La Cemaat et le gouvernement peuvent-ils faire la paix ? Rapport d’évaluation des dégâts 6

L’article original a paru dans le quotidien Vatan le 27 mars 2014 sous le titre “Cemaat ile hükümet barışabilir mi? Hasar tespit raporu-6”.
Il est disponible sur le site de l’auteur.

Traduction : Isabelle Gilles

Rusen-cakir-2014Dans mon article précédent, intitulé  « La Cemaat et le gouvernement retardent la confrontation finale », je disais que

tant la Cemaat que le gouvernement cherchent à mettre un terme [à la guerre] le plus rapidement possible. Nous avons toutes les raisons de penser que chacun dans son coin prépare arguments et occasions qui changeront le cours des événements, voire mettront un terme au conflit. Mais ces grandes manœuvres stratégiques qui mèneront à la confrontation finale sont sans espoir de retour en arrière, et mal exécutées, causeront de lourds dommages à ceux qui les exécutent plutôt qu’à leur cible. C’est pour ce genre de raisons qu’elles sont sans cesse repoussées.

Au cours des 5 semaines qui viennent de s’écouler, nous avons vu qu’en dépit des nombreux coups joués de part et d’autre, les belligérants n’ont pas abattu toutes leurs cartes, ou plus exactement, ils n’ont pas osé le faire.

Par exemple, la « bombe » annoncée et attendue fébrilement pour le 25 mars 2014 a fait pschitt car rien de notable n’est finalement sorti ce jour-là. Il faut probablement considérer séparément l’enregistrement divulgué le martin du 26 mars par une adresse inconnue qui implique le Premier ministre Erdoğan dans la cassette de Deniz Baykal.

Ceux qui comptaient sur ces enregistrements audio (et peut-être vidéo) pour renverser le gouvernement, ou plus exactement le Premier ministre Erdoğan, en ont été pour leurs frais et la sympathie envers ceux qui diffusaient les enregistrements s’est immédiatement muée en hostilité et a ouvert la voie à des théories selon lesquelles la Cemaat s’est réconciliée avec le gouvernement.

Une telle éventualité est-elle possible ? Acculées, les deux parties causent du tort à leur propre camp lorsqu’elles agissent pour nuire. Il semble dès lors que, puisque de part et d’autre des mesures de nature à éliminer l’autre camp ont été prises, la paix ou a minima une trêve soit une option raisonnable. Cela sera extrêmement difficile après tout ce qui s’est passé. Cependant, étant donné que le coup fatal irréversible est sans cesse reporté la possibilité, aussi minime soit-elle, existe toujours.

Je voudrais insister sur un point : une nouvelle alliance entre ces deux formations avec leurs leaders actuels me paraît absolument impossible. En dépit de cela, un cessez-le-feu permettant aux deux parties de reprendre leur souffle et d’entretenir pour un temps des relations de nature à jeter les bases d’une nouvelle entente est de l’ordre du possible.

Liste des perdants/gagnants

Dans mon rapport précédent, je disais que les médias étaient les grands perdants du 17 décembre. Cela est à ce point évident que toute critique à leur égard est superflue, dénuée de sens.

Qui d’autre épingler au tableau de ces trois derniers mois ? En tout premier lieu, évidemment, le parti au pouvoir.
Sa réaction face [au décès de] Berkin Elvan et ses tentatives d’interdire Twitter sont deux exemples douloureux qui illustrent à quel point le Premier ministre Erdoğan a perdu sa légendaire capacité à « résoudre les crises » et à « dicter l’agenda » lorsqu’il sort perdant desdites crises.

En deuxième position, Fethullah Gülen et la Cemaat, nonobstant les coups très sérieux qu’ils ont portés au gouvernement. En effet, il est désormais évident pour tout le monde que la maxime de Said Nursi « je me réfugie en Allah loin de la politique » n’a jamais eu de sens pour eux ; le temps des gains politiques est fini pour la Cemaat, c’est désormais leur intérêt pour la politique qui leur occasionne des pertes.

À cette liste, il convient d’ajouter les individus, groupes, partis et intérêts auxquels la Cemaat a délégué la conduite des opérations contre l’AKP et Erdoğan. Ces personnes non identifiées et leur entourage dont la vision de la politique (ou de l’opposition politique) se borne à balancer en ligne des enregistrements compromettants comprendront bientôt qu’ils n’ont pas été « acteurs » mais « outils » du conflit.

En revanche, ceux qui ne sont pas restés muets sans toutefois prendre fait et cause pour l’un ou l’autre peuvent s’attendre à marquer des points. Au premier rang figurent naturellement le mouvement kurde et le MHP.

Au beau milieu de ce chaos, mesurer qu’ils sont les seuls gagnants lors du prochain scrutin local sera peut-être impossible. Mais si la guerre devait se prolonger au-delà du 30 mars, ces deux formations verront des opportunités s’ouvrir à elles et nous pouvons avancer qu’elles sortiront renforcées lors des législatives.


Ruşen Çakır

Ruşen Çakır est un journaliste né en 1962 à Hopa diplômé du Lycée de Galatasaray. Entre février 1981-août 1982, il est détenu aux prisons militaires de Hasdal et de Metris. Il interrompt ses études supérieures à l’Université du Bosphore et travaille pour différents revues et quotidiens (par ordre chronologique : Tempo, Cumhuriyet, Milliyet et Vatan, et les chaînes de télévision CNN Türk et NTV). Il a dirigé le Programme “Démocratie, Société civile et Monde islamique” à TESEV (Fondation turque des études économiques et sociales). Depuis le 20 octore 2014, il écrit ses articles dans le quotidien Habertürk. Francophone et anglophone, Çakır a participé à de nombreuses conférences en Turquie et à l’étranger. Il a enseigné sur “La pensée politique islamique contemporaine et la Turquie” à l’Université de Marmara, et sur “l’Islam, la démocratie et la société civile” à l’Université de Buffalo dans l’État de New York. Il est membre de l’Association de Galatasaraylılar et du Club de Galatasaray, et siège au Conseil d’Açık Toplum Vakfı (Open Society).

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *