Recep Tayyip Erdoğan propose la citoyenneté turque aux réfugiés syriens

Après avoir surpris les médias internationaux, la déclaration de Recep Tayyip Erdoğan évoquant la possibilité d’accorder la citoyenneté turque aux réfugiés syriens est devenue le nouveau grand débat de politique intérieure en Turquie. C’est le 2 juillet dernier, significativement dans la province de Kilis, qui compte, à l’heure actuelle, autant de réfugiés que de natifs locaux, que le président de la République a fait cette annonce, en précisant qu’un projet était à l’étude au ministère de l’Intérieur.

Depuis 2011, la Turquie a accueilli 2,7 millions de réfugiés syriens, auxquels il faut ajouter 300 000 réfugiés venus d’Irak, à la suite de situations d’urgence ou de crises liés à la guerre civile qui ravage la Syrie. Seuls 290 000 réfugiés syriens se trouvent encore dans des camps, car la plupart d’entre eux se sont désormais installés dans des centres urbains à l’ouest du pays, en Anatolie centrale et dans le sud-est. Très visibles, lors des premières années de leur arrivée, les réfugiés se fondent donc peu à peu dans la société turque au point qu’à Istanbul, on évoque une sorte « de disparition » des réfugiés, alors même qu’ils y sont près de 500 000.

Car les réfugiés sont bien là, pour ne pas dire pas dire qu’ils sont là pour toujours. La plupart des migrations de masse, vécues depuis la Seconde guerre mondiale, montre que les personnes déplacées reviennent rarement dans le pays qu’ils ont fui. La Turquie et ses dirigeants en sont d’autant plus persuadés qu’ils ont en outre négocié un accord avec l’Europe dont le premier objectif est de fixer les réfugiés sur le territoire turc. Il n’est donc pas étonnant qu’un débat sur l’avenir des réfugiés syriens s’ouvre aujourd’hui en Turquie. Mais en le lançant par une initiative spectaculaire, Recep Tayyip Erdoğan, comme à son habitude, prend à contrepied ses rivaux politiques sur le plan national, tout en jouant une partie à plusieurs bandes qui aussi une dimension internationale importante.

L’opposition hostile à la nationalité turque pour les réfugiés syriens

Les partis d’opposition représentés au parlement (CHP, HDP, MHP) ont fait connaître d’emblée leur opposition frontale au projet du président et la réunion des groupes parlementaires, qui se tient traditionnellement le mardi, les ont vus, le 12 juillet, lancer une contre-offensive appuyée. Tous soulignent notamment l’incompétence du chef de l’Etat à décider d’un tel projet, ce qui renvoie, une fois de plus, au débat ambiant sur l’évolution du régime politique turc, et sa présidentialisation rampante. Selahattin Demirtaş, le co-président du HDP, a même ironisé, en rappelant qu’Erdoğan, pour justifier sa position, avait évoqué le fait qu’il y ait parmi les réfugiés «des médecins et des avocats». Va-t-il donc lui-même faire le tri, s’est demandé le leader kurde ? En tout état de cause, l’octroi de la nationalité aux réfugiés nécessitera l’adoption d’une loi. Mais au-delà des questions de procédure, les partis d’opposition mettent en cause la capacité même du pays à assumer l’installation définitive de millions de réfugiés. En tablant sur un rejet, ou tout au moins sur un désaccord de la population, le CHP et le HDP ont donc demandé un référendum, afin de mettre au pied du mur un parti gouvernemental dont les dirigeants ne cessent de se prévaloir de la «volonté de la nation».

Sur le fond, toutefois, contrer la nouvelle lubie présidentielle ne sera pas chose aisée. Certes, les nationalistes du MHP sont dans leur rôle lorsqu’ils s’étonnent que le président ait pu promettre aux réfugiés les HLM qu’il n’a pas proposés «aux nobles fils de cette nation.» Mais pour la gauche, l’entreprise s’avère plus complexe, car il faut faire connaître son opposition au projet, sans pour autant sombrer dans le chauvinisme et le racisme. Le 12 juillet, Kemal Kılıçdaroğlu, le leader du CHP, a rappelé que son pays comptait 6 millions de chômeurs et 12 millions de personnes vivant dans la pauvreté. Il a poursuivi en disant «que l’Europe avait probablement poussé un soupir de soulagement en entendant la proposition d’Erdoğan car pour sa part elle n’a pas accueilli  500 réfugiés». Dès lors, le CHP estime que la Turquie devrait surtout s’employer à aider à la réimplantation des réfugiés en Syrie après la guerre. Une argumentation à laquelle Recep Tayyip Erdogan a répondu, en estimant qu’on ne pourrait pas maintenir éternellement les réfugiés dans des camps ou dans une situation de précarité totale. Evoquant les demandes d’assistance dont le gouvernement est saisi en permanence par les municipalités, il a déclaré que la Turquie avait les moyens de faire face, et que le TOKİ (Toplu Konut İdaresi Başkanlığı, Direction de l’administrant le logement collectif, opérateur national de construction de logements, devenu le bras armé du gouvernement en matière de grands travaux et de développement urbain) disposait de nombreux de logements vides qui pourraient accueillir les réfugiés syriens comme ils ont accueilli les Turcs Meskhètes, chassés d’Ukraine par la crise de 2013. Pour sa part, le leader kurde Selahattin Demirtaş pense que ce projet va provoquer «une flambée de racisme» à l’égard des réfugiés, et il dénonce une instrumentalisation politique de la question des migrations par le chef de l’Etat.

De la recherche de nouveaux électeurs à la reconfiguration de nombreux territoires.

En réalité, l’opposition redoute une double instrumentalisation de la question des réfugiés par Recep Tayyip Erdoğan.

En premier lieu, on sait que son projet n’est pas dépourvu de préoccupations électorales : les réfugiés d’hier, invités aujourd’hui à devenir des citoyens turcs, pourraient être des électeurs de l’AKP demain. L’affaire est d’importance pour le parti gouvernemental, qui a montré l’an passé que son influence électorale s’essoufflait, et qu’il avait besoin d’élargir sa base pour mener à bien son fameux projet présidentialiste. Recep Tayyip Erdoğan estime probablement que s’ils obtiennent la nationalité turque, les réfugiés syriens qui sont en majorité des Arabes sunnites constitueront potentiellement un nouveau gisement électoral, fortement tenté de soutenir son parti.

Mais l’inquiétude de l’opposition va plus loin. Car, en second lieu, le projet de nouvelle citoyenneté peut avoir des conséquences démographiques et territoriales non négligeables. Du fait de leur importance, les migrations des dernières années ont changé la démographie de certaines régions, notamment dans les zones frontalières et dans certains quartiers urbains Ce phénomène survient au moment même où l’AKP est manifestement engagé dans une reconfiguration des territoires. Les grands projets (ponts, autoroutes, lignes de TGV, aéroports, tunnels…) transforment à une vitesse impressionnante un pays où il y a désormais 30 pôles urbains ayant le statut de métropole (+ 750 000 habitants), certains comme Istanbul étant fortement affectés par le kentsel dönüşüm (restructuration urbaine), qui bouleverse les populations et le paysage des citées concernées. N’oublions pas qu’en 2013, c’est de façon significative le rejet d’une restructuration urbaine, au cœur d’Istanbul, qui a provoqué les «événements de Gezi». La transformation politique de la Turquie n’est pas qu’une affaire institutionnelle (instauration d’un régime présidentiel), c’est aussi de plus en plus une question d’aménagement du territoire. Dans un tel contexte, l’installation durable des réfugiés peut participer à l’avènement de la «nouvelle Turquie» voulue par l’AKP. Cette problématique croise, de surcroît, celle de la reconstruction des zones urbaines du Kurdistan, détruites au cours des véritables épisodes de guerre, qui s’y sont déroulés, depuis que le cessez-le-feu a été rompu avec le PKK, il y a un an. Le HDP redoute donc aussi que ce genre de reconfigurations territoriales, urbaines et démographiques visent à réduire l’influence kurde dans le sud-est et dans les grands centres urbains du pays.

Tensions et problèmes d’intégration

Reste à savoir bien sûr si le projet d’Erdoğan ne se heurtera pas aussi à l’inquiétude ambiante grandissante des populations concernées, avivée par les incidents qui se sont produits dans certaines régions ; le dernier en date ayant eu lieu le 9 juillet, dans la province de Konya, où une rixe entre Turcs et Syriens a causé la mort de deux personnes. Fait significatif, qui montre à quel point les différences de culture sont à prendre en compte en l’occurrence, le conflit est parti des coups portés par des Syriens à un chien errant dont un Turc a pris la défense. La modification du rapport aux animaux est l’une des évolutions récentes notables de la société turque. On ne compte plus les vidéos qui, sur les réseaux sociaux ou les sites des grands journaux, dénoncent les maltraitances d’animaux ; une évolution que n’a probablement pas connue la société syrienne, dans le même temps. Ainsi, malgré la dissémination et «les disparitions» apparentes dont nous parlions précédemment, la question de la cohabiation avec les réfugiés reste posée, et elle concerne des sujets beaucoup plus sérieux que celui des chiens errants.

Seul le tiers de 650 000 enfants de réfugiés syriens en âge d’être scolarisés, le sont effectivement. Les premières études universitaires menées évoquent des risques de « ghettoisation », et parlent même d’une bombe à retardement pour les sociétés turque et kurde de Turquie. La présence des réfugiés dans ce pays y a fait repartir à la hausse la question du travail des enfants, elle favorise les trafics en tout genre d’êtres humains, elle a accru subitement et dans des proportions considérables le travail précaire. Mais elle comporte aussi un volet économique qui peut être positif pour la Turquie. Alors même que la Syrie s’est vidée d’une partie importante de sa population active et de ses activités, des forces vives trouvent dans ce pays un lieu proche géographiquement et culturellement pour réussir leur transplantation forcée. La référence de RTE «aux médecins et aux avocats», présents parmi les réfugiés, n’est pas qu’un effet de style. Après son accord avec l’Union européenne (UE), la le gouvernement turc sait qu’il doit désormais intégrer les réfugiés qui sont restés ou ramenés sur son sol. Et tant qu’à faire autant essayer de capter les plus instruits et les plus aisés d’entre eux, qui ont eu tendance à partir en Europe jusqu’à présent. Ces deniers commencent d’ailleurs à intervenir dans le débat suscité par l’annonce d’Erdoğan, soit pour se réjouir et se dire prêts à remplir les devoirs qu’impliquerait leur nouvelle citoyenneté, soit pour dire leur refus de devenir l’instrument de querelles de politique intérieure.

L’Europe rassurée mais aussi pointée du doigt

L’octroi de la citoyenneté turque aux réfugiés doit aussi être examiné au prisme des relations turco-européennes. Comme nous le relevions précédemment, au travers d’une déclaration du leader kémaliste Kemal Kılıçdaroğlu, l’UE a priori ne peut qu’accueillir favorablement la proposition du chef de l’Etat turc. Lors des négociations qui ont précédé l’accord du 18 mars sur le renvoi des réfugiés des îles grecques vers la Turquie, Bruxelles avait obtenu qu’Ankara améliore le statut des réfugiés syriens, notamment pour leur permettre de travailler et les inciter, de ce fait, à ne pas émigrer vers l’Europe. L’obtention potentielle de la citoyenneté turque vient donc conforter cette démarche. Ce nouveau geste de la Turquie est d’autant plus à prendre en compte que les négociations, qui visent à lever l’exigence d’un visa pour les Turcs se rendant dans l’espace Schengen, sont toujours pendantes avec l’UE.

Si l’on quitte le terrain purement diplomatique et matériel, l’octroi de la citoyenneté aux réfugiés risque d’avoir d’autres effets, moins favorables, sur les relations turco-européennes, en alimentant le ressentiment qu’Ankara nourrit à l’endroit des Européens, accusés de lui avoir abandonné le fardeau des réfugiés. En outre, l’Europe a donné l’impression de brader ses exigences démocratiques contre l’assurance du blocage des flux de réfugiés par le «portier turc», pour reprendre l’image utilisée par Sinan Ülgen dans un article publié par le New York Times, le 1er octobre 2015. L’an passé, en effet, l’UE avait rendu son plus mauvais rapport d’évaluation concernant la candidature turque, regrettant à juste titre le délabrement de l’Etat droit et l’effondrement du processus de paix avec les Kurdes. Mais devant l’urgence de la crise migratoire, Bruxelles avait fait volte-face oubliant ces préventions, et acceptant de relancer la candidature d’Ankara, en ouvrant deux nouveaux chapitres du processus de négociations, le chapitre 17 (politique économique et monétaire), en décembre 2015, et le chapitre 33 (dispositions financières et budgétaires), par la suite, en juin 2016. Dès lors, les arguments humanitaires de l’UE, vis-à-vis de la Turquie, dans la poursuite des négociations, seront un peu plus entamés. Comment une union de pays, qui a tout fait pour bloquer les flux de réfugiés, pourra-t-elle faire la leçon au candidat turc, qui, lui, n’hésite pas à proposer désormais la citoyenneté à ces derniers ? On peut faire confiance à Recep Tayyip Erdoğan pour profiter de la situation, et pour expliquer aux Turcs qu’ils ont réussi là où ont échoué ces «Européens hypocrites», qui s’enquièrent des droits de l’homme en Turquie, mais qui ignorent les droits des réfugiés.

L’argumentation développée pourra en outre s’appuyer sur un approfondissement du projet initial d’inspiration européenne, en quelque sorte. Revenant du sommet de l’OTAN, qui s’est tenu à Varsovie, le 8 et 9 juillet derniers, le président turc a expliqué en effet à des journalistes que la double nationalité serait la bienvenue, en faisant valoir l’expérience allemande, que les Turcs connaissent fort bien. Il a par là-même répondu également aux questions qui s’inquiétaient du non-retour des réfugiés dans leur pays d’origine, en déclarant : « Personne n’a demandé aux Turcs qui sont partis en Allemagne en 1963, s’ils rentreraient ou non en Turquie…. Il n’y a pas à hésiter, notre pays a 79 millions d’habitants qui vivent dans 780 000 km2, l’Allemagne en a 85 millions qui vivent dans un espace qui est inférieur de moitié au nôtre… Aujourd’hui un Turc peut aller en Allemagne et devenir citoyen allemand, il peut aller aux Etats-Unis et devenir citoyen américain. Pourquoi n’en irait-il pas de même pour les gens qui vivent dans notre pays… » Les Turcs seront peut-être flattés d’apprendre qu’en matière de migrations, ils sont en passe de devenir les Allemands du Moyen-Orient, mais il n’est pas sûr que cette seule analogie suffise à leur faire oublier l’ampleur du défi qui devra être relevé dans les années qui viennent.

JM

 


1 réponse

  1. 7 novembre 2016

    […] En nous appuyant sur des rapports et des entretiens réalisés durant l’été 2016 nous revenons ici sur les arguments mobilisés dans les débats sur la naturalisation des citoyens syriens et leur présence en Turquie, et les implications d’un tel débat pour l’avenir du vivre ensemble (voir notre édition du 13 juillet 2016). […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *