L’affaire de la flottille conforte la position de la Turquie sur la scène internationale


Israël a annoncé, mardi 1er juin au soir, que les 650 passagers de la flottille qu’elle a arraisonnée lundi, seraient libérés dans les deux prochains jours. Cette décision devrait contribuer à réduire la tension qui était à son comble, hier encore en Turquie, et éviter une épreuve de force entre les deux pays à propos la libération de ces prisonniers dont une grande majorité est turque (près de 380). Ainsi, est-on déjà entré ce matin dans une phase où l’on s’attache à dresser un bilan de la crise survenue depuis le 31 mai dernier, et l’on observe que beaucoup de commentaires se concentrent actuellement sur le devenir des relations turco-israéliennes.

Pourtant, ne faut-il pas d’emblée donner plus d’ampleur à l’analyse ? Car n’est-ce pas plutôt la rivalité turco-israélienne au Moyen-Orient que cette affaire a mis en lumière ? Rappelons, en effet, que cet épisode dramatique a pris place dans un contexte international particulièrement lourd, qui avait vu la Turquie jouer dans la cour des grands au côté du Brésil sur le dossier nucléaire iranien, et l’accord tripartite, signé le 17 mai, mettre les Occidentaux dans l’embarras en contrariant leur stratégie. Rappelons aussi qu’au cours de la semaine qui a précédé l’affaire de la flottille, les pays signataires du TNP (y compris les Etats-Unis) ont voté une résolution prônant la dénucléarisation du Moyen-Orient et la soumission d’Israël aux règles de la non-prolifération nucléaire. Depuis un certain temps déjà la Turquie n’a cessé en outre de dénoncer le double standard qui s’appliquerait à Israël en matière nucléaire ainsi que le paradoxe qui veut que les pays, suspectant l’Iran de chercher à se doter de l’arme atomique, soient ceux qui possèdent déjà une telle arme. Force est de reconnaître que, ces derniers jours, elle a trouvé encore des arguments pour dénoncer le «deux poids deux mesures» dont seraient victimes les Etats n’appartenant pas au cercle fermé des grandes puissances, et qu’elle va pouvoir faire prospérer ce capital en jouant, tant sur sa position de puissance régionale, que sur ses relations avec le monde occidental, pour accélérer sa montée en puissance sur la scène internationale.

En effet, en arraisonnant une flottille humanitaire dans les eaux internationales, au cours d’un assaut qui a fait 9 victimes dont 4 Turcs, Israël a en fait confirmé, sous le regard des médias, le comportement faisant fi du droit international que le gouvernement turc dénonce sans arrêt, et à propos duquel il demande de plus en plus souvent des comptes aux pays occidentaux. Cela amène certains observateurs à évoquer le piège dans lequel serait tombé Tel-Aviv. Quoiqu’il en soit, au cours des trois derniers jours, la Turquie a eu tout loisir d’accroître sa présence sur la scène internationale. C’est notamment son texte qui a servi de base au Conseil de sécurité pour condamner l’action israélienne et réclamer une enquête, et ce, après des débats où, jouissant de son statut de victime, elle a pu tenir un rôle de tout premier plan. Mais la portée de ce processus va beaucoup plus loin encore, car la Turquie n’est pas qu’une puissance régionale émergente (comme peuvent l’être l’Arabie Saoudite, l’Egypte ou même le Brésil), elle est aussi statutairement une alliée des Occidentaux, membre de l’OTAN et de multiples instances européennes, elle est enfin engagée militairement au Liban et en Afghanistan. Dans un tel contexte, le gouvernement turc a pu faire sentir aux Occidentaux qu’il attendait cette fois de leur part autre chose que des critiques polies ou des regrets attristés. Et, force est de constater que, même les Etats-Unis, qui ont cherché à modérer la colère turque au Conseil de Sécurité dans un premier temps, en viennent aujourd’hui à des positions moins édulcorées à l’égard d’Israël. Encore un faux pas de l’Etat hébreu, et Ankara se retrouvera en position de demander à Washington de choisir au Moyen-Orient entre son allié israélien et son allié turc.

Comment expliquer les erreurs commises par le gouvernement israélien ? Sur le plan militaire d’abord l’opération a certes toutes les apparences d’un «fiasco». En fait, les militaires israéliens pensaient avoir affaire à des humanitaires un peu plus barbus, ils disent aujourd’hui avoir été confrontés à des terroristes. En réalité, il semble surtout qu’ils aient été cueillis à froid par… des Turcs. Ceux qui ont vécu un certain temps en Turquie savent que lorsqu’on cherche les Turcs, on les trouve ! Les supporters d’un club britannique de football venus disputer une coupe d’Europe, il y a quelques années à Istanbul, avaient pu le mesurer à leurs dépends. Lorsque des hooligans ont commencé, dans le quartier de Taksim, à casser des vitrines et à saccager des cafés, les propriétaires des commerces concernés et les habitants du quartier n’ont pas attendu la police pour se défendre. Bilan de la soirée : 2 morts… chez les Anglais. Les commandos de marine israélien auraient du savoir qu’on n’arraisonne pas un navire turc (même humanitaire) comme on intercepte un navire océanographique de Greenpeace. En montrant les images de l’abordage du navire «Mavi Marmara», loin de convaincre qu’elle avait eu affaire à des terroristes, l’armée israélienne a surtout permis de comprendre comment son incapacité à maîtriser un arraisonnement qu’elle avait pourtant elle-même décidé et préparé, a tourné au drame que l’on connaît.

Mais, au-delà de cet échec opérationnel abondamment analysé et dénoncé par la plus grande partie de la presse israélienne, il reste que cet assaut a été l’expression d’une ligne politique de fond : celle qui prône le blocus de Gaza à tout prix et la volonté de montrer qu’Israël restera maître chez lui. Nombre de journaux israéliens se désolent, ces deux derniers jours, de la dégradation de l’image d’Israël sur la scène internationale. Mais il est probable que le gouvernement de Benyamin Netanyahou, déjà très isolé et blasé à cet égard, n’a fait que peu de cas de cette image, lorsqu’il a décidé d’intervenir contre la flottille par la force. Dans un contexte où même les Etats-Unis sont très critiques à son égard, il a pris le parti d’une ligne dure quoiqu’il advienne et quelles qu’en soient les conséquences. Une telle attitude se nourrit certes de la patience que les Occidentaux ont souvent manifestée jusqu’à présent à l’égard d’Israël. Mais, cette tendance n’est peut-être plus aussi établie qu’elle a pu l’être jadis. Confrontée à la question nucléaire iranienne, aux conflits irakien et afghan, aux risques de déstabilisation du Pakistan, Washington a beaucoup à perdre à voir s’éloigner son allié turc, et l’on remarque qu’on cours des dernières heures, malgré le froid causé par l’accord tripartite du 17 mai, les responsables américains (Barack Obama, Hillary Clinton) et turcs (Recep Tayyip Erdoğan, Ahmet Davutoğlu) se sont à nouveau beaucoup parlés au téléphone.
JM


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 2 avril 2014

    […] ne tartışma konusu olmuş ne de bazen bu eylemler tarafından başlatılmıştı. Örneğin, Mavi Marmara meselesinin temelindeki IHH örgütünün Türkiye’nin Ortadoğu’daki siyasi etkileşimine sahadaki etkili […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *