Fethullah Gülen au centre d’une crise entre la Turquie et les États-Unis

La tension actuelle que l’on observe entre Ankara et Washington est récurrente dans les relations américano-turques, et ce depuis que la Turquie a rejoint l’OTAN au sortir de la Seconde Guerre mondiale. D’abord la révélation de la fameuse lettre secrète du Président Johnson limitant la protection américaine à l’allié turc1, puis l’invasion américaine de l’Irak pour laquelle la Turquie a osé signaler son désaccord en refusant l’accès de ses bases militaires à l’allié américain2, et les actuelles divergences entre les deux États sur les moyens de régler la crise en Syrie nourrissent les tensions. La dernière embûche en date dans ces difficiles relations porte le nom de Fethullah Gülen. L’homme, haï du pouvoir turc depuis quelques années déjà, est accusé d’avoir fomenté le crime suprême. On lui reproche en effet d’être derrière le coup d’État manqué du 15 juillet dernier (voir notre édition du 20 juillet 2016). Largement évoqué lors de la récente rencontre entre Obama et Erdoğan en marge du sommet du G20 en Chine, le cas de Fethullah Gülen, dont la Turquie réclame l’extradition, devrait empoisonner encore un certain temps les relations entre la Turquie et les États-Unis. Alors comment expliquer la centralité de l’affaire Gülen et l’instrumentalisation qu’en fait la Turquie dans ses relations avec l’Amérique ?

Recep Tayyip Erdoğan et Fethullah Gülen côte à côte en 1995

Recep Tayyip Erdoğan et Fethullah Gülen côte à côte en 1995

Que représente le mouvement de Gülen aux États-Unis ?

Depuis son exil volontaire aux États-Unis en 1999, Fethullah Gülen et son mouvement sont perçus par les Turcs comme étroitement liés à l’Amérique, avec tout ce que ce pays peut susciter de mythe et de fantasmes3. Il n’en demeure pas moins que la vision du monde chez Gülen s’est transformée au fur et à mesure que son mouvement s’est structuré sur le sol américain. Son arrivée aux États-Unis passe d’abord inaperçue auprès du grand public américain, et le mouvement reste faible dans la diaspora turque, longtemps dominée par diverses associations kémalistes4. Cela est dû à la composition sociologique de la communauté turque aux États-Unis. Contrairement à l’Europe, où l’immigration turque des années 1960 et 1970  est celle de travailleurs issus de l’Anatolie profonde,  terreau des associations religieuses conservatrices et traditionnalistes, l’immigration turque aux États-Unis est surtout composée d’étudiants et d’élites plutôt séculières et kémalistes ; populations sur lesquelles les religieux n’ont que peu de prise. Même le très puissant Milli Görüş, si populaire en Europe, est peu connu en Amérique. Aussi, quand Fethullah Gülen arrive aux États-Unis, ses disciples sont encore peu nombreux et faiblement organisés. Toutefois, en peu de temps, une multitude d’associations culturelles et éducatives, dites gülenistes car créées par des Turcs s’inspirant de Gülen se mettent en place. Parallèlement, l’arrivée de l’AKP au pouvoir en Turquie va profiter au succès de Gülen aux États-Unis, car les actions de la diplomatie turque et celles des réseaux de Gülen ont des intérêts communs qui vont les encourager naturellement à coopérer.

Aujourd’hui le réseau güléniste se structure autour de la personne de Fethullah Gülen lui-même. Déjà engagé dans une action de dialogue œcuménique comme jamais aucune autre figure islamique ne l’avait fait en Turquie et dans le monde, notamment par diverses rencontres avec des autorités spirituelles chrétiennes et juives, Gülen développe davantage encore ce discours, séduisant auprès d’un certain milieu intellectuel américain. Ainsi voit le jour aux États-Unis le Rumi Forum, une plateforme de dialogue, multipliant les initiatives de dialogue entre autorités islamiques, chrétiennes, juives… Ce discours sur le dialogue entre les cultures et les religions va connaître un nouvel essor après la tragédie du 11 septembre 2001. Au traumatisme s’ajoutent au moins une prise de conscience de la méconnaissance du monde extérieur et au mieux une demande de compréhension et de dialogue d’apaisement. Fethullah Gülen s’est engouffré dans la brèche, et plus que nombre d’autres figures islamistes dans le monde, a considérablement investi dans le domaine du dialogue interreligieux et dans la dénonciation de la violence radicale perpétrée au nom de l’islam. Dans cette Amérique qui n’avait jamais connu une telle attaque sur son sol depuis Pearl Harbor, et qui découvre l’anti-américanisme primaire que nourrit une partie du monde musulman à son égard, le discours de Gülen de paix et de tolérance séduit. Peu après, l’alliance forgée avec l’AKP participe à la promotion de l’image des islamo-démocrates turcs nouvellement arrivés au pouvoir à Ankara. L’objectif pour le couple AKP/mouvement Gülen aux États-Unis est alors d’éviter les amalgames dangereux, d’apporter les nuances nécessaires pour distinguer les islamo-démocrates turcs de l’islam radical global contre lequel l’Amérique et l’Occident vont partir en guerre.

La force du mouvement, c’est aussi et surtout l’éducation, sous la forme d’un formidable réseau transnational d’écoles et établissements d’enseignement supérieur disséminés à travers tous les continents. Aux États-Unis, il y a peu d’écoles gülenistes à proprement parler, c’est-à-dire fondées par des entrepreneurs s’inspirant des idées de Fethullah Gülen sur le modèle des écoles affiliées au mouvement en Turquie, comme Yamanlar Koleji ou Fem Dersanesi (voir notre édition du 15 août 2016), ou sur le modèle des écoles gülenistes qu’on trouve en Asie Centrale, dans les Balkans et en Afrique (voir notre édition du 7 août 2016). Quatre ou cinq écoles privées tout au plus, et s’adressant surtout à des expatriés turcs installés aux États-Unis sont opérationnelles. En revanche, s’il y a un secteur éducatif où des sociétés éducatives fondées par des expatriés turcs proches de Gülen sont  très performantes, c’est celui des Charter Schools. Il s’agit d’écoles publiques laïques américaines, financées par les États avec de l’argent public mais confiées en gestion à des sociétés privées, dans des zones dites sensibles ou en difficulté. Ce partenariat public-privé dans le domaine éducatif vise à mieux lutter contre l’exclusion sociale et permettre à des enfants défavorisés d’avoir de meilleures chances de réussite scolaire5. On trouve des dizaines de ces Charter Schools apparentées au mouvement de Gülen dans plusieurs États, mais plus particulièrement au Texas, sans doute par affinité particulière entre les autorités de cet État et diverses entreprises turco-américaines. Concrètement, mais toujours avec cette ambiguïté que l’on retrouve souvent dans le fonctionnement de nombre d’entreprises gülenistes, des disciples de Fethullah Gülen fondent des entreprises éducatives et passent des contrats avec l’État pour obtenir la gestion de ces Charter Schools6. Toutefois, le lien entre Fethullah Gülen et ces entreprises éducatives n’est pas clair. Certains responsables reconnaissent s’inspirer des idées de Gülen, d’autres esquivent et jugent injuste qu’on exige d’eux de révéler la ou les autorités spirituelles qui guident leur philosophie intérieure et leurs actions. La hiérarchie du mouvement Gülen est elle-même ambiguë vis-à-vis de ces écoles, tantôt niant tout lien organique, tantôt les érigeant comme exemples de contribution au progrès de l’humanité.

Le réseau güleniste repose également en grande partie sur le secteur des affaires et de la coopération économique entre la Turquie et les États-Unis. Certes, les entreprises gülenistes ne sont pas les plus influentes dans les échanges entre les deux pays, mais néanmoins, le TUSKON, une association d’entrepreneurs turcs fondée par des disciples de Gülen a pu jouer un rôle certain dans ce domaine avant le déclin forcé par l’affaiblissement du mouvement en Turquie suite au conflit avec le gouvernement d’Erdoğan. Aussi, grâce au dynamisme de leur réseau dans les républiques turcophones de l’ex URSS, des associations d’homme d’affaires turco-kirghizes, kazakhes, azerbaïdjanais ont pu trouver des relais aux États-Unis et développer une coopération économique triangulaire entre la Turquie, les États-Unis et l’espace post soviétique.

Au-delà de l’éducation et du business, les associations culturelles et centres de dialogue, qui jouent un rôle majeur dans la vie des expatriés turcs et dans les relations turco-américaines, se comptent par dizaines. Regroupées autour de la Turkic-American Alliance, ces associations organisent des événements culturels aux États-Unis et mettent en place des voyages de découverte en Turquie au cours desquels des élus, journalistes, universitaires, et intellectuels sont reçus en Turquie afin de renforcer les liens entre la Turquie et l’Amérique. Le centre de recherche Rethink Institute joue un rôle à part. Il s’adresse par ses conférences et ses publications aux politiques, aux médias, à l’intelligentsia et par ricochet à l’opinion publique américaine pour faire avancer la réflexion et défendre leurs idées sur des sujets qui leur sont chers, comme la situation politique en Turquie, l’état des relations turco-américaines, la Syrie, la question kurde, etc.

Du temps où les relations étaient bonnes entre le mouvement Gülen et le gouvernement AKP, tout le travail culturel, de coopération économique et de lobbying auprès de l’administration américaine se faisait au double profit de l’État turc et du mouvement dont les objectifs étaient quelque peu confondus. Ainsi, les réseaux de Gülen ont rendu de précieux services de communication et de promotion à la Turquie d’Erdoğan en expliquant et justifiant ses choix en matière de politique intérieure et extérieure entre 2002 et 2013. Mais à partir de cette date, la rupture est consommée et la guerre totale qui oppose désormais Erdoğan et Gülen se poursuit jusque sur le sol américain a fortiori depuis le coup d’État manqué du 15 juillet dernier. Le gouvernement d’Erdoğan affaibli par les crises syrienne et kurde qui lui ont fait perdre une grande partie de ses moyens, s’est trouvé en la personne de Gülen un bouc émissaire emblématique pour tous les maux dont souffre la Turquie, même si l’imam en exil volontaire en Pennsylvanie n’est pas non plus un enfant de chœur7 Le cas Gülen est désormais au centre de la forte détérioration des relations turco-américaines, et ce probablement encore pour de nombreuses années. Comment et pourquoi ?

En quoi depuis 2013 Gülen et son mouvement sont-ils un problème pour Erdoğan ?

Bien avant la crise actuelle majeure entre la Turquie et l’Amérique, Fethullah Gülen était déjà une source de tension depuis la première rupture entre le pouvoir turc et Gülen en décembre 2013 (voir la série d’articles sur le sujet débutée dans notre édition du 21 juillet 2016), quand ce dernier a révélé des affaires de corruption impliquant le premier et son entourage. S’en sont suivi des purges considérables dans les milieux proches de Gülen et dans diverses sphères de l’État en Turquie où ses sympathisants étaient massivement représentés. En phase avec la politique américaine de dénonciation de la dérive autoritaire en Turquie, mais aussi de critique de l’ambivalence turque vis-à-vis des djihadistes en Syrie, les réseaux gülenistes aux États-Unis ont pleinement participé à cette campagne de critique générale de l’ensemble de la politique d’Erdoğan. Ainsi, les associations et think tanks proches de Gülen, souvent en coopération étroite avec les think tank américains les plus conservateurs et les plus critiques de la politique d’Erdoğan, ont participé à cette campagne anti-Erdoğan. Les divers réseaux gülenistes aux États-Unis ont surtout fait lobby durant les semaines qui ont précédé l’élection présidentielle turque d’août 2014, ce qui n’a pas empêché Erdoğan d’être élu au suffrage direct pour la première fois dans l’histoire de la Turquie. Une autre humiliation pour Erdoğan est venue du blocage par des policiers et juges, sans doute aux ordres de Gülen, de camions d’armes des services de renseignement turcs (MIT) à destination de la Syrie. Aux États-Unis, les gülenistes ont largement participé à la dénonciation de la (supposée ?) aide turque aux groupes djihadistes en Syrie contre le régime de Bachar el-Assad. Ainsi, la tribune qu’offre Washington pour les idées de Gülen contre le régime d’Erdoğan est vitale pour la visibilité, la reconnaissance internationale et donc la survie du mouvement au-delà des purges infligées par le régime d’Erdoğan. Ce retranchement, qui plus est tonitruant aux États-Unis agace le pouvoir turc car il n’arrive pas à le museler. En même temps, la volonté est forte d’exagérer le pouvoir de nuisance de Gülen depuis l’Amérique pour ébrécher sa popularité auprès de sa base en Turquie en jouant sur la corde sensible de la traîtrise à la nation, de la main étrangère et de l’anti-américanisme. Dès lors, il convient de se poser trois questions : Gülen est-il derrière le coup d’État ? L’Amérique protège-t-elle Gülen ? Et enfin, l’administration Obama a-t-elle apporté son soutien au coup d’État ? Les premiers éléments de réponse dont nous disposons devraient aider à clarifier la crise actuelle entre la Turquie et les États-Unis et nous renseigner sur les perspectives d’évolution du différend.

Quel lien entre le coup d’État, le mouvement de Gülen et les États-Unis ?

Photo datant de 1994 où apparaissent Fethullah Gülen et Recep Tayyip Erdoğan

Photo datant de 1994 où apparaissent Fethullah Gülen et Recep Tayyip Erdoğan

Ankara ne semble pas douter une seconde que les gülenistes sont derrière le coup d’État et l’opinion publique turque est très largement convaincue que Fethullah Gülen lui-même en est le principal chef d’orchestre. Or, à l’heure actuelle, les preuves irréfutables qui attestent de ce lien direct sont d’une très grande faiblesse. Toutefois, l’absence de preuves ne signifie pas que le mouvement de Gülen soit totalement innocent. La très forte polarisation de la société turque, la guerre totale du pouvoir turc contre la mouvance a sans doute poussé certains éléments gülenistes à commettre un acte désespéré en initiant ou en soutenant la tentative de putsch. Il paraît cependant difficile pour plusieurs raisons de désigner Gülen comme le principal instigateur. En effet, de toutes les institutions infiltrées par le mouvement, l’armée et les services de renseignement sont celles qui se sont le mieux prémunies contre l’embrigadement güleniste. En revanche, des disciples de Gülen ont rejoint l’armée au lendemain des affaires de Balyoz et Ergenekon, quand, semble-t-il, les militaires déchus ont été remplacés par de nouvelles recrues plus proches d’Erdoğan, et donc de Gülen puisqu’à l’époque les deux alliés luttaient ensemble contre la suprématie kémaliste dans l’armée. Que Gülen ait réussi à rallier à sa cause un groupe de fidèles au sein de l’armée se conçoit, mais il est difficile de croire qu’il ait pu mobiliser en masse dans les rangs militaires et dans la hiérarchie au point de fomenter un coup d’État. Il est plus vraisemblable qu’une partie de l’armée, kémaliste et critique vis-à-vis des transformations qu’Erdoğan impose à la Turquie tant à l’intérieur qu’en politique militaire régionale, a initié un coup auquel des forces gülenistes auraient apporté leur concours par pur désespoir, se sachant pertinemment menacés par les purges qui les attendaient. Tout désireux qu’il soit de renverser Erdoğan, Gülen ne peut pas avoir seul entrepris une telle action qui dépasse très largement ses capacités opérationnelles, y compris avec l’appui de ses forces dans l’armée. Désormais haï par la population turque particulièrement déboussolée, Gülen apparaît comme le parfait coupable désigné par le pouvoir turc pour extorquer une cohésion nationale menacée par un « traître » protégé par la perfide Amérique. Cette thèse qui désigne Gülen comme le principal instigateur du coup d’État est séduisante aux yeux des Turcs et facile car elle fait porter la faute des maux de la Turquie sur un bouc émissaire désigné et sur une ingérence étrangère forcément ennemie.

Les liens ambigus entre Gülen et l’Amérique permettent-ils d’extrapoler jusqu’à parler de soutien ? Et s’il était avéré, quelle en serait la nature ? Depuis que le mouvement de Gülen s’est fait connaître d’une partie (modeste) de l’opinion publique américaine et des cercles politiques, il s’est fait bonne presse et bénéficie d’une image bien plus positive que le président Erdoğan. Depuis qu’il vit aux États-Unis, Gülen a su séduire une partie de l’administration américaine charmée par son discours de paix et de dialogue entre les religions et les cultures. Il a su développer un discours qui défend l’islam modéré contre les dangers de l’islam radical et djihadiste, et, cela dans un contexte où l’actualité internationale lui donne raison et génère une écoute bienveillante à son égard. Mais la sympathie de l’Amérique pour Gülen est bien antérieure à l’apparition de la menace incarnée par l’état islamique et aux malentendus ente la Turquie et les États-Unis sur les priorités dans la guerre en Syrie. Déjà dans les années 1980, l’administration américaine rêvait de voir émerger dans le monde musulman un islam moderne et modéré qui aux yeux de nombreux analystes et décideurs politiques américains est proche de ce qu’est le mouvement de Gülen. Aussi, plus qu’une alliance c’est une convergence naturelle des points de vue qui rapproche les tenants américains d’un islam ouvert et libéral et Gülen. Mais cela suffit-il pour dire que, face à la dérive autoritaire à accents religieux prononcés d’Erdoğan, l’Amérique protège et utilise Gülen ?

Les choses sont une fois de plus beaucoup plus troubles et compliquées qu’elles ne le paraissent. Gülen à son arrivée sur le sol américain en 1999 s’est vu facilement octroyer une green card par une administration américaine habituellement plus draconienne en matière d’immigration. Des cercles politiques influents, sans doute séduits par son discours, ont apporté leur soutien moral à Gülen en participant à des événements culturels et médiatiques organisés par des associations gülenistes. Ainsi, des anciens ambassadeurs américains en Turquie, comme Morton Abramowitz, Eric Steven Edelman ou une ancienne figure influente de la CIA, Graham Fuller, reconverti depuis au travail académique sur le monde musulman qu’il connaît et décode très bien, ont toujours apporté leur soutien aux initiatives de Gülen aux États-Unis. Gülen a-t-il usé de ces appuis pour obtenir un soutien officiel de l’administration américaine, face à un Erdoğan devenu ingérable et incontrôlable, et fomenter un coup d’État ? Il est plus que difficile de répondre à cette question. Mais comme le souligne bien sur son blog, Dani Rodrik8, un soutien total des services de renseignement US à Gülen paraît peu probable9. En revanche, précise-t-il, le monde de l’intelligence américain n’est pas du tout un bloc homogène. Même si un soutien franc et direct n’a pas été apporté au putsch en Turquie, il n’est pas impossible que certains éléments du système de renseignement américain, aient été informés du coup auquel ils auraient apporté un soutien. Quels que soient la véracité et le degré d’implication de l’Amérique et de Gülen dans le coup d’État en Turquie, Recep Tayyip Erdoğan a su parfaitement utiliser l’ambivalence de la relation entre Gülen et l’Amérique pour les dénigrer l’un et l’autre auprès du peuple turc et passer sous silence ses propres erreurs. Ce faisant il est presque assuré d’un soutien populaire qui lui permettra de renforcer l’unité nationale et d’accroître son pouvoir.

Conclusion

Il faudra sans doute longtemps, avant qu’un nouvel environnement politique voie le jour en Turquie, afin qu’une vraie investigation puisse être menée pour connaître les détails du coup d’État manqué du 15 juillet dernier. Alors, le degré d’implication des gülenistes dans sa préparation et sa mise à exécution seront peut être mis au jour. Dans l’immédiat, le pouvoir politique turc va instrumentaliser l’accusation güleniste pour abattre son principal adversaire et « ennemi du peuple et de la nation » que l’Amérique protègerait. Aussi, accuser Gülen, permet à Erdoğan de ménager l’armée, dont indéniablement une partie, pas tous gülenistes, s’est déshonorée en tirant contre le peuple qu’elle est censée protéger. Et enfin, il s’agira pour le gouvernement turc de profiter de cette occasion pour régler ses comptes avec l’allié américain qui, aux yeux d’Ankara n’a pas été particulièrement loyal, ou du moins sensible aux préoccupations de sécurité intérieure de la Turquie. En effet, alors que l’Amérique reprochait à son allié turc de ne pas être solidaire dans la lutte contre le DAESH, voire de le soutenir, le gouvernement turc pourra à son tour reprocher à l’allié américain son soutien non seulement aux PYD qui est lié au PKK et qui terrorise la Turquie, mais aussi à une structure parallèle dont le coup d’État a coûté la vie à 260 civils turcs et failli entraîner le pays dans l’abîme et la guerre civile. Alors que nombreux sont ceux en Amérique qui pointent du doigt la Turquie lui reprochant de ne pas honorer ses engagements envers l’OTAN, préconisant même son exclusion de l’alliance10, de plus en plus nombreux sont ceux qui en Turquie pointent du doigt les Américains et leur soutien aux gülenistes. Car au final, outre l’implication de Gülen dans le coup d’État, il est un fait avéré que depuis trois ans, les infiltrations et écoutes par les disciples de Gülen dans les administrations turques sont un vrai facteur de déstabilisation intérieure en Turquie. Or, les ordres qui partent de Pennsylvanie n’échappent à personne, y compris à l’administration américaine censée se préoccuper de la stabilité et de la sécurité de son allié turc, pilier et deuxième puissance militaire de l’OTAN. Le peu d’empathie démontrée au lendemain du coup d’État par l’administration américaine alors qu’il a été traumatique en Turquie, mais aussi les critiques et inquiétudes formulées par des responsables militaires américains après l’arrestation de certains putschistes ne peuvent que nourrir davantage le ressentiment et les frustrations turques. Aussi, l’Amérique aura sans doute du mal à maintenir un bon niveau de relation avec Ankara si elle s’obstine à protéger Fethullah Gülen coûte que coûte.

  1. Voir « President Johnson and Prime Minister Inonu: Correspondence between President Johnson and Prime Minister Inonu, June 1964, as Released by the White House, January 15, 1966 », Middle East Journal, Vol. 20, No. 3 (Summer, 1966), pp. 386-393. []
  2. Michael Rubin, « A comedy of errors: American-Turkish Diplomacy and the Iraq War », Turkish Policy Quarterly, Spring 2005, URL : http://www.meforum.org/701/a-comedy-of-errors-american-turkish-diplomacy []
  3. Ömer Taşpınar, « Türkiye’nin ABD’ye değişmeyen komplocu bakışı », T24, URL : http://t24.com.tr/yazarlar/omer-taspinar/turkiyenin-abdye-degismeyen-komplocu-bakisi,9168 []
  4. Sebnem Akçapar-Köser, « Turkish Associations in the United States: Towards Building a Transnational Identity », Turkish Studies, Vol. 10, N° 2, June 2009, pp. 165-193, URL : http://dx.doi.org/10.1080/14683840902863996 []
  5. Scott Beauchamp, “120 American Charter Schools and One Secretive Turkish Cleric”, The Atlantic, Aug. 12, 2014 : URL : http://www.theatlantic.com/education/archive/2014/08/120-american-charter-schools-and-one-secretive-turkish-cleric/375923/ []
  6. Suzy Hansen, « The Global Imam », the New Republic, November 2010, URL : https://newrepublic.com/article/79062/global-turkey-imam-fethullah-gulen []
  7. Même si nombre des reproches qui lui sont adressés sont exagérés et non étayés, il n’en reste pas moins que Gülen n’est pas blanc comme neige. Depuis la rupture avec Erdoğan, il est une source de déstabilisation du pays par les écoutes et enregistrements réalisés à grande échelle sur ses ordres par ses disciples en Turquie, et les fortes intimidations auxquelles se sont livrés les gülenistes contre ceux qui n’étaient pas de leur camp. []
  8. Dani Rodrik est un économiste turc qui vit et enseigne aux États-Unis. Il est le gendre du général Çetin Doğan qui a été inculpé dans le cadre du procès Balyoz, condamné à 20 ans d’emprisonnement en 2010 et libéré en 2014. []
  9. Dani Rodrik, « Is the US Behind Fethullah Gülen? », July 30, 2016, URL : http://rodrik.typepad.com/dani_rodriks_weblog/2016/07/is-the-us-behind-fethullah-gulen.html Voir aussi sur le même weblog : « Is Fethullah Gülen Behind the Coup d’Etat? », http://rodrik.typepad.com/dani_rodriks_weblog/2016/07/is-fethullah-g%C3%BClen-behind-turkeys-coup.html []
  10. Stanley Weiss, « It’s Time to Kick Erdogan’s Turkey Out of NATO », Huffington Post », 02/23/2016, URL : http://www.huffingtonpost.com/stanley-weiss/its-time-to-kick-erdogans_b_9300670.html []

Bayram Balcı

Bayram BALCI est diplômé en science politique et civilisation arabo‐ islamique des Sciences Po Grenoble et Aix en Provence. Sa thèse de doctorat portait sur les mouvements islamistes turcs et leurs activités missionnaires en Asie centrale post-soviétique. Boursier Jean Monnet à l’Institut universitaire européen de Florence, il a poursuivi ses recherches post-doctorales sur les communautés centrasiatiques installées en Arabie Saoudite, dans leur contribution à la réislamisation de l’Asie centrale. Chercheur à l’Institut français d’études anatoliennes d’Istanbul, il a mis en place son homologue à Bakou pour les études caucasiennes et travaillé sur les relations entre chiisme et sunnisme en Azerbaïdjan et en Iran. De 2006 à 2010, il a dirigé l’Institut français d’études sur l’Asie centrale (IFEAC) à Tachkent. De décembre 2012 à septembre 2014, il a été chercheur invité à la Carnegie Endowment for International Peace, à Washington DC. Ses recherches actuelles portent sur les relations entre islam et politique dans l’espace post-soviétique et sur la Turquie dans son environnement régional, Caucase, Asie centrale, Moyen-Orient.

More Posts - Website

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Anonyme dit :

    Monsieur Marcou,
    Quand on voit ce que les Etats-Unis ont fait et font toujours en Syrie, en Irak, en Libye ou en Afghanistan, les Turcs ont raison de penser que les américains (plutôt les services secrets américains) y sont pour quelque chose dans cette affaire de coup d’Etat qui avait principalement pour but de pousser la Turquie dans une guerre civile et de faire d’elle plus tard un pays exposé à l’invasion à l’instar de la Syrie où les américains et les russes agissent comme bon leur semble.
    Les Turcs savent très bien qui sont les vrais ennemis de la Turquie et que Gülen est juste un pion dans ce projet de déstabilisation. Donc il n’y a rien de séduisant aux yeux des Turcs comme vous pensez le croire.
    Je suis sûr et certain que certains pays notamment européens savaient à l’avance le planning de cette tentative du 15 juillet. Sinon comment expliquer le départ des familles américaines de la base d’Incirlik ou la fermeture de l’ambassade de France à Ankara et le Consulat général d’Istanbul le 13 juillet 2016, c’est-à-dire deux jours avant le putsch ?
    Nous avons vu tous ensemble l’attitude répugnante de l’Occident lorsque Morsi a été déchu de ses fonctions suite à un coup d’Etat de Sissi encouragé par certains pays que vous connaissez mieux que moi. Comment expliquer notamment la déception des pays européens une fois la tentative de coup d’Etat échouée en Turquie ? Mais ce qui semble vous déranger comme d’habitude, c’est la dérive autoritaire d’Erdoğan «devenu ingérable et incontrôlable».
    J’aimerais lire avec passion un article dans lequel vous répondrez à la question «Pourquoi l’Occident veut à tout prix le départ d’Erdoğan ?». J’attendrais avec impatience…
    Cordialement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *