Blessé grave : la Cemaat : rapport d’évaluation des dégâts 8

L’article original a paru dans le quotidien Habertürk le 17 décembre 2014 sous le titre “Hasar tespit raporu-8 Cemaat ağır yaralı”.
Il est disponible sur le site de l’auteur.

Traduction : Isabelle Gilles

Rusen-cakir-2014La guerre entre le gouvernement AKP et la confrérie Fethullah Gülen a été rendue publique à l’occasion de l’opération anti-corruption du 17 décembre 2013. J’ai réalisé le premier rapport de cette série le 20 décembre 2013. Le dernier à ce jour remonte au 21 avril.

Son titre était « La guerre s’est-elle finie sur la défaite de la Cemaat ? » Environ 8 mois plus tard, un des coups les plus sérieux portés jusqu’à présent prouve que les hostilités ne sont pas finies. Des organisations comme Bank Asya, Kimse Yok Mu?, suivis du quotidien Zaman et du groupe de presse Samanyolu sont pris pour cible, ce qui nous montre à la fois que l’avantage est depuis longtemps dans les mains du gouvernement et que la Cemaat n’a pas encore perdu. Mais il est certain qu’elle a essuyé de lourdes pertes. Les aspects les plus saillants peuvent être résumés comme suit :

Crise de confiance en soi

Aux premiers jours de l’opération du 17 décembre, les membres de la Cemaat étaient très confiants car ils exécutaient un plan mûrement préparé visant à déstabiliser le gouvernement ou plus exactement le Premier ministre Recep Tayyip Erdoğan. Or, les allégations de corruption n’ont pas suffi à le renverser. Au contraire, lors des élections locales et présidentielles, loin de l’affaiblir, elles l’ont renforcé.

Depuis qu’Erdoğan est devenu président de la République, il s’est engagé dans une guerre totale et les membres de la Cemaat, qui ont intériorisé le surnom de « parallèle » et ne se sont plus départis de l’attitude défensive qui leur tient désormais lieu de stratégie. Le fait qu’ils n’aient pas répliqué aux coups successifs qui leur ont été portés a érodé leur confiance en eux.

Contraint de rechercher un nouvel allié

Les dynamiques internes au mouvement Fethullah Gülen et ses efforts pour tenir debout ne s’expliquent que partiellement par les attaques portées par l’État. En plus de cela, la Cemaat s’est efforcée de rallier les sympathies de gauche en vue de créer un front pluriel anti-AKP avec des slogans tels que « la presse libre ne se musèle pas », « si tu te tais maintenant, un jour ton tour viendra » ou encore « tous solidaires contre le fascisme ». En omettant les partisans de la « liberté de la presse », on ne peut pas dire que la Cemaat ait réussi à recruter beaucoup de monde.
En revanche, le fait que les soutiens extérieurs plus nourris et efficaces – mais à nouveau sous la bannière de la liberté de la presse – soient venus de l’Occident est extrêmement révélateur.

Orgueil et manque de force de persuasion

Une première explication réside dans le fait que des tiers n’ont aucune envie de subir les foudres du pouvoir en place (càd d’Erdoğan). Mais il y a un autre aspect : les acteurs qui pourraient s’allier à la Cemaat contre l’AKP/Erdoğan ont, dans un passé pas si lointain, eu de sérieux démêlés avec elle voire même ont été ses victimes. Il est intéressant de voir que durant l’année qui vient de s’écouler la Cemaat a éludé la confrontation avec son passé en dépit de nombreuses exhortations. Si cela peur s’expliquer par la posture orgueilleuse « nous, nous ne commettons pas d’erreur », une autre explication est peut être à chercher dans le fait que pour la Cemaat, faire face honnêtement aux torts qu’elle a causés peut apporter de l’eau au moulin des accusations d’« État dans l’État ». Cependant, un seul tweet d’Ahmet Şık posté le 14 décembre 2014 a réduit à néant l’orgueil de la Cemaat.

Amateurisme en matière de résistance

Aux premiers jours du processus du 17 décembre, c’est l’aile « non civile » de la Cemaat qui a frappé mais n’a pas réussi dans son entreprise et s’est fait largement neutraliser par la purge de l’état. Depuis un certain temps, c’est l’« aile civile » qui occupe le devant de la scène, cependant la Cemaat est à la peine puisqu’elle n’a aucune culture de la « désobéissance civile » ou de la « rue ». Encore plus important : dans la guerre que lui a déclarée l’État, la Cemaat est attaquée sans ménagement sur ses flancs civils et « non civils » car ils sont présentés comme inextricables.

Dans l’état actuel des choses, la Cemaat est gravement touchée. En train d’être expurgée de l’appareil d’État, elle court le danger de perdre le vivier et la source de revenus que sont ses établissements (écoles, entreprises).

Dans le rapport de demain, nous examinerons la situation du point de vue de l’AKP/Erdoğan.


Ruşen Çakır

Ruşen Çakır est un journaliste né en 1962 à Hopa diplômé du Lycée de Galatasaray. Entre février 1981-août 1982, il est détenu aux prisons militaires de Hasdal et de Metris. Il interrompt ses études supérieures à l’Université du Bosphore et travaille pour différents revues et quotidiens (par ordre chronologique : Tempo, Cumhuriyet, Milliyet et Vatan, et les chaînes de télévision CNN Türk et NTV).
Il a dirigé le Programme “Démocratie, Société civile et Monde islamique” à TESEV (Fondation turque des études économiques et sociales).
Depuis le 20 octore 2014, il écrit ses articles dans le quotidien Habertürk.
Francophone et anglophone, Çakır a participé à de nombreuses conférences en Turquie et à l’étranger.
Il a enseigné sur “La pensée politique islamique contemporaine et la Turquie” à l’Université de Marmara, et sur “l’Islam, la démocratie et la société civile” à l’Université de Buffalo dans l’État de New York.
Il est membre de l’Association de Galatasaraylılar et du Club de Galatasaray, et siège au Conseil d’Açık Toplum Vakfı (Open Society).

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *