L’accueil des réfugiés syriens au service du redéploiement de l’État dans les relations internationales : Le cas de la Turquie et de la Jordanie

adobe-pdfMémoire présenté par Eva MARTIN sous la Direction de Walter Bruyère-Ostells en vue de l’obtention du grade de Master 2 à l’IEP (Université Aix-Marseille) en 2017.

Les politiques d’accueil de réfugiés syriens mises en place depuis 2012 ont largement participé à la redéfinition de la puissance de l’État en Turquie et dans une moindre mesure en Jordanie.

L’observation des modes de gestion de réfugiés élaborés par Amman et Ankara nous permet ainsi d’étudier la façon dont la « crise migratoire syrienne » redéfinit les caractéristiques de l’État que sont la souveraineté, le territoire et la population. Dans ces travaux les réfugiés syriens sont appréhendés comme des acteurs à part entière des relations internationales au contact desquels l’État cherche à renforcer sa position dans le système compétitif international. Les politiques d’accueil de réfugiés syriens élaborées par la Turquie et la Jordanie constituent à ce titre un levier diplomatique essentiel au redéploiement de l’État. La signature de l’accord de réadmission de réfugiés entre la Turquie et l’Union européenne en Mars 2016 illustre tout particulièrement cette façon dont les enjeux migratoires du conflit syrien participent à la recomposition des relations internationales au profit des pays d’accueil. Par voie de conséquence, la position de repli adoptée par l’Union européenne sur le dossier migratoire syrien s’inscrit dans la lignée de son désengagement politique sur la scène méditerranéenne et facilite l’affirmation de nouvelles puissances régionales.


Isabelle Gilles

Chargée d'édition numérique et des projets de numérisation Webmaster

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *