Le général Başbuğ se rappelle au bon souvenir de ceux qui l’auraient oublié !


Lundi 5 juillet 2010, lors de l’émission «Arena» de la chaine privée de télévision «Star», le chef d’état major, İlker Başbuğ, a montré que, malgré les revers qu’elle n’a cessé d’enregistrer au cours des 3 dernières années, l’armée turque n’a pas abdiqué totalement son ambition de demeurer un acteur du système politique turc.

Alors même qu’il doit quitter ses fonctions à la fin du mois d’août, le chef d’état major s’est montré particulièrement en verve en abordant une série de sujets brûlants, ce qui n’a pas manqué de provoquer un certain nombre de polémiques. Au menu, les affaires en cours, notamment «Ergenekon» ou le plan d’action contre la réaction, et bien sûr la question kurde. Peu après son intronisation, au mois de septembre 2008, le général avait pourtant pris l’engagement de limiter ses déclarations sur les sujets politiques au plus strict minimum. Deux ans après, au terme de son mandat, force est de constater qu’il n’aura pas dérogé à la tradition, qui veut qu’en dépit de l’affaiblissement récent de ses positions politiques, l’armée turque ne peut s’empêcher de se faire entendre, méritant bien le surnom de «grande bavarde» que lui donnent certains analystes.

Le général Başbuğ s’est donc d’abord exprimé sur l’affaire du plan d’action contre la réaction, non pas vraiment pour éclaircir le rôle de la hiérarchie militaire dans ce complot qui, découvert en juin 2009, aurait visé à ternir l’image du gouvernement et celle de la confrérie Fethullah Gülen, mais surtout pour déplorer les fuites qui ont permis au journal «Taraf» de le mettre à jour, et révéler que la police aurait été derrière ce grand déballage. Nombre de commentateurs ont regretté une fois de plus que le chef d’état major, qui a toujours refusé d’agir sérieusement contre les commanditaires du complot, ne se préoccupe plus que de pourfendre les auteurs des fuites qui ont permis de découvrir le pot aux roses.

Le général s’est ensuite exprimé sur l’enquête «Ergenekon» pour en dénoncer les imprécisions ou les approximations, et marquer sa sympathie à un certain nombre de suspects qu’ils considèrent comme injustement arrêtés, en particulier l’ancien recteur de l’Université de Başkent, Mehhmet Aberal, et surtout le colonel de Gendarmerie Cemal Temizöz. Il a rappelé notamment que, dans l’affaire «Ergenekon», 71 officiers d’active et 43 officiers à la retraite avaient été arrêtés, et que l’on avait relâché 53 des premiers et 29 des seconds. Ces remarques, en particulier les regrets concernant l’incarcération du Colonel Temizöz, qui a été l’un des principaux responsables du JITEM (Jandarma ve Istihbarat ve Terörle Mücadele – Service de renseignements contre le terrorisme de la Gendarmerie, une organisation officieuse parallèle créée pour mener une lutte clandestine contre la rébellion kurde dans les années 90), ont provoqué la réprobation des avocats des familles des victimes et des ONG concernées. Ces derniers ont en effet estimé que le chef des forces armées turques s’immisçait indument dans des affaires judiciaires en cours, et faisait donc pression sur la justice.

Le chef d’état major s’en est pris encore aux parlementaires du parti kurde BDP, en s’étonnant que, bien qu’ils aient prêté un serment de fidélité, ils ne s’interdisent pas pour autant de participer aux obsèques des rebelles tués dans des accrochages avec l’armée turque. «Ou vous abandonnez votre mandat de député et vous partez dans les montagnes ou alors vous prenez vos responsabilités, et vous respectez votre serment», s’est-il écrié, ce qui lui a valu les critiques acerbes de l’un des leaders du BDP, Selahattin Demirtaş, qui a déclaré qu’il n’avait pas d’ordre à recevoir du chef d’état major.

Enfin, le général Başbuğ ne pouvait manquer de revenir sur l’affaire de la photo de Gediktepe, un incident qui défraye la chronique depuis une quinzaine de jours. Rappelons qu’après une attaque du PKK, qui a fait plus d’une dizaine de morts au sein de l’armée turque, dans la province d’Hakkari, Recep Tayyip Erdoğan s’est rendu sur les lieux où il a été photographié, s’abritant accroupi derrière un parapet. Le cliché a été commenté par le leader du CHP, Kemal Kılıçdaroğlu, qui a regretté le fait que le premier ministre y soit vu à genoux alors même qu’il aurait du y apparaître debout. Pour montrer d’ailleurs que lui ne craignait pas le PKK, le chef du principal parti d’opposition, qui est allé lui aussi à Gediktepe, n’a pas manqué d’y poser droit dans ses bottes. Pour sa part, le chef d’état major a déclaré qu’il était fatigué de cette polémique, en expliquant que les zones, dans lesquelles les deux rivaux politiques avaient été photographiés, ne présentaient pas tout à fait les mêmes risques. Il faut dire que tous les chefs militaires qui accompagnaient le premier ministre sont également accroupis sur la photo en question, à commencer par le général Başbuğ.
JM


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *