Esquisse de géographie électorale des résultats du référendum du 16 avril 2017 dans le département d’Istanbul

« Pourquoi OUI »

Nonobstant les conditions inégales de la campagne et les circonstances discutées1 dans lesquelles le scrutin du 16 avril 2017 s’est déroulé, on peut esquisser une première analyse des résultats provisoires pour le département d’Istanbul sur la base d’une carte originale principale (merci à Pascal Lebouteiller), ainsi qu’à partir d’une comparaison avec les résultats de l’élection présidentielle d’août 2014 et avec ceux des élections législatives de juin et novembre 2015.

Une géographie très (de plus en plus) contrastée

Pascal Lebouteiller, 2017

En premier lieu, si l’on s’en tient aux résultats à l’échelle du département dans son ensemble (qui comprend 39 arrondissements) on constate que le « Non » l’emporte à Istanbul avec 51,35 % des suffrages exprimés. Contrairement à ce qui a été dit un peu vite, ce résultat signe d’un essoufflement de l’AKP à Istanbul n’est pas sans précédent récent puisqu’aux élections présidentielles d’août 2014 le candidat Erdoğan n’avait recueilli que 49,83 % des votes et que donc, à cette date déjà, Istanbul s’était distingué par une performance inférieure à la moyenne du pays (51,8 %). Rappelons en outre que lors des élections législatives du 1er novembre 2015 – où certes la palette des options offertes aux électeurs était plus large – l’AKP avait obtenu 47,45 % dans la première circonscription d’Istanbul, 48,07 % dans la deuxième et 51,34 dans la troisième2.

Quoi qu’il en soit, la carte des résultats d’avril 2017 par arrondissement montre une polarisation spatiale confirmée des comportements électoraux à Istanbul (comme dans le reste de la Turquie, d’ailleurs), qui se traduit par une opposition nette entre des arrondissements qui consolident d’une élection à l’autre leur profil (voire leur identité assumée) de bastion opposé à l’AKP et des arrondissements résolument acquis à l’AKP. Autrement dit, d’un côté les arrondissements en marron foncé (pour reprendre les couleurs des bulletins de vote) – avec en tête Beşiktaş, Bakırköy, Şişli, les Îles-aux-Princes (Adalar) et Kadıköy ; voir tab.1 – et, de l’autre, les arrondissements en blanc – avec en tête Sultanbeyli, Arnavutköy, Esenler et Sultangazi ; voir tab.2). Cette polarisation politique recoupe une polarisation socio-économique. En effet, les arrondissements qui ont voté en grande majorité « non » sont aussi les arrondissements les plus riches, les plus âgés et ceux où la taille moyenne des ménages est la plus faible. À l’inverse, les arrondissements qui ont voté pour le OUI à plus de 60 % sont des arrondissements « jeunes3 » où le nombre de personnes par ménage est deux fois plus élevé que dans les arrondissements champions du NON, où le niveau moyen d’étude est le plus bas et où les valeurs (rayiç bedeli) qui servent de référence au calcul de l’impôt foncier sont beaucoup plus faibles.

Tab. 1 : Les arrondissements résolument opposés à l’AKP (2014/2017)

Arrondissement “NON”-04 2017 ERDOĞAN-08 2014 “OUI”-04

2017

Adalar (Îles) 73,66 29,3 26,34
Kadıköy 79,9 22,4 20,1
Beşiktaş 82,63 32,5 17,37
Bakırköy 77,4 24,9 22,6
Silivri 59,53 40,33 40,47
Şişli 70,96 32,9 29,04
Ataşehir 56,97 49,1 43,03

Tab. 2 : Les 9 arrondissements « incontestés » de l’AKP (08 2014/04 2017)

Arrondissements “NON”-04 2017 ERDOĞAN-08 2014 “OUI”-04 2017
Sultanbeyli 29,4 69,56 70,05
Esenler 33,57 66,54 66,43
Arnavutköy 33,31 65,09 66,69
Sultangazi 38,37 61,42 61,63
Bağcılar 38,93 60,59 61,07
Gaziosmanpaşa 43,04 58,99 56,96
Kağıthane 45,89 56,53 54,11
Pendik 42,65 58,69 57,35
Ümraniye 44,59 56,2 55,41

Le phénomène nouveau, et que la carte principale montre bien, c’est le glissement d’autres arrondissements littoraux (tab.3) vers une opposition à R.T. Erdoğan. Sachant que les politiques de transformation urbaine – initiées par l’AKP – ont abouti à développer des programmes immobiliers en priorité dans les arrondissements littoraux jouissant d’aménités comparatives appréciables (comme à Kartal), on peut dire que les groupes sociaux « montants » affichent une tendance à lâcher l’AKP. Les classes les plus modestes, exclues a priori de ces nouveaux programmes de logements, tendent à se retrouver marginalisées dans ces arrondissements « émergents ».

Pancarte de remerciement adressé aux électeurs de l’arrondissement de Sultanbeyli

Tab. 3 : Les marges disputées en recomposition sociale

Nom AKP-06 2015 NON-17 ERDO-14 OUI-17
Kartal 37,74 56,56 45,90 43,44
Maltepe 34,22 61,45 41,47 38,55
Şile 44,78 48,56 53,20 51,44
Çatalca 33,03 60,18 40,5 39,82
Küçükçekmece 35,62 55,65 45,02 44,35
Büyükçekmece 37,89 55,71 45,64 44,29
Sarıyer 35,03 57,95 42,33 42,05
Avcılar 33,66 58,98 41,39 41,02
Çekmeköy 44,43 47,62 54 52,38
Beylikdüzü 35,53 58,84 43,5 41,16

D’août 2014 à avril 2017 : le recul tout relatif de l’AKP

La comparaison avec les résultats des premières élections présidentielles – celles d’août 2014 –, où R. T. Erdoğan était candidat face au candidat du HDP et au candidat commun CHP-MHP peut présenter quelque intérêt pour prendre la mesure à la fois de l’érosion du vote « Erdoğan » et celle de l’effondrement du MHP. La comparaison du score du candidat Erdoğan en août 2014 (49,83 % des votes exprimés), avec celui du OUI en avril 2017 (48,65 %, pour l’ensemble du département d’Istanbul) a cependant un sens limité. En effet, ne l’oublions pas, le MHP était il y a moins de trois ans l’allié du CHP contre l’AKP. Néanmoins, elle peut donner quelques indications – à creuser.

L’érosion du vote AKP, qui n’est pas spectaculaire au niveau de l’ensemble du département, est néanmoins très perceptible dans quelques arrondissements (Kağıthane, Kartal, Maltepe, Şile ; voir tab. 3 pour les trois derniers d’entre eux). En fait l’usure de l’AKP n’est pas vraiment perceptible dans les « 9 arrondissements incontestés de l’AKP » selon la qualification opérée après les élections de mars 20144 – voir le tab. 2 –, mais elle peut avoir été masquée par l’apport MHP qu’il est difficile d’estimer. Dans ces arrondissements apparemment solidement acquis à l’AKP, on note une étonnante coïncidence entre les résultats d’août 2014 et les résultats d’avril 2017. Ce qui signifie que soit les « transferts » du MHP ont servi à compenser et invisibiliser l’érosion du côté AKP, soit que l’apport du MHP a été extrêmement réduit (voir en dessous).

C’est au niveau des anciens bastions de l’islam politique (tab. 4) – ceux des années 1980 et 1990 – que cette érosion semble la plus étonnante, comme l’a constaté Hakkı Özdal dans deux articles stimulants5 parus immédiatement après le référendum sur le site Gazeteduvar. À Eyüp, arrondissement symbolique pour l’islam politique turc compte tenu des hauts lieux de mémoire qu’il recèle6, Erdoğan (si l’on admet que l’enjeu du référendum tournait autour de sa personne) perd près de 7 points par rapport à août 2014 ; il perd 7 points aussi à Beyoğlu – l’arrondissement où le Président actuel a commencé sa carrière politique sous les couleurs du Refah – et près de 5 points à Üsküdar, arrondissement à l’identité conservatrice prononcée et cultivée et en même temps arrondissement de résidence du Président à Istanbul.

Tab. 4 : Les anciens bastions de l’islam politique stambouliote

Arrondissements AKP-06/11 2015 “NON”-04 2017 ERDO-08 2014 “OUI”-04 2017
Eyüp 41,22/49,34 51,48 55,3 48,52
Fatih 44,30/52,23 48,59 54 51,41
Beyoğlu 43,06/50,42 49,8 57,5 50,2
Zeytinburnu 41,76/51,29 49,14 52,9 50,87
Üsküdar 41,85/47,94 53,34 51,5 46,66
Bayrampaşa 45,60/55,4 46,9 56,33 53,1

Tous ces arrondissements se caractérisent par leur relative stagnation démographique par rapport aux nouveaux arrondissements des périphéries, par le déclin de leur fonction de primo-accueil des immigrants internes et par un relatif embourgeoisement que les politiques de transformation urbaine semblent accélérer. En conséquence, on peut dire que par sa politique libérale du logement et son exaltation de l’entreprise privée l’AKP a généré lui-même la désadhésion de certains groupes sociaux désormais ascendants de même que l’individualisation des comportements électoraux. Les votes familiaux ou communautaires en bloc des années 1980-1990 dans les arrondissements du centre d’Istanbul semblent moins massifs, malgré les efforts persistants des partis – dont l’AKP au premier chef, et avec tous les moyens de l’État – pour opportunément mobiliser les identités « primordiales » fondées sur la commune provenance géographique. Ainsi, quelques jours avant le scrutin, le 11 avril 2017, le Premier ministre a rencontré les natifs d’Erzincan, – un des départements ayant le plus alimenté dans les années 1950-1980 les migrations vers Istanbul – au cours d’une grande réunion financée par des hommes d’affaires d’Erzincan (photo 1). Trois jours après, le 14 avril 2017 – soit deux jours avant le scrutin -, le ministre de l’Intérieur Süleyman Soylu et le ministre de l’Énergie Berat Albayrak étaient les invités vedettes d’un autre grand meeting, tenu cette fois à l’adresse des originaires de Trabzon, autre important département pourvoyeur de néo-Stambouliotes (photo 2).

« La rencontre avec les gens d’Erzincan » (11 avril)

« Allez ! Les originaires de Trabzon se rencontre » (14 avril)

Par ailleurs le tab.5 indique assez nettement la difficulté à parler d’un vote kurde à Istanbul. En tout cas, si l’on prend pour référence les résultats du candidat HDP aux présidentielles d’août 2014, on s’aperçoit que les arrondissements où le HDP a obtenu des résultats très supérieurs à sa moyenne départementale ont voté très différemment les uns des autres au référendum. Ce pour plusieurs raisons. D’abord parce que, comme les résultats des Îles-aux-Princes (Adalar) d’août 2014 le suggèrent, le vote HDP ne peut pas être réduit à un vote « ethnique ». Dans les arrondissements comme Sultanbeyli, Sultangazi, Arnavutköy ou Bağcılar, le OUI très majoritaire coexiste avec un électorat HDP important. Ce qui signifie que soit une partie des électeurs HDP de 2014 a voté pour le OUI, soit que l’on a affaire à un électorat très ségrégué, expression d’une structure de la population hétérogène et clivée en termes plus ethniques que socio-économiques. Dans les autres arrondissements (Adalar, Esenyurt, Zeytinburnu, Beyoğlu ou Sancaktepe) on a une configuration inverse, sans que l’on sache – si ce n’est par les enquêtes « après-scrutin7 » – quelle a été la contribution des électeurs HDP de 2014 dans les résultats du NON.

Tableau 5 : Les scores relativement élevés du candidat HDP le 10 août 2014 et le NON en avril 2017

Nom de l’arrondissement HDP en août 2014 NON-04 2017
Esenyurt 17,18 52,48
Sultanbeyli 16,21 29,4
Sancaktepe 14,72 47,89
Adalar 13,8 73,66
Bağcılar 13,67 38,93
Arnavutköy 13,6 33,31
Zeytinburnu 13,21 49,14
Beyoğlu 13,07 49,8
Sultangazi 12,17 38,37
Moyenne Istanbul 9,09 51,35

L’énigme de l’évaporation du MHP

La comparaison avec les législatives à répétition de l’année 2015 est quant à elle particulièrement intéressante pour prendre la mesure de la fin de « l’électorat MHP », qui d’ailleurs, déjà en août 2014, n’avait sans doute pas suivi unanimement les instructions de la direction du parti et, dans le secret des urnes, refusé l’alliance avec le CHP. En effet, malgré toutes les réserves requises quand on compare des scrutins de nature différente tenus à des moments différents (le nombre des électeurs à Istanbul a augmenté d’environ 300 000 entre 2014 et 20178 ), la mise en parallèle avec les résultats aux élections législatives de 2015 fournit quelques indices à approfondir. Ce qui est frappant, c’est la proximité des résultats du OUI en avril 2017 avec ceux de l’AKP le 1er novembre 2015. Pour la grande majorité des arrondissements la différence ne dépasse pas 1 %. Ceci peut avoir deux significations compte tenu du fait qu’en avril 2017 l’AKP n’était pas le seul parti à appeler à voter pour le OUI. En effet, le MHP, qui avait recueilli plus de 10 % des suffrages dans près de 10 arrondissements le 1er novembre 2015, avait aussi invité ses membres et sympathisants à voter pour le OUI. Donc cette stabilité peut s’expliquer par le recul du vote AKP – et un retour aux valeurs de juin 2015 –, et/ou par l’effondrement du MHP, déjà amorcé entre les deux élections de 2015. Un exemple suffit. L’arrondissement de Şile – au nord-est de l’aire urbaine – s’était distingué en novembre 2015 par un résultat du MHP (12,19 %), très supérieur à sa moyenne départementale. À ces mêmes élections l’AKP avait obtenu 50,86 %. Or moins de deux ans après, le OUI n’a recueilli que 51,44 % des suffrages. L’arithmétique la plus élémentaire conduit à s’interroger sur cette alliance AKP-MHP ; ce que le sondage post-élections de l’IPSOS9 – qui révèle qu’à plus de 70 % les membres et sympathisants du MHP n’ont pas suivi les instructions de la direction du parti – semble clairement confirmer.

L’hypothèse d’un vote des sympathisants passifs de F. Gülen

Pour les anciens bastions de l’islam politique stambouliote comme pour d’autres arrondissements d’ailleurs, l’hypothèse d’un vote négatif de personnes proches d’une façon ou d’une autre de la cemaat n’est pas à exclure, même s’il est impossible de la vérifier au-delà de confidences ou d’allusions ponctuelles off the record. Supposer que l’expulsion de plus de 100 000 personnes de la fonction publique au cours des purges qui ont fait suite au coup d’État avorté de juillet 2016 – sans oublier celles qui ont commencé bien avant, dès la fin 2013 en fait – a pu avoir un effet sur le comportement d’électeurs jusque-là partisans de l’AKP n’est pas absurde. Le lectorat très conservateur du quotidien Zaman – qui, ne l’oublions pas, était le quotidien le plus distribué jusqu’à la fin de l’année 2015–, ou celui de l’hebdomadaire Aksiyon – tous les deux saisis en mars 2016 avant d’être fermés le 27 juillet 2016 – ne s’est pas évaporé ou reconverti du jour au lendemain. Si ces sympathisants peu saisissables ont voté en grande majorité pour l’AKP jusqu’en 2015, on peut imaginer qu’une partie a exprimé dans le secret des urnes10 son mécontentement, voire son effroi devant l’ampleur de la chasse aux sorcières par un vote NON. Le vote « güleniste », objet de spéculations depuis des années, a peut-être pris corps différencié le 16 avril 2017.

Ce premier examen des résultats spatialement très contrastés du référendum à Istanbul nous incite à prendre en compte dans l’analyse des comportements électoraux des évolutions locales à la fois sociétales, démographiques et urbaines/urbanistiques. L’exercice a aussi ses limites compte tenu des conditions encore troubles dans lesquelles s’est déroulé le scrutin et de l’impossibilité dans le contexte d’après coup d’État, de paranoïa complotiste et d’état d’exception de vérifier certaines hypothèses, notamment celle relative au vote güleniste. Il n’en demeure pas moins que l’on peut parler d’une sensible érosion de la domination AKP qui s’origine dans plusieurs dynamiques dont certaines ont été impulsées par l’AKP même.

  1. Si les irrégularités semblent avoir été moins nombreuses à Istanbul qu’à l’est du pays, un employé de la municipalité de Kağıthane a toutefois été arrêté alors qu’il tentait de voter pour la troisième fois ! Voir : http://www.abcgazetesi.com/istanbulda-bir-belediye-calisani-ucuncu-oyunu-kullanirken-yakalandi-50389h.htm []
  2. Quelques mois auparavant, le 7 juin 2015, l’AKP n’avait réalisé, respectivement, que 40,63%, 42,74% et 39,73%. Entre-temps, la recrudescence des violences à l’est du pays et l’attentat d’Ankara du 10 octobre 2015 ont permis à l’AKP de se présenter comme le garant de l’ordre et de banaliser la rhétorique du « moi ou le chaos ». []
  3. En 2013 les moins de 20 ans représentent 41,3% de la population de l’arrondissement de Sultanbeyli, champion du « OUI », et seulement 13,1% de celle de Beşiktaş, champion du « NON » (données TÜİK, 2013). []
  4. Voir notre « Les élections locales de mars 2014 à Istanbul » ; URL : https://ifea-istanbul.academia.edu/Departments/Contemporary_Studies/Documents?page=7 []
  5. « ‘İstanbul Türkiye’nin özüdür’ ve kaybedilmiştir », le 17 avril 2017: http://www.gazeteduvar.com.tr/yazarlar/2017/04/17/istanbul-turkiyenin-ozudur-ve-kaybedilmistir/ et « Üsküdar, Fatih, Eyüp, Başakşehir : Ne oluyor ? », le 18 avril 2017 : http://www.gazeteduvar.com.tr/yazarlar/2017/04/18/uskudar-fatih-eyup-basaksehir-ne-oluyor/ []
  6. Erdoğan va se recueillir après chacune de ses victoires électorales depuis mars 1994 à la mosquée principale d’Eyüp et sur le tombeau du compagnon du Prophète tombé lors d’un siège arabe de Byzance à la fin du VII° siècle de l’Hégire. []
  7. D’après la première enquête « post » faite par IPSOS-Turquie au niveau de l’ensemble du pays le 17 avril 2017, 9% des électeurs du HDP auraient voté pour le OUI ; voir : http://www.cnnturk.com/video/turkiye/referandum-sonrasi-ilk-anket-yapildi []
  8. Voir : http://www.milliyet.com.tr/1-milyon-269-bin-kisi-ilk-kez-oy-gundem-2427854/  Rappelons que le nombre total d’électeurs à Istanbul s’élevait à 9,3 millions. []
  9. Voir : http://www.diken.com.tr/ipsos-arastirmasi-mhp-secmeninin-yuzde-73u-akp-secmeninin-yuzde-10u-hayir-dedi/ []
  10. Garanti à Istanbul en tout cas. []

Jean-François Pérouse

Géographe Directeur de l'Institut Français d'Études Anatoliennes

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *