La coopération militaire turco-israélienne a survécu à la crise de la flottille mais pour combien de temps ?


L’assaut meurtrier donné par un commando de marine israélien, le 31 mai au matin, a profondément endommagé une relation turco-israélienne qui, depuis le «one minute» de Davos et plusieurs autres incidents diplomatiques du même genre, paraissait déjà bien mal en point. Dans les heures qui l’ont suivi, Recep Tayyip Erdogan a qualifié l’événement de «terrorisme d’Etat,» et Ahmet Davutoğlu a évoqué des actions contraires «aux règles internationales», «relevant du banditisme et de la piraterie» Cette sévérité de langage a été de mise également lors de l’intervention que le ministre turc des affaires étrangères a prononcé peu après, devant le Conseil de Sécurité des Nations Unies, pour demander la condamnation de l’intervention israélienne et la mise sur pied d’une enquête internationale. Le lendemain, devant son groupe parlementaire, le premier ministre, rentré précipitamment du Chili, a poursuivi sur le même ton, en demandant à ce que l’Etat hébreu soit «sévèrement puni», et en expliquant que désormais entre son pays et Israël «rien ne serait plus comme avant» ; un appel entendu par le Parlement, qui a voté le lendemain à l’unanimité de ses membres, une résolution condamnant Israël en ordonnant lui aussi une enquête. Le 3 juin, la Turquie a rappelé son ambassadeur à Tel-Aviv et le porte-parole de son ministère des affaires étrangères a promis qu’on n’était pas prêt de le revoir en Israël.

À ces condamnations verbales sans nuance se sont ajoutés 3 jours d’émotion populaire, marqués par de nombreuses manifestations dans les grandes villes, par le retour des passagers des navires après leur libération, et par les funérailles des victimes, le 3 juin, à la mosquée de Fatih, à Istanbul. Enfin, le 4 juin, le vice premier ministre Bülent Arınç a assuré que son gouvernement allait, cette fois, revoir les accords qu’il a signés avec l’Etat hébreu, et que ces derniers seraient très certainement revus à la baisse.

Il faut rappeler que, pour ce qui est de l’agro-alimentaire et de la fourniture d’eau, les projets ont tourné court depuis un certain temps déjà. Il faut signaler aussi que, pour ce qui concerne le tourisme, la tendance des prochains mois risque de suivre le même chemin, Israël ayant recommandé à ses ressortissant de ne pas se rendre en Turquie, ce qui a amené déjà plusieurs dizaines de milliers de vacanciers israéliens à annuler leurs vacances en Anatolie.

Il reste que la coopération militaire turco-israélienne semble avoir survécu pour l’instant à cette crise majeure. On remarque, en effet, que dès le lendemain de l’arraisonnement de la flottille, le ministre de la défense, Vecdi Gönül, a annoncé que les programmes de coopération militaire étaient maintenus. Ces derniers apparaissent ainsi comme l’épine dorsale de ce qui reste des relations entre Israël et la Turquie. Il faut dire qu’ils ont été à la base du renouveau de la coopération turco-israélienne voulue par l’armée, en 1996. Au moment où certains pays occidentaux menaçaient de réduire leurs ventes d’armes à la Turquie, en raison de leur utilisation dans le conflit kurde, ces accords militaires ont permis à Ankara de trouver un fournisseur d’équipements militaires sophistiqués moins regardant sur les questions d’éthique, et de moderniser son armée à moindre frais. Les principaux fleurons de cette coopération sont notamment : la modernisation de chars M60 Patton, d’avions F4 et F5 et de jets d’entrainement T38 ; la livraison de radars et d’un nombre très important de véhicules blindés résistant aux mines ; et enfin la fourniture de drones (avions sans pilote) «Heron» dont le contrat a été signé en 2005 et dont la livraison a commencé cette année. Une partie de ce matériel (drones et véhicules blindés) est utilisée notamment dans la lutte contre le PKK.

Depuis le début de la détérioration des relations turco-israéliennes, on a pu observer que les questions militaires ont le plus souvent été prudemment extraites du corps du conflit opposant les deux pays. On se souvient qu’en janvier 2009, peu après le «one minute» de Davos, l’armée turque avait fait savoir que cette affaire considérée par l’état-major comme essentiellement politique, ne remettait pas en cause la coopération stratégique avec Israël et les programmes en cours. On se souvient encore qu’en janvier 2010, en dépit du grave incident diplomatique qui avait vu le vice-ministre israélien des affaires étrangères humilier publiquement l’ambassadeur de Turquie en Israël, le ministre turc de la défense, Vecdi Gönül, avait reçu son homologue Ehoud Barak à Ankara, pour faire notamment progresser la livraison des fameux drones «Heron» (cf. notre édition du 14 février 2010).

Toutefois, on peut penser qu’à terme, même cette coopération militaire devrait être remise en cause. Et ce, pour plusieurs raisons. D’une part, le gouvernement pourra difficilement maintenir l’ambiguïté actuelle, et il a déjà dit qu’il s’agissait surtout maintenant pour lui d’expédier les contrats en cours, mais pas d’en relancer de nouveaux. D’autre part, les experts estiment que les Israéliens ont probablement désormais des réticences à livrer du matériel sophistiqué à un pays qu’ils ne considèrent plus véritablement comme leur allié. On remarque d’ailleurs que le missile anti-missile à longue portée israélien n’a jamais été inclus dans les contrats signés.

Cette situation devrait ouvrir de nouvelles opportunités pour les fabricants d’armes américains, européens, russes ou chinois. Mais, le recours à ces fournisseurs potentiels n’est pas sans poser certains problèmes pour la Turquie. S’adresser aux Américains risque de gêner une diplomatie turque qui se retrouvera sous la dépendance accrue de son grand allié au moment même où elle souhaite s’en émanciper. Démarcher les Russes et les Chinois paraît difficilement concevable pour un pays de l’OTAN, ayant eu jusqu’ici recours à du matériel européen ou américain. Se tourner vers les gouvernements européens risque de reposer pour Ankara la question des scrupules que peuvent avoir ces derniers à fournir un matériel qui peut servir dans un conflit intérieur.
JM


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *