Terrorisme et métropole : les pérégrinations stambouliotes de l’assassin du Reina (janvier 2016-janvier 2017)

Les tribulations métropolitaines d’A. Masharipov (janv. 2016-janv. 2017)

L’arrestation le lundi 16 janvier 2017 au soir d’Abdülkadir Masharipov (de nom de code Abu Mohammed Horasan), l’auteur de la tuerie du club Reina au  cours de la nuit de la Saint Sylvestre, marque la fin d’une longue chasse à l’homme métropolitaine à laquelle – dit-on – une équipe de 10 000 policiers et autres spécialistes de la sécurité1  et du renseignement auraient participé. N’ayant pas recouru à l’option du suicide ultime, il a été capturé vivant et, autre singularité, il s’est montré enclin à parler – même abondamment – allant jusqu’à dévoiler les menus détails de ses contacts et activités en Turquie. Masharipov, Tadjik ethnique de nationalité ouzbek, parlerait au moins quatre langues, outre ses langues familiales (tadjik et ouzbek) : le turc, l’ouighour, l’arabe et le russe. Entré en Turquie par l’Iran, après des séjours en Syrie et en Afghanistan, il a le profil de l’internationaliste circulant entre mondes russes, chinois, turcs et arabes – un peu à l’instar des auteurs de la tuerie de l’aéroport d’Istanbul à la fin juin 2016.

D’après ce que l’on commence à savoir à la lumière de ses aveux – en tout cas de ceux exfiltrés dans la presse turque2 -, l’auteur de la fusillade mortelle, qui s’apprêtait à fuir avec son fils en Syrie par İzmir via Çanakkale3, a passé ces 17 jours de traque à Istanbul, changeant de ligne de téléphone quasiment chaque jour4. Il était arrivé en Turquie illégalement via l’Iran en janvier 2016, avait aussitôt rejoint Istanbul, où il serait resté près d’un an, mis à part un bref séjour à Konya, « ville satellite » pour les migrants de transit ayant déposé une demande d’asile pour un pays tiers, en novembre 2016.

Débutons par la fin. Le terme de la traque a été Esenyurt, un nouvel arrondissement (institué en 2008) dans la lointaine périphérie occidentale réputé pour ses innombrables programmes immobiliers – sous la forme de grands collectifs fermés à équipements réservés – et le taux de vacance très élevé de son parc de logements. L’appartement d’Esenyurt paraît faire partie de la vingtaine – découverte jusque-là dans le cadre de l’enquête – de « logements de transit » dont DAEŞ disposait à Istanbul pour ses combattants internationaux en provenance ou à destination de la Syrie. En un sens, Esenyurt – où Masharipov se trouvait depuis environ 12 jours, changeant d’appartement tous les trois jours – est l’archétype des arrondissements récemment émergés, lieu d’opérations immobilières à caractère parfois douteux, frappés de plein fouet par la chute actuelle de la demande sur le marché immobilier. Esenyurt est aussi caractéristique du nouveau cosmopolitisme stambouliote, avec ses propriétaires, habitants et usagers – souvent intermittents – de nationalité syrienne, irakienne, azerbaidjanaise, saoudienne5, irakienne ou ukrainienne.

Özyurtlar Nşehir : Le complexe résidentiel sécurisé où fut capturé le tueur.

Entre avril 2016 et fin décembre 2016, Masharipov aurait résidé avec sa famille à Kayaşehir, immense ville-satellite de la périphérie nord-occidentale d’Istanbul, dans l’arrondissement de Başakşehir, institué au même moment que celui d’Esenyurt. Située au nord-est d’Esenyurt, Kayaşehir est l’archétype des périphéries anonymes, diluées et disproportionnées telles que produites ces dernières années en série dans toute la Turquie par l’Administration du Logement Collectif (TOKİ) et ses partenaires privés privilégiés.

L’arrondissement péricentral de Zeytinburnu semble avoir quant à lui constitué la base-arrière logistique de Masharipov, son premier refuge après le massacre, comme son premier pied à terre à son arrivée à Istanbul (en janvier 2016). Arrondissement développé par vagues migratoires successives depuis les années 1940, Zeytinburnu est réputé pour ses communautés originaires d’Asie centrale implantées depuis les années 19806 et réactivées par le commerce à la valise7. En même temps, c’est un des arrondissements les plus bouleversés ces dernières années par la transformation urbaine, qui y a généré une explosion de l’offre immobilière. Les auteurs du massacre de l’aéroport Atatürk du 28 juin 2016 étaient logés à Zeytinburnu, dont ils sont venus directement en taxi pour commettre leurs horreurs. Masharipov y a bénéficié d’un environnement familier et d’une infrastructure communautaire. Le 31 décembre, après avoir reçu l’instruction de s’en prendre au club Reina, c’est à Zeytinburnu qu’il a trouvé auprès d’un compatriote les sacs qui lui ont servi à porter son arsenal mortifère.

Sefaköy (arrondissement de Küçükçekmece), enfin, où se trouvaient le fils et la femme de Masharipov, est situé à proximité immédiate de l’aéroport Atatürk, sur le premier périphérique autoroutier et la ligne de Metrobüs. Sa position entre Zeytinburnu et Esenyurt semble aussi faire sens.

La métropole stambouliote, par son immensité incontrôlable et les infinies opportunités qu’elle offre aux fuyards, par ses centaines de milliers de logements vides, constitue un terreau pour le moins propice. L’étalement urbain, encouragé par l’absence de planification urbaine, semble contribuer à la démultiplication des territoires d’anonymat. Autant que l’opacité du secteur immobilier.

  1. Dans sa déclaration après l’arrestation de Mashapirov le préfet d’Istanbul a précisé que plus de 7200 heures d’images de caméra de surveillance (Zeytinburnu, Esenyurt, Beşiktaş… ) avaient été visionnées pour parvenir à cette arrestation. []
  2. Voir l’analyse des révélations faites le 18/01/2016 par Abdülkadir Selvi, journaliste de Hürriyet toujours fort bien renseigné : http://www.diken.com.tr/rota-canakkale-uzerinden-reina-saldirgani-yurt-disina-ogluyla-birlikte-kacmak-istemis/ ; voir aussi “Rena saldırganı dakika dakika anlattı”, Sabah, 29/01/2017 ; URL : http://www.sabah.com.tr/gundem/2017/01/28/rena-saldirgani-dakika-dakika-anlatti []
  3. Comme semblent l’indiquer les dernières conversations téléphoniques avec İzmir et le Hatay ainsi que la somme de 187 000 dollars retrouvée dans l’appartement de l’assassin; A. Selvi, “Müdür’den talimat: Sağ ele geçirin”, Hürriyet, 18/01/2017, p. 22. []
  4. A. Selvi : “Nefes kesen operasyonun perde arkası”, Hürriyet, 19/01/2017, p. 24. []
  5. Rappelons que pour les deux derniers mois de l’année 2016, d’après les statistiques officielles, les principaux acheteurs étrangers à Istanbul sont désormais les Saoudiens, les Koweitiens et les Qataris. []
  6. Voir : Çakırer, Y. (2012), İstanbul-Zeytinburnu’nda Ulusötesi Kentleşme Aktörleri Olarak Türk Kökenli Göçmenler, Yayınlanmamış Doktora Tezi, İstanbul Teknik Üniversitesi, Fen Bilimleri Enstitüsü ; et de la même auteure : “Zeytinburnu Kentsel Mekanında Soydaş Diyasporasının Örgütlenmesi”, FSM İlmî Araştırmalar İnsan ve Toplum Bilimleri Dergisi, FSM Scholarly Studies Journal of Humanities and Social Sciences, Sayı/Number 3, Yıl/Year 2014 Bahar/Spring. Available from: https://www.researchgate.net/publication/265700375_Zeytinburnu_Kentsel_Mekaninda_Soydas_Diyasporasinin_Orgutlenmesi [accessed Feb 10, 2017]. []
  7. Voir : Louisa Piart : Initiatives et stratégies mobilitaires : le cas des entrepreneurs migrants ouzbeks vers la Turquie, Mémoire en vue de l’obtention du Master 2 Miri sous la direction de Emmanuel Ma Mung et Stéphane De Tapia : Université de Poitiers Juin 2006.  []

Jean-François Pérouse

Géographe Directeur de l'Institut Français d'Études Anatoliennes

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *