La guerre s’est-elle finie sur la défaite de la Cemaat ? Rapport d’évaluation des dégâts 7

L’article original a paru dans le quotidien Vatan le 21 avril 2014 sous le titre “Hasar tespit raporu 7: Savaş bitti ve Cemaat kayıp mı etti?”.
Il est disponible sur le site de l’auteur.

Traduction : Isabelle Gilles

Rusen-cakir-2014La guerre opposant la confrérie Gülen au gouvernement AKP est au point mort depuis le matin du 31 mars. Non qu’il ne se passe rien, mais la Cemaat qui jusqu’à la veille du 30 mars avait l’avantage et portait des coups s’est tue, tandis que le gouvernement qui jusque là se défendait bec et ongles dans un réflexe de survie prend la parole. Nous sommes entrés dans une nouvelle ère.

Pour la Cemaat qui s’était fixé comme objectif de renverser le Premier ministre Erdoğan, la victoire du leader de l’AKP aux élections municipales a dû être un choc et son retrait pour planifier la suite des événements et rassembler ses forces est compréhensible.

Pareillement, avec la supposée supériorité morale et l’avantage qui lui échoit pour la première fois, il est compréhensible que le gouvernement s’attaque à son ennemi par le truchement des médias.

Un vainqueur incertain

Cependant, Erdoğan, en dépit de ses promesses de les « traquer jusque dans leur repaire » repousse sans cesse l’échéance. Il n’y a à cela rien d’étrange.

Une opération et une enquête anti-Cemaat quelle que soit son périmètre et son envergure peut la provoquer et l’inciter à prendre des mesures qui mettront le gouvernement et Erdoğan en fâcheuse posture, comme précédemment. Ce simple constat suffit à lui seul à invalider la lecture selon laquelle le gouvernement, c’est-à-dire Erdoğan, est sorti grand vainqueur et la Cemaat, c’est-à-dire Gülen, grand perdant. De toute manière, penser qu’un acteur de l’envergure atteinte par la Cemaat, qui a construit son empire sur plus de quarante ans, renonce à la guerre qu’elle a si minutieusement préparée au premier revers de fortune n’a guère de sens.

Pas Blanche Neige

Durant l’opération du 17 décembre, la Cemaat a commis beaucoup d’erreurs, par exemple sous-estimer Erdoğan tout en surestimant ses propres forces. Après la mise au placard/en retraite des chefs de police et officiers de justice de la Cemaat, cette dernière a perdu toute capacité d’action. Mis à part clamer sur tous les toits que « le Premier ministre était au courant de tous nos faits et gestes », il ne leur restait plus grand chose à dire.

Une autre erreur stratégique de la Cemaat aura été de se prétendre « blanche comme neige » alors que tous ses torts sont encore frais dans les mémoires. Pareillement, déclarer d’un côté – particulièrement au sujet des enregistrements – que « nous n’avons rien à voir avec ça, prouvez vos allégations » tout en les utilisant abondamment d’un autre côté comme propagande anti-Erdoğan a jeté de sérieux doutes sur la probité de la Cemaat.

Enfin, les espoirs que la Cemaat avait placés en quelques personnes et institutions ont été déçus, tout particulièrement lors des élections municipales. Il me semble que leur plus grande erreur de jugement concerne le président Abdullah Gül. Il est certain que l’annonce de la retraite politique de Gül laisse à la fois le champ libre à Erdoğan et la Cemaat en mauvaise posture.

Et après ?

À la lumière de tout cela, on peut dire qu’Erdoğan prend à nouveau la Cemaat pour cible car il fait tout ce qui est en son pouvoir pour l’isoler davantage à l’international et ne s’en cache pas, bien au contraire. Si durant la campagne présidentielle Erdoğan ne rétablit pas ou ne parvient pas à rétablir ses relations avec l’Occident, il est probable que les attaques envers la Cemaat deviendront plus frontales et qu’il se montrera plus inflexible à leur égard. Car, peu importe les répercussions en Turquie, il est ici question d’une guerre à l’échelle planétaire.


Ruşen Çakır

Ruşen Çakır est un journaliste né en 1962 à Hopa diplômé du Lycée de Galatasaray. Entre février 1981-août 1982, il est détenu aux prisons militaires de Hasdal et de Metris. Il interrompt ses études supérieures à l’Université du Bosphore et travaille pour différents revues et quotidiens (par ordre chronologique : Tempo, Cumhuriyet, Milliyet et Vatan, et les chaînes de télévision CNN Türk et NTV). Il a dirigé le Programme “Démocratie, Société civile et Monde islamique” à TESEV (Fondation turque des études économiques et sociales). Depuis le 20 octore 2014, il écrit ses articles dans le quotidien Habertürk. Francophone et anglophone, Çakır a participé à de nombreuses conférences en Turquie et à l’étranger. Il a enseigné sur “La pensée politique islamique contemporaine et la Turquie” à l’Université de Marmara, et sur “l’Islam, la démocratie et la société civile” à l’Université de Buffalo dans l’État de New York. Il est membre de l’Association de Galatasaraylılar et du Club de Galatasaray, et siège au Conseil d’Açık Toplum Vakfı (Open Society).

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 16 août 2016

    […] La guerre entre le gouvernement AKP et la confrérie Fethullah Gülen a été rendue publique à l’occasion de l’opération anti-corruption du 17 décembre 2013. J’ai réalisé le premier rapport de cette série le 20 décembre 2013. Le dernier à ce jour remonte au 21 avril. […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *