L’Europe a-t-elle besoin des intellectuels turcs ?


De débats enflammés en prises de position affirmées, la question de l’adhésion de la Turquie à l’Union Européenne ne laisse personne indifférent. Pourtant, force est de constater que les Européens n’ont qu’une connaissance lacunaire, souvent stéréotypée, de ce pays. Ainsi, l’idée que la Turquie, prise en étau entre la menace de l’islamisation et une violence d’Etat quasi-institutionnalisée, serait par conséquent incompatible avec l’Europe et ses valeurs, semble ancrée dans les mentalités. Vincent Duclert se propose ici de lutter contre cette perception et cette ignorance, en étudiant le dynamisme du milieu intellectuel démocrate turc, dont l’existence même témoigne de la possibilité d’une «troisième voie» qui serait celle de la démocratisation. Neuf pétitions d’importance ont été lancées au cours des années 2000, et si elles ne constituent certainement que la partie émergée de la lutte en faveur des droits civiques, elles témoignent d’une vitalité et d’une volonté forte du milieu intellectuel. A l’étude de leurs objets, de leurs mots et de leurs impacts, c’est un véritable projet politique qui se dessine. De la contestation de l’omnipotence de l’Etat et de sa violence au combat contre toutes les formes d’intolérances, il s’agit de défendre «une certaine idée» de la Turquie qui soit celle du vivre ensemble, d’une citoyenneté démocratique et non plus nationaliste, en bref celle d’un pays capable de porter un regard critique sur son passé et de construire un véritable État de droit. Ainsi que nous le montre l’auteur, un grand nombre de tabous ont commencé à tomber par l’action de ces intellectuels engagés, dont les plus importants sont sans conteste ceux du génocide arménien et de la question kurde. Il est alors du devoir de l’Europe de soutenir ce mouvement afin qu’il survive et se traduise en une évolution concrète du politique, tout comme il est nécessaire de prendre conscience de ce que ce mouvement peut apporter à l’Europe.

En effet, cette action des intellectuels démocrates turcs, qui a su se perpétuer malgré les périodes de répression extrêmement sévères et dramatiques qui ont suivies les coups d’Etat, est une leçon pour une Europe qui a tendance à se replier sur elle-même, à débattre davantage du marché que des valeurs fondamentales, et à assister au retour de l’idéologie nationaliste comme projet politique plausible, ce dont le débat sur l’identité nationale en France apporte la preuve. Enfin, l’étude de ce milieu révèle ce que beaucoup tendent à oublier aujourd’hui : Turquie et Europe ne sont pas antinomiques et inconciliables. La tradition dont sont issus ces intellectuels est aussi celle d’une expérience européenne de la liberté, les valeurs qu’ils défendent sont également celle de l’Europe, souvent telles que consacrées par la Convention européenne des droits de l’Homme, lorsque ce n’est pas l’Europe elle-même qu’ils défendent.

A travers l’étude des actions de ce segment de la société turque, Vincent Duclert apporte un éclairage nouveau et atypique sur la question de l’intégration de la Turquie à l’Union Européenne, nous poussant en même temps à nous interroger sur ce que sont devenus les milieux intellectuels en France et en Europe.
Anne-Laure Mahé

L’Europe a-t-elle besoin des intellectuels turcs ? Vincent Duclert, Armand Colin, 2010.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *