L’ambassadeur de Russie en Turquie victime d’un attentat à Ankara

L’ambassadeur de Russie en Turquie, Andreï Karlov, a été froidement abattu, alors même qu’il inaugurait une exposition russo-turque de photographies, à Ankara. La scène a tétanisé par sa violence tous ceux qui ont pu en voir des photos ou des images filmées. Un homme, qui se tenait derrière le diplomate russe, alors qu’il était en train de prononcer un discours, a subitement tiré en l’air, avant de faire feu sur lui à huit reprises. Grièvement blessé l’ambassadeur est mort peu après son admission à l’hôpital, tandis que son assaillant était abattu par les forces de sécurité turques. Ce dernier, qui a justifié son geste en parlant de venger le calvaire que subit actuellement Alep, et en criant : « nous mourons à Alep, vous mourrez ici », a formellement été identifié, peu après. Il s’agit de Mert Altıntaş, un jeune policier, recruté en 2014 par l’Académie de police d’Izmir. Cet assassinat, le premier d’un ambassadeur en Turquie, intervient quelques jours après l’attentat, attribué à la mouvance kurde la plus radicale, qui le 17 décembre a fait 14 morts à Kayseri, et qui était lui-même survenu, une semaine après le double-attentat de Beşiktaş, le 10 décembre (cf. notre édition du 11 décembre 2016 et l’article de Jean-François Pérouse du 18 décembre 2016).

La fiabilité de l’institution policière remise en cause ?

L’assassinat de l’ambassadeur Karlov apparaît toutefois comme une attaque d’un genre nouveau en Turquie, car partie de l’intérieur même d’une instance publique. C’est, en effet, grâce à son statut de policier que l’assassin a pu franchir les cordons de sécurité, s’approcher de l’ambassadeur et commettre son crime, dans l’une des aires les plus sécurisées du pays, puisqu’elle se trouve à proximité du boulevard Atatürk, dans le quartier des ambassades de la capitale, et que le premier ministre y passe plusieurs fois par jour pour se rendre à ses services. L’auteur des faits est-il un élément sciemment infiltré par une organisation religieuse, islamiste, djihadiste ? Observant l’identité des gradés qui l’ont introduit dans la carrière policière, et se basant sur le parcours scolaire et universitaire de Mert Altıntaş, le quotidien gouvernemental Sabah évoque les liens probables qu’aurait entretenus ce dernier avec le mouvement Gülen. Quoi qu’il en soit, le recrutement récent de ce jeune policier renvoie aux nombreux mouvements de personnel qui ont affecté les institutions publiques turques, au cours des dernières années. Avant même la tentative de coup d’Etat du 15 juillet dernier, la police avait déjà fait l’objet d’une importante épuration, en particulier après l’affaire du 17 décembre 2013, qui avait  révélé au grand jour le conflit opposant l’AKP au mouvement Gülen (cf. nos éditions du 18 décembre 2013, du 3 mars 2014 et la série d’articles de Ruşen Çakır parue à l’été 2016). Plus généralement, l’opposition parlementaire a plusieurs fois critiqué la tendance du gouvernement à procéder à des recrutements hâtifs, pour faire face à de subites pénuries de personnels, dans les institutions reprises en main. L’assassinat de l’ambassadeur Karlov risque ainsi de relancer les inquiétudes, quant à la fiabilité d’institutions publiques lourdement ébranlées, au cours de la décennie écoulée, par des épurations nombreuses, répétées et contradictoires, qui ont probablement porté atteinte à l’esprit de corps, au professionnalisme et aux traditions, qui caractérisaient jusqu’à présent l’Etat turc et son administration.

Les relations russo-turques une fois de plus sur la sellette ?

Sur le plan stratégique, on observe par ailleurs que l’assassinat de l’ambassadeur Karlov est intervenu à la veille du sommet tripartite Russie, Turquie, Iran, prévu le 20 décembre, à Moscou. Ce sommet participe aux efforts déployés par la Russie, au cours des derniers jours, pour écarter les Occidentaux de la recherche d’un règlement de la crise syrienne, en valorisant l’intervention de puissances régionales eurasiatiques. Il y a deux jours, le président kazakh, Nursultan Nazarbayev, avait débattu au téléphone, avec ses homologues russe et turc, de la tenue possible d’une conférence sur la Syrie dans sa capitale, Astana. Il faut également rappeler que le ministre turc des affaires étrangères, Mevlüt Çavuşoğlu, était en vol pour Moscou, pour se rendre au sommet tripartite précité, au moment de l’assassinat de l’ambassadeur Karlov.

Alors même que la Russie décidait de maintenir le sommet tripartite en question, Recep Tayyip Erdoğan et Vladimir Poutine en personne se sont accordés, lors d’une conversation téléphonique, pour voir dans l’attentat d’Ankara une « provocation destinée à porter atteinte aux relations entre la Russie et la Turquie ». Il est donc sûr que les rapports entre les deux pays ne seront pas affectés, dans l’immédiat, par le nouveau coup qui leur a été porté. Il reste que, passée l’émotion des premières heures et les manifestations d’empathie, naturelles le plus souvent en pareil cas, ce développement tragique risque de continuer à travailler en profondeur une relation entre Russie et Turquie, qui reste malgré tout fragile. En poste en Turquie depuis 2013, l’ambassadeur Karlov, qui avait été aussi en fonction en Corée du Nord, était connu pour son sang-froid, notamment celui dont il avait fait preuve lorsque l’aviation turque avait abattu, le 24 novembre 2015, un SU-24 russe sur la frontière turco-syrienne ; un incident qui devait provoquer six mois de brouille intense entre Moscou et Ankara. Dans le discours qu’il était en train de prononcer avant sa mort, évoquant les relations russo-turques, le diplomate russe avait une fois de plus souligné  « qu’il était plus facile de détruire que de construire ». Il savait donc bien que si les deux pays avaient fait assaut de bonne volonté, ces dernières heures, pour essayer de polariser l’attention de la communauté internationale sur l’efficience de leur nouvelle diplomatie conjointe, il ne fallait pas oublier non plus qu’ils campaient sur des positions stratégiques pas toujours compatibles, notamment en ce qui concerne le conflit syrien (cf. notre édition du 5 décembre 2016).

Pour la Turquie, en tout état de cause, l’assassinat de l’ambassadeur Karlov est un nouveau coup dur, qui ne peut qu’accroître des tensions nationales et régionales qui semblent se conjuguer actuellement pour ébranler la stabilité d’un pays, aux prises également, pour la première fois depuis longtemps, avec une crise économique et financière, qui sera difficile à surmonter, à court et moyen termes.

JM


Vous aimerez aussi...

8 réponses

  1. Anonyme dit :

    …la mouvance kurde la plus radicale? Vous parlez de la mort de dizaines de personnes mais l’adjectif que vous employez est tout simplement « radical » pour définir le PKK?
    Mais s’agissant des attentats de Daesh vous n’hésiterez pas à employer le bon terme qui est «terroriste» n’est-ce pas ? Bravo M. Marcou… Le PKK et Daesh sont des organisations «terroristes» tout simplement.
    De plus, vous savez très bien que l’armée turque lutte contre Daesh dans le cadre de l’opération «Bouclier de l’Euphrate» mais pourtant vous n’avez rien écrit à ce sujet. Je me demande pourquoi ? Peut-être pour que les européens continuent de croire que la Turquie soutient Daesh et qu’elle achète son pétrole ?! Vous savez, rien n’a était publié dans la presse française concernant la présentation des excuses par la CIA à la Turquie sur ce soi-disant commerce de pétrole avec Daesh : http://www.trt.net.tr/francais/turquie/2016/12/16/la-cia-et-john-kerry-s-excusent-de-la-turquie-632163
    Dès qu’il y a un événement triste tel qu’un attentat terroriste, vous ne ratez pas l’occasion pour en faire un article et donner une mauvaise image de la Turquie n’est-ce pas ? Essayer d’être un peu objectif M. Marcou. C’est ce que les Turcs veulent des Occidentaux. Prenez l’exemple de Gilles Martin-Chauffier dans cette vidéo https://www.youtube.com/watch?v=7wBvXA0RuDI

    Cordialement.

    • Jean Marcou dit :

      Sans vouloir repartir sur des débats interminables sur le terrorisme, je reviens sur votre reproche infondé, évoquant mon soit-disant silence sur l’opération « bouclier de l’Euphrate », que je suis pourtant de très près et qui est très présente au contraire dans la plupart de mes papiers, cours, conférences et interviews depuis le mois d’août… notamment : https://ovipot.hypotheses.org/14572
      ou encore : https://ovipot.hypotheses.org/14555
      ou encore : https://ovipot.hypotheses.org/14555
      Au bout du compte cela fait donc 3 papiers sur 5, dans l’OVIPOT, depuis que Fırat Kalkanı Operasyonu a été lancée. Il est vrai que j’ai moins écrit ces derniers temps, j’ai actuellement un emploi du temps très chargé. Je vous prie de m’en excuser, cher fidèle lecteur, mais je suis néanmoins content de voir que mes papiers vous manquent.
      Enfin, sur le dernier reproche, là vous me décevez un peu quand même… car en ce qui concerne la Turquie, surtout quand on y attaché, on aimerait vraiment ne plus avoir à parler d’attentats (comme d’ailleurs de coups d’Etat, de purges ou de perquisitions de journaux…).

      • Anonyme dit :

        Oui en effet vous avez évoqué le sujet dans deux papiers, à savoir «Où va la Turquie ?» et «L’armée turque exclue de la bataille de Mossoul», deux titres qui expriment la négation.
        En tant que lecteur fidèle je les avais lus bien évidemment. Mais le factuel n’apprendra rien aux français. Il faut leur rappeler que la Turquie est le pays le plus exposé aux attentats de Daesh, qu’elle n’a jamais acheté son pétrole, de même que le président Erdoğan était prêt à démissionner si un tel commerce était prouvé. Je vous rappelle une nouvelle fois que la presse française n’a rien publié sur la présentation des excuses par Kerry et la CIA auprès de la Turquie au sujet des allégations relatives à ce soi-disant commerce.
        Si vous êtes vraiment attaché à la Turquie, je vous prie de noter ces précisions et de les partager.
        Je vois par ailleurs que les purges et les perquisitions de journaux vous dérangent. Cela m’étonne car nous savons qu’elles sont faites dans le cadre de la lutte contre le terrorisme. J’espère que vous n’allez considérez l’apologie du terrorisme dans le cadre de la liberté d’expression !
        Enfin, je tiens à préciser qu’il existe actuellement 15 journaux d’opposition et 18 journaux pro-gouvernementaux en Turquie, considérée bizarrement comme une «dictature» par les européens…

        Cordialement.

        • Si vous êtes vraiment attaché à la Turquie, je vous prie de noter ces précisions et de les partager.

          Cher lecteur,
          Je vous remercie de prendre note que l’OVIPOT est un blog contenant des analyses et n’ayant pas pour objectif d’écrire sur la commande de qui que ce soit.
          Cordialement

          • Anonyme dit :

            Mme Gilles,
            Je sais que ce commentaire ne va pas plaire à Monsieur Marcou mais un blog dans lequel le PKK n’est jamais une organisation terroriste est un blog contenant des analyses incomplètes et donc partiales.
            Je demande juste que les réalités soient exposées à l’attention des français fascinés par les mensonges de la presse française.
            Vous pouvez écrire ce que vous voulez, je n’impose rien à personne mais comme dit le proverbe, «on ne peut cacher le soleil avec une main…».

            Monsieur Marcou,
            L’Europe prodiguait également des louanges à Erdoğan pendant ses premières années de fonction car ce dernier n’était pas présent sur la scène internationale. Mais le jour où il vit l’hypocrisie de l’UE et commença à mettre des bâtons dans les roues de l’Occident notamment au Moyen-Orient, Erdoğan devint alors le «dictateur» favori de la presse européenne écrivant sur commande. Dès lors, les rapports de l’Union européenne, du Conseil de l’Europe ou d’ONG spécialisés que ce soient concernant la liberté de la presse ou les critères d’adhésion ne sont absolument pas objectifs.

            Bonne journée à tous.

          • Mais libre à vous de monter votre propre blog afin de présenter et défendre vos vues et vos analyses. Pourquoi avez-vous tant à cœur de venir tenir notre crayon ? Dans votre commentaire ci-dessus, vous « demandez » encore. Excusez-moi d’insister, mais vous n’avez rien à demander, imposer ni exiger ici. Nous ne sommes pas « la presse française » ni des admirateurs du PKK comme vous l’affirmez ou le sous-entendez avec une persistance qui finit par friser l’invective. C’est, à force, assez lassant.

          • Jean Marcou dit :

            Bonjour,
            Je vous rappelle que les expertises, notamment celles du Conseil de l’Europe dont la Turquie est membre, concernent tous les Etats et sont sévères avec tous. Elles ne sont pas établies en fonction des politiques intérieure ou extérieure de ces Etats, mais en fonction de critères juridiques précis, du type : durée de la détention provisoire, respect de l’immunité parlementaire, respect de la séparation des pouvoirs, régime de la liberté de la presse…
            Concernant la contrebande de pétrole, je suis surpris que vous ayez totalement oublié les accusations graves de Vladimir Poutine à l’encontre du président Erdoğan, et tout le battage fait par les médias russes autour de cette affaire. Sans doute avez-vous raison, on risque d’attendre longtemps les excuses russes à cet égard, d’autant plus que le gouvernement turc n’en demande pas.
            Mutlu yıllar

        • Jean Marcou dit :

          Je vous remercie d’avoir pris acte du fait que j’ai bien parlé de l’opération « Bouclier de l’Euphrate », même si je conçois que mon approche n’ai pas répondu à vos attentes.
          Pour ce qui est des excuses de John Kerry et de la CIA, elles ne m’ont pas vraiment surpris, car j’ai toujours été très sceptique à l’égard de cette histoire de pétrole, trouvant que beaucoup de journalistes et d’observateurs confondaient les intérêts objectifs que la Turquie et Daech ont partagé, pendant un temps (fin 2013- début 2015) dans le conflit syrien, et une alliance véritable qui n’a jamais été clairement démontrée.
          Toutefois, concernant l’affaire du pétrole, il faut se souvenir qu’elle a surtout été médiatisée, non par les Américains, mais par les Russes, et notamment par Vladimir Poutine en personne, qui avait dans des termes très violents (jamais utilisés d’ailleurs par les alliés occidentaux de la Turquie) accusé le président Erdoğan et sa famille de se livrer à une contrebande juteuse. C’est d’ailleurs pour répondre aux accusations de Vladimir Poutine que Recep Tayyip Erdoğan s’était engagé (comme vous le rappeliez très justement) à démissionner, si de telles accusations étaient prouvées. Je pense donc qu’en l’occurence, le point de vue exprimé par les Américains est une chose, et j’en prends acte bien volontiers, mais que pour clore définitivement cette affaire, on attend surtout maintenant les excuses de la Russie et de Vladimir Poutine en personne.
          Enfin, en ce qui concerne la liberté d’expression et la liberté de la presse en particulier, mes craintes se fondent, non sur des impressions diffuses, et encore moins sur une volonté de faire l’apologie du terrorisme, mais sur des constats précis de la situation actuelle, réalisés par les derniers rapports de l’Union européenne, du Conseil de l’Europe ou d’ONG spécialisés. J’observe que ces mêmes institutions s’étaient, à une autre époque, réjoui de l’amélioration de la situation des libertés et droits fondamentaux en Turquie. C’était hélas une autre époque.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *