Gülen s’est tu, la paix prévaut : rapport d’évaluation des dégâts 3

L’article original a paru dans le quotidien Vatan le 29 décembre 2013 sous le titre “Gülen sustu sulh havası hakim oldu: Hasar tespit raporu-3”.
Il est disponible sur le site de l’auteur.

Traduction : Isabelle Gilles

Rusen-cakir-2014Depuis la publication jeudi de mon deuxième état des lieux de la guerre Cemaat/gouvernement, nous avons assisté à des événements hors du commun :

Tout d’abord, la conférence de presse au cours de laquelle le procureur M. Akkaş a révélé qu’il avait été empêché de mener l’enquête qu’il avait lui-même initiée et dont il a été dessaisi.

À la suite de cela, le procureur général de la république Turan Ç. s’est exprimé devant la presse et a accusé Akkaş de les avoir manipulés et d’avoir révélé des éléments de l’enquête à la presse.

Par la suite, le Haut Conseil des Juges et Magistrats [HSYK] s’est exprimé en ces termes :

Lorsqu’ils font l’objet d’une procédure pour infraction à la loi, les dirigeants doivent être mis en examen comme n’importe quel citoyen, c’est un fondement de l’état de droit démocratique.

Encore plus important, le HSYK a déclaré que les articles 2 et 3 du « Règlement modifiant le règlement sur la police judiciaire » (http://www.resmigazete.gov.tr/eskiler/2013/12/20131221-10.htm) promulgué par le gouvernement 4 jours après le début de l’enquête du 17 décembre [ndt : voir notre édition du 31 décembre 2013] enfreignait les principes d’indépendance de la justice et de séparation des pouvoirs ainsi que les dispositions du droit constitutionnel et pénal. C’est pourquoi le lendemain, le Conseil Constitutionnel [Danıştay] s’est prononcé à la majorité pour l’annulation de ce règlement. Le même jour, le Premier ministre Erdoğan a déclaré à Sakarya « si j’en avais le pouvoir, je jugerais le HSYK » (Au vu des ruptures successives avec son parti, il semble impossible qu’Erdoğan se voit confier un tel mandat ; mais il se peut qu’il regrette désormais d’avoir organisé le référendum du 12 septembre maintenant que la Cemaat est majoritaire au HSYK).

Le silence de Gülen

Au milieu de toute cette agitation, il est utile de répéter les conclusions auxquelles nous sommes parvenus dans les deux rapports précédents, à savoir qu’en face d’un gouvernement gravement touché, la Cemaat reste ferme sur ses pieds. Cependant, depuis vendredi soir (comme nous le voyons, la situation évolue désormais en heures), une atmosphère de « paix » semble prévaloir à la guerre de part et d’autre ; cela semble également indiqué que la Cemaat a reculé ou est prête à le faire.

La voie de la paix a été balisée par quelques tweets de Hüseyin Gülerce, journaliste à Zaman.

Il a été avancé qu’il se serait même proposé en émissaire de paix en allant à Ankara, allégation niée par l’intéressé.

À mes yeux, le silence de Fethullah Gülen après le 22 décembre face au Premier ministre qui avait déclaré « nous les traquerons jusqu’au dernier, jusque dans leur repaire » a plus de valeur que la réponse qu’il avait faite dans son allocution  « La voie de l’unité, de l’entente et de la fraternité » dans laquelle il avait déclaré « Dieu seul voit qui  « ils »  sont ».

Ce silence est-il une « retraite » prélude à une « conclusion de paix » ? Je n’en suis pas sûr. Par contre, les trois points soulignés dans mon rapport précédent – c’est-à-dire le fait que la Cemaat se pose en acteur « au-dessus » des partis n’a plus de sens , qu’un Fethullah Gülen qui s’exprime à tout bout de champ et croise le fer avec le Premier ministre lui dessine un profil de politicien plus que celui d’un homme de religion; son discours « Corruption » du 20 décembre a sérieusement nui a son image ainsi qu’à celle de son mouvement – montrent que Cemaat et gouvernement sont à la recherche d’une nouvelle stratégie, tout du moins observe-t-on qu’ils s’éloignent de celle qu’ils appliquaient jusqu’à présent.

Signes avant-coureurs de vengeance

Prendre les manchettes du journal Sabah de vendredi et samedi parlant de « l’imam güleniste de la police Osman Hilmi Özdil » au sérieux, y voir le début du déballage, de l’anathème et de la purge longtemps attendue des cadres de la Cemaat au sein de l’appareil d’État n’est pas erroné. En août 2010 [ndt : voir notre édition du 30 septembre 2010], Hanefi Avcı avait cité son nom dans son livre, mais alors qu’Özdil n’avait pas été inquiété, Avcı s’était retrouvé derrière les barreaux. Trois ans après, la divulgation d’informations privées par voie de presse à propos du même homme peut être interprétée comme le gouvernement qui se venge en influençant l’opinion publique.

Disons que c’est la paix

Peut-être cet esprit de « paix » contamine-t-il ces écrits. Quoi qu’il en soit, les questions à se poser sont les suivantes .

  1. Qu’adviendra-t-il des dossiers d’enquête pour corruption si la paix est conclue ?
  2. Dans l’hypothèse de cette paix, le gouvernement renoncera-t-il à sa traque à l’« État dans l’État » dont il a parlé avec tant d’insistance ?

Nous pouvons conclure ce troisième rapport comme suit : il semble que la paix, ou au moins une trêve capable de faire baisser la tension entre les deux belligérants, puisse mettre fin à la guerre, mais la guerre-éclair a été si violente et si intense en révélations sur les deux parties que même si elles le souhaitaient, mettre un terme à ce processus et instaurer une paix durable paraît extrêmement difficile – nous ne disons pas « impossible ».


Ruşen Çakır

Ruşen Çakır est un journaliste né en 1962 à Hopa diplômé du Lycée de Galatasaray. Entre février 1981-août 1982, il est détenu aux prisons militaires de Hasdal et de Metris. Il interrompt ses études supérieures à l’Université du Bosphore et travaille pour différents revues et quotidiens (par ordre chronologique : Tempo, Cumhuriyet, Milliyet et Vatan, et les chaînes de télévision CNN Türk et NTV).
Il a dirigé le Programme “Démocratie, Société civile et Monde islamique” à TESEV (Fondation turque des études économiques et sociales).
Depuis le 20 octore 2014, il écrit ses articles dans le quotidien Habertürk.
Francophone et anglophone, Çakır a participé à de nombreuses conférences en Turquie et à l’étranger.
Il a enseigné sur “La pensée politique islamique contemporaine et la Turquie” à l’Université de Marmara, et sur “l’Islam, la démocratie et la société civile” à l’Université de Buffalo dans l’État de New York.
Il est membre de l’Association de Galatasaraylılar et du Club de Galatasaray, et siège au Conseil d’Açık Toplum Vakfı (Open Society).

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 12 août 2016

    […] pris la plume au sujet de la guerre opposant Fethullah Gülen au gouvernement les 20, 26 et 29 décembre derniers. J’étais parvenu à la conclusion que le gouvernement avait été gravement atteint et […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *