Pour Deniz Vardar, «en Turquie, le positionnement politique par rapport à l’Union européenne est le résultat d’un long processus»


Deniz Vardar, professeure à l’Université de Marmara (département francophone de Sciences politiques et administratives), spécialiste de la construction européenne, est intervenue récemment au sein du Séminaire sur la Turquie contemporaine de l’IFEA. Benoît Montabone a poursuivi la discussion avec elle, alors même que l’on s’interroge sur l’avenir de la candidature turque à l’Union Européenne (UE), en voyant Ankara lorgner vers d’autres horizons.

L’adhésion de la Turquie à l’UE est en France et en Europe une question sensible, et est une source de politisation exacerbée de la question européenne. Qu’en est-il en Turquie de la question européenne ?

La question européenne en Turquie ne se pose pas de la même manière qu’en France ou qu’en Europe en général. Malgré le turcoscepticisme en Europe, le gouvernement continue à rechercher une adhésion pleine et entière et refuse toute alternative. Une place importante dans l’Union pour la Méditerranée est envisageable, mais ne peut pas être un substitut à une intégration à l’UE. Au sein de l’opinion publique turque, le point de vue sur l’UE est très conjoncturel et affectif, très lié en fait à l’actualité. Les taux d’avis favorable à l’adhésion passent de 30% à 90% en fonction des événements qui se déroulent en Europe ou en Turquie. Au fond, je pense que les gens en Turquie veulent faire partie de l’Union européenne, mais les formules nationalistes très présentes font de certaines questions des points d’honneur qui peuvent mobiliser l’opinion. À l’heure actuelle, l’enjeu européen est notamment bloqué par la question chypriote. Plusieurs chapitres ne sont pas ouverts à cause du différent entre Chypriotes grecs et Chypriotes turcs, ces derniers étant soutenus par la Turquie. La reprise de l’acquis communautaire se fait par conséquent beaucoup plus lentement que pour les autres pays candidats, car on ne peut ouvrir aucun nouveau chapitre sans régler la question de Chypre.

Le parti majoritaire à l’Assemblée (AKP) et le gouvernement sont souvent présentés comme «islamistes modérés» dans les médias européens. Cette désignation correspond-elle à la réalité et a-t-elle une influence sur le rapprochement avec l’UE ?

L’AKP a un héritage lourd, elle est issue de la famille de l’islam politique. Mais le parti se définit lui-même comme «démocrate-conservateur». Le pouvoir hégémonique, pour reprendre les termes de Gramsci, sur le monde à l’heure actuelle, est le néo-libéralisme à tendance conservatrice : l’AKP en est son expression turque. Tout en prônant un néolibéralisme économique, il entend affirmer les valeurs religieuses et leurs symboles. En arrivant au pouvoir, en 2002, l’AKP a repris totalement à son compte le projet européen, ce qui a été condamné par l’islamisme radical. Le gouvernement mène une politique très pragmatique, qui doit composer cependant avec plusieurs tendances au sein du parti. En même temps, l’enjeu européen est une garantie de la légitimité du pouvoir. Cela permet au gouvernement turc d’assurer une continuité dans ses relations avec l’Europe, où ses alliés sont essentiellement les gouvernements de centre-gauche. En Turquie, l’enjeu européen permet de poser un parti sur l’échiquier politique. En ce sens, l’AKP est loin de l’islamisme radical, il est devenu un acteur politique du centre droit comme les autres.

Vous parliez de «continuité dans les relations avec l’Europe», la question européenne en Turquie n’est donc pas liée uniquement à l’UE ?

Bien au contraire. Les débats actuels à propos de la candidature à l’Union européenne ne sont que le résultat d’un long processus d’occidentalisation qui a commencé pendant l’Empire ottoman. Ce mouvement a commencé par les écoles militaires, avant de pénétrer l’intelligentsia très favorable à l’importation du concept d’Etat moderne. Si le populisme politique de l’époque (c’est-à-dire pendant la période de parti unique) a été une barrière pour la transition à la démocratie (le leader charismatique essayant de remplacer le « peuple » et de parler plutôt en son nom) son opposition claire à un establishment corrompu incarné par les élites ottomanes le rendait populaire. Même si la guerre d’indépendance a été faite contre les puissances d’Europe occidentale, elle a été gagnée par les élites républicaines acquises à l’occidentalisation du pays. Ces dernières ont d’abord établi leur légitimité sur la scène internationale. Bien que la Russie bolchevique ait soutenu la guerre d’indépendance, la décision en 1932 d’intégrer la Société des Nations (SDN) ancre définitivement la Turquie dans le camp occidental, bien avant le début de la guerre froide. La construction de la Turquie comme État-Nation moderne se fait dans ce contexte, et la définition de la Nation comme un contrat de citoyenneté reste très importante encore aujourd’hui dans la politique extérieure turque. À l’issue de la Seconde Guerre Mondiale, l’appartenance de la Turquie à l’Europe ne fait aucun doute.

Le processus d’intégration de la Turquie à l’Union européenne ne serait donc que le résultat des affrontements Est/Ouest de la Guerre froide ?

Je ne crois pas à la théorie du «complot américain», mais il est clair que dès 1943 les États-Unis ont voulu préserver la Turquie de Staline qui a eu plus tard (à la fin de la guerre), des revendications territoriales à l’Est et a cherché à obtenir un passage maritime par les Détroits turcs. Lors de la naissance de ce monde bipolaire, la Turquie a été poussée à prendre parti, et s’est retrouvée petit à petit dans le monde occidental ; la meilleure illustration en est sa participation à l’OTAN. Mais dans les années 1950, la Turquie n’est pas spécialement intéressée par le projet européen. La politique extérieure est alors un consensus national. La contestation émerge dans les années 1960 où la politique extérieure n’est plus un tabou. L’OTAN et par glissement la CEE deviennent la cible des protestations des pouvoirs antisystémiques. Les grands partis du centre veulent tous renforcer les liens avec l’Europe, mais l’opposition vient de trois bords différents : l’extrême gauche pro-soviétique ou maoïste, l’extrême-droite ultra-nationaliste acquise au panturquisme et l’islam politique. Cet affrontement entre partis centraux pro-européens et extrêmes anti-européens se retrouve encore aujourd’hui, même si les acteurs ont évolué au cours des dernières années. Le positionnement politique par rapport à l’UE en Turquie n’est donc pas conjoncturel : il est le résultat d’un long processus historique de construction politique.

Propos recueillis par Benoît Montabone


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *