Turquie : le dernier YAŞ apparaît comme une étape décisive dans la confrontation entre le gouvernement et l’armée.


L’heure du bilan a sonné à l’issue du dernier YAŞ (Yüksek Askeri Şura – Conseil militaire suprême) qui a clos ses travaux le 4 août, après quatre jours tendus de session pendant lesquels le premier ministre a imposé sa présence permanente, et bien souvent ses vues, aux plus hauts responsables militaires du pays. Car la dernière édition du YAŞ a été indiscutablement une nouvelle victoire du gouvernement sur des militaires de plus en plus affaiblis par les coups multiples et variés que leur inflige le gouvernement. Certes, ce n’est pas la première défaite qu’ils enregistrent, depuis que le parti de Recep Tayyip Erdoğan a pris le pouvoir en 2002, et surtout depuis qu’il y a été reconduit triomphalement par sa large victoire de 2007. Mais ce nouveau recul marque un tournant, car l’institution militaire a été pour la première fois obligée d’accepter que des autorités civiles interviennent dans la nomination de ses responsables suprêmes, au sein de l’instance habilitée à en décider. En bref, ce YAŞ 2010 tend à remettre en cause un système où l’armée cooptait l’ensemble de sa hiérarchie, y compris la plus élevée, et aura contribué à accélérer le processus de démilitarisation que connaît le système politique turc depuis quelques années.

Le premier enjeu annoncé de la dernière session du YAŞ semblait pourtant à l’origine plus modeste. Il s’agissait de savoir si 11 généraux, sous la menace d’un mandat d’arrêt délivré par la 10e Cour criminelle d’Istanbul, le 23 juillet dernier, pourraient faire l’objet des nominations et promotions pour lesquelles ils avaient été pressentis. Mais cette offensive d’approche gouvernementale, déjà fortement observée et débattue par les commentateurs depuis la dernière semaine de juillet, s’est finalement déplacée au cœur même du système, au cours de la tenue même du dernier YAŞ, pour frapper les responsables militaires les plus importants. En effet, la session du YAŞ revêtait cette année une importance particulière, parce qu’elle devait désigner un nouveau chef d’état major, le mandat de l’actuel venant à échéance le 30 août prochain. Or, le général, Işık Koşaner, pressenti pour succéder à son collègue, İlker Başbuğ, n’a pu être officiellement nommé à l’issue de ce YAŞ, car il se trouve dans l’impossibilité de quitter le poste de chef de l’armée de terre qu’il exerce actuellement, son successeur pressenti, le général Hasan Iğsız, n’ayant pu être nommé, parce qu’impliqué dans l’affaire Ergenekon et celle du plan d’action contre la réaction. Le premier ministre Recep Tayyip Erdoğan a joué un rôle capital en l’occurrence, car en s’opposant farouchement à la nomination du général Iğsız à la tête de l’armée de terre, il a bloqué la nomination du nouveau chef d’état major, et infligé une cuisante humiliation à l’armée.

Depuis, l’impasse se poursuit. L’AKP a suggéré l’ancien chef de la Gendarmerie, le général Atilla Işık, pour le poste de chef de l’armée de terre, mais l’intéressé a décliné l’offre en faisant valoir ses droits à la retraite ; ce qui a été interprété comme une contre-offensive de l’armée, visant à riposter au refus gouvernemental de nomination du général Iğsız. Mais cette ultime réaction militaire paraît bien illusoire au regard des effets produits par le blocage de la nomination du général Iğsız, car le gouvernement n’en a pas moins pris pied pour la première fois dans ce qui était jusqu’à présent considéré un domaine réservé de l’armée : la nomination de ses cadres. Par ailleurs, le refus du général Işık d’accepter de remplacer le général Iğsız risque de jeter le discrédit sur l’armée, cette dernière apparaissant actuellement comme une institution sans chef, victime en fait de son propre système de promotion et de nomination.

Cette victoire civile arrive également opportunément pour le gouvernement dans le contexte de la campagne électorale pour le référendum du 12 septembre, une échéance qui se rapproche et qui va dominer l’actualité des prochaines semaines. La prestation du premier ministre lors du YAŞ peut lui permettre en effet de reprendre la main dans un combat douteux. Âprement discuté au parlement lors de débats où l’AKP n’était pas parvenu à obtenir le soutien des Kurdes du BDP, alors même que par ailleurs le CHP s’employait à se refaire une virginité avec l’avènement de Kemal Kılıçdaroğlu et que la violence dans les provinces kurdes s’accentuait, l’entreprise référendaire semblait a priori incertaine. Car la révision constitutionnelle que la consultation électorale du 12 septembre doit ratifier tendait à apparaître comme un succédané de Constitution civile, proposé par un gouvernement montrant des signes d’usure, depuis des élections locales en demi-teinte l’an passé et les difficultés rencontrées par son ouverture démocratique kurde au cours des derniers mois. La gifle administrée à l’armée, lors du dernier YAS, donne aussi un coup de fouet au gouvernement, en le restaurant dans une position de grand réformateur du système.

Recep Tayyip Erdoğan n’a d’ailleurs pas attendu la fin des travaux du YAŞ pour aller crier victoire. Après avoir délaissé la dernière session de l’instance militaire suprême le 4 août, il était, dès le 5 août, à Aydın (sud-ouest de la Turquie) pour faire campagne. Dans la ville de naissance d’Adnan Menderes, il a délivré un discours symptomatique de sa volonté de donner un nouveau souffle à un référendum qui porte sur une réforme plutôt décevante. Évoquant les récentes violences identitaires, qui ont opposé des Kurdes et des Turcs récemment à Bursa et dans le Hatay, le premier ministre les a décrites comme des efforts de déstabilisation ourdis par ceux qui, selon lui, veulent empêcher les réformes, en n’hésitant pas à les comparer de surcroît aux manœuvres de l’armée qui ont précédé le coup d’Etat du 27 mai 1960. Invoquant l’expérience de son prédécesseur malheureux renversé et exécuté, il a déclaré notamment :

«de manière héroïque, il a défendu la démocratie, les libertés et les intérêts de la nation. Il a dit : assez ! le droit de s’exprimer appartient à la nation. Aujourd’hui, nous nous exclamons comme Menderes : le droit de parler et de s’exprimer appartient à la nation !»

Au-delà de ces propos de campagne, on relèvera que cette offensive contre l’armée, stigmatisant les coups d’Etat passés, permet aussi au premier ministre de sortir de la confrontation avec la hiérarchie judiciaire à laquelle l’avait conduit l’examen parlementaire du paquet constitutionnel qui doit être soumis à référendum. Cette démarche, qui l’incite à choisir l’armée comme premier adversaire, l’amène de la même manière à refuser le débat avec les partis d’opposition sur le contenu même de sa réforme, notamment, avec le MHP et le CHP qui essayent de mettre à profit la dégradation de la situation dans le sud-est, et par ailleurs avec le BDP qui prétend démontrer que la révision constitutionnelle proposée ne va pas assez loin. En fin limier politique, le premier ministre a bien compris qu’il lui fallait éviter que le référendum qui se profile soit l’occasion de se prononcer sur l’action de son gouvernement, une dérive malgré tout incertaine après huit ans d’exercice du pouvoir. Cette victoire sur le YAŞ arrive donc à point nommé pour lui permettre de se repositionner avant tout en pourfendeur du système issu de la Constitution de 1982, et en héros de sa démilitarisation.
JM


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *