Après le Brexit, la tentation du Türksit ?

TürksitA la veille du scrutin qui vient de voir le succès du Brexit, au Royaume Uni, Recep Tayyip Erdoğan, vitupérant contre le maintien de son pays à la porte de l’Union européenne «depuis 53 ans», avait mis en garde Bruxelles, en annonçant qu’il pourrait, lui aussi, organiser un référendum sur la poursuite du processus turc de candidature : « Nous pouvons décider de nous tenir debout et demander son avis au peuple, comme le font les Britanniques… Nous lui demanderions : ‘Devons-nous continuer les négociations avec l’UE ou devons-nous les arrêter ?’ »

Le 24 juin, on pouvait donc craindre que les dirigeants turcs n’accueillent la nouvelle du Brexit en enfonçant le clou un peu plus, et en confirmant cette velléité de s’éloigner de l’UE. C’est pourtant la modération à l’égard de Bruxelles qui a significativement prévalu dans leurs réactions. Le premier ministre, Binali Yıldırım, a en effet expliqué que son pays restait en faveur d’une Europe forte et unie, parce qu’il y avait là un facteur de paix et de stabilité. Il a cependant déclaré que le projet européen devait évoluer vers une conception plus ouverte, ne pas s’aliéner le soutien d’un certain nombre de pays de la région, et favoriser l’accélération de l’adhésion de la Turquie.

Les Turcs inquiets des divisions occidentales

Le départ du Royaume Uni de l’UE va priver Ankara de l’un des meilleurs soutiens à sa candidature. Mais les Turcs avaient déjà perdu leurs illusions, quant à la fidélité britannique à leur égard, avant même le résultat qui, vendredi matin, a ébranlé l’Europe. Le chef du gouvernement turc a ainsi fustigé l’attitude du premier ministre britannique, David Cameron qui, à plusieurs reprises, pendant la campagne, avait souligné que l’entrée de la Turquie dans l’UE était hautement improbable («peut-être en l’an 3000», avait-il même osé ironiser !) pour rassurer son électorat et le faire voter en faveur du «maintien». À l’issue du résultat, Binali Yıldırım s’est empressé de rendre la monnaie de sa pièce à son homologue britannique, en déclarant : «Il a voulu fixer la date d’adhésion de la Turquie, le peuple britannique lui a signifié sa date de démission». Il reste que le gouvernement turc est de toute évidence inquiet des conséquences que pourrait avoir un événement, qui l’a indiscutablement surpris.

Le Brexit confirme que l’Europe est désormais gagnée par des postures souverainistes et conservatrices, surfant sur la peur panique suscitée par les migrations, et pour finir très hostiles à tout élargissement. Même si les relations turco-européennes ne sont pas simples, l’économie turque reste fortement dépendante de ses échanges avec l’Europe, au moment même où ses débouchés sur le marché russe sont en train de se réduire comme une peau de chagrin. Les aspects stratégiques du nouvel antagonisme entre Russie et Turquie tendent aussi à rapprocher Ankara de Bruxelles. Bien que Moscou vienne de l’inviter à une conférence ministérielle du BSEC (l’organisation économique de la mer Noire) à Sochi, la Turquie est inquiète de la poussée militaire russe en Syrie. Elle n’oublie pas non plus la crise ukrainienne et les conséquences que cela peut avoir en mer Noire : isolement des Tatars de Crimée et risques d’escalade dans un lieu sensible. Face à une situation régionale de plus en plus instable, Ankara ne peut que s’inquiéter des divisions qui sont susceptibles de fissurer le bloc occidental et détourner l’attention de ce dernier du Moyen-Orient, au moment où les Russes multiplient les démonstrations de force, et n’ont sûrement pas abandonné l’idée de venger l’affront du SU-24, abattu le 23 novembre dernier.

La candidature de la Turquie peut-elle rester éternellement en suspens ?

Dans un tel contexte, il n’est pas étonnant que la Turquie ait tenu à rappeler qu’elle restait candidate à l’adhésion, sa relation avec les Occidentaux demeurant l’axe structurant de sa politique étrangère. Cette déclaration de fidélité a pourtant peu de chances d’être entendue, car en dépit de l’ouverture d’un nouveau chapitre de négociation, le 30 juin prochain, l’adhésion de la Turquie ne sera plus vraiment à l’ordre du jour, avant longtemps, dans une UE absorbée par le Brexit. Certes, le récent accord migratoire demeure, quant à lui, un enjeu crucial pour Ankara et Bruxelles, mais il a montré à quel point les relations des deux protagonistes reposaient plus sur un rapport de force sans concessions que sur une solidarité confiante (cf.notre édition du 3 mai 2016). Par ailleurs, en dépit des intérêts stratégiques précédemment exposés, l’évolution politique intérieure en cours (présidentialisation, atteinte à la liberté d’expression, traitement militaire de la question kurde…) éloigne de plus en plus Ankara des valeurs du projet d’intégration européenne.

Il est vrai que, depuis plusieurs années déjà, la Turquie s’est installée dans une position d’éternelle candidate, jouissant du marché unique (via l’accord d’union douanière) et de la sécurité stratégique (via l’OTAN). Encore faut-il que les négociations en cours, même à minima, sur l’accord migratoire, finissent par aboutir. Or, si le système de réadmission des réfugiés a commencé à fonctionner avec le succès que l’on sait, la levée des visas pour les ressortissants turcs se rendant dans l’espace Schengen, n’est toujours pas actée, l’UE continuant à exiger le respect par la Turquie d’un certain nombre de paramètres (notamment la réforme de sa législation contre le terrorisme) auxquelles Ankara refuse de souscrire (cf. notre édition du 16 mai 2016). Dans ces conditions, de nouveaux conflits et d’autres épreuves de force sont à prévoir. Et l’on peut craindre que le président turc, habitué des coups d’éclat, ne soit tenté de recourir à un référendum sur la poursuite du processus d’adhésion, pour sortir d’une ambiguïté relationnelle qui, selon lui, n’a que trop duré. Mais pas plus que l’on est certain que les électeurs turcs soutiendraient majoritairement l’instauration d’un régime présidentiel, on ne peut dire, à ce jour, s’ils accepteraient de souscrire à une sorte de Türksit, avant même que leur pays ait pu entrer dans l’UE…

JM

 


1 réponse

  1. RIO dit :

    Mr Marcou pourriez-vous svp faire une note sur la normalisation des relations turco-israelliennes ? Nous lisons tout et son contraire dans la presse et j’aimerais avoir votre vision du sujet. Quelles concessions ont fait les 2 camps ? Est-ce que la victoire diplomatique proclamée par la presse pro-gouvernementale est reelle ? Je vous remercie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *