Turquie : les limites d’une politique étrangère trop audacieuse ?


La récente crise de la flottille et le refus turc de voter des sanctions contre l’Iran ont certes confirmé le poids international pris par la Turquie et les audaces de sa nouvelle politique étrangère. Toutefois, ne doit-on pas considérer également que ces événements contribuent actuellement à dévoiler les limites et les possibles failles de cette diplomatie sans concession ?

Bien que l’arraisonnement du «Mavi Marmara» ait été suivi d’une réaction extrêmement sévère, la Turquie refuse finalement d’aller, avec l’Etat hébreu, jusqu’au bout d’une logique de rupture, qui n’aurait pas seulement des conséquences sur ses rapports bilatéraux avec ce pays, mais aussi sur ceux qu’elle entretient avec les Etats-Unis. Le problème reste néanmoins que pour normaliser ses rapports avec Tel-Aviv, Ankara a mis la barre très haut : excuses, acceptation d’une enquête internationale, restitution des navires arraisonnés… Eu égard à la ligne plus radicale encore qu’il a suivie jusqu’à présent, il est peu probable que le gouvernement israélien accepte ces conditions. Et la réduction de la représentation diplomatique turque en Israël au niveau d’un chargé d’affaires, annoncée en cas de refus définitif de Tel-Aviv, risque de paraître très en deçà de la ligne dure affichée par Ankara. En agissant de la sorte, le gouvernement turc ne s’est-il pas condamné à dévoiler l’impuissance de positions quelque peu téméraires ?

Les limites de cette stratégie osée risquent de devenir d’autant plus criantes qu’entre temps, avec la multiplication des attentats et embuscades des dernières semaines, la question kurde est revenue au premier plan de l’actualité. Dès lors, nombre d’experts ne se privent pas de rappeler à loisir que la Turquie dépend en l’occurrence d’Israël qui lui fournit une partie importante de l’équipement que son armée utilise dans sa lutte contre la rébellion kurde (en particulier des drones et des véhicules blindés), tandis que certains observateurs mettent en exergue la contradiction que doit désormais affronter le gouvernement de l’AKP qui, dans le même temps, qualifie le PKK «d’organisation terroriste» et le Hamas «de mouvement de résistance».

Quant au dossier nucléaire, qui a vu Ankara refuser de voter, le 9 juin dernier, un quatrième train de sanctions contre l’Iran proposé par les Etats-Unis, il risque de montrer que la voie est plutôt étroite pour un gouvernement turc, pris entre sa position de membre de l’Otan et d’allié de l’Occident, d’une part, et son désir d’apparaître comme une nouvelle puissance régionale disposant d’une large marge de manœuvre à l’égard des Occidentaux, d’autre part. Là encore la ligne haute a du se résoudre à quelques révisions à la baisse, car, bien qu’opposée aux sanctions, la Turquie n’a pu qu’accepter finalement de les mettre en œuvre. De surcroît, le «non» turc au Conseil de sécurité du 9 juin a durablement détérioré les relations turco-américaines. Le 26 juin 2010, l’entretien qui s’est tenu en marge du G20, à Toronto, entre Barack Obama et Recep Tayyip Erdoğan, aurait été «glacial», montrant que les Etats-Unis, loin de suivre la position de certaines chancelleries occidentales (qui ont eu tendance à temporiser en estimant que la Turquie était finalement dans son rôle à suivre ce comportement frondeur), s’inquiéteraient vivement des «dérives» vers l’est de la nouvelle politique étrangère de l’AKP.

On objectera sans doute que cette diplomatie qui se veut «publique» risque de rapporter au gouvernement des dividendes électoraux particulièrement appréciables dans la période actuelle. Mais il y là encore une analyse qui mérite d’être vérifiée, car on sait aussi que la stratégie du gouvernement en matière de politique étrangère n’est pas véritablement comprise par certains membres du parti au pouvoir et qu’elle inquièterait par ailleurs des secteurs non négligeables de l’opinion publique.
JM


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *