Assaut contre la flottille : Israël accepte de participer à la commission internationale demandée par l’ONU


Benyamin Netanyahou a annoncé, le 2 août, que son pays acceptait de participer à une commission internationale indépendante, qui aura pour mission d’enquêter sur l’assaut meurtrier, mené le 31 mai dernier, par des commandos de marine israéliens contre le navire turc amiral de la flottille «Free Palestine». Cette opération, réalisée dans les eaux internationales, pour empêcher la flottille en question de forcer le blocus de Gaza, s’était soldée par la mort de 9 militants humanitaires turcs, l’un d’entre eux ayant aussi la nationalité américaine.

Dès le 1er juin, le Conseil de Sécurité des Nations Unies, sur la base d’un texte largement rédigé par la Turquie, avait condamné l’intervention israélienne, demandé la libération des humanitaires détenus et réclamé une enquête internationale impartiale. Dès le 6 juin, l’Etat hébreu avait rejeté l’idée d’une telle enquête, et par la suite, il avait mis sur pied deux commissions d’investigation au mandat limité, l’une civile et l’autre militaire. La seconde avait rendu un rapport le 12 juillet dernier, reconnaissant des erreurs «à un niveau relativement supérieur», mais concluant que les commandos avaient agi en état de légitime défense. Entretemps, Israël avait décidé d’alléger le blocus de Gaza et, à la fin du mois de juin, Benyamin Ben Eliezer, le ministre israélien de l’industrie, du commerce et de l’emploi, connu pour ses sympathies pro-turques, avait rencontré secrètement Ahmet Davutoğlu. Cette entrevue confidentielle avait provoqué une véritable confrontation au sein du gouvernement de l’Etat hébreu, Avigdor Lieberman, le chef de la diplomatie israélienne, n’en ayant pas été informé. Plus récemment encore, le 23 juillet 2010, Israël avait annoncé la restitution des trois navires turcs confisqués, après l’attaque du 31 mai 2010.

L’acception de cette commission internationale confirme donc une évolution constante d’Israël. Au cours des deux derniers mois, Tel Aviv a abandonné l’intransigeance manifestée dans les jours qui avaient suivi l’arraisonnement de la flottille et assoupli son rejet de toutes les conditions émises à son encontre par Ankara. Au jour d’aujourd’hui néanmoins, deux de ces conditions ne sont toujours pas satisfaites : la présentation d’excuses officielles et l’indemnisation des victimes. Mais il faudra sans doute attendre les résultats de l’enquête internationale pour qu’éventuellement Israël décide d’aller plus loin.

La commission d’enquête internationale sera dirigée par l’ancien premier ministre néo-zélandais, Geoffrey Palmer, assisté de l’ex-président colombien, Armando Uribe ainsi que d’un représentant turc et d’un représentant israélien. Elle commencera à travailler à partir du 10 août prochain, et rendra un premier rapport, dès la mi-septembre. Le ministre turc des affaires étrangères s’est déclaré satisfait tandis que Benyamin se disait confiant quant au résultat de l’enquête, Israël n’ayant selon lui, «rien à cacher».

La création de cette commission et le recul israélien qu’elle consacre semblent avoir des raisons d’ordre à la fois international et domestique. D’une part, sur le plan international, la gravité des faits en cause et le refus de l’Etat hébreu de se conformer à la demande d’enquête du Conseil de Sécurité ont placé les Occidentaux, suspectés de vouloir protéger Israël, dans une position particulièrement inconfortable, au moment où par ailleurs ils avaient besoin de toute la légitimité nécessaire pour imposer de nouvelles sanctions à l’Iran dans le dossier nucléaire. Il est donc probable que les Etats-Unis et nombre de capitales européennes ont effectué des pressions très importantes pour amener Tel Aviv à des positions plus conciliantes et plus conformes au droit international. Par ailleurs, en Israël, la gestion de cette affaire, par le gouvernement Netanyahou, a été critiquée. Les démarches qui ont été menées pour trouver une issue à la crise traversée par les relations turco-israéliennes, marquent indiscutablement la victoire des tendances les plus modérées de ce gouvernement (en particulier des travaillistes qui ont joué un rôle déterminant pour faire accepter l’idée d’une enquête internationale) sur les extrémistes d’Avigdor Lieberman.

L’acceptation israélienne constitue également un succès pour la diplomatie turque qui, après un discours assez radical, au début de la crise, a su revenir à un comportement et des propos plus conciliants. Là aussi, des raisons à la fois internationales et nationales sont à prendre en considération. D’un côté, la Turquie pouvait difficilement se couper de ses alliés occidentaux en rompant définitivement avec Israël, ce qui aurait en outre remis en cause sa capacité à être le grand médiateur régional qu’elle prétend devenir. D’un autre côté, sur le plan intérieur, alors même qu’un référendum est à l’ordre du jour, le gouvernement a plus que jamais besoin de rassembler son électorat. Et si le discours très hostile à Israël et très favorable au Hamas, tenu dans les jours qui ont suivi le drame de la flottille a pu permettre à l’AKP de gagner des voix dans les milieux islamistes, il pouvait aussi à terme inquiéter l’opinion musulmane modérée qui constitue le centre de gravité de l’électorat du parti au pouvoir. De surcroît, si la demande d’une enquête internationale présentée à l’Etat hébreu était restée sans réponse, le gouvernement courait le risque de discréditer ses velléités de fermeté initiale, qui seraient alors apparues comme parfaitement illusoires.
JM


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *