Les attentats meurtriers du 10 décembre 2016 au stade de Beşiktaş. Une étape supplémentaire dans la fragmentation douloureuse de la mémoire collective

L’horrible double attentat survenu samedi dernier autour du stade de Beşiktaş, en plein cœur d’Istanbul, peu après la fin du match entre les équipes de Beşiktaş et Bursa, s’inscrit dans une funeste série inaugurée le 20 juillet 2015 à l’échelle de la Turquie et en janvier 2016 à Istanbul (voir carte et tableau ci-dessous). À l’heure où l’on compte déjà 44 victimes, dont 37 jeunes policiers, et où des dizaines de victimes sont encore en soins intensifs dans les hôpitaux d’Istanbul, quelques remarques prudentes peuvent être faites.

aljz

Les attentats de 2016 en Turquie (source : Aljazeera Türk1))

Principaux attentats survenus
depuis le 7 juin 2015 en Turquie

Jour Lieu Nombre de victimes Revendication/Imputation
7 juin 2015 Diyarbakır2) 5 morts, 400 blessés Daech
20 juillet 2015 Suruç (Urfa) 33 morts, 104 blessés Daech
10 octobre 2015 Ankara 109 morts, plus de 500 blessés Daech
12 janvier 2016 Istanbul (Sultanahmet) 11 morts, 15 blessés Daech
17 février 2016 Ankara (Çankaya, Merasim sok.) 29 morts, 61 blessés TAK ?
13 mars 2016 Ankara (Kızılay, Güvenpark) 37 morts, 125 blessés TAK
19 mars 2016 Istanbul (İstiklâl) 4 morts, 36 blessés Daech
2 avril 2016 Mardin (Kızıltepe) 1 mort,  11 blessés PKK
1er mai 2016 Gaziantep 3 morts, 22 blessés Daech
12 mai 2016 Diyarbakır (Sur) 4 morts, 23 blessés PKK
7 juin 2016 İstanbul (Vezneciler) 11 morts (7 policiers), 36 blessés ?
8 juin 2016 Mardin (Midyat) 4 morts, 30 blessés ?
28 juin 2016 Istanbul (aéroport Atatürk) 44 morts, 237 blessés Daech ?
21 août 2016 Gaziantep 51 morts, 91 blessés DAEŞ
10 décembre 2016 Istanbul (stade Vodafone) 44 morts, 155 blessés TAK ?
17 décembre 2016 Kayseri 14 morts, 56 blessés ?

Les événements. Au fur et à mesure que l’enquête progresse, on commence à mieux saisir le déroulement des événements3 : achat du véhicule à Kartal, adresse des acheteurs à Bağcılar, itinéraire de la camionnette chargée d’explosifs durant la journée de samedi (il semble que la Direction de la Sécurité sur l’avenue Vatan à Aksaray fût initialement visée), identité des deux principaux auteurs du massacre (une femme, voilée, et un homme)… Quoi qu’il en soit, deux explosions mortelles ont eu lieu quasi simultanément, à des endroits différents. La première, incroyablement puissante, a été le fait d’un véhicule piégé au moyen de plusieurs centaines de kilos d’explosif, au lieu-dit Beleştepe4 au-dessus du stade. La seconde explosion – survenue 45 secondes après – fut le fait d’un kamikaze qui s’est fait exploser sur un trottoir à proximité du stade, du côté du parc de Maçka, alors que des policiers l’avaient encerclé pour le neutraliser.

Quoi qu’il en soit, on doit souligner l’extrême violence de l’explosion principale (la première), ressentie sur un large périmètre.


La vidéo amateur qui montre l’explosion vue d’Üsküdar est impressionnante

Celle-ci rappelle l’atroce explosion de Reyhanlı dans le Hatay (11 mai 2013, 52 morts ; voir notre édition du 15 mai 2013) – si vite oubliée, alors même qu’elle ouvrait une si sinistre série -, celle de Suruç (20 juillet 2015, voir tableau 1), l’attentat de la gare d’Ankara du 10 octobre 2015 (101 morts) ou celui de Kızılay/Ankara du 13 mars 2016 (34 morts au moins).

Du point de vue de la cible, cet attentat s’apparente à celui de Vezneciler – 7 juin 2016 – comme à celui d’Ankara (Çankaya) du 17 février 2016, qui a tué des militaires ou fonctionnaires du ministère de la Défense. En tout cas, le jour, l’heure et le lieu ont été choisis pour tuer en nombre, des membres des forces de sécurité en priorité, et semer la panique. Un samedi, un jour de match, juste après la fin de celui-ci, au cœur d’Istanbul dans un secteur à la circulation chroniquement engorgée le samedi en soirée. Alors qu’il faut à peine 15 minutes pour se rendre de Beşiktaş à Taksim en temps normal, un jour de match en week-end, il faut plus d’une heure et demie. La principale explosion s’est déroulée juste au-dessus du stade, face à l’hôtel Ritz, à la hauteur d’un feu de la circulation et d’autobus de la ville réquisitionnés par la police à l’occasion du match. Au moment où un des chefs de la sécurité d’Istanbul, qui comptera parmi les victimes, déclarait à des membres de la presse qu’il se réjouissait que le match se fût terminé sans incident.

 Le jour aussi coïncide avec celui de la présentation à l’Assemblée du projet de modification de la Constitution en vue de l’instauration d’un système présidentiel ardemment souhaité par le président actuel. Si certains leaders d’opinion proches du gouvernement ont établi immédiatement un lien entre le processus de modification de la Constitution et les attentats, celui-ci reste à prouver. Nous sommes enclins à penser que ces derniers relèvent d’un autre agenda…

C’est davantage du côté de la conjoncture internationale qu’il faut rechercher les ressorts de cette nouvelle action criminelle aveugle. Alors que la Turquie est résolument engagée sur le théâtre syrien, directement au nord du pays et indirectement à Alep ; et que ses forces de sécurité combattent à la fois DAEŞ et les forces kurdes syriennes. Ce même samedi 10, Memur-Sen, le syndicat pro-gouvernemental de la fonction publique avait organisé une manifestation sur l’avenue İstiklâl pour dénoncer les massacres de la population civile à Alep. À grands renforts de drapeaux syriens et de pancartes en langue arabe.

En ce qui concerne la revendication, les premières prises de position du gouvernement ont désigné le PKK (le porte-parole du gouvernement, Numan Kurtulmuş, puis le Premier ministre). Puis dimanche dans la soirée une revendication des « Faucons pour la Liberté du Kurdistan » (TAK5) est tombée semblant confirmer les premières imputations officielles. Cette organisation apparue récemment (2004/2006) est dans une stratégie déclarée de vengeance des victimes de la « guerre des fossés » de ces derniers mois au Kurdistan turc. Mais le 12/12/2016, ladite organisation s’est comme rétractée et a retiré de son site Internet le message initial de revendication. En outre, le 13/12/2016 plusieurs journaux comme le quotidien Karar n’hésitaient pas à donner l’identité de la conductrice de la camionnette, sa date et son lieu de naissance (Kobanê), laissant entendre – comme pour l’attentat d’Ankara de février 2016 – que les responsables seraient liés au YPG syrien (et donc au PKK).

Il faut donc rester prudent et se garder des imputations hâtives. On a déjà vu ces derniers mois des retournements de revendication à Ankara : des attentats attribués en premier lieu au PKK ou aux TAK le furent finalement à Daech, ou bien la double revendication (par Daech et TAK) de l’attentat du 4 novembre 2016 à Diyarbakır. Il apparaît que sur fonds de chaos syrien et irakien, les répertoires d’action violents et spectaculaires se banalisent et se généralisent. Il s’opère comme une tragique contagion entre partisans de l’extrême. Les « organisations » finissent par se ressembler, agir en miroir, et se confondre dans leur mode d’action du pire. Comme le suggère Haber Türk le 13/12/2016, l’hypothèse d’une collaboration n’est pas exclue : avec les services secrets syriens, avec des forces occultes jouant la stratégie du chaos… S’en arrêter à une organisation « responsable » pourrait conduire à rester aveugle à ces coalitions du pire.

En tout cas, l’hypothèse du débordement du chaos syrien sur Istanbul même (voir notre édition du 14 octobre 2014) semble malheureusement se confirmer. Et ce qui est certain c’est que ce nouvel attentat meurtrier va contribuer à réduire encore davantage l’espace politique en Turquie, plaçant au cœur de l’agenda politique la gestion implacable du dossier sécuritaire, au détriment de toutes les autres questions sociales et politiques. Le pays semble en effet pris dans l’infernale spirale de la vengeance6, alors que les martyrs se multiplient dans chaque « camp ». Les opérations des 12 et 13 décembre contre les locaux du parti HDP dans plusieurs villes, répétées ce 17 décembre, confirment cette restriction malgré la condamnation claire de l’agression par une députée HDP à l’assemblé comme par son secrétaire général Selahattin Dermirtaş, de sa prison7.

Le plus inquiétant c’est sans doute que dans ce contexte la possibilité d’une commémoration commune des victimes chaque jour plus nombreuses devient de plus en plus compromise. Les mémoires de la douleur se fragmentent et se cloisonnent, au point de se faire concurrence, alors que seule une convergence entre celles-ci pourrait permettre de sortir de cet insupportable cercle vicieux victimaire. Quand le seul ressort de la politique devient l’exaltation des martyrs – d’ici et d’ailleurs8 – et l’appel à leur vengeance par de nouveaux sacrifices, comme le souligne Ahmet İnsel dans son article du 13 décembre 2016, « le discours de la vengeance » risque de ne « servir que la terreur ».

  1. Voir : http://www.aljazeera.com.tr/haber/2016daki-bombali-saldirilar (dernière consultation 11 12 2016 []
  2. Voir : http://dihaber.net/TUM-HABERLER/content/view/3430 (dernière consultation 16 12 2016 []
  3. Voir à cet égard les résultats de l’investigation d’Haber Türk, publiés le 13/12/2016. []
  4. La “colline du gratis” d’où l’on pouvait voir les matches avant la démolition et reconstruction du stade, rebaptisée après le drame “Colline des Martyrs” (Şehitler Tepesi). []
  5. En kurde : Teyrêbazên Azadiya Kürdistan.  []
  6. Lire à ce propos le bel article d’İrfan Aktar paru le 12/12/2016 : http://www.gazeteduvar.com.tr/yazarlar/2016/12/12/intikamin-intikaminin-intikami/ ; voir également l’article d’Ahmet İnsel sur Diken le 13/12/2016  : http://www.diken.com.tr/ahmet-insel-butun-teror-orgutleri-gibi-tak-da-intikam-gerekcesini-one-suruyor/ ; voir également le discours du président Erdoğan le 12/12/2016 au quartier général des Forces d’Intervention Rapide (Çevik Kuvvet) à Bayrampaşa : http://sendika13.org/2016/12/akp-saray-iktidari-olumu-kutsuyor-daha-fazla-olum-vadediyor/ []
  7. Voir: http://www.diken.com.tr/demirtastan-besiktas-saldirisi-mesaji-acimasiz-katliami-lanetliyor-kiniyorum/ []
  8. Les victimes – tout au moins une partie d’entre elles – des horreurs d’Alep sont ainsi intégrées à l’appel à la vengeance actuel lancé au plus haut de l’État. []

Jean-François Pérouse

Géographe Directeur de l'Institut Français d'Études Anatoliennes

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. 20 décembre 2016

    […] L’ambassadeur de Russie en Turquie, Andreï Karlov, a été froidement abattu, alors même qu’il inaugurait une exposition russo-turque de photographie à Ankara. La scène a tétanisé par sa violence tous ceux qui ont pu en voir des photos ou des images filmées. Un homme, qui se tenait derrière le diplomate russe, alors qu’il était en train de prononcer un discours, a subitement tiré en l’air, avant de faire feu sur lui à huit reprises. Grièvement blessé l’ambassadeur est mort peu après son admission à l’hôpital, tandis que son assaillant était abattu par les forces de sécurité turques. Ce dernier, qui a justifié son geste en invoquant les événements en cours à Alep, et en criant : «nous mourrons à Alep, vous mourrez ici», a formellement été identifié, peu après. Il s’agit de Mert Altıntaş, un jeune policier, recruté en 2014 par l’Académie de police d’Izmir. Cet assassinat, le premier d’un ambassadeur en Turquie, intervient quelques jours après l’attentat, attribué à la mouvance kurde la plus radicale, qui le 17 décembre a fait 14 morts à Kayseri, et qui était lui-même survenu, une semaine après le double-attentat de Beşiktaş, le 10 décembre (cf. notre édition du 11 décembre 2016 et l’article de Jean-François Pérouse du 18 décembre 2016). […]

  2. 14 avril 2017

    […] [63] PEROUSE Jean-François, « Les attentats meurtriers du 10 décembre 2016 au stade de Beşiktaş », Ovipot, 18/12/2016, en ligne : https://ovipot.hypotheses.org/14601 […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *