Entretien avec Hanefi Avcı sur la tentative de coup d’état du 15 juillet (1/2)

L’original a été diffusé sur le site Medyascope.tv le 19 juillet 2016 sous le titre “Hanefi Avcı ile 15 Temmuz darbe girişimi”.
Il est disponible sur Medyascope.

Transcription : Hakan Karakaya
Traduction : Isabelle Gilles

Ruşen Çakır : Bonjour, aujourd’hui nous allons parler de la tentative de coup d’état avec LE spécialiste du sujet. Hanefi Avcı a été commissaire à Eskişehir. Même si d’autres avant lui ont tiré la sonnette d’alarme, il est celui qui a exposé le plus en détail l’organisation de la confrérie Fethullah Gülen au sein de l’État. Alors qu’il était en poste, chef de la police à Eskişehir, il a publié un livre qui lui a valu l’inimitié de la Cemaat, ou, pour le dire autrement, la Cemaat a tenté de le lui faire payer très cher. Il a été emprisonné (voir notre édition du 30 septembre 2010), puis libéré. Les avertissements émis par Hanefi Avcı, les sonnettes d’alarme tirées à l’époque s’adressaient au gouvernement AKP. À l’époque, Recep Tayyip Erdoğan était Premier ministre, aujourd’hui, il est Président de la république et il les prend très au sérieux. Monsieur Avcı, soyez le bienvenu.

Hanefi Avcı : Merci.

Le second coup

 : Vous avez publié un tweet disant « Ce n’est pas un coup d’état militaire, c’est un coup d’état de la Cemaat orchestré par l’imam1 de la Cemaat. » Qu’est-ce que ça veut dire ? Que voulez-vous dire par là ?demirag

HA : En fait, il faudrait corriger cette phrase. Ceci était le deuxième coup d’état. Le premier a en fait eu lieu les 17 et 25 décembre [2013] (voir notre édition du 18 décembre 2013). À l’époque, la Cemaat a réalisé un coup d’état en utilisant ses éléments dans l’appareil judiciaire et policier. Les accusations de corruption n’étaient pas la fin mais le moyen. Nous venons de vivre un second coup d’état au moyen des forces armées. Mais le cerveau derrière ce coup d’état, celui qui l’a rendu possible, l’a planifié et programmé n’est pas l’armée. Les troupes de l’armée ont été utilisées, mais il est évident que ceci est de bout en bout l’œuvre de la Cemaat. Ce n’est pas une vue de l’esprit.

Pour ceux qui connaissent la Cemaat, ses méthodes, ses manières de fonctionner et son organisation au sein de l’appareil d’État, cela ne fait aucun doute. La possibilité était d’ailleurs évoquée depuis longtemps, notamment par ceux qui ont été victimes de la Cemaat. Les membres de l’armée qui ont suivi ce dossier sont passés sous les fourches caudines. Citons par exemple Yavuz Selim Demirağ, Zeki Üçok, Mustafa Yüksel ou encore Mustafa Dönmez. Tous ces gens ont tenté par tous les moyens de mettre la machine en branle, qui en publiant des livres, qui en portant plainte devant les tribunaux. Ils étaient unanimes sur le fait qu’une organisation opérait au sein des forces armées, et que sa taille la rendait dangereuse. Ils [disent tous que les membres de la Cemaat] sont devenus si puissants au sein de l’armée qu’ils ont les moyens de court-circuiter toute enquête, toute investigation sur le sujet. En se tenant les coudes, ils ont réussi à faire en sorte que toute tentative contre eux là-bas soit vouée à l’échec. [Les personnes citées ci-dessus] ont considéré que cela constituait un danger pour l’avenir et ils ont lancé l’alerte. Quelques-uns d’entre eux se sont exprimés à la télévision, d’autres ont consigné leurs opinions par écrit, mais l’État-major les a traîné en justice. Il y en a même parmi eux qui, craignant pour leur sécurité, se sont éloignés d’Ankara.

De toute façon, il suffit de regarder en arrière – toutes ces révélations (voir par exemple notre édition du 21 janvier 2010) dont on sait aujourd’hui qu’elles étaient des machinations, tous ces documents militaires opportunément retrouvés au domicile des accusés – à l’époque des procès qui se sont tenus à Silivri pour se rendre compte de la profondeur des ramifications de cette organisation dans l’armée. Il y a des dizaines et des dizaines de documents tant dans l’armée de terre que dans l’armée de l’air et la marine. Tout est dans les documents, et dans les écoutes téléphoniques qui ont circulé aux quatre coins d’Internet. Nous savons tous que c’est la Cemaat qui est derrière tout cela. Quand on y regarde d’un peu plus près, il y a des tonnes et des tonnes de documents qui ont fuité,  ce n’est pas nouveau, ça fait 15 ans que ça dure. Toutes les compagnies de l’armée ont été mises sur écoute, toutes les conversations personnelles ont été enregistrées. Si vous vous rappelez bien, même les conversations du chef d’État-major ont fuité. Tout cela pour dire que, dans les grandes lignes, même sans en connaître la date précise et la méthode qui serait utilisée ; sachant à quel point la Cemaat est puissante dans l’armée et les pertes qu’elle a essuyées, il ne fallait pas être devin pour supposer qu’elle utiliserait les forces à sa disposition pour tenter de renverser la vapeur.

Erreurs de calcul

 : C’est précisément ce que je voulais vous demander. Pourquoi a-t-elle éprouvé le besoin de faire ça ? Vous dites qu’il est évident que c’est l’œuvre de la Cemaat – je le précise d’emblée pour les lecteurs, je n’ai moi non plus aucun doute sur sa culpabilité, mais je vais ici endosser le rôle de l’avocat du diable – Pourquoi maintenant et pas au moment où elle était plus puissante, par exemple le 17-25 décembre [2013] alors qu’elle avait tant d’hommes à sa disposition dans la police, l’appareil judiciaire et qu’elle avait capté l’intérêt de l’opinion publique avec les accusations de corruption ?

Hanefi_Avcı-Haliç'te_Yaşayan_SimonlarHA : En fait, ce qu’elle a fait à cette époque – et qui était son objectif – était de taille à faire tomber le gouvernement. Elle pensait vraiment que cela serait suffisant pour faire tomber le gouvernement. Il y a de fortes similitudes entre ces deux événements. Le 17 décembre, qui marque le début de l’opération visant à renverser le gouvernement aurait dû en fait avoir lieu fin février/début mars 2014 [ndt : pour un maximum d’impact en vue des élections du 30 mars 2014]. Il s’est passé des choses qui ont mis en panique certains responsables de la Cemaat et les ont contraint à avancer la date. C’est eux-mêmes qui le disent, « on a fait ça beaucoup trop tôt ». Ce qui aurait dû avoir lieu en mars s’est déroulé en décembre avec presque 3 mois d’avance. Autre chose, les investigations du 17 et 25 décembre devaient à l’origine débuter en même temps, avec l’enquête Selam-Tevhid et les accusations d’espionnage, de manière à ce que personne ne soit en état de se relever des coups portés. Nous ne savons que partiellement ce qui a bouleversé les plans établis. Ce qui est sûr c’est qu’ils ont lancé l’offensive plus tôt parce qu’ils ont paniqué, que rien ne s’est déroulé comme prévu, qu’ils se sont plantés en beauté et que l’opération n’a pas été menée jusqu’au bout. Si tout avait été exécuté selon le plan prévu en temps et en heure, le gouvernement n’aurait eu aucune chance. Cette fois-ci encore, même si tout n’est pas très clair, il semble bien qu’ils ont dû avancer le début de l’opération de 5 heures, ce qui a annihilé leurs chances de succès. Je pense qu’ils escomptaient rallier à eux une large frange de mécontents.

 : Ceux que Tayyip Erdoğan dérange ?

HA : Tout à fait, tout comme pour Gezi (voir notre série d’articles sur le sujet), ils se disaient que tant dans le pays qu’à l’étranger, il y a une frange de l’opinion qui est contre les agissements d’Erdoğan et que cette frange les soutiendrait. Certes, il y a des anti-Erdoğan, mais [sur une échelle de 1 à 10,] l’antipathie vis-à-vis d’Erdoğan est à 1 alors que celle vis-à-vis de la Cemaat est à 10. Ils l’omettent toujours dans leurs calculs parce qu’ils ne se regardent pas dans le miroir. Ils se sont mis tout le monde à dos lorsqu’il est devenu clair qu’ils sont derrière cette histoire, tout le monde est désormais ligué contre eux et collaborera à leur perte. Tout s’est joué à un cheveu parce qu’ils ont déclenché le plan avec 5 heures d’avance, parce qu’ils ont un peu paniqué et que cela a bouleversé leurs projets.

Ce qui a aussi été décisif – en plus des vicissitudes rencontrées par la Cemaat – est le rôle joué par beaucoup d’institutions vraiment démocratiques de ce pays. Les médias, surtout CNN Türk, ont joué un rôle historique en diffusant cette conversation téléphonique avec le Président de la république. L’opposition de ce pays a vraiment réagi avec dignité, de même que le gouvernement et l’Assemblée nationale. L’ancien Président de la république et le peuple, tout le monde s’est montré à la hauteur.

Si au lieu de cela, ils avaient démarré à 3 heures du matin, s’ils avaient réussi à bâillonner les chaînes de télévision et, en agissant mieux, avaient réussi à capturer le Président et le Premier ministre, nous aurions aujourd’hui des préoccupations bien différentes, nous vivrions dans une Turquie à mille lieues de celle-ci.

 : Et nous ne serions pas en train de faire cet entretien.

HA : Cela aurait été impossible. Mais ils ont commis les mêmes erreurs. Mêmes failles, même timing précipité, quelques heures qui ont tout fait échouer.

Un réseau dense, impénétrable aux non-initiés

 : Entrons un peu dans le détail, si vous le voulez bien, en partant de votre tweet. En disant « ce n’est pas l’armée mais l’imam de la Cemaat qui est là-derrière », voulez-vous dire qu’il s’agit directement de Fethullah Gülen ou d’une autre personne dont vous connaissez ou non l’identité ?

HA : Il est indiscutable que Fethullah Gülen est le décideur et le donneur d’ordre. Une telle opération ne peut avoir lieu sans son approbation, cela n’a absolument ni queue ni tête. Mais sur le terrain, il y a un imam et ses soldats qui exécutent les ordres. Pourquoi ?

S’il s’agissait d’un coup d’état militaire, l’armée aurait exprimé son mécontement, on aurait pu observer des mesures et des manœuvres, cela aurait été débattu au sein du commandement. Or, rien n’a filtré. Rien n’a été débattu au MGK (Conseil national de sécurité). En se basant sur les expériences précédentes [ndt : les coups d’état précédents], c’est bien la première fois que ça se passe comme cela parmi les troupes. De plus, aucun commandant en chef des forces armées n’est impliqué. Bien évidemment, nous ne connaissons pas encore tous les détails, mais la majorité des généraux 4 étoiles ne sont pas impliqués. Les putschistes appartiennent à d’autres corps. Certains viennent de la police, ils ont participé à certains endroits et nous en apprendrons davantage dans les jours qui suivent. Par exemple, qui a mis ce gendarme aux commandes d’un tank ? Et qui avait les moyens de mettre en contact des commissaires et la gendarmerie en appelant la direction centrale de la police ? Il n’y a que la Cemaat qui en ait la capacité, il n’y a pas d’autre explication. Il est possible de trouver des centaines de cas similaires, de documents qui l’attestent. Je suis persuadé que dans le futur, nous aurons en notre possession tous les éléments qui nous permettront d’avoir une vision nette sur le fait que la Cemaat a tout organisé, coordonné dans l’ombre et qu’elle a coordonné les forces en présence.

 : Est-ce que vous avez un nom ?

HA : Pour le moment, disons-le clairement, je ne sais pas de qui il s’agit.

 : Parce que dans votre livre, vous aviez donné le nom de l’imam de la police, ensuite les avocats de cet homme vous ont fait un procès. Son avocat était même allé jusqu’à nous adresser une mise en demeure précédant la diffusion de votre interview sur NTV pour empêcher que le nom de son client soit divulgué à l’antenne.

HA : Je vais même vous dire ceci, à la sortie du livre, j’ai déposé une requête en justice. Dans les annexes, j’y avais consigné l’identité de l’imam de la police, de l’imam du MİT, de celui de l’armée et celui de la justice. En plus de cela, y figuraient les noms de quelques imams potentiellement à des postes clé. J’ai mis tout cela sous pli et l’ai adressé aux procureurs d’Istanbul et d’Ankara. Dans ma requête, j’ai écrit noir sur blanc

« je porte plainte contre telles et telles personnes, et je porte également plainte contre les personnes du ministère de la Justice et de l’Intérieur qui n’ont pas donné suite à mes plaintes en dépit des informations précises que j’ai fournies. Pour vous permettre de faire votre travail, je vous livre une liste de noms dont je sais par ouï-dire ou que je soupçonne personnellement d’appartenir à la Cemaat, ou dont je sais qu’elles en font partie, à vous d’enquêter. »

La liste contenait les identités précises, les adresses et quelques documents. Je n’en avais jamais parlé avant. Le bureau du procureur d’Ankara et d’Istanbul n’ont pas enquêté et le dossier a été classé sans suite. Aucun des imams – celui de la police, du MİT, de l’armée, celui qui était à la tête de nombreux bureaucrates, celui de la justice – n’a été inquiété ni placé sous surveillance. Et maintenant – entre-temps 6 ans se sont écoulés – personne ne sait avec qui ces imams prenaient langue parce que personne ne s’y est intéressé. Notre vie privée à tous, les personnes avec qui nous parlons, tout a été exposé en place publique. Mais à l’heure actuelle nous ignorons avec qui ces imams sont et ont été en contact.

 : À l’heure où nous parlons, beaucoup de personnes en Turquie et surtout à l’étranger ne croient pas que la Cemaat soit responsable, ne croient pas qu’elle en soit capable. Dans ses interviews, Fethullah Gülen dit que tout cela n’est qu’un scénario, qu’il convient de mettre sur pied une commission d’enquête internationale chargée d’enquêter sur l’affaire ; il dit bien évidemment « quelles sont vos preuves ? » En tant qu’ancien des services secrets, membre de la police, quelles sont les preuves dans un cas comme celui-ci ? De quel genre de preuve l’État dispose-t-il et peut-il produire – c’est ce qu’ont dit le Président et le Premier ministre – qui établisse – de façon irréfutable – la responsabilité de la Cemaat dans l’organisation de cette tentative de coup d’état ? Une telle chose est-elle théoriquement possible ?

HA : C’est ce que je disais un peu plus tôt. Les gens qui ne sont pas familiers avec la manière dont la Cemaat est structurée à l’intérieur de l’appareil d’État et comment elle utilise ses réseaux, qui ne savent pas comment elle fonctionne ont du mal à comprendre. Aucun des membre de ce gouvernement ne l’a compris, le Premier ministre [ndt : de l’époque, c’est-à-dire Recep Tayyip Erdoğan] ne l’a pas compris à temps, ni le ministre de l’Intérieur ni celui de la Justice ne l’ont compris.

 : Peut-être n’ont-ils pas voulu le voir, puisqu’ils étaient alliés.

HA : C’est vraiment difficile à comprendre, il faut se garder de lancer des accusations à la légère. Je l’ai écrit dans mon premier livre. J’ai rencontré le ministre de l’Intérieur à deux reprises, et une fois le ministre de la Justice. J’ai eu des entrevues avec le sous-secrétaire du Premier ministre et deux de ses conseillers. J’ai envoyé des requêtes à deux ministères et à deux bureaux du procureur, mais je n’ai pas réussi à les convaincre. Ensuite j’ai été envoyé en prison et [les personnes que j’avais dénoncées] ont continué leurs affaires. Ensuite, le 17-25 décembre est arrivé – et avant ça, la crise du 7 février [2012] avait eu lieu (voir notre édition du 24 février 2012), mais malgré tout cela ils n’ont pas compris. Ils l’ont interprété comme une erreur. Ils ont voulu voir mais n’ont pas pu. Ils pensaient que la Cemaat ne pouvait pas être là-derrière parce qu’ils ne la connaissent pas. « Ils n’en sont pas capables, ce n’est pas possible qu’ils fassent une chose pareille, l’État c’est nous » pensaient-ils. Même après le 17 décembre ils n’avaient toujours pas compris. Je l’ai dit et répété,

« Regardez, vous minimisez à nouveau. On ne vous demande pas d’agir en dehors des lois, faites appliquer la loi et demandez des comptes sur cette affaire. Ils sont très nombreux dans l’appareil judiciaire, faites condamner ceux qui sont coupables de délits. La preuve des délits vous la trouverez dans des documents, des dossiers, dans les médias. »

Mais personne n’a bougé, ou alors cela s’est fait très lentement. Dans l’armée, là où ils sont si nombreux et qu’on sait ce qu’ils font, les choses avancent à un train de sénateur. Cela fait peut-être 6-7 mois que l’on a commencé à interroger de certains officiers à la retraite. Il y a là-dedans des déclarations vraiment intéressantes, des documents. Le gouvernement actuel, l’État-major et les commandants en chef ont fini par le comprendre. Orada çok güzel ifadeler var, evraklar var. On le leur a toujours dit, mais ils nous rétorquaient « vous exagérez, vous allez trop loin ». « Non, nous n’exagérons rien, nous ne faisons que dire la vérité. » Quoi que l’on ait pu dire, on ne nous a pas cru. Ils n’ont même pas voulu croire les rapports qui leur étaient faits au moment du coup d’état.

Des mesures disproportionnées ?

 : Vous dites qu’ils vous accusent d’avoir exagéré, mais aujourd’hui on assiste à je ne sais combien de mises à pied dans l’Éducation nationale, je ne sais combien de milliers de personnes, des policiers, des gouverneurs, des préfets, nous voyons devant nous danser des chiffres insensés. Nous ne parlons plus en centaines mais en milliers, désormais. Des milliers de personnes ont été écartées de leur poste, ont été placés en garde à vue ou en détention. Parmi eux, il y a un nombre incroyable de généraux. Tout cela paraît exagéré à beaucoup de gens.

HA : Vous avez raison, bien entendu. On oscille en permanence d’un extrême à l’autre, et en plus de cela, nous venons de vivre un grave traumatisme. C’est encore sous l’emprise de ce traumatisme que nous réagissons de manière exagérée. Je reçois des coups de fil de personnes qui s’exclament « Moi, je fais partie de la Cemaat ? Est-ce qu’on n’en a pas déjà parlé ? Est-ce que je ne vous ai pas livré des renseignements ? Est-ce que vous ne me connaissez pas ? » À tout le monde, je dis la même chose. Oui, c’est vrai, pour l’instant l’État surréagit, et peut-être qu’il est jusqu’à un certain point justifié qu’il agisse ainsi. Il cherche à isoler toute personne susceptible d’être liée à la Cemaat, il souhaite écarter tout fonctionnaire qui a pu être en contact avec cette organisation. Une fois cela fait, les enquêtes permettront de démontrer qui est réellement impliqué et de faire le nécessaire du point de vue judiciaire et administratif. Mais pour le moment, c’est peut-être en exagérant et en faisant des entorses au droit que tous ceux qui sont de près ou de loin en rapport avec la Cemaat sont isolés, écartés de l’administration. Policiers, enseignants, financiers, tout le monde est suspendu. C’est une période de tri transitoire, peut-être faut-il accepter pour un temps donné d’en passer par là, parce que l’État s’est vu porter un très grand coup et doit écarter les éléments dangereux le temps de comprendre qui est qui. Cela doit être immédiatement suivi d’une enquête préliminaire qui permette de blanchir les personnes qui n’ont aucun lien direct. Tout cela ne doit pas se prolonger.

 : Vous voulez dire que vous pensez que certains seront réintégrés dans leur fonctions ?

HA : Je pense que oui. Appelons ça une réaction épidermique à la blessure reçue.

Élément disrupteur

 : Il faut aussi tenir compte d’un autre élément, comme vous le savez. Depuis le début, la Cemaat se défend des accusations d’infiltration de l’État avec le même argument, qui est le suivant : « c’est notre état à tous, ceux de nos membres qui le méritent ont parfaitement le droit d’y faire carrière. » Une fois pour toutes, est-ce le fait d’approuver les vues de Fethullah Gülen qui doit empêcher les gens d’être recrutés dans la fonction publique ou le problème se pose-t-il en d’autres termes ?

HA : C’est ce que nous soutenons depuis le début. Nous n’avons rien contre la Cemaat en tant que confrérie, nous ne voulons pas que la Cemaat soit présente au sein de l’administration. Nous sommes opposés au fait que sa présence déstabilise la hiérarchie officielle au profit de la sienne propre, avec ses propres instructions. Il est évident que notre société peut être – et est – composée de différents segments, différentes idées, différentes croyances. Et ces croyances, en fonction de leur représentation dans la société se retrouvent en proportion dans l’administration. Le membre de l’observance untel, d’une confrérie, de telle tendance politique ou d’un parti quelconque se retrouvent dans l’administration. Mais dans le cadre et l’exercice de ses fonctions, chacun est soumis aux lois de l’État, à son ordre et sa hiérarchie. Si vous placez en premier la hiérarchie de votre confrérie, de votre organisation, vos opinions politiques ou philosophiques, c’est un délit. À part ça, évidemment qu’on y trouve des Nakchibendis, des Kadiris, des gens de droite, de gauche, des membres du CHP et du MHP, c’est tout à fait normal. La différence avec cette confrérie-ci, c’est que ses membres lui sont fidèles et lui obéissent avant d’être loyaux à l’État.

La seconde chose problématique est que toutes leurs actions ont un effet néfaste sur le fonctionnement normal de l’administration. C’est un point qui a échappé à ceux qui ont fréquenté la Cemaat. Les membres de la Cemaat se soutiennent les uns les autres et poussent l’administration dans une très mauvaise direction. Toutes mes dernières plaintes le mentionnaient.

Par exemple, au sein de la police – c’est également valable pour l’armée – les membres de la Cemaat agissent en coordination. Lorsqu’il est question de promouvoir l’un des leurs, ils se présentent de manière apparemment indépendante les uns des autres et font des rapports élogieux à son supérieur. « C’est vraiment quelqu’un de bien, il est comme ceci et comme cela. » Ils donnent des avis positifs chaque fois qu’ils sont sollicités, c’est pourquoi la personne en question est promue. Si le candidat n’est pas des leurs et qu’ils ne veulent pas de lui, cela commence par des dénonciations mensongères, des calomnies qu’ils répandent « mon Commandant/monsieur le Directeur, cette personne est dangereuse pour telle et telle raison » et lui barrent la route. Je pense que les aides de camp que l’on a identifiés comme membres de la Cemaat sont des gens qui leur ont été recommandé à leurs supérieurs par des canaux différents comme étant « des gens honnêtes, loyaux à l’armée, au régime et au gouvernement ». La même chose s’est répétée dans tous les ministères. Là, les quelques personnes qui s’en sont rendu compte prennent des mesures, tandis que les autres n’y voient que du feu. Dans ces milieux, ils sont tellement bien organisés que sans vous en rendre compte, vous entendez des échos de trois sources différentes sur les qualités de telle personne, ou au contraire, ces trois sources indépendantes vous font comprendre que votre assistant ou votre bras droit n’est pas recommandable.

Stratégies de recrutement

 : On parle de plusieurs milliers de personnes. Depuis toujours on se pose la question – c’est revenu sur le tapis avant les élections, comme vous le savez – du poids électoral de la Cemaat. L’élément important là-dedans ce sont ses cadres. Des milliers de personnes ont été mises à pied. Comment est-ce possible ? Comment fonctionne ce système ? Autant de policiers, autant de personnes aux Finances, à l’Éducation nationale ; on parle de 400 personnes au Diyanet – alors que c’est l’un des endroits auxquels la Cemaat a accordé le moins d’importance – idem dans l’armée. Chaque jour apporte son lot de révélations. Avec quelle perspective ce système fonctionnne-t-il ?

HA : Je ne peux parler que de ce que j’ai vu ou de ce que j’ai pu déduire en m’appuyant sur ma connaissance de l’administration. D’après moi, le gouvernement prend une décision. Tous ceux qui au sein de l’administration on un lien avec la Cemaat ou qui détiennent des informations sur elle sont écartés dans un premier temps.

 : Non, le sens de ma question était le suivant : où la Cemaat va-t-elle trouver autant de personnes ?

HA : Mais, c’est que ça fait un bout de temps qu’elle existe. Tous les étudiants du supérieur de ce pays ont d’une manière ou d’une autre croisé sa route. La Cemaat travaille depuis longtemps à toucher les étudiants des universités. Comment les atteindre, comment les approcher, comment s’en faire des amis proches, cela fait très longtemps qu’elle creuse le sujet. Je suis occupé à collecter de vieux documents de la Cemaat qui décrivent comment gagner à sa cause un étudiant d’université, comment se comporter avec lui et l’amener à adhérer. La Cemaat a énormément de travaux qui sont consacrés à cela. Ils datent d’avant l’an 2000, ce sont des travaux qui remontent aux années 90, ce sont plusieurs milliers de pages qui ont pour unique but de faire grossir les rangs de la Cemaat.

Ils cherchent à recruter le Turc prototypique, l’Anatolien. En général, un profil conservateur, avec un penchant pour la religion. Ils veulent que les enfants viennent de ce vivier conservateur pour qu’ils ne s’abandonnent pas aux tentations une fois dans les grandes villes comme Istanbul ou Ankara, ou bien encore avec le contexte de vagues d’attaques terroristes de l’époque « surtout qu’ils ne virent pas anarchistes ». Beaucoup de gens ont dit « que mon étudiant loge dans leurs dortoirs ou leurs maisons » parce que c’est ce qui leur avait été conseillé. Et petit à petit le phénomène a pris de l’ampleur.

En se rendant sympathiques auprès des étudiants brillants, c’est petit à petit Fethullah Gülen que les membres de la Cemaat ont commencé à promouvoir comme un être hors du commun, une personnalité divine à qui ils se sont attachés. Ensuite, avec la solidarité interne à la Cemaat, le mécanisme a été mis en branle et ils ont pas à pas mis la main sur la police, l’armée, le MİT… Vraiment il faut se méfier comme de la peste d’un groupe aussi soudé.

La Cemaat a une maxime : si deux personnes liées et solidaires se retrouvent côte à côte, cela ne fait pas 2 mais 11 ; s’ils sont 3, cela fait 111. La Cemaat a agi en fonction de ce précepte. Dans la police, s’il y a 3 membres de la Cemaat, ils ne sont pas 3 mais 111, c’est leur rôle et ils le remplissent.

  1. Nom donné à une personne-clé dans la hiérarchie de la confrérie placée par elle dans un endroit stratégique. Cette personne a en charge la coordination et l’exécution des tâches jugées nécessaires par le mouvement []

Ruşen Çakır

Ruşen Çakır est un journaliste né en 1962 à Hopa diplômé du Lycée de Galatasaray. Entre février 1981-août 1982, il est détenu aux prisons militaires de Hasdal et de Metris. Il interrompt ses études supérieures à l’Université du Bosphore et travaille pour différents revues et quotidiens (par ordre chronologique : Tempo, Cumhuriyet, Milliyet et Vatan, et les chaînes de télévision CNN Türk et NTV).
Il a dirigé le Programme “Démocratie, Société civile et Monde islamique” à TESEV (Fondation turque des études économiques et sociales).
Depuis le 20 octore 2014, il écrit ses articles dans le quotidien Habertürk.
Francophone et anglophone, Çakır a participé à de nombreuses conférences en Turquie et à l’étranger.
Il a enseigné sur “La pensée politique islamique contemporaine et la Turquie” à l’Université de Marmara, et sur “l’Islam, la démocratie et la société civile” à l’Université de Buffalo dans l’État de New York.
Il est membre de l’Association de Galatasaraylılar et du Club de Galatasaray, et siège au Conseil d’Açık Toplum Vakfı (Open Society).

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *