Les ressources et travaux sur Fethullah Gülen et son mouvement à l’IFEA

Analyses de Ruşen Çakır

Nous proposons depuis fin juillet la traduction des analyses du journaliste turc Ruşen Çakır sur la guerre menée par Recep Tayyip Erdoğan contre Fethullah Gülen. Toutes disponibles sur le site de l’OVIPOT, elles peuvent être consultées facilement en suivant ce lien

Plus généralement, le mot clé Fethullah Gülen sur le blog de l’OVIPOT permet de retracer l’histoire tumultueuse et l’empreinte forte de ce mouvement sur l’agenda politique turc de ces dernières années. Toutes ces ressources ne constituent cependant que la pointe de l’iceberg des études disponibles sur le mouvement Gülen à l’IFEA. Effectuées par des chercheurs résidents ou invités, les documents présentés ci-dessous mettent en lumière l’ancienneté et l’ampleur du mouvement. Turquie, Azerbaïdjan, Asie centrale et Caucase, Kurdistan d’Irak ou encore Afrique subsaharienne sont les terrains défrichés et explorés par nos chercheurs.

Joshua D. Hendrick

À l’heure où beaucoup s’interrogent sur le lien effectif entre la cemaat et le coup avorté, à l’heure des vastes purges, il nous semble très utile de réécouter la conférence exceptionnelle que Joshua Hendrick – auteur de Gülen: The Ambiguous Politics of Market Islam in Turkey and the World. New York. New York University Press (août 2013) – avait donnée à l’IFEA en juin 2013. Au cours de cette conférence, le chercheur – un des très rares à avoir travaillé de l’intérieur sur la Cemaat sans se faire absorber par elle – distingue bien les divers modes d’adhésion à la Cemaat (des « consommateurs »  plus ou moins occasionnels aux cadres du noyau dur central avec accès à Gülen) ; sans qu’il y ait de relation organique et automatique entre les divers cercles.

L’ouvrage de Joshua Hendrick est disponible à la bibliothèque de l’IFEA.

Le 3 août dernier, il a participé à une table ronde à la radio WHYY (Philadelphie, Pennsylvanie). Dans son intervention, il commence par rappeler comment et pourquoi Gülen s’est installé aux USA avant d’évoquer les différents niveaux d’engagement dans le mouvement et le réseau des 160 écoles aux USA. Dans un second temps, il prend la parole sur une éventuelle demande d’extradition, les stratégies qui pourraient être mises en œuvre par Fethullah Gülen pour s’y soustraire et conclut sur l’agenda supposé du mouvement.

À ajouter à cette liste son récent article dans The Conversation.

Gabrielle Angey

On consultera également avec profit les travaux de Gabrielle Angey, bénéficiaire d’une Aide à la mobilité internationale de l’IFEA en 2012-2013, dont la thèse de doctorat effectuée à l’EHESS sous la direction de Nathalie Clayer traite de l’implantation du mouvement turc de Fethullah Gülen en Afrique subsaharienne. En voici une liste synthétique, avec les documents attachés lorsqu’ils sont disponibles.

  • Intervention sur la migration des étudiants africains en Turquie lors du colloque Beyond Soft Power organisé à l’IFEA les 8 et 9 janvier 2014.

Our paper will try to reintegrate the complexity of realities beyond the often vague concept of Soft Power. In this paper, we argue that the concept of Soft Power if it can be considered as a “category of practice” (used by actors in everyday settings to make sense of themselves, of their activities, of what they share with, and how they differ from, others) can not be accepted as a “category of analysis” (the ‘experience-distant categories used by social analysts’ in an academic context) . In order to do so, we will focus on a Turkish private actor’s strategy of influence: the Gülen Movement. Here we will see how the strategy of influence developed by a private actor, namely the Hizmet movement can be re-appropriated, re-interpreted by African individuals who experience their own trajectory from Africa to Turkey in this very movement. To do so, our presentation will focus on a micro-level study of the migration of African students to Turkey and amongst them on those, schooled in Istanbul, that came through the channel of the Turkish schools (part of the GM) in Africa to pursue their studies in Istanbul. Our thesis is that the migration of those African students in Turkey through the channel of the GM represents a real challenge to the Gülen movement. Indeed the movement’s strategy of “strategic ambiguity” that allows its actors to develop different discourses according to the circles of sociability they are inserting in which has been the key to its success until today, represents here an obstacle in the GM’s strategy of influence of African elites.

  • Cette recherche a également donné lieu à la publication d’un article en 2015 dans l’European Journal of Turkish StudiesChallenging the Soft Power Analysis: A Case Study of African Students in the Gülen movement’s Turkey”, EJTS 21. URL: https://ejts.revues.org/5254 Télécharger l’article

This article will try to challenge the concept of soft power relying upon a case study of African students coming to Turkey through the channel of the Gülen Movement, a religiously inspired social movement. Through a micro-level analysis of African students’ trajectories and experiences in the Gülen Movement, I will try to show the limits of the concept of soft power as a category of analysis showing that it is not only vague, but can also be proven wrong in its theoretical grounds.

  • « Le mouvement musulman turc de Fethullah Gülen en Afrique subsaharienne : faire l’école au transnational », Politique africaine 139 2015/3, 23-42. DOI: 10.3917/polaf.139.0023.

Cet article porte sur l’insertion d’un acteur religieux transnational originaire de Turquie dans les champs éducatifs d’Afrique subsaharienne. Le mouvement musulman de Fethullah Gülen est composé d’hommes d’affaires, d’intellectuels et d’enseignants turcs qui centrent leur action sur l’ouverture d’écoles dans le monde. L’insertion de ces écoles en Afrique subsaharienne, à partir de la deuxième moitié des années 1990, s’intègre dans le cadre d’une libéralisation des secteurs éducatifs du sous-continent. Nous examinerons comment le caractère transnational du mouvement conditionne la manière de « faire l’école » en Afrique subsaharienne, entre ouverture internationale, circulation des ressources (humaines et financières) et adaptation aux différentes offres et demandes éducatives africaines.

La présence économique et diplomatique de la Turquie en Afrique est méconnue. Elle participe d’une tendance forte de ces vingt dernières années : l’investissement de pays émergents dans les économies africaines, venant ainsi concurrencer les partenaires historiques de ces pays. Ainsi, la part des échanges commerciaux menés par l »Afrique avec les puissances émergentes est passée de 23 % à 36,5 % entre 2000 et 2009. Sur la même période, la part des partenaires traditionnels est passée de 77 % à 63,5 %. Ce mouvement s »insère dans la multiplication, observée ces dernières années, des échanges économiques, mais aussi diplomatiques et culturels entre des régions dites du Sud.

Depuis une quinzaine d’années, la Turquie a vu son économie se développer très rapidement. Son produit intérieur brut (PIB) a été multiplié par 4 depuis 20015, et elle a réussi à diminuer son inflation (qui avait explosé lors de l »effondrement de son économie au début des années 2000). La croissance moyenne du pays entre 2008 et 2012 se situe autour de 5 %. Ses exportations ont augmenté de 18% au cours de la crise, faisant de la Turquie l »un des pays de l’OCDE ayant eu les meilleures performances économiques durant cette période. Cette bonne santé économique se manifeste aussi dans sa politique économique extérieure qui lui permet d’être relativement épargnée par la crise mondiale, à la différence des pays européens.

Depuis 1998, la Turquie a initié une politique baptisée  » Ouverture à l »Afrique « , visant à développer les liens économiques, politiques et culturels avec l’Afrique. Cette politique s’intègre dans la stratégie de puissance turque, aujourd »hui 17e économie mondiale. L »ouverture à l’Afrique, principalement mue par des intérêts économiques, répond aussi à des enjeux diplomatiques, Dans cette conception de la politique étrangère, les acteurs privés sont considérés comme partie prenante de l »expansion de la puissance turque en Afrique.

Dans cette e-note, nous développerons l »hypothèse qu »il existe une convergence de la diplomatie et des acteurs privés turcs correspondant aux intérêts réciproques de ces groupes d »acteurs dans la mise en place d »une dynamique d »action offensive concernant l »Afrique. Il semble qu »une communauté d »intérêts, notamment économiques, a poussé l »État turc à soutenir l »action d »acteurs privés, et les acteurs privés, en retour, à soutenir le rapprochement diplomatique turco-africain.

Nous examinerons les différentes facettes de cette ouverture protéiforme de la Turquie à l’Afrique par une mise en perspective historique de la définition de la politique étrangère de la Turquie et de son ouverture récente à l’Afrique. Sa forme actuelle sera abordée dans la seconde partie de notre article où nous examinerons les différents acteurs privés de cette ouverture ainsi que les relations qu »ils entretiennent avec l »État turc sur le terrain.

This paper addresses the current expansion of a religiously motivated educative movement coming from Turkey, the Fethullah Gülen movement, in Africa and more specifically in Kenya. First it will highlight the stakes raised by the definition of the movement and the nature of its action. Then it will strive to demonstrate the existence of a “joint-venture” between the Turkish state and the movement of Fethullah Gülen. Lastly it will examine the impact of the movement on Kenya, a retreating state, and the project of creating an “indigenized” elite in the country.

« L’homme blanc peut-il être bon ? » se demande au début du film un enfant sénégalais face à l’indifférence des Occidentaux. C’est à cette question que le film Selam s’évertue de répondre au cours d’une démonstration implacable d’1h49 : « Oui, l’homme blanc peut être bon : cet homme est turc ».

Yohanan Benhaim

Yohanan Benhaim est doctorant à l’Université Paris 1 Panthéon/Sorbonne. Sa thèse, effectuée sous la direction de Gilles Dorronsoro, porte sur l’évolution de la politique étrangère turque au Kurdistan irakien depuis le début des années 1990.

  • Intervention sur le mouvement Hizmet en tant qu’outil du soft power turc au Kurdistan irakien lors du colloque Beyond Soft Power organisé à l’IFEA les 8 et 9 janvier 2014

This presentation is an attempt to understand the articulation and interdependency existing between soft power and domestic politics. Our main hypothesis is that important interdependency links exist between domestic policies implemented on the state’s own territory and the soft power’s policy, especially in a context of strong transnational dynamics. In order to verify this hypothesis, we will study the role played by the Hizmet movement, and more specifically by the Fezalar schools, in the shaping of Turkish foreign policy towards the Autonomous Region of Iraqi Kurdistan. Indeed the evolution of Turkish foreign policy towards Iraqi Kurdistan determines the implantation of the movement. Besides, the Kurdish issue in Turkey is of great importance in understanding the implantation of the Hizmet movement in Kurdish populated areas on the two sides of the border. Beyond the issue of the eventual positive repercussion on Turkish soft power, it seems that the policy of the movement is participating to the increasing transnational dynamics of the region and contributes in this sense to blur the limits between foreign and domestic policies.

Adeline Braux

Adeline Braux est diplômée de l’Université Paris IV-Sorbonne (anglais-allemand, 2004), des Langues’O (russe, 2004) et de l’IEP de Paris (Master « Sociétés et politiques comparées-Russie/CEI », 2005). Elle a soutenu en octobre 2011 à SciencesPo Paris une thèse de science politique intitulée « Migrations, transnationalisme et nouvelles diasporas dans l’espace post-soviétique : les immigrés sud-caucasiens en Fédération de Russie ». Par ailleurs turcophone, elle s’intéresse aux migrations post-soviétiques en Turquie. Ses recherches actuelles portent sur les reconfigurations migratoires dans l’espace sud-caucasien, en particulier l’élaboration de politiques publiques en matière migratoire, ainsi que sur les migrations de retour en Azerbaïdjan.

Elle assure depuis janvier 2014 la direction de l’Observatoire du Caucase, antenne de l’IFEA à Bakou.

Ce n’est pas la première fois que la mouvance Gülen est visée en Azerbaïdjan. En 2009-2010, une campagne médiatique à l’encontre des partisans du leader de la confrérie, soupçonnés de dissimuler un agenda islamiste, avait abouti à l’arrestation de plusieurs citoyens turcs pour « propagande religieuse » et « extrémisme ». Des jeunes gens azerbaïdjanais et turcs avaient également été arrêtés pour les mêmes raisons. La situation actuelle est cependant, de toute évidence, sans précédent.

Bayram Balcı

Bayram Balcı, que l’on ne présente plus, a fondé et dirigé l’antenne bakinoise de l’IFEA. Il est aujourd’hui chercheur au CERI (Paris). Sa thèse portait sur les réseaux éducatifs Gülen en Asie centrale.

  • « Quel avenir pour le mouvement de Gülen en Asie centrale et dans le Caucase depuis le coup d’état manqué ? » notre édition du 1er août 2016

  • Missionnaires de l’Islam en Asie centrale : Les écoles turques de Fethullah Gülen. Nouvelle édition [en ligne]. Paris/Istanbul : Institut français d’études anatoliennes, 2016. URL : http://books.openedition.org/ifeagd/1810. ISBN : 9782362450457

À l’heure où la Turquie frappe aux portes de l’Union Européenne, elle développe en parallèle une stratégie d’influence dans les républiques turcophones de l’ex-URSS, où sa présence économique et culturelle se renforce depuis le débutt des années 90. Cette présence turque en Asie centrale estt largement l’œuvre d’une puissante organisation religieuse, dirigée par l’énigmatique Fethullah Gülen, longtemps prêcheur officiel au service de l’État turc et actuellement en exil volontaire aux États-Unis.

Charismatique et visionnaire, Gülen a choisi l’éducation comme vecteur de son expansion. Aujourd’hui, son mouvement est présent dans toutes les républiques d’Asie centrale : Ouzbékistan, Kazakhstan, Kirghizistan, Turkménistan et Tadjikistan où ses disciples animent un vaste réseau d’écoles privées. À long terme, ces “jésuites de l’islam turc” projettent de former les nouvelles élites centre-asiatiques qui réislamiseront les populations locales, longtemps soumises à la propagande athée soviétique. Cette entreprise a su se concilier l’appui tacite des gouvernement locaux et des puissances extérieures – Turquie et États-Unis notamment – qui craignent l’implantation d’éléments islamistes plus radicaux, d’obédience saoudienne.

L’ouvrage a été traduit en turc sous le titre Orta Asya’da İslâm misyonerleri. Fethullah Gülen okulları aux éditions İletişim.

  • Balcı, B. 2007. « Entre islam et laïcité : la politique religieuse de la Turquie dans les républiques turques d’Asie centrale et du Caucase ». In Balcı, B., & Motika, R. (Eds.), Religion et politique dans le Caucase post-soviétique : Les traditions réinventées à l’épreuve des influences extérieures. Institut français d’études anatoliennes [Nouvelle édition en ligne] 2016. URL: https://books.openedition.org/ifeagd/1545.

Depuis qu’elles sont indépendantes, les républiques turques d’Asie centrale et du Caucase ont une place à part entière dans la politique culturelle et religieuse extérieure de la Turquie. Fondé sur des années d’enquêtes de terrain effectuées durant ces cinq dernières années, le présent article vise à faire le point sur les implications religieuses de la politique turque dans les républiques turcophones d’Asie centrale et du Caucase. La politique religieuse de la Turquie dans les républiques issues de l’ex-URSS doit être pensée dans une triple dynamique : la politique officielle de l’État turc, les mouvements confrériques turcs et les composantes religieuses « locales », officielles ou privées.

  • B. Balcı et B. Buchwalter (dir.) La Turquie en Asie centrale. La conversion au réalisme (1991-2000). Dossiers de l’IFEA 5, 2001. Nouvelle édition [en ligne]. Paris/Istanbul : Institut français d’études anatoliennes, 2016. URL: https://books.openedition.org/ifeagd/127.

Le principal objectif de ce dossier est d’offrir au lecteur une analyse des multiples échanges entre la Turquie et l’Asie centrale dans une optique autre que celle du panturquisme et du Grand Jeu. Les auteurs, avec leurs profils divers mais complémen­taires, ont tous séjourné plus ou moins longuement en Asie centrale et c’est cette expérience du terrain qui a permis la réalisation d’un tel dossier. Essentiellement thématique, l’étude comporte quatre principaux volets : histoire, culture, religion et économie. Plus que les contacts historiques entre Turcs d’Anatolie et Türk d’Asie centrale, la première partie tente d’analyser les mouvements d’idées qui ont cherché à rapprocher les peuples turciques. L’étude d’Ahmet Salih Bıçakçı nous rappelle que des échanges ont eu lieu entre des intellectuels turkestanais et ottomans au début du siècle même si, par la suite, les choix idéologiques opérés tant en Turquie qu’en URSS ne pouvaient que provoquer la rupture entre les Turcs d’Anatolie et les Türk d’Asie centrale. Johann Uhrès et Arnaud Ruffier nous proposent un aperçu géopolitique et politique de la région au lendemain de l’implosion de l’ex-URSS qui nous permet de mieux comprendre les difficultés rencontrées par la diplomatie turque dans la région. La présentation, par Bertrand Buchwalter, des différents sommets de la turcophonie, complète ces premières analyses et montre à quel point les « retrouvailles » turques furent en deçà des espoirs d’Ankara.

La culture et la religion constituent de bons leviers d’action de la diplomatie turque dans la région. S’appuyant sur les recherches de Habiba Fathi sur la place et la signifi­cation de la laïcité dans les institutions des nouvelles républiques, Bayram Balcı démonte la méthode qu’emploie Ankara pour inciter les États d’Asie centrale à forger un islam national au service de l’État, un islam « à la turca » dirions-nous. Quant au volet économique, la question qui préoccupe prioritairement la Turquie et les nouveaux États de la région est celle des hydrocarbures. Alexandre Huet revient, dans ce dossier, sur les principaux enjeux énergétiques autour de la Caspienne.

 

 


Isabelle Gilles

Chargée d’édition numérique et des projets de numérisation
Webmaster

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *