure pas moins qu’on ne peut prévoir comment la chute des arbres de Gezi serait accueillie, si elle devait se produire dans un avenir proche…

JM


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *