Un polar pour mieux comprendre la politique iranienne.


En ces temps de lectures estivales, offrez-vous un petit voyage en Iran (l’un des voisins les plus importants de la Turquie), en vous plongeant dans le livre de Naïri Nahapétian : «Qui a tué l’ayatollah Kanuni ?» Rassurez-vous il ne s’agit pas de se noyer dans un fastidieux pavé de politologie persane, mais plus opportunément de dévorer un polar dont l’intrigue secoue les hautes sphères de la République islamique et vous conduira à découvrir les arcanes de sa société contemporaine dans toute leur complexité.

L’auteur nous entraine sur les traces de Narek Djamshid, un étudiant franco-iranien qui est de retour dans son pays natal, quelques semaines avant les présidentielles de 2005 qui virent la victoire de Mahmoud Ahmadinejad. Fils d’un couple de dissidents qui ont participé à la révolution islamique avant de rompre avec le régime des ayatollahs, Narek, qui a le projet incertain d’écrire un article pour un quotidien français, peine à maîtriser toutes les subtilités de la politique iranienne. Sa présence involontaire sur les lieux mêmes du crime qui fait disparaître le redoutable ayatollah Kanuni, va se charger pourtant d’accélérer son immersion dans les réalités persanes. Car les mésaventures de ce jeune homme ne nous convient pas seulement à la résolution d’une énigme (plus politique d’ailleurs qu’à proprement parler policière), elles sont aussi l’occasion d’une promenade au cœur de la vie quotidienne iranienne. Si les pages de ce roman contribuent ainsi à éclairer d’autres énigmes politiques (l’échec de la présidence réformatrice de Khatami ou le succès électoral inattendu de Mahmoud Ahmadinejad), elles fourmillent également d’anecdotes et de détails sur les us et coutumes dans l’Iran d’aujourd’hui (fréquence des infidélités conjugales, ports du «rousari» et du tchador, vision de l’homosexualité et de la transsexualité, «usage d’un double langage qui permet de taire les évidences»).

L’auteur n’est ainsi pas tendre avec les dirigeants de ce pays que, trente ans après la Révolution islamique, bon nombre de ses enfants rêvent de quitter pour aller vivre… aux Etats-Unis. Mais, s’appuyant sur une connaissance solide du terrain qui est celui des pérégrinations de son héros, elle ne sombre jamais dans le cliché ou la diabolisation. Cette aptitude à rendre compte de la diversité de la société iranienne tient peut-être au fait qu’une partie du roman se déroule au sein de la communauté arménienne dont la mère de Narek Djamshid est issue et dont l’un des membres avoue, à la fin du roman, que paradoxalement il ne souhaite pas quitter l’Iran, parce qu’en Occident les traditions et l’usage de la langue se perdent.

Deux personnages enrichissent aussi beaucoup la trame de cette histoire : Leïla la féministe islamiste et Mirza, l’opposant laïque membre de la jet set. La première lutte notamment pour que les femmes puissent se présenter à la présidence de la République mais défend la séparation des sexes dans les autobus. Le second, ministre dans les mois qui ont suivi la Révolution, ne se résout pas à rompre totalement, tant par intérêt que par conviction, avec cette République islamique qu’il a contribuée à asseoir.

Voilà, vous savez presque tout sauf bien sûr l’essentiel : qui a tué l’ayatollah Kanuni ?
JM

Références de l’ouvrage : Naïri Nahapétian, Qui a tué l’ayatollah Kanuni ? Editions Liana Levi, 2008.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *