Addendum : Terrorisme et métropole

Ce court article vient prolonger les réflexions développées dans l’article Terrorisme et métropole publié le 13 février 2017

Ce qui est décrit comme “le plus gros coup de filet de la lutte anti-terroriste turque depuis 30 ans” – à savoir les arrestations de militants Daech survenues le 28 octobre, puis le 30 octobre 2017, à Istanbul – semble, en tout cas au vu des premiers éléments communiqués, confirmer nos analyses (voir notre édition du 13 février 2017). En effet les militants Daech qui s’apprêtaient à commettre un attentat “monstre” dans un centre commercial géant d’Istanbul le 29 octobre, jour de la fête nationale, opéraient à partir d’un triangle Esenyurt-Arnavutköy-Başakşehir. Les deux cellules Daech filées – en permanentes communications avec la Syrie -, dont les membres ont été arrêtés le 28 octobre dans le parking du centre commercial visé étaient situées l’une à Esenyurt et l’autre à Arnavutköy (des citoyens autrichiens d’origine turque, installés dans cette périphérie depuis 5 ans). Ces deux nouveaux arrondissements d’Istanbul, proches l’un de l’autre, sont emblématiques des territoires de la nouvelle internationalisation d’Istanbul. En outre, l’enquête a révélé que ces deux cellules étaient en relation avec une autre localisée à Başakşehir, animée elle par deux citoyens d’une république d’Asie centrale (arrêtés eux le 30 octobre).

Par “nouvelle internationalisation démographique d’Istanbul” nous  entendons la troisième vague, encore peu étudiée comme telle, dont la montée en puissance remonte aux débuts des années 2010. La première vague peut être datée des années 1920 et est une conséquence du passage de l’Empire à l’Etat-Nation (qui a entraîné un “devenir étrangers” de citoyens jusque-là ottomans), la seconde est celle liée à l’internationalisation économique amorcée dans les années 1990 et enfin la troisième est le produit du chaos en Irak et en Syrie et du repositionnement de la Turquie sur la scène internationale. Suite à l’accueil de plus de 3,5 millions de réfugiés syriens, à l’affirmation de la Turquie comme  leader du monde musulman (sunnite) et à la réarticulation de sa politique étrangère sur son histoire et sa géographie, la métropole d’Istanbul a connu une nouvelle internationalisation démographique (et partiellement économique) portée par les Syriens, les Irakiens, les Azerbaidjanais, les Qataris ou les citoyens de républiques d’Asie centrale.


Jean-François Pérouse

Géographe Directeur de l'Institut Français d'Études Anatoliennes

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *