Pauline TUCOULET – Des films kurdes, du cinéma au pluriel. À la recherche d’une ou des cinématographie(s) kurde(s) par une analyse du corps et de ses procédés de mise en scène

adobe-pdfMémoire présenté en 2016 par Pauline TUCOULET sous la direction d’Agnès DEVICTOR en vue de l’obtention du grade de Master II Cinéma « Histoire, théories et archives » à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Filmer le(s) Kurdistan(s) pour tenter de déceler ce qui est imaginé et ce qui l’est moins soulève des indéterminations. Nommer des films « kurdes » présuppose la construction d’un imaginaire cinématographique caractéristique sans pour autant nier leur pluralité. Ce mémoire se fonde sur l’analyse de films kurdes, réalisés par des réalisateurs kurdes – ou d’origines kurdes – dont la langue est l’un des dialectes précédemment énoncés et dont le sujet porte nécessairement sur un des aspects ethniques, économiques, territoriaux, linguistiques religieux ou socioculturels de la question kurde.

La méthode d’analyse filmique employée dans ce mémoire consiste à considérer les films comme des documents et à les rendre intelligibles grâce à une étude de contenu. La lecture d’image, le croisement des sources, la participation au Festival de Cinéma kurde de Paris (octobre 2015), la participation à la programmation de la prochaine édition du Festival de Cinéma de Douarnenez (août 2016), un stage à l’IFEA (Institut Français des Etudes Anatoliennes) et une mobilité ERASMUS dans l’Université Galatasaray (Istanbul, Turquie) au second semestre du Master 2, m’a permis de constituer un corpus à partir de films, de documents d’archive cinématographique, et de travailler à partir d’entretiens avec ceux qui ont tournés ces films. Ce corpus filmique s’est imposé selon la disponibilité et l’accessibilité des films sous forme de production VHS ou DVD, et par l’intermédiaire de plateforme de vidéo en ligne telles que Youtube, Viméo ou Dailymotion. Il s’est aussi constitué par le dépôt d’un disque dur dans différents lieux culturels (ou cafés) d’Istanbul et de son emprunt par les habitués qui le redéposaient plein de nouveaux films. Ce système d’échange a finalement été le plus efficient.

Dans la mesure du possible, et en ne prétendant pas à l’exhaustivité, le corpus de ce mémoire se composera de vingt films de fiction appartenant à plusieurs genres, adaptations, mouvements ou courants cinématographiques afin de rendre compte des représentations véhiculées par le cinéma, plus précisément, par des films kurdes réalisés depuis 1915. L’idée n’est pas de couvrir une période cinématographique d’un siècle mais de faire des liens sur certains parcours de productions, de réalisations de films dans des contextes donnés. Il s’agit de comprendre la mise en scène du corps humain, la construction ou la déconstruction de mythes, ainsi que leur utilisation et réutilisation dans des films kurdes.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *