Selon Ahmet Insel, la Turquie vit «une tentative de sortie d’un régime de coup d’état permanent».


Ahmet Insel, professeur à l’Université Galatasaray, spécialiste des questions militaires et du système politique turc, est intervenu récemment au sein du Séminaire sur la Turquie contemporaine de l’IFEA, sur le thème : « L’armée est-elle toujours un acteur de la vie politique turque ? ». Il revient dans cette interview sur les affaires militaires qui continuent de secouer régulièrement l’actualité politique turque.

Question : Affaire «Ergenekon», affaire «Balyoz» : l’armée est au centre des grandes affaires politico-judiciaires du pays. Comment expliquer l’existence de ces complots militaires ?

Les affaires en question ne sont que le résultat d’un long processus d’intervention de l’armée dans la vie politique en Turquie. Cette tradition tient tout d’abord au fait que la République de Turquie a été fondée par des militaires. À sa création, la Turquie a connu pendant quatre ans un régime de Maréchal-Président avant que Mustafa Kemal démissionne de l’armée. Ce rôle s’est renforcé au cours de la Seconde Guerre mondiale où la mobilisation générale décrétée, même sans entrée en guerre, a permis à l’armée d’acquérir des moyens de fonctionnement qu’elle n’avait pas auparavant. Mais paradoxalement c’est surtout depuis la démocratisation et l’instauration du pluralisme politique que le rôle politique de l’armée s’est affirmé à travers les coups d’Etat de 1960, 1971 et 1980, qui, avec des objectifs et dans des contextes différents, ont marqué profondément le système politique turc. Dans les années 1990, toutefois, l’armée change d’attitude car elle est confrontée à un nouveau défi constitué par la montée de l’islam politique. Elle n’entend plus agir seule mais s’appuie sur la société civile. En 1997, sans recourir à la force, les militaires vont contribuer au renversement du gouvernement de coalition dirigé par le leader islamiste, Necmettin Erbakan, en le décrédibilisant aux yeux de la population. «Ergenekon» et «Balyoz» sont l’héritage de cette stratégie nouvelle inaugurée dans les années 90. La victoire de l’AKP en 2002 fut un véritable choc pour l’institution militaire : des plans furent alors mis sur pied dans certains milieux pour déstabiliser le nouveau gouvernement. Ils sortent publiquement aujourd’hui mais doivent être lus à la lumière de la victoire électorale de l’AKP au niveau national.

Question : Les projets révélés par le quotidien «Taraf» ont fait beaucoup de bruit et surprennent par leur ampleur. La réalisation de tels scénarios est-elle possible dans la Turquie d’aujourd’hui ?

Ce que montre le plan «Balyoz» n’est pas une prise directe du pouvoir par l’armée, mais la volonté de créer les conditions qui justifieraient une intervention militaire. Les actions envisagées visent à déstabiliser la société turque et à démontrer que le gouvernement est incapable de maintenir l’ordre dans le pays. Cela passe par des attentats dans les mosquées, par l’instrumentalisation de conflits entre Alévis et Sunnites, mais aussi par la désignation de bouc-émissaires, au premier rang desquels les minorités religieuses et les missionnaires protestants. D’une certaine manière, certains des événements de ces dernières années peuvent être analysés comme des prémices de cette politique de terreur. L’assassinat du prêtre Santoro à Trabzon, et surtout celui de Hrant Dink à Istanbul, font écho à des opérations que l’on retrouve dans les documents émanant de l’armée. Mais la non réalisation du plan global vient du fait que l’armée n’est pas monolithique. L’ancien chef d’état-major, Hilmi Özkök, a refusé la réalisation de ce scénario et les militaires putschistes sont partis en retraite. Dès lors, c’est en civil qu’ils ont continué à agir, en s’appuyant sur les réseaux paramilitaires qui se sont autonomisés dans la lutte contre le PKK.

Question : Il y aurait donc un lien entre les activités militaires de lutte contre le PKK et les affaires «Ergenekon» et «Balyoz». Comment l’expliquer ?

Le lien n’est pas direct, mais certains des éléments en présence sont le fruit des mutations de l’armée dans sa lutte contre la guérilla. Le PKK arrive sur la scène en 1984 où il réussit le coup d’éclat de contrôler deux villes pendant toute une journée. L’armée turque est alors totalement désorganisée et désemparée ; c’est un choc sans précédent. Le PKK s’installe et les deux forces en présence s’engagent dans une guerre sanglante. À partir de 1992, l’armée change ses techniques de combat et gagne en expérience dans sa lutte contre la guérilla. Le rapport de force bascule peu à peu, et on peut dire qu’à partir de 1996 l’armée reprend le contrôle du sud-est. Cette organisation contre la guérilla ressemble fortement à celle des forces spéciales algériennes dans leur lutte contre les groupes islamistes. Il y a deux faces dans cette guerre : la guerre légale faite par les militaires et la sale guerre faite par les forces spéciales du JITEM (Jandarma ve Istihbarat ve Terörle Mücadele – Service de renseignements contre le terrorisme de la Gendarmerie). Enlèvements, assassinats, tortures, infiltration sont ses techniques de guerre ; beaucoup d’anciens membres du PKK sont recrutés pour mener à bien ces opérations. Cette organisation paramilitaire de l’Etat s’est peu à peu autonomisée par rapport à l‘armée, grâce notamment aux revenus du trafic de drogue. Ce sont ces groupes de barbouzes que l’on retrouve dans l’affaire «Ergenekon».

Question : Malgré son influence et sa popularité dans les enquêtes d’opinion, l’armée apparaît aujourd’hui sur la défensive. Est-on en train d’assister à la fin de son rôle politique ?

Se poser la question du rôle politique de l’institution militaire n’est pas a priori une question naturelle dans un régime démocratique. Mais il s’agit d’une particularité du système politique turc qui est congénitale à la République. Avec la Constitution de 1980, l’armée n’a plus eu besoin de faire de coups d’État pour arbitrer la vie politique, car elle intervient tous les jours de manière tout à fait naturelle. Ce que la Turquie vit aujourd’hui est une tentative de sortie d’une stratégie de coup d’État permanent. Cela ne se fait pas par un soulèvement populaire, mais par une guerre de position larvée avec le gouvernement AKP. Aujourd’hui, on peut dire que l’armée n’exerce plus de tutelle sur le régime républicain. Elle est coupée de la vie sociale et apparaît comme une caste qui défend ses privilèges. Depuis deux ans, ses prises de position ne sont que des réactions défensives, elle est en situation de retraite organisée. Mais si la Turquie est sortie du régime tutélaire, elle n’est pas encore entrée dans un régime totalement démocratique. Le lent retrait de l’armée crée un vide, et la question est maintenant de savoir qui va le combler.

Propos recueillis par Benoît Montabone


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *