Les mauvais jours commencent pour la Cemaat : rapport d’évaluation des dégâts 4

L’article original a paru dans le quotidien Vatan le 10 janvier 2014 sous le titre “Cemaat için zor günler başladı: Hasar tespit raporu-4”.
Il est disponible sur le site de l’auteur.

Traduction : Isabelle Gilles

Rusen-cakir-2014J’ai pris la plume au sujet de la guerre opposant Fethullah Gülen au gouvernement les 20, 26 et 29 décembre derniers. J’étais parvenu à la conclusion que le gouvernement avait été gravement atteint et était hésitant tandis que la Cemaat était confiante et solide sur ses pieds. Aujourd’hui, nous pouvons dire que les équilibres ont commencé à se modifier. Commençons par observer séparément la situation des deux protagonistes en commençant par le front gouvernemental.

La crise des camions [TIR krizi] surmontée à peu de frais

La crise des camions du MIT qui a éclaté le 1er janvier 2014 au Hatay a montré que la guerre qui oppose la Cemaat au gouvernement ne se borne pas aux allégations de corruption mais qu’elle pouvait prendre une très sérieuse dimension internationale.

Une chose est sûre désormais : grâce à une habile stratégie, la Cemaat a aussi frappé le gouvernement à l’international, tout particulièrement en Syrie, et ce précisément à un moment où sa politique suite à l’instabilité régionale croissante le mène lentement mais sûrement à l’isolement. Le MİT, bras armé de cette politique, est la cible première, de même que l’İHH qui, toute ONG qu’elle est, a toujours opéré main dans la main avec le gouvernement au gré de ses politiques moyen-orientales et essuie de ce fait salves et critiques. Tout cela pour dire qu’avec l’opération TIR, la Cemaat a fait d’une pierre trois coups, touchant à la fois le MİT, İHH et le gouvernement.

S’il est indéniable que le refus du MİT (appuyé par le gouvernement) de laisser les procureurs fouiller les véhicules a révélé son pouvoir, leur insistance à contrarier l’enquête a contribué à faire grossir les soupçons préexistants.

Le prix du non-respect de la séparation des pouvoirs

Simultanément éclate le deuxième coup accusé par le gouvernment, un scandale de corruption centré sur Izmir impliquant Binali Yıldırım. À nouveau, le gouvernement a fait échouer l’enquête en mutant les chefs de police, mais n’a pas pu contrer le malaise dans l’opinion publique. Il en va de même pour la proposition de loi visant à placer le HSYK sous l’autorité du ministère de la Justice.

Toutes ces égratignures et infractions à ce pilier de la démocratie pluraliste qu’est la séparation des pouvoirs auront, je pense, des conséquences néfastes et sérieuses pour le parti au pouvoir.

Le phénomène Öz

N’oublions pas le facteur Zekeriya Öz ! Ceux qui, hier encore, dans les cénacles gouvernementaux et de la Cemaat le portaient aux nues en tant que « héros de la démocratie » se comportent aujourd’hui comme dans un remake miniature de la guerre Cemaat – gouvernement : cette fois, ce sont des gens neutres qui déclarent que les partisans des deux camps ont tort et raison sur certains points, et au bout du compte, il n’est réellement soutenu par personne. Plus important : ni Öz ni Erdoğan ne sont sortis -ni probablement ne sortiront- vainqueurs de leur querelle, nous en serons probablement réduits à constater qui aura le plus ou moins perdu dans cette affaire. Pour conclure cette parenthèse, insistons sur le fait que sa déclaration « la mort est ce qu’il peut m’arriver de pire, mourir dans le cadre de mes fonctions fera de moi un martyr et ce sera un honneur pour moi » montre à quel degré la querelle a dégénéré ; chose sur laquelle personne n’a insisté (ou voulu insister).

Vases communicants

Depuis l’opération anti-corruption du 17 décembre nous nous perdons en conjectures sur la forme que prendra la vengeance du gouvernement.

Selon toute vraisemblance, les renvois réflexe décidés par le gouvernement dès le début des enquêtes pour toutes les personnes impliquées vont se poursuivre, tout particulièrement au sein de la police où de nouvelles opérations de grande envergure sont attendues maintenant qu’Efkan Ala est à l’Intérieur.

Nous ne serions pas surpris que des purges similaires surviennent à leur tour au sein d’autres ministères comme l’Éducation nationale ou les Finances, car le gouvernement AKP, depuis les élections de 2007, s’est largement employé à injecter les cadres de la Cemaat dans la bureaucratie. Autant dire que ceux qui ont été choisis à cette époque pour leur appartenance sont aujourd’hui visés sur base du même critère.

Cette vague affaiblira notablement la Cemaat contre le gouvernement, mais ce sont surtout les mesures prises et à venir pour priver la Cemaat de ses ressources financières qui sont cruciales. Citons par exemple les déboires d’Akın İpek, patron du journal Bugün et de Kanaltürk, ou les accusations pesant sur Bank Asya.

Parallèlement à la guerre qui se déroule, personne ne sera surpris de voir les nantis nourrissant une sympathie pour la Cemaat s’en éloigner par crainte de déplaire.

Cela signifie le début des ennuis pour la Cemaat. En fermant les dershane, en affaiblissant sa présence dans la bureaucratie, en interdisant ou empêchant sess activités ou en s’attaquant à ses sources de revenus, le gouvernement montre sa détermination à l’affaiblir durablement.

Nous pouvons dès lors nous attendre à voir la Cemaat abattre assez rapidement ses cartes.

Autrement dit, tout peut arriver à tout moment.


Ruşen Çakır

Ruşen Çakır est un journaliste né en 1962 à Hopa diplômé du Lycée de Galatasaray. Entre février 1981-août 1982, il est détenu aux prisons militaires de Hasdal et de Metris. Il interrompt ses études supérieures à l’Université du Bosphore et travaille pour différents revues et quotidiens (par ordre chronologique : Tempo, Cumhuriyet, Milliyet et Vatan, et les chaînes de télévision CNN Türk et NTV).
Il a dirigé le Programme “Démocratie, Société civile et Monde islamique” à TESEV (Fondation turque des études économiques et sociales).
Depuis le 20 octore 2014, il écrit ses articles dans le quotidien Habertürk.
Francophone et anglophone, Çakır a participé à de nombreuses conférences en Turquie et à l’étranger.
Il a enseigné sur “La pensée politique islamique contemporaine et la Turquie” à l’Université de Marmara, et sur “l’Islam, la démocratie et la société civile” à l’Université de Buffalo dans l’État de New York.
Il est membre de l’Association de Galatasaraylılar et du Club de Galatasaray, et siège au Conseil d’Açık Toplum Vakfı (Open Society).

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 12 août 2016

    […] J’ai publié mon premier rapport concernant la guerre opposant la Cemaat au gouvernement le 20 décembre 2013 et le quatrième, dernier en date, le 10 janvier 2014. […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *