Erdoğan est l’homme à abattre : rapport d’évaluation des dégâts 2

L’article original a paru dans le quotidien Vatan le 26 décembre 2013 sous le titre “Esas hedef Erdoğan’ın bizzat kendisi: Hasar tespit raporu-2”.
Il est disponible sur le site de l’auteur.

Traduction : Isabelle Gilles

Rusen-cakir-2014Dans mon article de vendredi où je dressais un premier état des dommages de la guerre Cemaat-gouvernement, j’en arrivais à la conclusion que le gouvernement était le blessé grave alors que la Cemaat restait solide sur ses pieds. Beaucoup de choses se sont produites depuis, mais les 2 protagonistes et la situation ne semblent pas avoir évolué : les coups reçus par le gouvernement sont plus lourds que jamais, alors que la Cemaat paraît avoir été épargnée.

Avant de questionner la véracité de ces impressions, il convient de rappeler brièvement les événements récents.

Le gouvernement sur la défensive

  1. Le Premier ministre Erdoğan a retardé d’une semaine les 3 démissions ministérielles en lien avec les allégations de corruption. Il pensait probablement que des démissions hâtives seraient interprétées en face comme un avantage. Il est aussi possible qu’il ait voulu empêcher la divulgation de nouveaux noms.
  2. Dans des circonstances normales, cette stratégie pouvait suffire. Mais la déclaration d’Erdoğan Bayraktar (« dans ce cas, le Premier ministre doit démissionner lui aussi »), visiblement irrité d’être accusé de corruption, a suffi à compromettre tous les plans.
  3. Le gouvernement et les médias qu’il contrôle n’ont pu élaborer un argument capable neutraliser les accusations de corruption qui tienne la route. Il est évident que ni les allégations de « connivences externes » ni les accusations de « discréditer la classe politique » n’ont pu amoindrir les soupçons.
  4. Les mises à pied hâtives des enquêteurs ordonnées par le pouvoir ne serviront à rien, comme nous l’avons vu hier, et n’empêcheront pas de nouvelles procédures. La résistance opposée par la police et la préfecture aux mandats d’arrêt émis par le procureur dans le cadre d’une nouvelle enquête ont causé une crise inédite dans l’histoire de la République.
    Au moment où j’écris ces lignes, la crise se poursuit, et le motif de l’enquête, ainsi que les noms des personnes impliquées circulent sur les réseaux sociaux.
    Les noms cités dans le cadre de cette enquête laissent à penser que la véritable cible est le Premier ministre en personne.
  5. Tout comme durant Gezi, nous voyons fleurir les analyses selon lesquelles Erdoğan « a retourné à son avantage une situation défavorable ». Erronées à l’époque, elles le sont encore plus aujourd’hui. Nous pouvons dire que le gouvernement a fait preuve toute la semaine dernière d’une piètre capacité de gestion de crise.

La Cemaat frappe encore

Avec la nouvelle enquête d’hier, nous avons une preuve supplémentaire que la Cemaat a accumulé une masse de documents à charge contre le gouvernement. Ils ont très certainement sous la main d’autres dossiers semblables. Même si le pouvoir parvient à entraver les enquêtes judiciaires, ces informations peuvent aisément fuiter sur les médias (et réseaux sociaux).

Pour autant, il ne faut pas en déduire que l’avantage évident dont bénéficie aujourd’hui la Cemaat se poursuivra indéfiniment, pour les raisons suivantes :

  1. Désormais, la prétention de la Cemaat à être « au-dessus des partis » n’a plus aucun sens. Un Fethullah Gülen qui prend la parole et croise le fer avec le Premier ministre dessine davantage le portrait d’un politicien que d’un homme de religion. Si la Cemaat ne prend pas le parti de devenir une formation politique, le fait de se frotter à ce point à la politique se payera cash.
  2. « Malédiction » ou « imprécation », je pense que la « condamnation » proférée par Gülen dans son speech du 20/12 a sérieusement nui à son image et à celle de son mouvement. J’en veux pour preuve le fait qu’Erdoğan use et abuse de la référence lorsqu’il s’adresse au peuple.

  1. Le fait de ne pas avoir désigné d’alternative à l’AKP creuse l’écart entre la Cemaat et la frange religieuse, et la conduit vers l’isolement.

La guerre va s’intensifier

Malgré tout cela, hormis quelques mises à pied, le gouvenement n’a pas vraiment répliqué à la Cemaat. Le Conseil de Sécurité Nationale qui s’est tenu aujourd’hui a été particulièrement décisif. À la lumière des décisions prises, il est plus que probable que les actions à l’encontre de la Cemaat émaneront non seulement du gouvernement mais signalent également le début d’une « stratégie étatique ».

Bref, il n’est question ni de paix ni même de trêve. Il est évident que les représailles seront extrêmement violentes.
Et la situation présente est, pour les deux parties en présence, devenue une « lutte pour la survie ».


Ruşen Çakır

Ruşen Çakır est un journaliste né en 1962 à Hopa diplômé du Lycée de Galatasaray. Entre février 1981-août 1982, il est détenu aux prisons militaires de Hasdal et de Metris. Il interrompt ses études supérieures à l’Université du Bosphore et travaille pour différents revues et quotidiens (par ordre chronologique : Tempo, Cumhuriyet, Milliyet et Vatan, et les chaînes de télévision CNN Türk et NTV).
Il a dirigé le Programme “Démocratie, Société civile et Monde islamique” à TESEV (Fondation turque des études économiques et sociales).
Depuis le 20 octore 2014, il écrit ses articles dans le quotidien Habertürk.
Francophone et anglophone, Çakır a participé à de nombreuses conférences en Turquie et à l’étranger.
Il a enseigné sur “La pensée politique islamique contemporaine et la Turquie” à l’Université de Marmara, et sur “l’Islam, la démocratie et la société civile” à l’Université de Buffalo dans l’État de New York.
Il est membre de l’Association de Galatasaraylılar et du Club de Galatasaray, et siège au Conseil d’Açık Toplum Vakfı (Open Society).

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. 11 août 2016

    […] la publication jeudi de mon deuxième état des lieux de la guerre Cemaat/gouvernement, nous avons assisté à des événements hors du commun […]

  2. 11 août 2016

    […] pris la plume au sujet de la guerre opposant Fethullah Gülen au gouvernement les 20, 26 et 29 décembre derniers. J’étais parvenu à la conclusion que le gouvernement avait été […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *