Diyarbakır en hiver. « Discipliner par la faim »

dscn2975

©CSY 2016

Plusieurs dizaines de milliers de personnes ont perdu leur emploi dans la fonction publique, ces derniers mois en Turquie, avec une série de décrets à titre de loi [Kanun Hükmünde Kararname – KHK] promulgués dans le contexte de l’état d’urgence déclaré après le coup d’état manqué du 15 juillet 2016. Les premiers KHK 670 et 671 sont publiés au Journal officiel le 15 août 2016. Ils sont suivis des KHK 672, 673, 674 (JO du 1er septembre 2016), des décrets 675 et 676 (JO du 29 octobre 2016), les 677 et 678 (JO du 22 novembre 2016). Les derniers, 679, 680, 681, sont publiés dans le Journal Officiel le 6 janvier 2017. Chacun de ces décrets entraînent avec eux une vague de licenciements et suspensions dans la fonction publique – tous corps et profession confondus. Bianet recensait 87 346 licenciements fin 2016, nombre auquel s’ajoutaient les 8028 nouveaux licenciements annoncés le 6 janvier 2017.

Ces décrets permettent ainsi une véritable purge de la fonction publique et l’exclusion de tout élément dérangeant, accusé de soutien au mouvement Gülen ou au PKK. Ciblant aussi parfois comme au hasard, faisant planer sur tous le risque de perdre son emploi, ils sont un outil de discipline puissant. « L’état discipline par la faim » soulignait un jeune enseignant de Diyarbakır au courant du mois de décembre. Diyarbakır, comme les autres villes de la région, est en effet particulièrement touchée par les purges contre le PKK/KCK considéré comme une organisation terroriste, dans les syndicats, les municipalités dont la plupart ont désormais été placées sous tutelle, sans compter les associations ou les nombreux médias qui ont été fermés, eux aussi par l’intermédiaire de ces décrets. Alors que la guerre fait rage à nouveau dans les montagnes, une guerre sociale a lieu en ville qui, elle aussi, connaît ses sacrifiés, soulignait ce même enseignant.

Suite à une première vague de licenciements [ihraç] de 28 163 personnes travaillant pour le Ministère de l’éducation nationale, celui-ci écarte provisoirement [açığa alınmak], le 8 septembre 2016, 11 285 enseignants – le temps de mener des enquêtes administratives et pénales. Parmi ces derniers 87 % sont membres du syndicat Eğitim-Sen (très sensible à la cause kurde et membre de KESK). Parmi ces enseignants écartés, 4314 – soit un gros tiers – travaillent dans la province de Diyarbakır qui en compte environ 17 000 (dont 10 500 membres d’Eğitim-Sen). Ils sont notamment accusés d’avoir participé à une grève générale le 29 octobre 2015 contre la guerre dans l’enceinte de la vieille ville de Diyarbakır – à laquelle participaient beaucoup de jeunes lycéens dont les enseignants ne pouvaient rester silencieux. Juste au mois de septembre, et à Diyarbakır uniquement, 142 membres du syndicat ont été placés en garde à vue et 11 ont été emprisonnés. 79 ont été licenciés et ont perdu définitivement leur travail à la fin du mois d’octobre. Aujourd’hui, l’essentiel des enseignants qui avaient été écartés provisoirement a été réintégré progressivement au courant du mois de novembre et de décembre. 14 sont encore emprisonnés à Diyarbakır.

Nombreux enseignants chercheurs sont aussi désormais sans emploi : il s’agit aussi bien de la centaine d’employés de l’Université Selahattin Eyubi (ouverte en 2013 et fermée au lendemain de la tentative de coup, dès août 2016, avec 14 autres universités privées dans le pays), ou la centaine d’enseignants de l’université publique de Dicle (aucun signataire la pétition pour la paix alors que 125 au total ont été licenciés).

Les médecins sont également visés par les renvois. Avec le décret du 29 octobre, 2074 travailleurs du secteur médical (médecin spécialiste, sage femme, infirmière, etc.) sont licenciés. Parmi eux, 193 exerçaient à Diyarbakır, soit prêt d’un dixième. 33 de plus ont été licenciés fin novembre à Diyarbakır. 6 autres l’ont été en janvier 2017.

dscn2940

©CSY 2016

Sont aussi particulièrement touchés les employés des mairies tenues par le Parti des régions démocratiques (DBP, émanation régionale du HDP). Aux élections locales de 2014, le parti avait remporté 106 mairies dont 10 chefs-lieux de province. Depuis le 11 septembre 2016, ces municipalités – qui avaient déjà été placées sous contrôle sévère d’inspecteurs depuis un an environ – sont progressivement mises sous tutelle [kayyum], souvent assurée par le préfet ou le sous-préfet. Le 7 décembre 2016, les co-maires des districts de Yenişehir et Kayapınar, derniers districts de Diyarbakır sans tutelle, ont été placés en garde à vue et une tutelle est nommée le lendemain. Il n’y a désormais plus de municipalités travaillant avec des maires élus à Diyarbakır. Depuis le 11 septembre 2016, 72 co-maires du DBP ont été placés en détention, et 51 administrateurs ont été nommés dans les mairies.

Dans les municipalités des districts centraux de Kayapınar, Sur, Yenişehir et Bağlar, plusieurs centaines de personnes ont été licenciées, notamment avec les KHK 677 et 678 de fin novembre 2016. Les travailleurs contractuels des mairies sont également très précaires (et certains déploraient le fait que « leur mairie » ne les aient employé qu’en tant que contractuels pendant de longues années). Beaucoup de contractuels – parmi eux les employés des institutions culturelles ou du théâtre municipal – n’étaient plus payés au courant du mois de décembre, bien que toujours employés. Au mois de décembre, de nombreux fonctionnaires municipaux vivaient dans l’attente d’un licenciement prochain. Les tutelles en effet licencient progressivement, faisant ainsi régner l’incertitude. Le contrat de 31 personnes travaillant pour le théâtre municipal – fermé dès que les tutelles ont remplacé les maires élus le 1er novembre 2016 – n’a pas été renouvelé par la municipalité métropolitaine de Diyarbakir pour 2017. Quant à la tutelle de Kayapınar, elle a licencié 30 personnels de sécurité le 6 janvier 2017.

dscn3057

©CSY 2016

En étant licencié de la fonction publique, on ne perd pas que son emploi, on perd aussi ses droits à la sécurité sociale et à la retraite. On perd le droit à tout autre emploi dans la fonction publique ou celui de se présenter aux concours d’entrée à l’université par exemple. Il est aussi parfois interdit de sortir du territoire. « Une mort sociale » commente un groupe de trentenaires à Diyarbakır. Pourtant certains pensent qu’une fois l’état d’urgence levé, des actions en justice et la réintégration de la fonction publique seront possibles – certains disent toutefois avoir fait une croix sur la fonction publique et d’autres comme les contractuels, n’auront plus de moyens d’action. En tout cas, ces suspensions et licenciements génèrent la crainte et l’angoisse en exerçant une pression économique et psychologique sur ces (ex-)employés, représentants de la classe moyenne. Elles servent aussi certainement à économiser l’argent public en ne payant plus les salaires. Elles génèrent aussi quelques formes de solidarité (fonds spéciaux pour les licenciés d’Eğitim-Sen par exemple1 et des réflexions sur des formes alternatives et autonomes de subsistance politico-économique. Certains enseignants suspendus, en guise de protestation, n’ont pas envoyé leurs enfants à l’école et fait les cours chez eux ; certains réfléchissent – dans une ligne qui s’est développée depuis 6-7 ans dans la région – au développement d’une économie solidaire et de subsistance. D’autres font le dur bilan de 17 ans de gouvernement local HADEP-DBP dans la région : bien qu’ayant déclaré l’autonomie ces mois passés – déclaration qui permit et déclencha une violente répression – les villes et les populations n’ont actuellement pas les moyens de leur autogestion et subsistance économique.

©CSY 2016

©CSY 2016

Ces mesures disciplinaires touchent essentiellement la classe moyenne et celle qui connaît / connaissait une certaine sécurité de l’emploi dans la fonction publique et sous les mairies kurdes. Mais d’autres affectent les plus démunis : ainsi l’annonce récente par les tutelles des mairies métropolitaine et de Yenişehir de fermer le camp municipal qui accueillait encore fin 2016 plus de 1000 Yézidis pour les déplacer dans un camp géré par l’organisation gouvernementale AFAD ; ainsi la fermeture des associations telles que Sarmaşık qui fournissait une aide alimentaire à quelques 32 000 personnes dans Diyarbakır dont les quartiers détruits l’année dernière par la guerre urbaine de Sur ; Rojava Derneği qui fournissait une aide régulière à 85 000 familles notamment dans les régions les plus touchées par les combats urbains (Diyarbakır, Şırnak, Cızre, Silopi, Nusaybin ) de l’année passée a aussi été fermée. Par la fermeture de ces associations, les moyens de diffuser de l’aide ou de financer des projets dans la région ont été bloqués, étranglant plus encore les populations déjà extrêmement démunies et que la guerre récente a encore appauvries.

 

  1. Créé à l’origine pour les licenciés de l’enseignement supérieur notamment suite aux licenciements et expulsions des signataires de la Pétition pour la paix. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *